Vous êtes ici : Accueil / Se former / Programmes d'enseignement et sélection de ressources / Sélection de ressources pour le programme de spécialité LLCER italien de première

Sélection de ressources pour le programme de spécialité LLCER italien de première

Publié par Alison Carton-Kozak le 08/12/2022
La Clé italienne vous propose sur cette page une sélection de ressources en lien avec le programme de l'enseignement de spécialité LLCER italien de première. Vous trouverez les deux thématiques, structurées autour de quatre axes d'étude, suivies du texte de cadrage d'Éduscol (en italique). Les ressources proposées (en gras) ne constituent en aucun cas des recommandations officielles. Elles ont pour but d'apporter une connaissance scientifique en lien avec les thématiques, et non de fournir des pistes d'exploitation pédagogiques.


Le programme de langues, littératures et cultures étrangères (classe de terminale) est paru au Bulletin officiel spécial n°1 du 22 janvier 2019.

 

En classe de première, le programme de langue, littérature et culture est décliné selon deux thématiques : « Imaginaires » et « Pouvoirs et contre-pouvoirs ».

La thématique « Imaginaires » privilégie une approche métaphorique et esthétique du réel tandis que la thématique « Pouvoirs et contre-pouvoirs » adopte une approche philosophique, historique, sociologique et politique du réel.

Aussi les deux thématiques n’ont-elles pas vocation à être traitées de manière consécutive dans le courant de l’année mais de manière croisée pour développer une pensée analytique, indépendante, créative et critique. Les choix sont opérés également en fonction d'une progression linguistique raisonnée.

Chaque thématique comprend quatre axes d’étude pour lesquels des suggestions d’objets d’étude sont proposées en fin de ce programme.

Les axes d’étude permettent d’aborder les grands courants littéraires comme les épisodes historiques fondateurs de la langue et de la culture italiennes. Ils ont vocation à inscrire les objets d’étude dans une problématique destinée à nourrir la réflexion individuelle et collective.

Les objets d’étude, sur lesquels un regard distancié est porté, sont éclairés par une approche historique et socio-culturelle qui permet, par la diachronie, de les situer dans une société vivante et dans une chronologie porteuse de sens. Ils permettent de rendre compte des paradoxes du pays et non de véhiculer les stéréotypes.

L’étude de la langue et de la culture italiennes prend appui sur une grande variété de langages artistiques d’hier et d’aujourd’hui propres au patrimoine littéraire et culturel italien : littérature (récit, théâtre, poésie, etc.), arts plastiques, graphiques et visuels (cinéma, peinture, sculpture, bande dessinée, photographie, etc.), musique, chanson et opéra.

L’objectif essentiel consiste à faire comprendre la singularité du regard que la langue, la littérature et la culture italiennes portent sur le monde et sur elles-mêmes.

Thématique « Imaginaires »

Étroitement liée à l’imagination, la thématique est sous-tendue par les concepts de ratio et imaginatio, et leur opposition souvent constructive entre pratique de la raison et encouragement de la faculté imaginative. En tant que processus et pouvoir intérieur de façonner des images, l’imagination — de même que les imaginaires qui en découlent — établit un rapport particulier et médiatisé avec la réalité : en partant bien de cette réalité et des images sensibles qu’elle a offertes et permis de constituer, la force imaginative crée un autre monde. C’est ainsi que fonctionne la distinction établie dans l’Antiquité entre mimesis et phantasia, la première soucieuse d’imiter la réalité, la seconde de la modifier, de la recréer ou d’en créer une autre. Aux images de ce qui a été perçu (phantasia) la faculté de l’imagination ajoute, dans sa pratique la plus créatrice, les images d’images (phantasmata). Les représentations imaginaires créent ainsi un écran entre le réel et son image.

Immagine / immaginazione / fantasia / fantasma : autant de termes de la langue italienne qui ont fructueusement nourri la tradition littéraire et culturelle en se rapportant à la représentation d’objets sensibles et / ou à l’élaboration de figures et réalités fantastiques, construites par l’esprit humain, et ce, éventuellement hors de tout contrôle de la conscience.

De l’adjectif immaginario qui renvoie habituellement à des choses vivant uniquement dans le monde des images, dotées seulement d’une réalité psychique, dérive le concept d’imaginaire. Selon les cas, il est utilisé pour indiquer les constructions mentales, les désirs, les besoins physiques, les espoirs, les songes, par lesquels les individus et les sociétés interprètent l’existence, dans ses aspects quotidiens, hors de toute activité pratique, hors de toute connaissance critique et rationnelle.

Enfin, l’imaginaire, composante fondamentale de l’activité psychique de chaque individu, est également à l’œuvre dans les systèmes culturels et dans la sensibilité collective. Ainsi, de façon plus large, par imaginaire, on peut entendre l’ensemble des éléments imaginés et fantastiques, les figures et personnages, les inventions et les désirs, les situations narratives sur lesquels s’est construite, à différentes époques, la représentation que l’Italie propose d’elle-même.

Axe d’étude 1 : Espaces imaginés

Cet axe d’étude cherche à cerner les limites et à explorer les frontières de l’espace imaginaire italien, collectif et intime, empreint de moralité chrétienne ou païenne, qu’il soit chanté, rêvé, projeté, peint, construit ou incarné.

L’histoire longue et mouvementée de peuplements successifs et juxtaposés, de conquêtes et d’invasions, de dominations et d’assujettissements du territoire italien – un espace ouvert à la fois sur des mondes maritimes et continentaux – fait de l’Italie un objet d’étude passionnant à parcourir, car depuis toujours hanté par le besoin de se représenter ou de se projeter, et d’imaginer ou d’arpenter d’autres lieux. C’est ce désir de l’ailleurs qui anime aussi bien les auteurs des représentations utopiques, que les aventuriers au long cours, ou encore les laissés-pour-compte rêvant d’un monde meilleur dans le giron italien ou loin du sol natal – quitte parfois à prendre le risque de voir leurs illusions déçues ou détrompées.

À travers l’étude par exemple des espaces imaginés de la cité, idéale ou corruptrice, en explorant les mondes nouveaux (re)découverts par les hommes de lettres ou de sciences italiens à toutes les époques, en suivant les pas des pèlerins, des voyageurs et des migrants à toutes les échelles (interne à la cité ou à la société, en Italie, hors d’Italie), on peut s’interroger sur la part de l’imaginaire et du réel dans la construction et la représentation des chemins et des territoires qui s’offrent à leurs pionniers et messagers, et sur leurs résonnances dans le temps long.

