Vous êtes ici : Accueil / par_theme

Recherche multi-critères

Liste des résultats

Il y a 165 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Not Looking for Love par Chris Kraus, publié le 17/12/2012
As women, we are often identified through our choice of sexual partners. When an “attractive” woman has sex with an ugly man, it is a descent into “abjection.” But why? Clearly, it is because as women, we are still believed to attain most of our identities through sexuality. In the present assimilationist climate, any non-monogamous, non-relational sexual act is read as a symptom of emotional damage. Our culture persists in believing that sex holds the magic key to a person’s identity — which is, of course, wrong — and in behaving as if female writers are uniquely charged with upholding the sacred intimacy of the sexual act.
article.png
The Words of the Flesh par Wendy Delorme, publié le 11/12/2012
There are people who write from the place that they have been assigned. Some of them with rage so as to get away from it; others, by contrast, who follow the path that has been mapped out for us. There are those who would rather stay on the margin of that space, away from the feminine, off-centered, but are then dragged back to it, kicking and screaming. Their words are women's words, words that are situated. The masculine remains the universal reference. Feminine words stay in the realm of the singular, indexed to the gender of who said them.
article.png
Declaration of Disinclinations par Lynne Tillman, publié le 11/12/2012
I like the theoretical ideal of neutrality, of non-hierarchical thinking. I’d like to be a writer, a person, but I am not. None of this naming is my choice. I’m a woman, “still” or I’m “only a woman.” “A good, bad woman, a silly, frivolous woman, an intelligent woman, a sweet woman, a harridan, bitch, whore, a fishmonger, gossipy woman. A woman writer.” What is “a woman writer”? Does “woman” cancel or negate “writer”? Create a different form of writer? Or does “woman” as an adjective utterly change the noun “writer”? “Man writer”? Not used. “Male writer,” rarely employed. Are there “man books” being read in “man caves?” OK, I declare: I’m a woman who writes, a person who writes. But how am I read?
article.png
The cultural perception of the American land: a short history par Mireille Chambon-Pernet, publié le 20/11/2012
The importance of land and nature in the American culture is widely known. The Pilgrim Fathers who landed on the coast of the Massachussetts in 1620 were looking for freedom which was both spiritual and material. The latter derived from land ownership, as a landowner called no man master. Yet, in 1893, Jackson Turner announced that: “the American character did not spring full-blown from the Mayflower” “ It came out of the forests and gained new strength each time it touched a frontier”.
article.png type-image.png
Kate Colquhoun on the blurred boundaries between fiction and non-fiction par Kate Colquhoun, publié le 11/09/2012
Truman Capote called his 1966 book In Cold Blood the first non-fiction novel. Since then, the boundaries between fiction and non-fiction have become increasingly blurred. Are these false definitions? At least we could say that novelists are able to articulate the internal worlds – the thoughts and feelings – of their characters while non-fiction relies entirely on evidence.
article.png
Frederick Wiseman on Reality and film par Frederick Wiseman, publié le 03/09/2012
The provocative starting point sent to me for this debate states that "Artists and writers are vampires who feed on reality." I do not think this is any more true of artists and writers than it is of anybody whether they be doctor, lawyer, used car salesman, fishmonger, politician, farmer, priest, housewife or any of the other hundreds of thousands of jobs that exist.
article.png
Nick Flynn on the misfit and the outcast par Nick Flynn, publié le 27/08/2012
I wrote a memoir a few years ago (Another Bullshit Night in Suck City), which, in part, chronicled the five or six years my father spent living on the streets in Boston. I’d been a case-worker with the homeless for three years before he got himself evicted from his marginal living situation, ran out of options (he slept in his taxi, on friend’s couches) and eventually ended up at the shelter where I worked. I hadn’t grown up with him, I hadn’t met him, really, before he came into the shelter—that this is where I got to know him is in the Shakespearian realm of the unlikely coincidence that sets the play in motion (think Hamlet encountering his father’s ghost).
article.png
Helen Oyeyemi, White is for Witching par ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 27/08/2012
Helen Olajumoke Oyeyemi (born 10 December 1984) is a British novelist. Oyeyemi wrote her first novel, The Icarus Girl, while still at school studying for her A levels at Cardinal Vaughan Memorial School. Whilst studying Social and Political Sciences at Corpus Christi College, Cambridge, two of her plays, Juniper's Whitening and Victimese, were performed by fellow students to critical acclaim and subsequently published by Methuen.
