Vous êtes ici : Accueil / Se former / Programmes d'enseignement / Une sélection de ressources de la Clé anglaise pour le programme LLCER anglais de première générale

Une sélection de ressources de la Clé anglaise pour le programme LLCER anglais de première générale

Publié par Marion Coste le 13/06/2019
La Clé anglaise vous propose sur cette page une sélection de ressources en lien avec le programme LLCER anglais de première générale. Vous trouverez les deux thématiques et le programme limitatif suivis du texte de cadrage d'Éduscol (en italique). Les axes de réflexion proposés (encadrés gris) sont établis à partir des ressources disponibles sur La Clé anglaise ; ils ne constituent en aucun cas des recommandations officielles. Les ressources indiquées ici ont pour but d'apporter une connaissance scientifique en lien avec les thématiques, et non de fournir des pistes d'exploitation pédagogiques.

Le programme de LLCER anglais est paru au Bulletin officiel spécial n°1 du 22 janvier 2019.

Le programme culturel de la classe de première s’organise autour de deux thématiques (« Imaginaires » et « Rencontres »), déclinées en axes d’étude. Elles permettent aux élèves d’explorer la diversité des littératures et des cultures du monde anglophone en croisant les regards et les œuvres. Il appartient aux professeurs de choisir un itinéraire cohérent et structurant, en relation étroite avec l’enseignement commun de langue.

L’étude des deux thématiques est obligatoire mais les axes d’étude ne sont proposés qu’à titre indicatif et ne sont en rien limitatifs. Deux œuvres littéraires intégrales (court roman, nouvelles ou pièce de théâtre), à raison d’une œuvre par thématique, auxquelles pourra être ajoutée une œuvre filmique, devront être lues et étudiées pendant l’année et obligatoirement choisies par les professeurs dans un programme limitatif, défini par note de service, renouvelé intégralement ou partiellement tous les deux ans. Pour les autres œuvres abordées en classe, il appartiendra aux professeurs de sélectionner, notamment dans les listes proposées à la fin de ce programme, les extraits les plus appropriés pour leur approche. Les œuvres et supports ne sont mentionnés dans les descriptifs des thématiques ci-dessous ou dans l’annexe qu’à titre d’exemples. Bien d’autres documents pourraient tout à fait être utilisés en classe.

Thématique « Imaginaires »

Les imaginaires s’inscrivent dans un système de représentations artistiques, intellectuelles, socioculturelles et politiques. De Frankenstein à Game of Thrones, en passant par Dracula, la littérature et les arts anglophones entretiennent un rapport privilégié à l’imaginaire, comme en témoigne le succès planétaire de sagas comme Harry Potter, Narnia, Hunger Games ou Twilight, particulièrement auprès d’un public de jeunes adultes. En s’éloignant du réel et en basculant dans le fantastique, dans l’étrange ou le merveilleux, l’artiste accède à un espace de liberté où il laisse libre cours à la puissance créatrice du langage, s’affranchir des règles du réel et repousser les limites de l’esprit humain en façonnant un univers unique. Cet espace des possibles s’ouvre au lecteur, qui peut à sa guise s’aventurer dans les mondes fabuleux qui lui sont proposés (notamment dans le genre très riche de la fantasy). Cet art de l’imaginaire permet aussi d’explorer les peurs et les fantasmes de l’artiste et de son public, dans des genres comme le gothique ou l’horreur. À travers des genres comme la science fiction, l’utopie et la dystopie, l’imagination offre en outre un miroir au réel qu’elle prolonge et déforme pour mieux le penser. Les imaginaires dans les domaines scientifique et technique, social et politique renvoient eux aussi au besoin qu’a l’Homme de comprendre le monde, de le transformer ou de le réinventer.

Cette thématique permet ainsi aux élèves d’appréhender les différentes déclinaisons de l’imaginaire et leur rapport au réel, d’explorer, à travers une variété de documents de différentes époques, les multiples facettes de l’imagination, à la fois fabuleuse faculté d’invention et puissant outil de réflexion sur l’Homme et le monde dans lequel il vit, sur la notion de progrès, avec ses connotations positives mais également négatives lorsque le progrès présente des menaces pour l’humanité. Trois axes d’étude pourront être envisagés.