Objets d’études

Références littéraires Autres références culturelles
  • La cité idéale

 

 

 

  • Mondes nouveaux

 

 

 

  • Terres promises

 

  • Abate C., La collina del vento, 2012
  • Agus M., Terre promesse, 2017
  • Ali Farah C., Madre piccola, 2007 
  • Alighieri D., Divina commedia
  • Ben Jelloun T. con Volterrani E., Dove lo Stato non c’è. Racconti italiani, 1992
  • Boccaccio G., Il Decameron, 1349-1353
  • Campanella T., La città del sole, 1602 -
  • Casanova G., L’Icosameron, 1788
  • Collodi C., Le avventure di Pinocchio, 1883
  • Calvino I., Marcovaldo, 1963 ; Le città invisibili, 1972 
  • Galileo Galilei, Dialogo sopra i due massimi sistemi del mondo, 1632
  • Ghermandi G., Regina di fiori e di perle, 2007
  • Hersant Y., Italies. Anthologie des voyageurs français en Italie aux XVIIIe et XIXe siècles
  • Kurumvilla G., È la vita, dolcezza, 2009
  • Lakhous A., Scontro di civiltà per un ascensore a piazza Vittorio, 2010
  • Mazzucco M. G., Vita, 2003
  • Micheletti A. e Moussa Ba S., La promessa di Hamadi, 1991
  • Pivetta O. e Khouma P., Io, venditore di elefanti, 1990 
  • Ramzanali Fazel S., Lontano da Mogadiscio, 1994
  • Scego I., Oltre Babilonia, 2008 
  • Stendhal, Voyages en Italie, 1973
  • [icon] Architectures en trompe l’œil
  • [icon] Canaletto, Vedute
  • [icon]« Le città metafisiche » di De Chirico G. ;
  • [article] Calvino - de Chirico, Accanto a una mostra, in « FMR », mensile di Franco Maria Ricci, luglio/agosto 1983, n. 15, pp. 45-46.
  • [icon] Gozzoli B., Cappella dei Magi, 1459
  • [icon] Da Vinci L., Dessins de villes utopiques
  • [icon] Lorenzetti P., Allegoria ed effetti del buono e del cattivo governo, 1338-1339
  • [icon] Della Francesca P. (attr. à), Città ideale («panneau d’Urbino »)
  • [icon] EUR à Rome et villes nouvelles édifiées par Mussolini -
  • [film] Fellini F., Le notti di Cabiria, 1957 ; La dolce vita, 1960 ; La città delle donne, 1979 ; La voce della luna, 1990 
  • [film] Lo Cascio L., La città ideale, 2012
  • [icon] Pasolini P. P., Accattone, 1961 ; Mamma Roma, 1962
  • [film] Rosi F., Le mani sulla città, 1963
  • [essai] De Seta C., L'Italia nello specchio del grand tour, Milan, Rizzoli, 2014,
  • [essai / article] Comparato V. I., « Viaggiatori inglesi », Quaderni Storici, 1979, 42, pp. 850-886.

 

Axe d'étude 2 : Re-présenter le réel

Re-présenter le réel, c’est le porter à la conscience par une image, au sens large de ce terme, et donc l’imaginer.

Les enjeux culturels et politiques, esthétiques et philosophiques de la question de la représentation du monde alimentent la pensée italienne à travers l’histoire et méritent d’être observés dans leurs spécificités.

L’art italien est un généreux créateur d’images dans les domaines variés de l’iconographie (le dessin, la peinture, la sculpture, la photographie, etc.) aussi bien qu’en littérature, au cinéma ou en musique. Loin de se limiter à la recherche de la reproduction, de l’imitation fidèle, il vise à imiter la nature pour en exalter la beauté autant que pour accéder à sa connaissance la plus parfaite possible.

Les apports italiens à « l’invention » et au développement des règles de la perspective illustrent par ailleurs la révolution de l’instauration d’un point de vue qui donnera au sujet, à l’homme, une position centrale dans le monde.

« La pittura è cosa mentale », écrivait Leonardo da Vinci. Entre l’objet représenté et son image, le rapport s’enrichit de la nécessité de re-présenter la complexité de la réalité la plus intime et de l’universel d’une italianité multiforme. Ainsi l’image peut-elle acquérir des valeurs symboliques, métaphoriques, mystiques, psychanalytiques, se faisant révélatrice de vérité, quitte à exagérer, ou rêver, les contours de ce qu’elle représente.

 

Objets d’études Références littéraires Autres références culturelles
  • La fabrique de l'image

 

 

 

  • L'art de l'hyperbole

 

 

 

  • Etrange, fantastique et surnaturel

 

 

 

  • L'inconscient, le rêve, la folie

 

