Vous êtes ici : Accueil / Se former / Programmes d'enseignement / Une sélection de ressources de La Clé italienne pour le cycle terminal

Une sélection de ressources de La Clé italienne pour le cycle terminal

Publié par Alison Carton-Kozak le 29/09/2020
La Clé italienne vous propose sur cette page une sélection de ressources en lien avec le programme du cycle terminal. Vous trouverez les huit thématiques suivies du texte de cadrage d'Éduscol (en italique). Les axes de réflexion proposés (en gras) sont établis à partir des ressources disponibles sur La Clé italienne ; ils ne constituent en aucun cas des recommandations officielles. Les ressources indiquées ici ont pour but d'apporter une connaissance scientifique en lien avec les thématiques, et non de fournir des pistes d'exploitation pédagogiques.


Le programme de langues vivantes de première et terminale générales et technologiques, enseignements commun et optionnel est paru au Bulletin officiel spécial n° 1 du 22 janvier 2019.

 

Identités et échanges

Quel rôle joue la mondialisation dans le dynamisme de la vie sociale, culturelle et économique dans chaque aire géographique ? Favorise-t-elle la diversité ou la menace-telle ? Entraîne-t-elle une affirmation de la particularité ? Modifie-t-elle la particularité locale ou individuelle au profit d'une « citoyenneté mondiale » ?

La mobilité (intellectuelle, physique…) caractérise le monde actuel et implique la multiplication des contacts, des échanges, des partenariats tout en posant les questions de l’acculturation, de l'intégration, de l'adaptation, de l’inclusion, etc. Cette mobilité suppose le franchissement de frontières géographiques et politiques. Les questions liées à l’ouverture et à la fermeture des frontières sont à la source de nombreuses tensions qui sont traitées différemment selon l’histoire et la culture des zones géographiques concernées. Le terme de frontière est appréhendé dans ses différentes acceptions (frontière historique, culturelle, linguistique, etc.). Les élèves réfléchissent en particulier aux frontières qui existent au sein d'une société entre des groupes différents (entre générations, groupes sociaux, quartiers, clans…). La perception de la mondialisation comme le sentiment de frontière, la réalité des échanges et de la mobilité dépendent de la culture et de l’aire géographique étudiées et il conviendra de les aborder dans ce cadre spécifique. 

Mots-clés : frontières / conflits / contacts / ghettos / migrations / exils / hospitalité / droit d’asile / choc des cultures / incompréhension culturelle et-ou linguistique / frontières invisibles / solidarité / transgression / protectionnisme / mobilité / déclassement social / ascension sociale / voyages / dépaysement / tourisme / accueil / médiation / dialogue / mixité / partage

 

Migrations vers l'Italie

Ces ressources traitent de Lampedusa et du rapport entre migrants et population locale

  • Pietro Bartolo revient dans cette interview sur la perception des migrants, notamment à travers les médias et le langage. Intervista a Pietro Bartolo (entretien mené par Rosanna Maggiore, 29/03/2018)
  • Cette fiche de lecture présente le livre de Pietro Bartolo et Lidia Tilotta, Lacrime di sale, publié chez Mondadori en 2016. Pietro Bartolo y relate son expérience de médecin accueillant les migrants à Lampedusa depuis plus de 25 ans. Pietro Bartolo, Lidia Tilotta, Lacrime di sale (fiche rédigée par Rosanna Maggiore, 29/03/2018)
  • Cette introduction au film-documentaire de Gianfranco Rosi Fuocoammare consacré aux migrants de Lampedusa permet de revenir sur l'expérience du réalisateur qui a partagé pendant un an la vie des migrants à Lampedusa. Gianfranco Rosi, Fuocoammare (2016) (chronique cinéma de Giovanni Gafà, 06/03/2018)
  • Emanuela Alice Scialoja reprend les événements qui ont rythmé la vie de l'île de Lampedusa, tous plus ou moins liés aux problèmes des flux migratoires à destination de l'Europe. Lampedusa, le drame de la porte de l'Europe. Lampedusa, le drame de la porte de l'Europe (conférence d'Emanuela Alice Scialoja, 08/05/2012)
     


Les Italiens dans le monde

Du choc des cultures aux solidarités locales, quels rapports les Italiens migrants ont-ils entretenu avec leurs pays d'accueil ?