Axe d’étude 1 : L’imagination créatrice et visionnaire

Cet axe s’intéresse aux capacités de l’imaginaire à s’émanciper des règles du réel, que ce soit en inventant des mondes extraordinaires (Alice in Wonderland de Lewis Caroll, série Game of Thrones et ses inspirations shakespeariennes), en donnant forme à des visions oniriques (A Midsummer Night’s Dream de Shakespeare, poésie visionnaire de Coleridge, œuvres picturales de William Blake, de Henry Fuseli ou des préraphaélites), ou en repoussant les limites de la science (Frankenstein de Mary Shelley, romans d’Isaac Asimov, films comme 2001, A Space Odyssey de Stanley Kubrick ou Interstellar de Christopher Nolan, mais aussi essais de prospective de The Economist ou tous documents portant un regard sur la science, par exemple des articles de revues scientifiques grand public comme The New Scientist).

       Proposition de ressources de la Clé

  • Au Pays des Merveilles : Science et contes de fées (Laurence Talairach-Vielmas, 08/07/2009). Cet article analyse deux ouvrages de vulgarisation scientifiques victoriens pour les enfants :  et The Fairy Tales of Science (1859) de John Cargill Brough et The Fairy-Land of Science (1879) d'Arabella Buckley. La ressource est accompagnée d'un extrait commenté et illustré de Through Magic Glasses de Buckley.

  • Jeux vidéo et cinéma à rebours du mouvement transhumaniste : le cas de District 9 (Julien Buseyn, 07/11/2014). District 9 de Neil Blomkamp (2009) projette la structure de l’Apartheid dans un univers de science-fiction où les extraterrestres dont le vaisseau s’est échoué au-dessus de Johannesburg sont victimes d’une forme de ségrégation.

  • Brigitte Gauthier présente Stanley Kubrick (vidéo, 6'46) (Brigitte Gauthier, 02/12/2015).

  • La voix de Lolita dans Lolita, le roman de Vladimir Nabokov et le film de Stanley Kubrick (Michaël Roy, 25/03/2010). La critique nabokovienne s'est beaucoup interrogée sur les modalités de la voix de Humbert Humbert, ses inflexions, ses excentricités, ses stratégies de séduction. C'est en effet par la voix du nympholepte, confesseur omnipotent, que nous parvient toute l'histoire de Humbert et Lolita.

  • L’intertextualité en mots et en images des romans illustrés de Philip Pullman (article de Virginie Douglas, 24/09/2009). Cet article propose une réflexion théorique sur le rapport intertextualité/littérature de jeunesse à partir de l'exemple de quelques œuvres du romancier Philip Pullman, surtout connu pour His Dark Materials, trilogie qui s'est vendue à plus de 15 millions d'exemplaires dans le monde à ce jour. L'intertextualité en mots et en images des romans illustrés de Philip Pullman, ou comment constituer une culture d'enfance.       

 

Littérature Peintures, gravures ; films, séries télé ; chansons, etc.
ADAMS D., The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy, 1979.
ASIMOV I., novels and short stories.
FRANK BAUM L., The Wonderful Wizard of Oz, 1900.
CARROLL L., Alice’s Adventures in Wonderland, 1865.
COLERIDGE S. T, Kubla Khan, 1816.
LEWIS C. S., The Chronicles of Narnia, 1950-1956.
ROWLING J. K., Harry Potter series, 1997-2007.
SHAKESPEARE W. A Midsummer Night’s Dream, 1595-1596.
SHELLEY M., Frankenstein or the Modern Prometheus, 1823.
TENNYSON A., “The Lady of Shalott”, Poems, 1842 (1832).
WELLS H. G., The Time Machine, 1895.
Aboriginal paintings.
BLAKE W., paintings and engravings.
BURTON T., Edward Scissorhands, 1990.
Game of Thrones series, 2011-2017.
Harry Potter movies, 2001-2011.
COLERIDGE S. T., Biographia Literaria, 1817, chapter 13 (distinction between fancy and imagination).
FLEMING V., The Wizard of Oz, 1939.
KUBRICK S., 2001: A Space Odyssey, 1968.
NOLAN C., Interstellar, 2014.
PULLMAN P., His Dark Materials (trilogy), 1995-2000.
ROSSETTI D.G., paintings.
WATERHOUSE J. W., The Lady of Shalott, 1888.
The Economist
The New Scientist

Axe d’étude 2 : Imaginaires effrayants

Cet axe explore la façon dont l’imagination vient donner corps à ce que l'être humain ne comprend ni ne maîtrise, à ses fantasmes et terreurs les plus enfouies, à ses angoisses métaphysiques, tout en les plaçant à une rassurante distance dans des univers surnaturels. On peut s’intéresser par exemple au motif du monstre (de Dracula de Bram Stoker à Elephant Man de David Lynch), ou étudier les techniques propres aux genres du gothique et de l’horreur, en littérature et dans les arts (Dr Jekyll and Mr Hyde de Stevenson, The Shining de Stanley Kubrick). Cet axe évoquera aussi les évolutions scientifiques, techniques ou sociopolitiques (textes, articles portant sur les robots, les OGM, le clonage, le transhumanisme, etc.).