  • Alberti L. B., De Pictura, 1436
  • Alighieri D., Divina commedia 
  • Ariosto L.,. Orlando furioso, c. XXIII, 100-136 ; XXIV, 1-14, 1532
  • Basile G., « La gatta Cenerentola », in Lo cunto de li cunti, 1634
  • Benni S., Il bar sotto il mare, 1987 ; L’ultima lacrima, 1994
  • Boito A., L’alfier nero, 1867
  • Bontempelli M., La scacchiera davanti allo specchio, 1922
  • Buzzati D., I sette messaggeri, 1942 ; Il crollo della Baliverna, 1954 ; Il Colombre, 1966
  • Calvino I., Le città invisibili, 1972 ; « Storia dell’Orlando pazzo per amore », in Il castello dei destini incrociati, 1973
  • Campana D., « La chimera », in Canti Orfici, 1914
  • Capuana L., Un vampiro, 1906
  • Da Ponte L., Don Giovanni, 1787 (livret)
  • Da Vinci L., Trattato della Pittura (Parte prima, « 1. Se la pittura è scienza o no »), 1540
  • Foscolo U., Le ultime lettere di Jacopo Ortis, 1802, Sonetti, 1803, Dei Sepolcri, 1807
  • Landolfi T., La pietra lunare, 1939
  • Leopardi G., Canti, 1835
  • Moresco A., La lucina, 2013
  • Ortese A.M., L’iguana, 1965 ; Il cardillo addolorato, 1993 
  • Palazzeschi A., Il codice Perelà, 1911 -
  • Petrarca F., Canzoniere
  • Pirandello L., « Il treno ha fischiato », « La patente » in Novelle per un anno, 1922 ; Uno, nessuno e centomila, 1929
  • Pirandello L., Il berretto a sonagli, 1918 ; Enrico IV, 1921
  • De Staël G., Corinne ou l’Italie, 1807
  • Svevo I., Vino generoso, 1927
  • Tarchetti I.U., « Uno spirito in un lampone » et « Un osso di morto », in Racconti fantastici, 1869
  • Tomasi di Lampedusa G., La sirena, 1958
  • Verga G., Le storie del castello di Trezza, 1887
  • [essai] Arasse D., Histoires de peintures, 2006 
  • [essai] Arasse D., L’homme en perspective. Les primitifs italiens, 2008
  • [essai] Arasse D., On n’y voit rien, 2000
  • [essai] Francastel P., Peinture et société, 1965
  • [essai] Orlando F., Il soprannaturale letterario, 2017 
  • [essai] Panovski E., La perspective comme forme symbolique, 1975
  • [icon] Brunelleschi F., « La tavoletta de Brunelleschi », Place du baptistère, Place de la Seigneurie de Florence
  • [icon] Carrà C., Natura morta con la squadra, 1917
  • [icon] Donatello, Le festin d’Hérode, ca. 1435
  • [icon] De Chirico G., L’enigma dell’oracolo, 1910, Il sogno trasformato, 1913
  • [icon] Piero della Francesca, Flagellazione di Cristo, ca. 1470
  • [icon] Raffaello Sanzio, Lo Sposalizio della Vergine, 1504
  • [icon] Uccello P., La bataille de San Romano, contre-attaque de Micheletto da Cotignola, 1455
  • [icon] Savinio A., Gomorra, 1929
  • [icon] Schifano M., Navigatore notturno, 1989 ; Estinti, 1993
  • [BD] Pratt H., série Corto Maltese
  • [film] Antonioni M., L'Avventura, 1960
  • [film]  Bellocchio M., Vincere, 2009, Fai bei sogni, 2016
  • [film] Bragaglia A. G. e Cassano R., Thaïs, 1917
  • [film] Calcina V., Sua Santità papa Leone, 1896 ; Il Terremoto in Calabria, 1905
  • [film] Fellini F., La Dolce Vita, 1960 ; Giulietta degli spiriti, 1965
  • [film] Fregoli L., Danse Serpentine, produit par les frères Lumière, 1897
  • [film] Pasolini P.P., La Ricotta, episodio del film “Ro.Go.Pa.G.”, 1963
  • [film] Pastrone G., Cabiria, Visione storica del terzo secolo a.C., 1914
  • [film] Rossellini R., Roma città aperta, 1945
  • [film] Sorrentino P., La Grande Bellezza, 2013
  • Eichendorff J. von, Scènes de la vie d’un propre à rien, 1827
  • Haddad A. et Haddad G., Freud en Italie, 1995
  • Savinio A., Il sogno meccanico, roman posthume, 1981
  • L’ornatus et la métaphore baroque en sculpture, architecture, poésie… 
  • Le mélodramme, l’Opéra
  • [web] Mots clés à saisir : La Commedia dell’Arte, le jeu, geste et caractère
  • [web] Mots clés à saisir : L’ornatus et la métaphore baroque en sculpture, architecture, poés

Ressources sur la Clé

 

Axe d’étude 3 : Le beau, une histoire d'imagination

La quête du beau caractérise l’Italie dans son patrimoine artistique, dans son architecture, dans sa littérature, dans son rapport à la conception de l’objet manufacturé (Made in Italy). D’une certaine manière, « l’imaginaire » pourrait donc être la prémisse d’un syllogisme ayant comme conclusion la construction du beau : penser, imaginer, concevoir les principes ou les outils tant conceptuels que matériels qui président à la production d’une œuvre ; autant de questions qui peuvent guider la réflexion. Par ailleurs, imaginer le beau, ce n’est pas seulement le construire matériellement, c’est aussi le conceptualiser, le projeter sur des figures mythiques qui sont à même de l’incarner. Il semble donc important de bien comprendre combien le processus créateur du beau (et du laid, son indissociable corollaire) ne peut se départir de l’imaginaire, de comprendre combien il est étranger au hasard ou à l’arbitraire.

La quête du beau est ainsi, en Italie particulièrement, à l’origine d’une inventivité inédite des moyens d’expression littéraires et artistiques.

 

Objets d'études Références littéraires

Autres références culturelles

  • La représentation mythique fantasmée

 

 

 

  • La figure féminine idéalisée

 

 

 

 

  • Icône de beauté​
  • Aleramo S., Una donna, 1906
  • Alighieri D., Vita nova ; Divina Commedia
  • Boccaccio G., Decameron 
  • Buonarroti M., Rime 
  • Cavalcanti G., Rime
  • D’Annunzio G., Il piacere, 1889
  • Da Ponte L., Don Giovanni, 1787 
  • Eco U., Storia della bellezza, 2005
  • Eco U., Storia della bruttezza, 2007 
  • Goldoni C., La locandiera, 1752 
  • Guinizzelli G., Rime 
  • Manzoni A., I promessi sposi, 1840
  • Marzano M., Sii bella e stai zitta. Perché l’Italia di oggi offende le donne, 2011
  • Merini A., Diario di una diversa, 1986
  • Murgia M., Ave Mary. E la Chiesa inventò la donna, 2011
  • Petrarca F., Canzoniere
  • Pasolini P.P., « Supplica a mia madre », in Poesia in forma di rosa, 1962
  • Rigoni Stern M., Amore di confine, 1986
  • [icon] Bernini G.L., L’estasi di Santa Teresa, 1647-52
  • [icon] Botticelli S., La nascita di Venere,1484-1485
  • [icon] Canova, Amore e Psiche,1793
  • [icon] Lippi F., Madonna col bambino e angeli, 1465 ca
  • [film] De Santis G., Riso amaro, 1949
  • [film] Fellini F., La strada, 1954 ; Amarcord, 1973 ; Don Giovanni, 1979
  • [film] Pasolini P.P., Mamma Roma, 1962 ; Medea, 1969 ; Il Decameron, 1970 - [
  • [film] Sorrentino P., La grande bellezza, 2013 -
  • [film] Visconti L., Bellissima, 1951
  • [mus.] Puccini, G., La Bohème, 1896 ; Tosca, 1900 ; Madame Butterfly, 1904 
  • [mus.] Verdi G., Rigoletto, 1850 ; La Traviata, 1852