  • Antonio Canovi présente les différents types d'émigration depuis l'Italie et revient sur la constitution des "Petits Italies" et sur le rôle des Etats au cours du XXe siècle. Migranti con la memoria: Casi di studio tra Italia, Francia, Belgio, Argentina (séminaire d'Antonio Canovi, 09/04/2013)

  • Deux figures ouvrières italiennes et lyonnaises de l'après-guerre. François Alloisio, membre actif de l'Inca (Istituto Nazionale Confederale di Assistenza) qui s'est battu pour la défense des droits des travailleurs immigrés et particulièrement des Italiens et Madeleine Alloisio, membre active de la CGT à Lyon nous parlent de la lutte syndicale, de l'antifascisme, de leurs victoires et du temps de la dernière grande vague d'immigration italienne. La lutte syndicale et la communauté italienne à Lyon (entretien mené par Jean-Luc de Ochandiano  22/11/2013)

  • Fiche de lecture du Vivere altrove de Marisa Fenoglio, paru chez Sellerio editore en 1997, qui narre à la première personne l'expérience de l'auteure : fraîchement diplômée et jeune mariée, elle émigre avec son mari en Allemagne. S'il s'agit d'une "émigration privilégiée", elle n'en reste pas moins douloureuse. Marisa Fenoglio, Vivere altrove (fiche de lecture par Maurizia Morini, 02/09/2008)​

 

L'Italie à l'épreuve de la mondialisation
Le monde moderne globalisé modifie la notion de frontière. Comment l'Italie et sa culture s'insèrent-elles dans ce nouvel espace ?

 

Espace privé et espace public

Comment la frontière entre espace public et espace privé est-elle tracée en fonction des cultures, des croyances, des traditions et comment évolue-t-elle dans le temps dans chaque aire géographique étudiée ? L’espace privé (l’habitation) prend des formes et des dimensions variables et s’ouvre sur l’extérieur (la rue, les regards, les invités…) selon des modalités multiples. Étudier les différentes configurations d’espaces privés et publics, leur fréquentation et leurs transformations permet de mieux comprendre comment est structurée une société. Par exemple, les femmes ont longtemps été, ou sont encore, cantonnées à la sphère privée ; leur accès à la sphère publique (politique, professionnelle, médiatique, sociale) est un mouvement général qui reste d’actualité. La redistribution des rôles au sein de la famille est une conséquence de cette émancipation. Comment s’opèrent les mutations au sein de ces deux espaces privé et public (famille, espaces de sociabilité, travail…) ? Les langues elles-mêmes, dans leur usage, sont conditionnées par cette distinction (argots, registres…) et les cultures étudiées laissent apparaître des variations qu’il convient de relever.

Mots-clés : égalité homme-femme / parité / machisme / féminisme / droit de la famille / éducation / liberté de mouvement / émancipation / mixité / émancipation / télétravail / lieux de convivialité / type d’habitat / espaces publics / espaces religieux

Emancipation des femmes

Longtemps cantonnées à la sphère privée, l'émancipation progressive des femmes leur a permis d'investir l'espace public.

  • Dans cet article sur la production romanesque de Maria Messina, on s'interroge sur sur la condition des femmes en Sicile ainsi que dans l’Italie centrale et méridionale du début du XXe siècle. Au passage de la jeune fille à la femme soumise, mariée ou compromise sexuellement, l’auteure oppose des héroïnes en marge de l’ordre symbolique ; cet état d’exclusion se traduit par une véritable résistance aux contraintes de la vie familiale, sociale et culturelle. Les "signorine" de Maria Messina : des héroïnes en marge de l'ordre symbolique (Giusi La Grotteria, 18/11/2019)
  • Donna in guerra (1975) est sans doute le plus « féministe » des romans de Dacia Maraini. En mettant en scène la position infantilisée et/ou soumise de l'héroïne Vannina dans différents espaces sociaux – la maison, la blanchisserie de son amie Giottina, l’école où elle enseigne, le mouvement socialiste qu’elle fréquente – le récit dénonce le caractère systémique de l’inégalité entre sexes et la nécessité de la combattre sur tous les fronts. Fiche de lecture Dacia Maraini, Donne in guerra (1975) (Alison Carton-Vincent, 13/05/2016)
  • Avec Una donna, entre fiction et autobiographie, Sibilla Aleramo publie en 1906 ce que l'on peut considérer comme le premier roman féministe italien. Elle y relate la dichotomie entre la célébration de la maternité et sa décision d'abandonner son fils en quittant le foyer conjugal, un choix dicté par le besoin d'auto-détermination et de libération de soi. Fiche de lecture : Sibilla Aleramo, Una donna (par Barbara Solari, 04/12/2007)
  • I primi gruppi femministi in Italia (par Maurizia Morini, 20/11/2007) : dossier sur la constitution des premiers groupes féministes. 
  • Entretien avec Chiara Zamboni (13/01/2007) : fondatrice de la communauté philosophique Diotima : elle y revient sur son parcours et sur la nécessité d'espaces publics de diffusion des réflexions féministes (revues, bibliothèques...)
  • Estelle Ceccarini nous présente l'oeuvre, la vie et le parcours d'une femme de la Résistance italienne : Giovanna Zangrandi. Son parcours atypique (du fascisme à la Résistance), son rapport à la féminité, son accomplissement dans la lutte partisane et surtout sa production littéraire sont autant de thèmes abordés au cours de cette intervention ponctuée de courtes lectures de I giorni veri, le "journal de guerre" de Giovanna Zangrandi. (Giovanna Zangrandi, une voix singulière de la Résistance (22/03/2013)
  • France / Italie : une conciliation possible de la maternité et du travail ? Cet entretien dialogué entre Ana Pelletta et Muriel Salle sur le travail des femmes aborde divers thèmes, comme le congé maternité, la garde parentale, le cadre législatif, le choix de garde ou d'activité, la question des salaires... Il est accompagné, en guise de matériel documentaire, d'une sélection d'articles en français et en italien (16/03/2010)