Proposition de ressources de la Clé

Le gothique

  • Aestheticism and Morality in Oscar Wilde’s The Picture of Dorian Gray (1890) (Louise Bailly, 17/09/2020). Ce roman illustre les principes esthétiques de Wilde et son refus d'assigner à la littérature une visée morale.

  • Across the Wide Sargasso Sea: Jean Rhys’s Revision of Charlotte Brontë’s Eurocentric Gothic (Sylvie Maurel, 20/03/2008). Cet article présente l'esthéthique gothique comme une puissance déstabilisatrice dans Wide Sargasso Sea de Jean Rhys à travers deux thématique. La première, celle de l'histoire coloniale, hante le roman et explique certains des phénomènes étranges à l'œuvre sur l'île. Le thème de la sorcellerie est également abordé : loin d'être une référence simpliste au contexte des Caraibes, la sorcellerie fonctionne ici comme une métaphore de la relation entre le langage et le pouvoir.

  • Helen Oyeyemi on haunted house novels (Helen Oyeyemi, 18/06/2012). "Habitation is in itself a form of haunting, whether that’s a tribe that settles on a particular piece of land, a family in a home or the mind in the body. It’s necessary that we live within structures; it’s part of the order of life. But our structures can make monsters of us. We’re all ghosts in the societal machine, moving through the world carrying with us ancestors, linguistic frameworks and the results of decisions made by governments long before we were born. One way or another these factors show themselves – in our physical appearance, in the way we speak and think, and so on."

  • http://cle.ens-lyon.fr/anglais/litterature/litterature-britannique/epoque-victorienne/the-victorian-sensation-novel (fichier vidéo manquant)
  • Moulding the Female Body in Victorian Fairy Tales and Sensation Novels - Introduction (Laurence Talairach-Vielmas, 11/02/2009). L'introduction de l'ouvrage de Laurence Talairach-Vielmas définit les contes victoriens et les "sensations novels".

  • Le corps dans les réécritures zombies de Pride and Prejudice (Véronique Maillard et Virginie Thomas, 06/05/2015). Cet article présente trois réécritures de Jane Austen version zombies. L’improbabilité de ces œuvres réside à la fois dans le caractère technologique typique de la science-fiction que l’on trouve dans le « steampunk » mais également dans le caractère irréel des zombies. L'article est accompagné de documents pour la classe.

  • La linguistique-fiction dans la littérature anglaise du 20e siècle : Notes sur Orwell, Burgess, Hoban et Golding (Sandrine Sorlin, 22/05/2007). Sur le modèle de la science-fiction, Sandrine Sorlin nous parle ici de linguistique-fiction et se penche sur les langues imaginaires dans la littérature.

Frankenstein

Ce dossier de ressources sur Frankenstein propose d'analyser le roman de Mary Shelley à travers la notion de création.

 

Littérature Peintures, gravures ; films, séries télé ; chansons, etc.
DICKENS C., A Christmas Carol, 1843.
DOYLE C., The Lost World, 1912.
IRVING W., The Legend of Sleepy Hollow, 1820.
JAMES H., The Turn of the Screw, 1898.
RADCLIFFE A., The Mysteries of Udolpho, 1794.
SHELLEY M., Frankenstein or the Modern Prometheus, 1818.
STEVENSON R. L., Strange Case of Dr. Jekyll and Mr. Hyde, 1886.
STOKER B., Dracula, 1897.
WALPOLE H., The Castle of Otranto, 1764.
WILDE O., The Picture of Dorian Gray, 1890.
WYNDHAM J., The Day of the Triffids, 1951.
BURTON T., Sleepy Hollow, 1999.
FLEMING V., Dr Jekyll and Mr Hyde, 1941.
FUSELI H., paintings.
JACKSON M., “Thriller”, 1982.
KUBRICK S., The Shining, 1980.
LANDIS J., video clip of “Thriller”, 1983.
LEWIN A., The Picture of Dorian Gray, 1945.
LYNCH D., Elephant Man, 1980.
SHELLEY M., “Author’s introduction to the standard novels edition of Frankenstein”, 1831.
STING, “Moon over Bourbon Street”, Dream of the Blue Turtles, 1985.