Ressources sur la Clé

 

Axe d’étude 4 : Du passé imaginaire au futur imaginé

Cet axe d’étude est l’occasion de plonger dans les mythes, figures et images qui préexistent à la fondation de l’Italie et qui aujourd’hui encore peuplent l’imaginaire et structurent la culture commune des Italiens, leur permettant de se connaître et de se reconnaître comme tels. Le très riche passé historique, artistique, littéraire de l’Italie pré-unitaire offre une multitude de chemins à parcourir pour comprendre sur quelles bases mythiques, mythologiques, s’est construite cette Nation et vers quel avenir elle se projette, suivant des dynamiques souvent complexes de permanence, de résilience ou de renversement.

Il s’agit par exemple de rappeler et d’interroger quelques-uns des grands mythes fondateurs du Belpaese, comme celui de la fondation de Rome, de l’Humanisme, de la Renaissance ou encore celui des pères fondateurs de l’Unité italienne. 

On peut également explorer certaines figures mythiques récurrentes dans la sphère politique ou véhiculées par des représentations de la famille, telle l’opposition entre les figures maternelle ou paternelle et leurs pendants séducteurs, dont les trajectoires viennent parfois bousculer les cadres rassurants des conventions sociales, ou bien s’intéresser à certaines particularités italiennes comme la structure économique de la petite entreprise familiale, selon le modèle du « Piccolo è bello ».

Il convient enfin de s’interroger sur les images de l’Italie, d’hier et d’aujourd’hui, sur leurs ruptures et continuités : comment vit-on all’italiana ? Quels sont les contours du Belpaese où l’on s’adonne à la dolcevita et au farniente dans l’imaginaire européen ? Quelle image l’Italie et les Italiens souhaitent montrer d’eux-mêmes ? Autant de stéréotypes et de projections à questionner pour déterminer la part de phantasme et de réalité.

Objets d'études Références littéraires

Autres références culturelles

  • Mythes fondateurs

 

 

 

  • Figures mythiques

 

 

 

 

  • Images de l'Italie
  • Brancati V., Don Giovanni in Sicilia, 1942 ; Il bell’Antonio, 1949
  • Collodi C., Le avventure di Pinocchio, 1883
  • Da Ponte L., Cosi fan tutte ossia la scuola degli amanti, 1789
  • De Amicis E., Cuore, 1886
  • De Roberto F., I vicerè, 1894
  • Ginzburg N., Le piccole virtù, 1962 ; Lessico famigliare, 1963 ; Ti ho sposato per allegria, 1964 ; Mai devi domandarmi, 1970
  • Isnenghi M., Garibaldi fu ferito : il mito, le favole, 2007
  • Leopardi G., « All’Italia », Canti, 1818
  • Macchia G., Vita, avventure e morte di Don Giovanni, 1991
  • Nesi E., Storia della mia gente, 2010
  • Papini G., Colui che non potè amare, 1906
  • Pasolini P.P., « Supplica a mia madre », Poesia in forma di rosa, 1962
  • Petrarca F., « Italia mia », Canzoniere
  • Sbarbaro C., « Padre, se anche tu non fossi il mio », Pianissimo, 1914
  • Severgnini B., La testa degli italiani, 2008
  • [film] De Gregorio G., Pranzo di Ferragosto, 2008
  • [film] Faenza R., I Vicerè, 2007 
  • [film] Fellini F., I vitelloni, 1953
  • [film] Fellini F., Il Casanova, 1976
  • [film] Germi P., Sedotta e abbandonata, 1964
  • [film] Ligabue L., Made in Italy, 2018
  • [film] Losey J., Don Giovanni, 1979
  • [film] Martone M., Noi credevamo, 2010
  • [film] Moretti N., Caro Diario, 1993 ; Aprile, 1994
  • [film] Monteleone E., Due partite, 2009 
  • [film] Muccino G., A casa tutti bene, 2018
  • [film] Ozpetek F., Mine vaganti, 2010
  • [film] Pasolini P.P., Mamma Roma, 1962
  • [film] Rossi F., Il seduttore, 1954
  • [film] Scola E., La famiglia, 1987
  • [film] Virzì P., Il capitale umano, 2014
  • [film] Visconti L., Senso, 1954
  • [film] Visconti L., Il Gattopardo, 1962
  • [film] Zanasi G., Non pensarci, 2007

 

 

Thématique « Pouvoirs et contre-pouvoirs »

Pouvoirs et contre-pouvoirs sont les deux éléments indissociables d’un même espace politique, social, économique, la Cité. Ils interrogent toutes les sociétés et toutes les périodes historiques, de la sphère la plus intime au groupe le plus large.

Les épisodes fondateurs, les grands hommes, les formes et lieux de pouvoir, la constitution de territoires politiques et linguistiques, les idéologies, sont autant de composantes d’une identité en perpétuelle transformation.

Aussi cette thématique offre-t-elle la possibilité de multiples objets d’étude et ouvre des problématiques permettant une compréhension de la réalité de l’Italie, dans ses frontières et hors d’elles, aujourd’hui et dans des périodes révolues. On ne se prive pas pour autant d’utiles comparaisons avec d’autres réalités culturelles dès lors qu’elles s’avèrent pertinentes.

Pour ce faire, on convoque tous les champs de la connaissance humaine : les champs historiques, philosophiques, sociologiques et politiques sont autant de grammaires dont on se saisit pour apprendre à nuancer le regard et la réflexion.

Cette thématique permet, d’une part, de prendre en considération les interrogations que l’Italie porte sur son passé et sur son avenir, et d’autre part, de comprendre ces interrogations à l’échelle d’un monde globalisé. Dès lors, proposer des objets d’étude problématisés et inscrits dans une perspective diachronique est indispensable pour sortir d’une équivoque délétère.

Cette thématique s’efforce opportunément de rendre compte de la singularité du modèle italien en reconnaissant les propositions expérimentales et innovantes italiennes et la fortune qu’elles ont connue dans l’Histoire et dans le monde.