  • Entre vie privée et vie publique : les "fanciulle" dans les sermons de Savonarole : Cécile Terreaux-Scotto nous parle de la place et du rôle confié aux "fanciulle" par Savonarole dans ses sermons. À la différence des "fanciulli", ce groupe marginal de la cité florentine semble ignoré par la critique probablement à cause de son statut doublement subalterne (les "fanciulle" sont à la fois femmes et enfants). Cependant, il s'avère bel et bien que Savonarole leur confie un rôle car tous sont utiles pour la réalisation du projet du prédicateur qui ne s'articule pas seulement autour de la répression mais qui propose également une réforme politique fondée sur la simplicité dont les "fanciulle" sont peut-être les représentantes. (Cécile Terreaux-Scotto, 19/04/2013)
  • Enfin, le dossier Les mouvements des femmes vous propose de très nombreuses ressources à consulter.

 

De l'espace privé à la politique, de l'espace public à l'intime

L'espace privé de la maison, du foyer peut se transformer en scène politique. A l'inverse, l'espace public de la place peut devenir le théâtre tragique où le personnel et la politique se heurtent violemment dans le cas des attentats. 

  • Dans Lessico famigliare de Natalia Ginzburg, la narratrice évoque son histoire familiale, elle en fixe la langue, les expressions. Mais en faisant revivre la famille Levi, les souvenirs de l'auteure se lient aux noms et aux événements centraux de la culture antifasciste turinoise. Fiche de lecture Lessico famigliare, Natalia Ginzburg (Barbara Solari, 04/12/2007)
  • Avec Una stella incoronata di buio. Storia di una strage impunita, Benedetta Tobagi propose de croiser l'histoire de l'explosion de la bombe de Piazza Loggia à Brescia et celles des vies de ceux qu'elle a tués. (Fiche de lecture Benedetta Tobagi, Una stella incoronata di buio. Storia di una strage impunitaMaurizia Morini, 20/05/2015)

  • Un dossier est consacré à l'attentat de Piazza della Loggia. On y trouvera en particulier le témoignage de Manlio Milani, Président de l'Associazione Familiari Vittime strage di Piazza Loggia dans lequel il évoque le lien entre l'attentat et son engagement personnell. Storia di una strage: Piazza della Loggia, 28 maggio 1974 - Terza parte: l'impegno personale (24/01/2014)

 

Art et pouvoir

Comment le rapport entre art et pouvoir définit-il les caractéristiques de chaque aire géographique étudiée à différentes époques ? Le pouvoir s’est toujours appuyé sur l’art et les artistes pour être célébré, légitimé ou renforcé. Lorsque l’artiste dépend du pouvoir politique ou économique, son œuvre peut-elle prendre la forme d’une contestation de celui-ci ? Le rapport entre art et pouvoir donne lieu à diverses interrogations : l’art est-il au service du pouvoir ? Le pouvoir sert-il l’art ? L’art peut-il être un contre-pouvoir ? L’art est-il une forme d’expression politique ? Peut-on concilier liberté de création et contraintes diverses ? Il conviendra d’étudier comment ce rapport à l’art a évolué dans l’histoire pour chaque culture étudiée.

Mots-clés : architecture (résidences, édifices institutionnels…) / peinture (portraits, art religieux…) / musique (opéras, hymnes, chants…) / littérature (apologies, satires, dédicaces…) / cinéma (films de propagande, films patriotiques…) / art officiel / contre-culture / underground / art engagé / résistance / avant-garde / affiches / caricatures / street art / censure

L'art instrument du pouvoir politique et religieux

Qu'il s'agisse des arts visuels ou de la littérature, l'art a été instrumentalisé par les hommes et femmes de pouvoir comme instrument de propagande. 