dossier.png
La quête du moi au XVIIIème siècle en Angleterre : des philosophes empiristes aux romanciers par Marion Lopez, publié le 21/06/2012
Avec les philosophes empiristes britanniques du 18ème siècle, la conception d’une identité immuable est ébranlée. L’esprit se conçoit comme le miroir de sensations et de passions. Le moi monadique ne tient pas devant l’expérience. Désormais l'homme ne peut plus compter sur une identité fixe, marquée par un cadre cosmique, et s'effraie devant l'immensité des espaces infinis. Le 18ème siècle, promesse d’une plus grande liberté de l’individu, avec la possibilité d’évoluer, est aussi celui d’une perte de repère pour l’individu. En effet, les nouvelles révolutions scientifiques bousculent la vision traditionnelle de l’universel. L’individu prend confiance dans le pouvoir de sa raison comme un outil potentiel d’examen du monde qui l’entoure. L’autobiographie qui se développe au même moment est une réponse à cette inquiétude sur le sens à donner à sa vie. De l’autobiographie spirituelle, gage d’une bonne pratique religieuse, au roman, l’objectif de cet article est d’amorcer une réflexion sur l’identité.
article.png
RJ Ellory on crime stories par Roger Jon Ellory, publié le 21/06/2012
Who judges the crime? Is the severity of the crime, even the crime itself, judged by the perpetrator or the victim? If judged by the perpetrator, would the punishment be more or less severe, for are we not our own worst enemies, our own most damning judge?
article.png
Helen Oyeyemi on haunted house novels par Helen Oyeyemi, publié le 18/06/2012
"You read of extreme cases of jamais vu in the newspapers. There was one recently involving a husband who, after eighteen years of happy stability with his wife, told her he had a surprise for her. He blindfolded her, then ‘hit her over the head with the blunt end of an axe, fracturing her skull in three places.’ She survived and tried to forgive him, even vouched for his good character in court. The husband-turned-attacker, unable to explain his moment of terminal hostility, deferred to psychiatrists who offered the opinion that it was his past that had caused it. "
article.png
Nicholson Baker on his literary career and how he came to write about sex par Nicholson Baker, publié le 13/06/2012
I think the job of the novelist is to write about interesting things, including things that might not seem all that interesting at first glance--like, say, a lunch hour on an ordinary weekday – and to offer evidence that life is worth living. At least, that’s what I try to do – not always successfully. My first book was about a lunch hour – the second about sitting in a rocking chair holding a baby – the third about literary ambition. There was almost no sex in those three books. But I always wanted to be a pornographer – because after all sex is amazing and irrational and embarrassing and endlessly worth thinking about. My fourth book was called Vox, and it was about two strangers telling stories to each other on the phone. I decided to write it as one big sex scene, because if you’re going to do it, do it.
article.png
Jonathan Dee on the place of the novel in a money-driven society par Jonathan Dee, publié le 13/06/2012
About money there is nothing new. Nor about social inequity. When I wrote The Privileges, I was careful to leave out as many time-specific details as possible, because I felt that to tie its characters, and the lives they led, to the circumstances of a particular moment in history was to excuse them, in a way, and thus to miss the point of their existence...
article.png
Helen Oyeyemi reading from White is for Witching - Assises Internationales du Roman 2012 par Helen Oyeyemi, Patricia Armion, publié le 08/06/2012
Helen Oyeyemi took part in the sixth edition of the Assises Internationales du Roman, organised by the Villa Gillet and Le Monde. She was kind enough to read an extract from White is for Witching, her stunning Neo-Gothic novel.
type-video.png
An interview with Helen Oyeyemi - Assises Internationales du Roman 2012 par Helen Oyeyemi, Patricia Armion, publié le 06/06/2012
Helen Oyeyemi took part in the sixth edition of the Assises Internationales du Roman, organised by the Villa Gillet and Le Monde. She answered our questions on White is for Witching, a stunning Neo-Gothic novel.