Axe d’étude 3 : Utopies et dystopies

Cet axe aborde le rôle prépondérant de l’imagination dans la création d’univers alternatifs tantôt idylliques, tantôt totalitaires. Quoique le terme utopie trouve son origine dans l’ouvrage éponyme de Thomas More, la littérature s’est surtout emparée de son pendant pessimiste, la dystopie, pour évoquer un reflet déformé du réel et mettre en garde le présent contre les dérives potentielles, dans une perspective critique et politique. Des romans comme 1984 de George Orwell ou Brave New World d’Aldous Huxley peuvent ainsi être mis en regard de films comme Gattaca d’Andrew Niccol ou Artificial Intelligence de Stephen Spielberg, ou encore de séries télévisées comme Black Mirror, Westworld ou The Handmaid’s Tale. La dimension utopique des travaux de certains architectes tels Ebenezer Howard ou Frank Lloyd Wright, en quête de cités ou d’habitations idéales, peut également être évoquée en contrepoint.

Proposition de ressources de la Clé

  • Poésie, chose publique, prose commune : De Wordsworth à Coleridge (Eric Dayre, 14/03/2008). Dans Ballades Lyriques, Wordsworth et Coleridge sont confrontés au rapport entre prose et poésie et tentent de reproduire le langage épuré des propriétaires terriens plus ou moins instruits dans une « prose rythmique » qui contient par là-même l'utopie d'une république pastorale. Cet idéal démocratique connaît ensuite une évolution. Si Wordsworth poursuit cet idéal jusqu'au bout, Coleridge, lui, est amené à reconnaître que le style humble de cette prose se distingue profondément du langage des habitants de la campagne.
  • Dystopia in the plays of Samuel Beckett: Purgatory in Play (Eleanor Bryce, 14/09/2012). Cet article analyse la place de la dystopie dans les pièces de Samuel Beckett.

  • From traditional dystopias to teenage dystopias: Harry Potter as a bridge between two cultures (Eléonore Cartellier-Veuillen, 25/04/2016). Harry Potter a participé au développement des dystopies pour jeunes adultes. Trois caractéristiques de la dystopie sont ici analysés : le contrôle mental, la mort et la résistance.

 

Littérature Peintures, gravures ; films, séries télé ; chansons, etc.
ATWOOD M., The Handmaid’s Tale, 1985.
BACON F., The New Atlantis, 1627.
BRADBURY R., Fahrenheit 451, 1953.
COLLINS S., Hunger Games, 2008-2010.
DICK P. K., The Minority Report, 1956.
HILTON J., Lost Horizon, 1933.
HUXLEY A., Brave New World, 1932.
MOORE A. & LLOYD D., V for Vendetta, 1982- 1985 and 1988-1989.
MORE T., Utopia, 1516.
ORWELL G., Animal Farm (1945); 1984 (1949).
SWIFT J., Gulliver’s Travels, 1735 (1726).
BANKSY, murals.
BROOKER C., Black Mirror TV series, 2011-
FAIREY S., works.
HOWARD E., Garden Cities of To-morrow, 1902 (Garden City, the Green Metropolis).
McGOOHAN P., The Prisoner (TV series), 1967-1968.
MILLER B., The Handmaid’s Tale (TV series), 2017.
MORRIS W., News from Nowhere, 1890.
NICCOL A., Gattaca, 1997.
NOLAN J., JOY L., Westworld TV series, 2016-
ROSS G., Hunger Games, 2013-2015.
SPIELBERG S., A. I. Artificial Intelligence (2001); The Minority Report (2002).

 

Thématique « Rencontres »

Toute identité sociale procède de rencontres avec l’Autre : à toute époque et en tous lieux, l’Homme s’est construit à travers des rencontres. Qu’elles soient individuelles ou collectives, ces rencontres bouleversent le statu quo et remettent en question l’ordre établi. Ainsi le monde anglophone s’est-il bâti sur des séries de rencontres − recherchées ou subies − entre peuples, entre langues, entre cultures, dans un contexte propre à un environnement social, géographique, politique ou économique, dans une culture qui forge l’identité et la spécificité d’une civilisation protéiforme (une réalité amenée à évoluer au cours des âges, sous l’influence de groupes plus ou moins influents socialement et politiquement). Trois axes d’étude pourront être envisagés pour aborder la thématique.