  • Partant de l’idée que Benito Mussolini a été un intellectuel autodidacte avant d’être la figure politique que l’on connaît, cette intervention se propose d’ouvrir des pistes de réflexion sur le rapport du « duce » à la littérature. Après avoir retracé le parcours intellectuel de Mussolini, depuis ses années de formation et jusqu’à son arrivée au pouvoir, il s’agira de dégager certaines des principales lignes directrices de sa conception de la littérature pendant les années du régime. En particulier, la définition du poète comme interprète privilégié de la réalité de son temps – en l’occurrence celui de la révolution fasciste – et donc la fonction fondamentalement politique que le chef du régime attribue à la poésie semblent puiser leur source dans une conception romantique de la littérature, qui était déjà la sienne pendant ses années socialistes. Du socialisme au fascisme : littérature et politique dans les œuvres de Mussolini (Elise Varcin, 05/10/2017)

  • La Camera picta d'Andrea Mantegna est une pièce du château San Giorgio, entièrement recouverte de fresques virtuoses, mirant à l’autocélébration de la famille Gonzaga. Elles mettent en scène les membres de la famille, vivants et morts, au cours de plusieurs scènes évoquant des événements fondateurs et soulignant les vertus de Ludovico, ainsi que les effets de son bon gouvernement. (Sarah Vandamme, Andrea Mantegna, La Camera picta, 02/06/2015)

 

L'art comme contre-pouvoir

Quelle est la portée performative de l'engagement artistique ? Comment le cinéma et la chanson en particulier se sont-ils emparés des questions de société pour dénoncer les manquements du pouvoir ?

  • Pour la musique, il sera particulièrement utile de se reporter aux chansons citées dans le dossier L'Italia in musica - Terza parte: Dal dopoguerra agli anni Settanta (1945-1969) (Cesare Grazioli, 21/09/2012)
  • Le film Sulla mia pelle d'Alessio Cremonini revient sur un drame qui a marqué l'Italie en 2009, celui de Stefano Cucchi, mort sept jours après son arrestation par les carabiniers pour possession de drogue. Chronique cinéma : Alessio Cremonini, Sulla mia pelle (2018), (Elena Paroli, 10/01/2019).

  • Sur fond de banlieues déshéritées, de cocaïne et de racket, Matteo Garrone propose un film dans lequel on a pu lire une parabole politique de la barbarie né de la crise économique et orale de la société italienne. Chronique cinéma : Matteo Garrone, Dogman (2018) (Elena Paroli, 29/04/2019)

  • Dans Lea, produit pour la télévision, Marco Tullio Giordana entend montrer la réalité contemporaine de  la ’Ndrangheta calabraise et participer à la diffusion d'une culture antimafia. Chronique cinéma : Lea, de Marco Tullio Giordana (2016) (entretien avec le réalisateur par Susanna Longo, 05/03/2017)

  • Cette introduction au film-documentaire de Gianfranco Rosi Fuocoammare consacré aux migrants de Lampedusa permet de revenir sur l'expérience du réalisateur qui a partagé pendant un an la vie des migrants à Lampedusa. Gianfranco Rosi, Fuocoammare (2016) (chronique cinéma de Giovanni Gafà, 06/03/2018)

 

Pouvoir de l'humour, art de la satire

De la satire théâtrale de Dario Fo à l'exubérance comique de Paolo Sorrentino : quand l'humour se fait critique sociale et politique

  • L'esthétique de Sorrentino consiste à marier réflexion et farce, et Il Divo propose une illustration on ne peut plus fidèle de cet équilibre, avec une alternance de scènes extrêmement sérieuses - comme les scènes de procès, mettant en jeu des questions historico-politiques majeures - et de scénettes comiques avec des effets de ralenti, d'arrêt sur image. Chronique cinéma : Paolo Sorrentino, Il Divo (Raphaëlle Meuge-Monville, Héloïse Faucherre-Buresi, 01/06/2017)
  • Cette communication est consacrée au pouvoir politique du comique et du rire, idée défendue, dans le champ théâtral, par Dario Fo qui voit dans le comique une force intrinsèquement subversive, voire révolutionnaire, et lui donne un pouvoir d'opposition au pouvoir ; idée expérimentée, sur le terrain politique, par Silvio Berlusconi, qui fait de sa bonne humeur l'instrument d'un consensus qui sert justement à asseoir son pouvoir, avec un rire qui s'adresse à de potentiels électeurs. Rire de spectateur, rire d'électeur : Dario Fo vs Silvio Berlusconi (Laetitia Dumont-Lewi, 02/03/2012)
  • Dans cette communication, Pierre Katuszewski analyse le théâtre de Dario Fo au sein du genre théâtral. Son oeuvre tient une place particulière dans l'histoire du théâtre : il se situe à la croisée des chemins, entre les formes les plus anciennes du théâtre et le théâtre contemporain et performatif. Pierre Katuszewski pose également la question de la "lisibilité" du théâtre de Fo : comment lire Fo en dehors de l'événement spectaculaire et de son contexte ?. Penser le théâtre avec Dario Fo (Pierre Katuszewski, 30/01/2012). 
  • La Clé propose de très nombreuses ressources sur Dario Fo et Franca Rame, disponibles en tapant leur nom dans le moteur de recherches. 