entretien.png type-video.png texte.png
An interview with Nick Flynn - Assises Internationales du Roman 2012 par Nick Flynn, Julia Arnous, publié le 05/06/2012
Nick Flynn took part in the sixth edition of the Assises Internationales du Roman, organised by the Villa Gillet and Le Monde. He answered our questions on Another Bullshit Night in Suck City and his approach to non-fiction.
type-video.png
An interview with Douglas Kennedy - Assises Internationales du Roman 2012 par Douglas Kennedy, Clifford Armion, publié le 04/06/2012
In June 2012, Douglas Kennedy took part in the sixth edition of the Assises Internationales du Roman, organised by the Villa Gillet and Le Monde. He answered our questions on his latest novel, The Moment.
type-video.png texte.png
'Mr Neville says No' par ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 17/02/2012
"Rabbit-proof fence" est un film dramatique australien réalisé par Phillip Noyce en 2002, à partir du roman de Doris Pilkington Garimara "Follow the Rabbit-proof fence". A partir d'un court extrait du film, cette page propose des exercices de compréhension et de phonétique.
exercice.png type-video.png telechargement.png
Conscious and Unconscious Narrative Literature, Psychoanalysis and Neuroscience par Siri Hustvedt, Lionel Naccache, publié le 20/01/2012
Nous passons une grande partie de notre vie à élaborer des fictions, à nous raconter des histoires et à en raconter aux autres. La narration est profondément enracinée dans l'esprit humain, à un niveau à la fois conscient et inconscient. Produire une narration est une façon de donner du sens à l'expérience factuelle. Mais les fictions créées par le cerveau humain et celles que les romanciers imaginent sont-elles de même nature ? L'écrivain américain Siri Hustvedt et le neurobiologiste français Lionel Naccache exprimeront leurs points de vue originaux, pénétrants et empathiques sur cette question. We all spend our time constructing fictions, telling stories to ourselves and to others. Narration is deeply rooted in the human mind, at a conscious and unconscious level. Producing a narrative is a way of giving meaning to factual experience. Are the fictions created by the human brain and those imagined by novelists of the same nature? American writer Siri Hustvedt and French neurobiologist Lionel Naccache express their original, incisive and empathetic views on these questions.
conference.png type-video.png
Benang reflects on his ancestors par Kim Scott, ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 03/01/2012
A partir d'un extrait du roman "Benang", oeuvre de l'écrivain australien Kim Scott, traitant des projets eugénistes imaginés par certains colons en Australie, cette page propose des exercices de compréhension générale et détaillée, ainsi que de grammaire.
exercice.png texte.png
Interview de Percival Everett - Assises Internationales du Roman 2011 par Percival Everett, Clifford Armion, publié le 30/08/2011
In May 2011, Percival Everett took part in the fifth edition of the Assises Internationales du Roman, organised by the Villa Gillet and Le Monde. He was kind enough to grant us an interview at the Hotel Carlton in Lyon.
type-video.png texte.png entretien.png
Interview de Richard Russo - Assises Internationales du Roman 2011 par Richard Russo , Clifford Armion , publié le 30/08/2011
Richard Russo won the 2002 Pulitzer Prize with his novel Empire Falls. In May 2011, he took part in the fifth edition of the Assises Internationales du Roman, organised by the Villa Gillet and Le Monde. He was kind enough to grant us an interview at the Hotel Carlton in Lyon.
entretien.png type-video.png
Sens de quelques petits riens dans le roman d’Arundhati Roy, The God of Small Things par Fabienne Labaune, publié le 30/05/2011
Cet article se propose d'analyser le sens des petits riens qui donnent leur titre au roman. Ils seront vus comme un système de signes qui renvoient d'abord à la société et sont au service de la satire. Mais le déchiffrage de ces signes invite à voir le roman comme un palimpseste et les petits riens comme les signes de l'expérience traumatique ou de ses traces, donc comme les signes de l'exercice de la mémoire. Enfin, on montrera que les petits riens valent pour eux-mêmes, dans leur fragilité, et qu'ils renvoient à une conception de l'enfance et plus largement de l'écriture.