L’on comprend d’autant mieux cette singularité que l’on s’interroge sur les moyens d’expression inédits, qu’ils soient littéraires ou culturels, qui la soutiennent. On analyse par exemple avec profit les rapports entre littérature et politique, comme on s’interroge sur le rôle des intellectuels dans la cité ou encore sur le statut de l’œuvre d’art. Ainsi peut-on appréhender les continuités et les ruptures qui ont jalonné l’histoire de la langue, de la littérature et de la culture italiennes.

Axe d’étude 1 : Incarnations du pouvoir

Incarner le pouvoir, c’est l’habiter, lui donner corps, vie et forme, « chair et os », le présenter et le représenter, mais aussi s’en emparer, le forcer, l’amadouer. Or l’Italie, considérée par de nombreux historiens comme un laboratoire des modèles politiques européens, est à bien des égards et de longue date concernée par cette question de la représentativité du pouvoir et de la légitimité sur laquelle il croît et forge son image.

L’exercice du pouvoir ne se limite pourtant pas à la sphère politique, puisqu’il peut s’incarner dans la religion, la finance, les milieux d’affaires, les médias ou même encore les lobbies ; ainsi la question de la propagande, sous toutes ses formes, peut être abordée comme moyen d’exercer un pouvoir sur les individus et de s’imposer dans l’opinion par la force ou la conviction.

Certaines manifestations d’abus de pouvoir émanant de l’ordre établi peuvent également entretenir des collusions avec des forces anti-institutionnelles comme le pouvoir souterrain de la mafia entre autres. La littérature et le cinéma interrogent abondamment cet aspect de l’histoire récente italienne.

Enfin, si cette dernière nous aide à comprendre le rapport critique du peuple italien face à son État et à l’autorité, il importe ici encore de questionner plus largement ce lien, entre distance et engagement, bien en amont de la constitution de cet État, et d’ouvrir la réflexion sur d’autres jeux d’influence qui régissent le quotidien des Italiens, au travail ou dans le cadre familial.

Objets d'études Références littéraires

Autres références culturelles

  • Institutions

 

 

  • Propagandes

 

 

  • Abus de pouvoir

 

 

  • Le rapport à la loi
  • Alighieri D., Inferno, XXVI
  • Brancati V., Il vecchio con gli stivali, 1945
  • Campanella T., La città del sole, 1602
  • De Cataldo G., Romanzo criminale, 2002
  • Fenoglio B., Una questione privata, 1963
  • Fo D., Morte accidentale di un anarchico, 1970 ; Non si paga ! 1974 
  • Machiavelli N., Il Principe 
  • Manzoni A., I promessi sposi, 1842 (le personnage de Don Rodrigo) 
  • Moravia A., La ciociara, 1957 
  • Sciascia L., Il giorno della civetta, 1961; Gli zii di Sicilia, 1967 
  • Viganò R., L’Agnese va a morire, 1949 
  • Vittorini E., Il garofano rosso, 1948 (écrit en 1933-34) 
  • [essai] Falcone G. con Padovani M., Cose di cosa nostra, 1991
  • [essai] Pasolini P.P., Scritti corsari (1973-75) 
  • [essai] Saviano R., Vieni via con me, 2011
  • [essai] Dalla Chiesa N., Manifesto dell’antimafia, 2014
  • [icon] Lorenzetti, Allegoria ed effetti del buono e del cattivo governo, 1338-1339 
  • [film] Ando’ R., Viva la libertà, 2012 
  • [film] Calopresti M., La seconda volta, 1995 
  • [film] De Sica V., Ieri, oggi e domani, episodio “Adelina di Napoli”, 1963 
  • [film] Pasolini P.P., Teorema, 1968
  • [film] Placido M., Romanzo criminale, 2005
  • [film] Risi D., I Mostri, 1963
  • [film] Rosi F., Salvatore Giuliano, 1962 
  • [film] Rosi F., Le mani sulla città, 1963
  • [film] Rosi F., Cadaveri eccellenti, 1976 
  • [film] Scola E., Una giornata particolare, 1977
  • [film] Zambrano A., Après la guerre / Dopo la guerra, 2017 
  • [video] Documentaires sur l’élection du doge à Venise, du Pape à Rome, le système électoral de 1948 
  • [web] Entrer les mots-clés dans un moteur de recherche :
    - anni spietati, la storia siamo noi, Rai
    - esordi della Repubblica, L’Italia dei partiti
    - davanti alla TV, la storia siamo noi, Rai
    - mafia, la storia siamo noi, Rai 
    - fascismo, discorso del bivacco, programma, fasci di combattimento, 1919, Treccani

 

Ressources sur la Clé

 

Axe d'étude 2 : Pouvoirs symboliques

Cet axe d’étude trouve ses déclinaisons dans de nombreux domaines et ses incarnations auprès d’acteurs aux profils divers, hommes et femmes d’État et gens d’église, lettrés et intellectuels, artistes et humanistes, en somme toutes celles et ceux qui ont exercé ce pouvoir en lien avec une institution, une discipline, une langue, un savoir-être ou un savoir-faire.

Comment s’exprime un pouvoir, qu’exprime-t-il, quelles sont ses représentations ? Comment expliquer que l’on s’y soumette ou s’y oppose, qu’il fascine, qu’il répugne, qu’il inclue ou exclue ?

En marge du pouvoir institutionnel, il est possible de définir une série de pouvoirs symboliques dont les incarnations préexistent ou se fondent parallèlement au pouvoir constitué. Par exemple, on peut s’intéresser à la place souvent paradoxale qu’occupent la religion et l’Église en particulier dans la société italienne, que l’on songe à la vivacité des débats nés du développement des Ordres Mineurs en Italie au Moyen Âge, à la « question romaine » à la fin du Risorgimento ou à la fonction symbolique incarnée encore aujourd’hui par le Pape.

On peut également se pencher sur le rôle majeur joué par la voix des hommes et femmes de lettres comme des artistes dans l’affirmation d’un pouvoir symbolique en rapport aux institutions et à l’ordre social.

La question linguistique et le maniement de la langue (italienne, nationale, régionale, dialectale) comme instrument de pouvoir et vecteur (ou non) d’unification donne lieu à d’autres réflexions, que l’on peut relier à l’héritage tantôt encensé, tantôt contesté, des valeurs nées des courants humanistes.