 

Citoyenneté et mondes virtuels

Comment, au sein de chaque aire géographique étudiée, les rapports du citoyen au pouvoir sont-ils organisés et comment ces relations sont-elles modifiées par le développement du numérique ? Dans un monde numérisé et ultra-connecté qui a profondément changé la nature des rapports humains, comment évoluent les relations entre le citoyen et le pouvoir ? Restent-elles identiques quelle que soit l’aire culturelle portée par la langue étudiée ? Les nouveaux espaces virtuels semblent représenter un progrès dans le partage de l’information, l’accès au savoir et la libre expression de chacun. Le recours massif aux médias numériques conduit cependant à s’interroger sur ses conséquences, tantôt sur le plan individuel (difficulté à hiérarchiser l’information et à démêler le vrai du faux, réduction de l’engagement réel au profit de l’engagement virtuel, permanence des traces numériques avec atteinte éventuelle à la vie privée, repli sur soi, nouveaux repères sociaux), tantôt sur le plan collectif : les intelligences collectives développent des espaces collaboratifs (encyclopédies collaboratives, wikis, moocs, webinaires, réseaux sociaux…) qui refondent, au moins en apparence, la nature des relations sociales. 

Mots-clés : fausses informations / réseaux sociaux / éducation aux médias / paiements virtuels / données personnelles / intelligence artificielle / wikis / démocratie participative / censure et contrôle d’internet / cyber-harcèlement / liberté d’expression / usurpation d’identité / manipulation / blogs / forums / télétravail / lanceur d’alerte

Des médias traditionnels aux nouveaux médias

Une réflexion sur l'évolution des médias peut amener à s'interroger leur rôle dans les rapports sociaux.

  • Michele Cucuzza, célèbre journaliste de télévision italien, parle dans cet entretien de son expérience professionnelle et de l'histoire des médiaux dont il a été l'un des acteurs. Dalla radio libera al blog. Itinerario di un giornalista televisivo italiano (Michele Cucuzza, 06/07/2009)

  • Dans cet entretien, Paolo Garimberti propose une analyse intéressante de la conscience européenne des Italiens. Il évoque aussi le rôle des médias en Italie et "l'état de santé" de la télévision italienne. Intervista a Paolo Garimberti, Presidente della Rai (09/12/2011)

  • Sur le rapport entre l'évolution musicale et l'évolution des médias : L'Italia in musica - Quarta parte: Gli anni settanta (Cesare Grazioli, 16/11/2012)

  • En 1982, la crise de violence mafieuse atteint son paroxysme. Pio La Torre, dirigeant du PCI sicilien, député et ancien membre de la commission parlementaire d’enquête sur le phénomène mafieux, est assassiné à Palerme le 30 avril 1982 avec son chauffeur Rosario Di Salvo. Le 3 septembre, le général Carlo Alberto Dalla Chiesa, ancien chef de la lutte contre le terrorisme de 1974 à 1981, alors préfet de Palerme, est tué ainsi que sa jeune épouse Emanuela Setti Carraro et leur agent d'escorte Domenico Russo. Les quelques mois qui séparent ces deux homicides incarnent le pic de cette crise de violence mafieuse et entraînent, pour la première fois, une réaction significative de l’État italien. Charlotte Moge propose d'étudier dans cet article le rôle de la presse locale et nationale dans le traitement de ces événements, entre avril et septembre 1982. De la crise de violence mafieuse à l’éveil des consciences : la construction médiatique d’une mémoire civile (Charlotte Moge, 16/12/2014)

 

Fictions et réalités

Quels sont les modèles historiques, sociaux ou artistiques dont chaque population a hérité et quels sont ceux qu’elle recherche ? Pourquoi se reconnaît-on dans une telle représentation et comment reconstruit-on son propre modèle éthique, esthétique, politique ? Les récits, qu’ils soient réels ou fictifs, écrits ou oraux, sont à la base du patrimoine culturel des individus et nourrissent l’imaginaire collectif. Comment sont véhiculés les croyances, mythes, légendes qui constituent le fondement des civilisations et transcendent parfois les cultures ? Les figures du passé demeurent-elles des sources d’inspiration et de création ? Comment les icônes modernes deviennent-elles l’incarnation de nouvelles valeurs ? Les mondes imaginaires offrent à chacun l’occasion de s’évader de la réalité tout en invitant à une réflexion sur le monde réel : comment la réalité nourrit-elle la fiction et comment, à son tour, la fiction éclaire-t-elle ou fait-elle évoluer la réalité dans une aire culturelle donnée ?

Mots-clés : utopies / dystopies / littérature / mythologie / légendes / croyances / science-fiction / héros / sentiment national / super-héros / figures tutélaires / monuments

La réécriture du mythe d'Ulysse

Souvent revisité par la littérature italienne, le mythe d'Ulysse véhicule au fil de ses variations des valeurs et des discours sur le voyage vers l'inconnu et les migrations.