Axe d’étude 1 : L’amour et l’amitié

Cet axe aborde ce qui relie deux êtres (meeting ; bonding) avec, en écho, le pendant plus sombre de l’absence et de la solitude (loneliness). Il explore comment l’amour et l’amitié engendrent joies et bonheur, ainsi qu’une capacité à se surpasser pour l’autre, mais aussi comment ils peuvent devenir source de conflit voire de souffrance, à travers la rupture, la perte ou la mort. Les supports d’étude abondent. On peut ainsi prendre pour exemples des pièces ou des poèmes classiques (Much Ado about Nothing ; She Walks in Beauty ; Annabel Lee, etc.), mais aussi des chansons ou des comédies musicales d’un abord plus aisé (Don’t Think Twice It’s All Right ; La La Land, etc.) ou encore des romans tels que ceux de Jane Austen ou de Laurie Colwin. Cet axe pourra aussi envisager l’individualisme urbain ou les enjeux des réseaux sociaux par exemple.

Proposition de ressources de la Clé

  • Love narratives (Rachel Cusk, 28/08/2014). "The love narrative is ostensibly a story of progress, yet its true goal is to achieve an ending, a place of finality where nothing further needs to happen and the tension between fantasy and reality can cease."

  • Laura (Otto Preminger – 1944). L'histoire, c'est celle de Pygmalion, revisitée par Hollywood, sous la direction d'Otto Preminger. Waldo Lydecker, chroniqueur aristocrate mondain, prend sous son aile une jeune publiciste, Laura. Il en fait sa "chose" et la conduit au succès. Elle rencontre Shelby, gigolo charmeur, et s'en éprend au point de vouloir l'épouser. Elle est assassinée. L'inspecteur Mark McPherson mène l'enquête. Film sur le pouvoir de la création et du désir, Laura marque une date dans l'histoire alors naissante du film noir, et lui donne une dimension autre.

Shakespeare

  • Souli (Alexander Abela) et Stage Beauty (Richard Eyre) : deux versions d’Othello en marge, à l’horizon du texte (Anne-Marie Costantini-Cornède, 21/10/2011). Le paradoxe de l'essai cinématographique, de l'adaptation « librement inspirée de William Shakespeare », nous est désormais familier. Alexander Abela et Richard Eyre bousculent les conventions dans leur version d'Othello, (2004) Alors qu'il explore les ressorts archétypaux de l'humeur jalouse, le cinéaste - auteur prend des libertés avec l'histoire, le contexte, ou les conventions d'un genre. La démarche interprétative, indirecte, est cependant de nature différente dans les deux films.

  • Macbeth (2015 - Justin Kurzel) (dossier pédagogique, 03/11/2015). Le film Macbeth propose une lecture intense de l’une des tragédies les plus célèbres et captivantes de Shakespeare, celle d’un vaillant guerrier, autant que chef charismatique, se déroulant sur les champs de bataille au milieu des paysages de l’Écosse médiévale. Macbeth est avant tout l’histoire d’un homme abîmé par la guerre qui tente de reconstruire sa relation avec son épouse bien-aimée, tous deux aux prises avec les forces de l’ambition et du désir.

  • Much Ado About Nothing de Joss Whedon (Clifford Armion, 20/01/2014). En adaptant cette comédie de Shakespeare, Joss Whedon marche dans les pas de l’illustre Kenneth Branagh qui avait fait de Much Ado un film remarqué en 1993. Le pari pouvait sembler ambitieux, même prétentieux, et pourtant le résultat est une comédie de mœurs toute en finesse qui respecte et met en valeur l’œuvre du dramaturge élisabéthain.

 