 

Objets d'études Références littéraires Autres références culturelles
  • Religion et société



     
  • Intellectuels et société



     
  • Langue et pouvoir



     
  • Pouvoir de l'art
  • Alighieri D., Purgatorio, VI, 76-151 (“Ahi, serva Italia”)
  • Brancati V., Il vecchio con gli stivali, 1945
  • Croce B., Manifesto degli intellettuali antifascisti (o Antimanifesto), 1925
  • Eco U., Il nome della rosa, 1980
  • Fo D., Morte accidentale di un anarchico, 1970 ; Non si paga, non si paga ! 1974
  • Foscolo U., I Sepolcri (26-61 ; 151-197 ; 226-295), Le grazie (1-8)
  • Guareschi G., Don Camillo e Peppone, 1954
  • Iacopone da Todi, « O amor de povertate » (36) ; « O Francesco povero » (40) ; « Povertat’ ennamorata » (47) ; « O papa Bonifazio, molt’hai iocato » (83), in Laude 
  • Lorenzo de’ Medici, Canti carnascialeschi ; Sacra rappresentazione dei Santi Giovanni e Paolo, ca 1480-90
  • Monti V., Teseo, 1804 ; Visione, 1805
  • Moravia A., Gli indifferenti, 1929
  • Petrarca F., « Italia mia », (128) ; « Fiamma dal ciel… » (136), « L’avara Babilonia… » (137) ; « Fontana di dolore, albergo d’ira » (138), in Canzoniere
  • Poeti del dolce stil novo
  • Poeti cortigiani del Quattrocento 
  • Poesia epico-cavalleresca del Cinquecento 
  • Poliziano A., Commentario della congiura dei Pazzi, 1478
  • Pratolini V., Cronache di poveri amanti, 1947
  • Rigoni-Stern M., Il sergente nella neve, 1953
  • Silone I., Fontamara, 1933
  • Vittorini E., Il garofano rosso, 1948 
  • [essai] Manzoni A., Storia della colonna infame, 1840 
  • [essai] Pasolini P.P., Scritti corsari (1973-75) 
  • [essai] Silone I., La scuola dei dittatori, 1938

 

  • [arts] La scapigliatura 
  • [icon] Caracci A., Trionfo di Bacco e di Arianna (palazzo Farnese), 1597- 1604 
  • [icon] Caravaggio, Madonna dei Pellegrini, 1606
  • [icon] Garullo A., Ottocento M., Il Sogno degli Italiani, 2012
  • [icon] Guttuso R., La crocifissione, 1941
  • [icon] La Scuola Romana ou Scuola di via Cavour 
  • [film] Bellocchio M., L’ora di religione, 2002
  • [film]  Bellocchio M., Vincere, 2009 
  • [film] Duvivier J., Don Camillo, 1951
  • [film] Falcone E., Se Dio vuole, 2015 
  • [film] Fellini F., Roma, 1972
  • [film] Monicelli M., Risi D., Scola E., « Tantum ergo » in I nuovi mostri, 1977 
  • [film] Moretti N., Aprile, 1998 
  • [film] Moretti N., Habemus papam, 2011 
  • [film] Pasolini P. P., Il Vangelo secondo Matteo, 1964 
  • [film] Sorrentino P., Il Divo, 2008 
  • [film] Sorrentino P., Loro1/Loro2, 2018
  •  [web] Entrer les mots-clés dans un moteur de recherche : 
    - mecenato imprenditoriale italiano, museimpresa
    - Brunello Cucinelli, pensieri, mondo contemporaneo, riservatezza
    - Diego della Valle, Tod’s, mecenato, Colosseo, Teatro alla Scala
    - Zegna, fondazione, mecenato ambientale, oasi

Ressources sur la Clé

 

Axe d’étude 3 : Les formes d'engagement de la société civile

Le citoyen, en tant que membre de la polis, vit protégé par les institutions et la force du groupe, mais il est aussi un acteur conscient de la vie de cette cité, de la vie en commun.

En Italie, la spécificité du rapport du citoyen à l’État, pour des raisons essentiellement historiques, conditionne les formes variées d’engagement de la société civile. Il convient de considérer la spécificité du pouvoir de la société civile à la fois comme complémentaire de la force de l’État et comme contre-pouvoir à un État dans lequel les citoyens se reconnaissent difficilement.

Aussi constate-t-on, en Italie, un engagement fructueux, ancien et multiforme du citoyen dans la vie de la cité. Il se manifeste par des formes singulières, multiples et riches : la vie associative, les manifestations et actions de solidarité, les revendications progressistes pour la défense ou l’acquisition de droits.

Cet engagement particulier a donné naissance à des propositions inédites et des mouvements alternatifs qui ont favorisé la créativité et l’idée de progrès et connu pour la plupart un succès considérable.

 

Objets d'études Références littéraires Autres références littéraires
  • Engagements citoyens

 

 

 

 

  • Solidarités

 

 

 

 

 