  • Cet article propose une analyse et des pistes de réflexion sur un extrait du "Chant d'Ulysse" de Se questo è un uomo de Primo Levi. Dans ce chapitre, Primo Levi voyage. Il voyage dans le camp, mais aussi dans sa mémoire à travers le souvenir du chant XXVI de l'Enfer. C'est un étrange voyage dans l'inconnu en réalité : Primo Levi peine à ce souvenir de ces vers appris par coeur et, il arrive sans s'en rendre compte, à un tercet qui va rallumer en lui la flamme de l'humanité. Éléments de réflexion sur "Le chant d'Ulysse" dans Si c'est un homme de Primo Levi (Damien Prévost, 04/11/2011)
  • Dans le roman Lontano da Itaca, Franco Mimmi reprend le mythe d'Itaque et celui d'Ulysse. Dix ans se sont écoulés depuis le retour du héros, représenté dans son univers domestique. Fiche de lecture : Franco Mimmi, Lontano da Itaca (Maurizia Morini, 16/09/2008)

 

Dystopies 

Si les dystopies mettent en scène des sociétés imaginaires, elles peuvent faire écho aux sociétés dans lesquelles nous vivons.

  • Sirene (Einaudi, 2007) est un roman très court mais très sombre, dont l’histoire se déroule dans un monde futur dystopique (presque post-apocalyptique). La pollution atmosphérique a fini par avoir un tel impact que les rayons du soleil sont devenus mortels pour l’humanité, provoquant une épidémie mondiale de cancers mortels. Les plus démunis, ne pouvant se protéger, ne peuvent qu’attendre la maladie et la mort, tandis que les plus riches, notamment les membres de la yakuza, mafia japonaise qui a su profiter du désastre pour asseoir son emprise, se réfugient dans une ville sous-marine appelée Underwater. La yakuza est également maîtresse de l’élevage et du trafic illégal des sirènes, créatures marines dont on a découvert l’existence de manière très tardive. Fiche de lecture : Laura Pugno, Sirene (2007) (Amélie Aubert-Noël, 29/09/2016)

  • Dans cet article, Amélie Aubert-Noël tente d'analyser au sein de quatre romans contemporains (Il pianeta irritabile de Paolo Volponi, Il re del magazzino d'Antonio Porta, Sirene de Laura Pugno et Guerra agli umani de Wu Ming 2) les rapports possibles entre une narration apocalyptique mettant en scène l'élimination concrète (voire désirée) de l'humanité et la persistance d'un élan utopique, d'un espoir en l'avènement d'un monde nouveau et meilleur. La fin de l'humanité comme utopie (Amélie Aubert-Noël, 05/01/2017)

  • Dans Il pianeta irritabile, Paolo Volponi propulse le lecteur dans un monde dévasté par une série de guerres nucléaires et parcouru par de très rares survivants. L’histoire s’attache à suivre les pas de quatre personnages liés par le fait d’avoir longtemps travaillé dans le même cirque : un éléphant féru de littérature et de philosophie, un babouin colérique qui prend la direction du groupe, une oie savante, et enfin le nain Mamerte, représentant difforme de l’espèce humaine presque disparue. Le récit alterne entre des analepses plus ou moins longues décrivant l’univers dystopique qui a précédé l’ultime catastrophe nucléaire et la narration de leur voyage vers un lieu utopique imprécis. Le voyage est scandé par une succession d’affrontements avec les différents êtres vivants qu’ils rencontrent, censés préparer la lutte finale contre l’ennemi ultime, nécessaire à l’avènement du « règne » du singe Epistola. Fiche de lecture : Paolo Volponi, Il pianeta irritabile (1978) (Amélie Aubert-Noël, 19/11/2016)

  • Il re del magazzino est un produit typique du processus d'hybridation qui se trouve au cœur de la création de son auteur Antonio Porta. Il prend avant tout la forme d'un journal, celui d'un intellectuel qui se retrouve absolument isolé à la suite d'une série de catastrophes qui ont conduit à l'effondrement de la société humaine, en Italie et vraisemblablement sur l'ensemble de la planète. Fiche de lecture : Antonio Porta, Il re del magazzino (1978) (Amélie Aubert-Noël 03/10/2016)

 

Innovations scientifiques et responsabilité

Quelles réponses chaque aire géographique étudiée apporte-t-elle aux bouleversements technologiques et scientifiques actuels ? Le progrès scientifique est à l’origine d’avancées très positives pour l’humanité, mais donne également lieu à de nombreuses interrogations sur certains effets induits concernant, en particulier, le réchauffement climatique, la réduction de la biodiversité, ou encore l’épuisement des ressources naturelles dans de nombreuses zones de la planète. La prise de conscience des dangers éventuels liés à ces innovations scientifiques nourrit une réflexion sur l’éthique du progrès dans une aire culturelle donnée. Le savant est-il responsable des usages de ses découvertes ? Doit-il s’impliquer dans la sphère publique pour peser sur les décisions politiques ? Quelle marge de manœuvre possède le citoyen pour faire entendre sa voix ? Comment les sociétés peuvent-elles prévenir les dérives liées aux innovations technologiques ? Les citoyens tentent d’apporter des réponses au quotidien, en adoptant de nouveaux modes de consommation. Les scientifiques, de leur côté, peuvent proposer des solutions qui donnent lieu à diverses formes de coopération. L’axe invite à observer ces aspects de la question dans l’aire culturelle concernée et d’explorer les similitudes ou les singularités avec d’autres cultures.