Littérature Peintures, gravures ; films, séries télé ; chansons, etc.
ADAMS R., Watership Down, 1972.
ANDERSON S., Winesburg, Ohio, 1919.
AUSTEN J., Pride and Prejudice, 1813.
AUDEN W. H., “Funeral Blues”, 1938 (1936).
BRILEY J., Cry Freedom, 1987.
BRONTE C., Jane Eyre, 1847.
BYRON, “She Walks in Beauty”, Hebrew Melodies, 1815.
CARVER R., “Preservation”, Cathedral, 1983.
CHOPIN K., “The Story of an Hour”, 1894.
GASKELL E., North and South, 1855.
HARTLEY L. P., The Go-Between, 1953.
HARDY T., “Lament”, Satires of Circumstance, 1914.
ISHIGURO K., The Remains of the Day, 1989.
JOYCE J., “Eveline”, Dubliners, 1904.
LINGARD J., Kevin and Sadie Stories, 1970-1976.
McCULLERS C., The Heart is a Lonely Hunter, 1940.
MURDOCH I., The Sandcastle, 1957.
POE E. A., “Annabel Lee”, 1849.
ROSSETTI C., “I Loved You First”, A Pageant and Other Poems, 1881.
SHAKESPEARE W., Romeo and Juliet (1597); Much Ado about Nothing (1598); Othello (1602- 1603); Sonnets 18, 116, 147 (1609).
STEINBECK J., Of Mice and Men, 1937.
WHITMAN W., “O Captain! My Captain!”, Leaves of Grass, 1867.
WILLIAMS T., A Streetcar Named Desire (1947); A Cat on a Hot Tin Roof (1955).
WOOLF V., To the Lighthouse, 1927.
ALLEN W., Everybody Says I Love You, 1996.
ANDERSON W., Moonrise Kingdom, 2012.
BATRA R., The Lunchbox, 2013.
BRANNAGH K. Much Ado about Nothing, 1993.
CAMPION J., The Piano Lesson, 1993.
CHAZELLE D., La La Land, 2016. 
DYLAN B., “You’re Gonna Make Me Lonesome When You Go”, Blood on the Tracks, 1975.
GAINSBOROUGH T., “Mr. and Mrs. Andrews” (1750); “Mr. and Mrs. William Hallett” (“The Morning Walk”) (1785).
HOCKNEY D., “Mr. and Mrs. Clark and Percy”, 1971.
HOPPER E., “Room in New York”, 1932.
KAZAN E., A Streetcar Named Desire, 1951.
LOSEY J., The Go-Between, 1971.
LUHRMANN B., Romeo and Juliet, 1996.
SINISE G., Of Mice and Men, 1992.
THE BEATLES, “When I’m Sixty-Four”, Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, 1967.
WELLES O., Othello, 1951. Welsh love spoons.
WISE R., West Side Story, 1961.
WOOD G., “American Gothic”, 1930.
WRIGHT J., Pride and Prejudice, 2005.

Axe d’étude 2 : Relation entre l’individu et le groupe

Cet axe explore comment cette rencontre, qu’elle soit réussie ou qu’elle mène au contraire à un sentiment de rejet, d’acculturation, de marginalisation ou de solitude, offre souvent aux artistes et écrivains l’occasion d’en souligner toute la complexité (encountering ; contrasting). Si la littérature a souvent traité ce thème, aussi bien par le roman (John Steinbeck, George Orwell) que par le théâtre (William Shakespeare, Tennessee Williams) ou par la poésie (Walt Whitman, Robert Frost), on trouve aussi de belles pistes d’analyse chez différents artistes du monde anglophone : tableaux d’Edward Hopper, photographies de Martin Parr, montages vidéo de Bill Viola, romans graphiques de Chris Ware, etc. On étudie en outre l’écart à la norme que fait apparaître la rencontre. Ce thème a été exploité avec talent par de nombreux auteurs et artistes, des romanciers Daniel Defoe, Kate Chopin, E. M. Forster à la chorégraphe Anna Halprin ou encore au sculpteur William McElcheran. Au niveau sociopolitique, il pourra également être question de différenciation des groupes, qu’ils affirment leur solidarité avec la population locale comme les mineurs, ou leur différence comme dans les combats contre la discrimination, l’injustice ou la pauvreté. Les exemples sont nombreux dans le monde anglophone.

Proposition de ressources de la Clé

Martin Parr

  • Reportage sur Martin Parr (ENS média, 20/11/2012). L'ENS de Lyon a réalisé un reportage de 5 minutes sur Martin Parr à l'occasion de son exposition "Life's a Beach" à la bibliothèque municipale de Lyon. Martin Parr y évoque son "obsession" pour les plages : les activités qui se pratiquent sur une plage peuvent en dire long sur la culture d'un pays.
  • "I’m the antidote to propaganda": A conversation with Martin Parr (Marie Gautier, Aurore Fossard et Martin Parr, 21/09/2012). Dans cet entretien, Martin Parr évoque entre autres son goût pour les plages et la place de la fiction dans son œuvre.

  • Regard sur un cliché de Martin Parr, The Great Indoors, 1996 ( Maxime Roccisano, 21/09/2012). Cette ressource propose une analyse technique et une interprétation du cliché "The Great Indoors" de Martin Parr (1996).

  • Biographie/bibliographie de Martin Parr (18/09/2012). Cette ressource présente le photographe Martin Parr et propose une bibliographie de l'artiste.

Walt Whitman

Betsy Erkkilä, professeure à Northwestern University, a donné deux conférences à l'ENS de Lyon sur Leaves of Grass de Walt Whitman.