  • Propositions alternatives (SlowFood, pédagogie, psychiatrie, etc.)
  • Alighieri D., Purgatorio, VI, 76-151 (“Ahi, serva Italia”) 
  • Buzzati B., Le notti difficili, (« Elefantiasi »), 1971
  • Calvino I., La nuvola di smog, 1958
  • Calvino I., La speculazione edilizia, 1961 ; Le città invisibili (« Leonia ») 1972
  • Dalla Chiesa N., Manifesto dell’antimafia, 2014 
  • De Amicis E., Cuore, 1886
  • Fo D., Morte accidentale di un anarchico, 1970 ; Non si paga, non si paga ! 1974
  • Foscolo U., Ultime lettere di Jacopo Ortis (11, 13, 20 ottobre), 1805 
  • Leopardi G., « La ginestra » (1-51), Canti, 1845
  • Levi C., Cristo si è fermato a Eboli, 1945
  • Levi P., Se questo è un uomo (« Il canto di Ulisse »), 1947
  • Levi P., La tregua, 1963
  • Mazzantini M., Mare al mattino, 2015 
  • Petrarca F., « Italia mia » (128), in Canzoniere 
  • Parini G., La salubrità dell’aria, 1759
  • Pasolini P.P., Ragazzi di vita, 1955
  • Pennacchi A., Canale Mussolini, 2010
  • Pennacchi A., Il fasciocomunista, 2003
  • Rumiz P., Tre uomini in bicicletta, 2002
  • San Francesco, Il cantico delle creature 
  • Sciascia L., L’affaire Moro, 1978
  • Settis S., La battaglia per l’ambiente contro il degrado civile, 2010
  • Ungaretti G., L’allegria (« Veglia » e « Fratelli »), 1943
  • [essai] Basaglia F., L'istituzione negata, 1968 ; La maggioranza deviante, 1971 
  • [essai] Bosco G. (Don), Il sistema preventivo nella educazione della gioventù, 1877 (a cura di Pietro Braido, 1985)
  • [essai] Fanelli F., A casa del popolo. Antropologia e storia dell’associazionismo creativo, 2014 
  • Mattarella S., « Senza solidarietà non è Italia », discours prononcé par le Président de la République en juin 2018
  • [essai] Milani L. (Don), Lettera a una professoressa, 1967 ; A che serve avere le mani pulite se si tengono in tasca
  • [essai] L'obbedienza non è più una virtù. Documenti del processo di Don Milani, 1965
  • [essai] Montessori M., « La questione femminile e il Congresso di Londra », in L'Italia Femminile,1899
  • [essai] Montessori M., Il Metodo della Pedagogia Scientifica applicato all'educazione infantile nelle Case dei Bambini, 1909 ; Educazione e pace, 1949, prefazione di R. De Monticelli, 2011
  • [essai]  Reggio P., Lo Schiaffo di don Milani, 2014
  • [essai] Petrini C., Padovani G., Slow Food, Storia di un'utopia possibile, 2017
  • [film] Agosti S, La Seconda ombra, 2000
  • [film] Archibugi F., Il Grande cocomero, 1993
  • [film] Crialese E., Terraferma, 2011
  • [film] Giordana M-T., La meglio gioventù, 2003
  • [film] Luchetti D., Mio fratello è figlio unico, 2007
  • [film] Marcello P., Bella e perduta, 2015
  • [film] Olmi E., L’albero degli zoccoli, 1978 ; Terra madre, 2008
  • [film] Rosi G., Fuocoammare, 2016
  • [video] Sardo S., Slow Food Story, 2013
  • [video] Grudzinska J., Révolution école 1918 – 1939, Arte, 2016 
  • [web] ] Entrer les mots-clés dans un moteur de recherche :
    - solidarietà, la storia siamo noi, Rai
    - Erri De Luca, reato, solidarietà, video corriere, marzo 2018
    - Pietro Durante, Libero nel nome, Rai
    - corso di laurea in volontariato, La Repubblica, nov 2012
    -  industria culturale, 800mila, volontari, servizio, patrimonio, Corriere della Sera, nov 2015
    - lettera, Libero Grassi, caro estortore, Repubblica, agosto 2018
    - lettera, Rita Borsellino, 10 maggio 1995, Quotidiano di Salerno, luglio 2018
    - Arci Mediterraneo, contro, reato di solidarietà, 2018
    - Libera, don Luigi Ciotti, campi di volontariato
    - uso sociale, beni sequestrati, mafia : il volontariato
    - storia, cooperative sociali, Italia, treccani.it
    - pratiche del dono, solidarietà, Italia, regioni, treccani.it
    - università del volontariato, angeli del fango, Firenze - 1966, Livorno - 2017
    - CAI, FAI, Legambiente, LIPU, TCI, Italianostra
    - Sant’Egidio, solidarietà, cattolicesimo, internazionale, politica
    - Sant’Egidio, Giovani per la Pace
    - Forgat Onlus, cene solidali, orti urbani, napoli
  •  [web] Entrer les mots-clés dans un moteur de recherche :
    - Costituzione italiana, art. 2
    - ISTAT, Attività gratuite, a beneficio di altri, Report, 23 luglio, Roma, 2014
    - Manifesto, Slow Food
    - Legge Basaglia, Legge 180

 

Ressources sur la Clé

 

Axe d’étude 4 : Désobéissances et résistances

Au fil de l’histoire, la désobéissance et la résistance ont pris, en Italie, des formes collectives et ont contribué à la naissance de la conscience individuelle qui deviendra progressivement un des socles des démocraties européennes modernes. Le droit de résister et de désobéir est en effet un des droits fondamentaux de l’homme et du citoyen, une des expressions de sa liberté.

La désobéissance civile ou civique se traduit par le refus de respecter la loi au nom de sa conscience. La résistance, quant à elle, naît de l’instauration d’un pouvoir auquel s’oppose un contre-pouvoir pourvoyeur d’actes visant à se défendre d’une agression, d’une contrainte, d’une oppression, parfois au moyen d’actions violentes. Ceux qui trouvent la force de désobéir et de résister face à un pouvoir qu’ils jugent illégitime peuvent inventer un autre pouvoir, celui de la contestation et de l’imaginaire ; ils allument des contre-feux pour transgresser ou même rompre avec le discours dominant.

« Nous devons désobéir », écrivait Goffredo Parise. De la relation ambiguë et complexe au Pouvoir, en général, et à l’obéissance, en particulier, sont nées, dans le courant de l’histoire de l’Italie et des Italiens, des formes d’expression originales et variées, qu’il s’agisse de passer la société au crible du rire pour révéler sa cruauté à travers une comédie plus satirique que divertissante ou que l’on décide de remettre en cause de façon radicale les paramètres ancestraux de la beauté.

Objets d'études Références littéraires Autres références littéraires
  • La comédie à l'italienne

 

 

 

 

  • Les avant-gardes

 

 

 

 

  • Féminisme à l'italienne

 

 

 

 