Mots-clés : recherche génétique / vaccins / robots / clonage / OGM / nanotechnologies / énergies renouvelables / transport / éco-citoyen / ONG / conquête spatiale / recyclage / covoiturage / surpopulation / aliénation au travail / biodiversité / circuit court / bio / croissance verte / pollution / dérives sectaires / course à l’armement / mobilisation

"Progrès" scientifiques et éthique

Quels rapports le développement en Italie de la "psychologie des foules" et des études de Cesare Lombroso entretient-il avec l'éthique et la politique ?

  • "La psychologie des foules" est née à la fin du XIXe siècle. Souvent associée au nom de Gustave Le Bon, qui s’en est abusivement auto-proclamé l’inventeur, elle a été pendant longtemps disqualifiée en raison du caractère raciste et élitiste de ce dernier. Dans cette étude il s’agira, d’une part, d’analyser les sources dont il s’est largement inspiré et, d’autre part, le cadre idéologique – très différent de celui de Le Bon – dans lequel la « psychologie des foules » s’est constituée comme science et a pu trouver une application concrète en Italie. Naissance d’une science controversée : la "psychologie des foules" (Elena Bovo, 06/03/2017).
  • Dans l'ouvrage de Pietro Ficarra, La modernizzazione in Italia e Lombroso. La svolta autoritaria del progresso (1876-1882), l'auteur se concentre sur une courte période, qui va de 1876 à 1882, afin de comprendre le phénomène de la crise du libéralisme et du progressisme en Italie et en Europe à la fin du XIXe siècle.  Au cours de cette période, dans la société italienne l’idée d’un progrès libéral et démocratique fondé sur les principes des Lumières est entrée en crise. L’auteur décrit ce chemin difficile, douloureux et contradictoire de l’Italie vers la modernisation, au cours duquel la classe bourgeoise s’est heurtée à la naissance de la classe ouvrière, la tension sociale s’est politisée et le progrès a commencé à assumer des caractères autoritaires et régressifs. Le couple antinomique « progrès-régression » sera opératoire tout au long de l’essai de Pietro Ficarra. Recension de l'ouvrage : Pietro Ficarra, La modernizzazione in Italia e Lombroso. La svolta autoritaria del progresso (1876-1882), 2016 (Elena Bovo, 11/06/2018).

 

Diversité et inclusion

Quelles sont, dans chaque aire géographique étudiée, les réponses apportées aux questions posées par l’évolution des sociétés de plus en plus diverses et ouvertes ? Les langues vivantes jouent un rôle fondamental pour l’insertion et la cohésion sociales dans des sociétés de plus en plus cosmopolites. L’étude de la diversité culturelle au sein d’une aire linguistique donnée ou de la variété linguistique au sein d’une aire culturelle favorise une réflexion sur le rapport à l’Autre et permet la mise en place de projets interculturels et plurilingues. D’autres formes de diversité peuvent être explorées : comment évoluent les relations intergénérationnelles ? L’inclusion de personnes handicapées est-elle effective ? Quels éléments culturels conditionnent les relations entre les catégories sociales ? Les questions de la diversité et de l’inclusion gagnent à être abordées ensemble, à travers les arts, les sciences, le droit, la géopolitique, la sociologie, etc. 

Mots-clés : handicap / intégration / liberté de mouvement / discriminations / générations / minorités / langues officielles et langues non reconnues / idiolectes / égalité / émancipation

Diversité de langues et de cultures : harmonie ou tensions ?

Comment la diversité des langues et des cultures sur le territoire italien nourrit-elle la société italienne ainsi que ses créations artistiques ?