  • The Whitman Revolution: Why Poetry Matters (Betsy Erkkilä, 12/11/2018). Whitman entreprend dans Leaves of Grass une réflexion sur soi et l'autre, et le rôle que l'individu peut jouer dans une révolution. Les parties 2 et 4 de la conférence sont à ce titre pertinentes.

  • Insurrection, the Paris Commune, and Leaves of Grass (Betsy Erkkilä, 15/11/2018). Betsy Erkkilä explore, entre autres, le langage démocratique utilisé par Whitman. La deuxième partie de la conférence traite notamment de la poésie comme moyen de régénérer le peuple et de la figure du poète comme incarnation d'une nouvelle forme d'être humain.

 

Littérature Peintures, gravures ; films, séries télé ; chansons, etc.
ADAMS R., Watership Down, 1972.
ANDERSON S., Winesburg, Ohio, 1919.
AUSTEN J., Pride and Prejudice, 1813.
BROWNING R., Men and Women, 1855.
CHOPIN K., The Awakening, 1899.
FITZGERALD F. S., The Great Gatsby, 1925.
FROST R., “Two Tramps at Mud Time”, 1934.
GOLDING W., Lord of the Flies, 1954.
SHAKESPEARE W., Romeo and Juliet, 1597.
THAYER E. L., “Casey at the Bat”, 1888.
WHITMAN W., “Song of Myself”, 1855.
WILDE O., The Importance of Being Earnest, 1895.
ALLEN W., Blue Jasmine, 2013.
CAPRA F., “It’s a wonderful life” (1946); “Meet John Doe (1941)”; “Mr. Smith goes to Washington” (1939).
FRANK R., photos (The Americans, 1958).
HOPPER E., “Eleven A.M.” (1926); “Automat” (1927); “Nighthawks” (1942).
LOWRY L. S., paintings (1st half 20th century)
LUHRMANN B., Romeo and Juliet, 1996.
PARR M., photos.
ROCKWELL N., Four Freedoms, 1943.
VIOLA B., art videos.
WARE C., Jimmy Corrigan, 2000.
WISE R., West Side Story, 1961.
WOOD G., “Daughters of Revolution”, 1932.

Axe d’étude 3 : La confrontation à la différence

Cet axe explore l’idée selon laquelle la rencontre avec l’Autre oblige à un décentrage, à une confrontation à la différence (confronting ; opposing), à une interrogation de ses propres valeurs culturelles, qu’elles soient générationnelles (on pense aux films Breakfast Club, Dead Poets Society ou à la série télévisée Mad Men), sociales (l’opposition de classes dans Downton Abbey par exemple), sportives (le film Invictus, le poème « Casey at the Bat »), philosophiques, éthiques (The Old Man and the Sea, Jonathan Livingston Seagull), etc. Cela peut entraîner des effets d’enrichissement mutuel mais aussi de tension, ce qui implique un travail de mise en contexte. Par exemple, des auteurs comme William Golding (Lord of the Flies) ou Harper Lee (To Kill a Mockingbird) offrent une vision de l’altérité qui remet en question l’ordre social et qui est violemment combattue. De même, la rencontre avec les fresques murales en Irlande du Nord, œuvres de deux communautés qui s’opposent, force le passant à un questionnement. Le poème « Mandalay » de Rudyard Kipling offre également un point d’accès intéressant à la vision coloniale de la société britannique du XIXe siècle, dont certains échos peuvent encore être vivaces deux cents ans plus tard. On pourrait enfin évoquer les statues, les monuments ou les lieux de mémoire pour commémorer certains événements ou personnes, se transformant en sources de conflits ou en vecteurs de la réconciliation nationale. 

Proposition de ressources de la Clé

  • Vie(s) ordinaire(s) pendant la Grande Dépression : le parti pris de Let Us Now Praise Famous Men (James Agee et Walker Evans) (article d'Adriana Haben, 06/04/2018). Cet article analyse le choix fait par James Agee et Walker Evans, auteurs de l’ouvrage documentaire Let Us Now Praise Famous Men (1941), de s’intéresser spécifiquement au quotidien de trois familles de métayers dans l’Alabama pendant la période de la Grande Dépression, plutôt qu’au contexte socio-politique à proprement parler. Le documentaire devient alors le lieu d’une réflexion sur la valeur de chaque forme de vie humaine.
  • To Kill a Mockingbird / Du silence et des ombres (Robert Mulligan - 1962) (Lionel Gerin, 06/03/2017). En pleine Grande Dépression, dans une ville imaginaire de l'Alabama, Atticus Finch, un avocat, élève seul ses deux jeunes enfants: Jean Louise (Scout) et Jeremy (Jem). L'histoire, vue à travers les yeux de Scout, raconte un été bien rempli, pendant lequel les enfants vont découvrir la face raciste du Sud, à travers le procès de Tom Robinson.