  • Contestations
  • Agus M., Mentre dorme il pescecane, 2005 ; La contessa di ricotta, 2009
  • Aleramo S., Una donna, 1906
  • Aretino P., Il Marescalco, 1526
  • Ariosto L., La Cassaria, 1508
  • Boccaccio G., Decameron, 1349- 1353
  • Bruno G., Il Candelaio, 1582 
  • Calabresi M., Spingendo la notte più in là, 2007
  • D’Albisola T., L’anguria lirica, 1933
  • De Filippo E., Filumena Marturano, 1946
  • De Luca E., Aceto, arcobaleno, 2002
  • Fallaci O., Lettera a un bambino mai nato, 1975
  • Ferrante E., I giorni dell’abbandono, 2002
  • Fo D., Mistero buffo, 1969 ; Morte accidentale di un anarchico,1970
  • Ginzburg N., Lessico famigliare, 1965 ; Caro Michele, 1973
  • Goldoni C., La Bottega del Caffè, 1750 ; La Locandiera, 1753 ; Il Campiello, 1756
  • Gramsci A., Lettere dal carcere, 1948
  • Levi C., Cristo si è fermato a Eboli, 1945
  • Levi P., Se questo è un uomo, 1946
  • Loy R., La prima mano, 2009
  • Machiavelli N., La Mandragola, 1515
  • Manzoni A., I promessi Sposi, 1840- 42
  • Marinetti T., Manifesto del futurismo, 1909
  • Marzano M., Sii bella e stai zitta. Perché l’Italia di oggi offende le donne, 2011
  • Merini A., Diario di una diversa, 1986
  • Morante E., Menzogna e sortilegio, 1948
  • Murgia M., Accabadora, 2009 ; Ave Mary. E la Chiesa inventò la donna, 2011 
  • Palazzeschi A., « Lasciatemi divertire », in L’incendiario, 1910
  • Pavese C., Tra donne sole, 1949
  • Pratolini V., Cronache di poveri amanti, 1947
  • Sbarbaro C., « Taci anima stanca di godere », in Pianissimo, 1913
  • Scotellaro R., « Sempre nuova è l’alba » (1948)
  • Silone I., Fontamara, 1933
  • Sofri A., La notte che Pinelli, 2009
  • Tamaro S., Va’ dove ti porta il cuore, 1994
  • Vittorini E., Conversazione in Sicilia, 1941
  • [essai] Gili J., La Comédie italienne, 1983 
  • [essai] Sciascia L., L’affaire Moro, 1978 
  • [essai] Silone I., La scuola dei dittatori, 1938 
  • [doc] Pasolini P.P., « Io so », Corriere della Sera, novembre 1974
  • Comédies de Plaute et de Terence, inspirateurs de la Commedia dell’Arte, de Molière, de Carlo Goldoni.
  • [icon] Balla G., Velocità e rumore, 1915 ; Dinamismo di un cane al guinzaglio, 1912 
  • [icon] Boccioni U., : Quelli che vanno, 1911 ; Forme uniche nella continuità dello spazio, 1913
  • [icon] Carpaccio V., La Madonna leggente,1510
  • [icon] Carrà C., I funerali dell’anarchico Galli 1911 ; Luci notturne 1911
  • [icon] Depero F., Il libro imbullonato, 1927
  • [icon] Gentileschi A., Autoritratto come allegoria della pittura (1638), Autoritratto come suonatrice di liuto (1617), Autoritratto come martire (1615)… 
  • [web] Entrer les mots-clés dans un moteur de recherche :
    - Artemisia Gentileschi, dueminutidiarte, biografia, opere, riassunto
  • [film] Benigni R., La vita è bella, 1997
  • [film] Bellocchio M., Buongiorno notte, 2003; Vincere, 2009
  • [film] Brusati F., Pane e Cioccolata, 1974
  • [film] Camerini M., I Grandi Magazzini, 1939
  • [film] De Sica V., Ladri di biciclette, 1948
  • [film] De Sica V., Ieri Oggi e Domani, 1963
  • [film] Di Palma C., Teresa la ladra, 1973
  • [film] Giordana M-T., La meglio gioventù, 2003 ; Romanzo di una strage, 2012
  • [film] Monicelli M., Steno, Guardie e ladri, 1951; Totò e Carolina, 1955 ; I Compagni, 1963; Caro Michele,1976
  • [film] Moretti N., Il Caimano, 2006
  • [film] Ponzi M., Volevo i pantaloni, 1990
  • [film] Risi D., La Marcia su Roma, 1962 ; I Mostri, 1963 
  • [film] Rosi F., Cristo si è fermato a Eboli, 1979
  • [film] Rosi F., Uomini contro, 1970
  • [film] Rossellini R., Roma città aperta, 1945
  • [film] Visconti L., Bellissima, 1951 
  • [video] Entrer les mots-clés dans un moteur de recherche :
    - Dossier Resistenza - La Storia siamo noi - Rai
    - anni di piombo - La Storia siamo noi - Rai
  • [théâtre] Entrer les mots-clés dans un moteur de recherche :
    - les spectacles, Marta Cuscunà
    - Carmelo Bene, conception, théâtre
    - Orlando Furioso, Luca Ronconi
    - Emma Dante, théâtre social, barbarie du monde
  • [web] Entrer les mots-clés dans un moteur de recherche :
    - Artemisia Gentileschi, femminista prima del femminismo, La Repubblica, settembre 2018
    - Il potere politico, rosa, La Repubblica, novembre 2017
    - Al potere devono andarci le donne, Il fatto quotidiano, marzo 2018
    - Emma Dante, scène, révolte, autoformation, Opera contro 
    - Femminismo e femminismi, anni Ottanta, La clé des langues
    - Féminismes et transmission générationnelle, La clé des langues
    - conquiste femminili più importanti : parità di stipendio (‘61)
    - tutela delle lavoratrici madri (‘63) 
    - divorzio (‘70)
    - asili nido statali (‘71)
    - consultori (’75)
    - parità dei coniugi (‘75)
    - aborto (‘78)
    - Comici e politica, Roberto Benigni
    - Comici e politica, Daniele Luttazzi
    - Comici e politica, Maurizio Crozza
    - Donne e potere, i numeri della parità di genere, left.it, marzo 2016, giorgia furlan
    - Monica Vitti, donna ribelle, pensieriparole.it, novembre 2017
    - Nuovo attacco al cantiere tav, Repubblica, luglio 2017 
    - il Tap (in breve), il gasdotto, Agi, Lega, M5S, Voce.info, Repubblica, Stampa, 5 agosto 2018
    - no-vax, umbriajournal, ragioni, antivaccinisti, agosto 2018 
    -  Gronda di Genova, breve storia, opera ostacolata, polemiche politiche, No Gronda, A10, 15 agosto.

Ressources sur la Clé

 

Pour citer cette ressource :

"Sélection de ressources pour le programme de spécialité LLCER italien de première", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), décembre 2022. Consulté le 18/04/2024. URL: https://cle.ens-lyon.fr/italien/se-former/programmes-denseignement/une-selection-de-ressources-de-la-cle-italienne-pour-le-programme-de-langues-litteratures-et-cultures-etrangeres-de-premiere-generale