  • Cet article est consacré aux usages de l'italien helvétique et interroge le rapport entre l'espace italophone et l'Etat italien : L'italiano elvetico (Damien Prévost, 15/12/2007)
  • Dans le film Via Castellana Bandiera, Emma Dante met en scène dans une petite ruelle l'opposition entre deux cultures, à travers un couple de femmes arrivant de Milan et une famille nombreuse palermitaine populaire. Fiche de lecture : Emma Dante, Via Castellana Bandiera (Maurizia Morini, 05/06/2014)

  • Dans cette communication, Julie Quénehen parle de sa traduction de 'Nta ll'aria de Tino Caspanello, des difficultés qu'elle a rencontrées et de ses choix de traduction. Nombre d'exemples montrent comment elle a tenté de rendre, en français, l'écart produit, en italien, par le choix d'une expression en langue dialectale et les "non-dits" que ce dialecte méridional porte en lui. Loin des clichés éculés de la solution des argots et des patois locaux comme expression d'un parler populaire, elle mène une vraie une vraie réflexion sur le sens que chaque langue peut véhiculer. Les enjeux de la traduction dialectale (Julie Quénehen, 22/05/2012)

  • A voir et écouter : Lectures de À l'air libre de Tino Caspanello (22/05/2012) : après une brève introduction au théâtre de Tino Caspanello, la Clé des Langues vous propose des lectures d'extraits de À l'air libre ('Nta ll'aria).

 

Pour aller plus loin : 

Sur le volet Plurilangues, deux ConfApéros en lien avec les thématiques de diversité et d'inclusion.

  • La toile superpose aujourd'hui les discours normatifs, dans toute leur violence, avec ses trolls et ses "grammar nazis", les réflexions métalinguistiques, les défenseur.e.s du subjonctif imparfait, les opposant.e.s à la féminisation et à la variation orthographique, le mélange des registres... Les représentations de la langue et du discours sur la toile (conférence de Laurence Rosier, 23/03/2018)
  • Dans cette présentation, différentes formes et manifestations de discriminations langagières sont identifiées, et l'on s'interroger sur les ressorts (sociaux et idéologiques) de ces discriminations, ainsi que sur les conséquences qu'elles peuvent revêtir dans différents domaines tels que l'éducation ou l'accès à certains emplois. Les langues et leurs usages comme facteur de discrimination (conférence de Cyril Trimaille, 21/03/2017)

 

Territoires et mémoires

Comment s’est construit et se transmet l’héritage collectif dans une aire géographique donnée ? Les espaces régionaux, nationaux et transnationaux offrent des repères marquants (dates, périodes, lieux, événements, espaces saisis dans leur évolution temporelle, figures emblématiques, personnages historiques, etc.) et permettent de s’interroger sur la manière dont se construit et se transmet un héritage collectif. Les commémorations traduisent un besoin d’élaborer et d’exprimer des mémoires individuelles et collectives. La multiplication des lieux de mémoire pose la question de la relation complexe entre histoire et mémoires. La mémoire d’un individu ou d’un peuple trouve son reflet dans le patrimoine ; héritage dont l’évolution dans le temps témoigne de la relation que chaque peuple entretient avec son passé et, par extension, la manière dont il se projette dans l’avenir. À travers la notion d’héritage, les histoires individuelles se confondent avec le destin collectif ; ces points de rencontre et de tension entre les histoires personnelles et l'histoire sont à l’origine de nombreux récits (du témoignage au roman historique).

Mots-clés : espaces frontaliers / monuments aux morts / mémoriaux / traces de l’histoire / histoire officielle / devoir de mémoire / amnistie / amnésie / quartier historique / patrimoine bâti

Rome

Rome, ville éternelle et capitale nationale, entre histoire et modernité, entre représentation artistique et réalité quotidienne

  • Juan Carlos D'Amico propose une conférence sur la personnification de Rome entre le IVe et le XVIe siècle. Il évoque comment ces représentations sont le support d'un discours politique pour cette ville capitale : la Rome antique, la capitale de la chrétienté, les rapports complexes qu'elle entretient avec le Saint Empire Romain Germanique, son évocation chez Dante, Cola di Rienzo, Pétrarque... La personificazione di Roma : tra fasti e decadenze (Juan Carlos D'Amico, 27/11/2012)

  • Cet article se propose d’analyser le regard singulier et novateur que l’artiste italien Pier Paolo Pasolini porte sur les banlieues romaines entre le milieu des années 1950 et le milieu des années 1960. Loin de se contenter de la méconnaissance dont elles font l’objet ou de la vision sordide et misérabiliste qui en est donnée, l’écrivain-cinéaste transfigure cet univers en rendant indissociable l’humble du sublime, suivant l’un des principes fondamentaux du christianisme, et conformément aux enseignements de ceux que lui-même désigne comme ses maîtres, Gianfranco Contini, Roberto Longh et Erich Auerbach. À la redécouverte des banlieues romaines : la tension entre humilis et sublimis chez Pasolini (Léa Passerone, 14/06/2018)

 

Destin personnel, héritage collectif

Quand l'Histoire rencontre les histoires : récits et témoignages des familles des victimes du terrorisme et de la mafia

 

 

 

 

Pour citer cette ressource :

"Une sélection de ressources de La Clé italienne pour le cycle terminal", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), septembre 2020. Consulté le 25/10/2020. URL: http://cle.ens-lyon.fr/italien/se-former/programmes-denseignement/une-selection-de-ressources-de-la-cle-italienne-pour-le-cycle-terminal