A Midsummer Night's Dream

 

Littérature Peintures, gravures ; films, séries télé ; chansons, etc.
AUSTEN J., Pride and Prejudice (1813); Emma (1815).
BAKER R., Growing Up, 1982.
BRAINE J., Room at the Top, 1957.
BRINK A., A Dry White Season, 1979.
BROWNING R.,“Andrea del Sarto, Fra Lippo Lippi”, Men and Women, 1855.
CHOPIN K., “Desiree’s Baby”, 1893.
DEFOE D., Robinson Crusoe, 1719.
FORSTER E. M., A Room with a View, 1908; A Passage to India, 1924.
GAINES E. J., A Lesson Before Dying, 1993.
GOLDING W., Lord of the Flies, 1954.
HADDON M., The Curious Incident of the Dog in the Night-Time, 2003.
HARTLEY L. P., The Go-Between, 1953.
HEMINGWAY E., The Old Man and the Sea, 1952.
JAMES H., The Europeans, 1878.
KIPLING R., “Mandalay”, Barrack-Room Ballads, and Other Verses, 1892.
LEVY A., Small Island, 2004.
LEE H., To Kill a Mockingbird, 1960.
LINGARD J., Kevin and Sadie Stories, 1970-1976.
STEINBECK J., Of Mice and Men, 1937.
WHARTON E., The Custom of the Country, 1913.
WILLIAMS T., A Streetcar Named Desire, 1947.
ZEPHANIAH B., poems.
ALEXANDER J., Small Island (TV series), 2009.
ASANTE, A., A United Kingdom, 2016.
ATTENBOROUGH R., Cry Freedom, 1987.
BROWNING T., Freaks, 1932.
CHADHA G., Bend it like Beckham, 2002.
CROWLEY J., Brooklyn, 2015.
CLAYTON J., Room at the Top, 1959.
FELLOWES J., Downton Abbey, 2010-2015.
HAYNES T., Carol, 2015.
IVORY J., A Room with a View, 1985.
JONES J., "American Justice", 1933.
KAZAN E., A Streetcar Named Desire, 1951.
LEAN D., A Passage to India, 1984.
LOSEY J., The Go-Between, 1971.
McELCHERAN W., sculptures.
MITCHELL J., Another Country, 1984.
ROCKWELL N., “The Problem We All Live With” (1964); “New Kids in the Neighborhood” (1967).
VAN SANT G., Milk, 2008.
WARCHUS M., Pride, 2014.
WEINER M., Mad men, 2007-2015.
WEIR P., Dead Poets Society,1989.
WRIGHT J., Pride and Prejudice, 2005

Programme limitatif pour les années scolaires 2019-2020 et 2020-2021

Le programme de langues, littératures et cultures étrangères publié au Bulletin officiel de l'éducation nationale spécial n°1 du 22 janvier 2019, précise que deux œuvres littéraires intégrales, à raison d'une œuvre par thématique, auxquelles pourra être ajoutée une œuvre filmique, seront lues et étudiées au cours de l'année de première. Ces œuvres seront choisies par les professeurs dans le programme limitatif suivant.

Œuvres littéraires

- Haddon Mark, The Curious Incident of the Dog in the Night-Time, 2003 ;

- Lee Harper, To Kill a Mockingbird, 1960 ;

- Orwell George, Animal Farm, 1945 ;

- Poe Edgar Allan, The Fall of the House of Usher, 1839 - The Tell-Tale Heart, 1843 (les deux nouvelles comptent pour une œuvre) ;

- Steinbeck John, Of Mice and Men, 1937 ;

- Wilde Oscar, The Importance of Being Earnest, 1895.

Œuvres filmiques

- Nolan Christopher, Interstellar, 2014 ;

- Wise Robert, West Side Story, 1961.

Pour citer cette ressource :

"Une sélection de ressources de la Clé anglaise pour le programme LLCER anglais de première générale", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), juin 2019. Consulté le 15/05/2021. URL: http://cle.ens-lyon.fr/anglais/se-former/programmes-denseignement/programme-de-langues-litteratures-et-cultures-etrangeres-anglais-de-premiere-generale