article.png
Théâtralisation et kathakali dans The God of Small Things d’Arundhati Roy par Florence Labaune-Demeule, publié le 30/05/2011
Le roman d'A. Roy, The God of Small Things, fait la part belle à la théâtralisation, que cette dernière se manifeste par de courtes références intertextuelles à Shakespeare par exemple, ou par de plus longs renvois au kathakali, genre dramatique typique du sud de l'Inde, qui allie théâtre, danse, chant et musique. La théâtralisation, dans ce roman, prend aussi un sens beaucoup plus général, car on observe que la codification extrême, parfois excessive, de la société anglophile d'Ayemenem conduit chacun à surjouer le rôle qu'il se donne. Cet article s'attachera donc à montrer comment théâtralisation et codification s'expriment au quotidien, avant d'analyser le lien qui s'établit entre théâtralisation, sacralisation et expiation grâce au kathakali. Enfin, on montrera comment l'écriture de Roy peut elle-même être perçue comme une forme de théâtralisation décentrée ou « ex-centrée » cette fois qui conduit le lecteur à une condition quasi extatique par la magie du verbe.
article.png
The modern child and Romantic monstrosity in Doris Lessing’s The Fifth Child par Camille François , publié le 17/05/2011
This study investigates the articulation between "child" and "monster" in Lessing's novella, linking the text to a tradition of contemporary fiction about the child in which the much beloved literary figure inherited from the Romantics has become a frightening other. We hope to understand the Fifth Child 's shifting boundaries between the monstrous and the ideal, the "real child" and childhood as a locus of adult desires, by tracing these dichotomies back to Romantic myths of childhood, or the distorted versions that have made it to our time.
article.png
Wayne Koestenbaum - Notes on Affinity par Wayne Koestenbaum, publié le 18/04/2011
Wayne Koestenbaum (États-Unis), poète, romancier et essayiste, est l'auteur d'une œuvre protéiforme et subversive qui explore les multiples facettes de l'identité américaine à travers de nombreux thèmes (les arts, la célébrité, les gender studies...) et où se mêlent les cultures littéraire, artistique, musicale et populaire. Dans Hotel Theory, il met en regard une enquête philosophique sur les hôtels et le récit d'une rencontre improbable entre deux icônes de la culture américaine : l'actrice mythique Lana Turner et la star du music-hall Liberace.
article.png
Benang, itinéraire d’une reconstruction identitaire : de la dislocation à la renaissance par Isabelle Bénigno, publié le 08/04/2011
L'écrivain aborigène Kim Scott doit indiscutablement sa notoriété à la publication en 1999 de son second roman, Benang. Harley (métis aborigène) tente de retrouver ses racines, de comprendre pourquoi il est aborigène alors qu'il est blanc de peau. A travers l'examen de documents historiques authentiques (des origines de l'Australie coloniale à la mise en œuvre de la politique d'assimilation) et le récit des vies brisées des grands-parents, oncles et tantes du narrateur, ce dernier explore les violences physiques et psychologiques subies par les Aborigènes. L'éclatement de la diégèse accompagne le narrateur dans la découverte progressive d'une généalogie personnelle pour le moins cruelle. Au terme de cette quête, Harley réalise qu'il est le « résultat » de plusieurs générations de métissage imposé par des autorités australiennes déterminées à « blanchir la race » et dont son grand-père, Ern Solomon Scat est l'un des artisans.
article.png
Introduction à The God of Small Things d'Arundhati Roy par Florence Labaune-Demeule, publié le 21/03/2011
The God of Small Things, roman publié en 1997, permit à son auteur, la romancière indienne Arundhati Roy, de recevoir le Booker Prize la même année. Publié dans de nombreux pays et traduit en plus de quarante langues, ce roman a été applaudi à maintes reprises par la critique, notamment en raison de l'analyse subtile des relations humaines qui y est abordée. Comme le dit A. Roy elle-même, « The book really delves, very deep I think, into human nature. The story tells of the brutality we're capable of, but also that aching, intimate love [shared by twins]. »
article.png
The God of Small Things d’Arundhati Roy : lecture du chapitre 21, le dénouement par Fabienne Labaune, publié le 03/02/2011
L'article se propose de s'interroger sur le choix de cet épisode de rencontre amoureuse et sur le sens du dénouement en analysant d'abord l'aspect tragique de la scène puis son lyrisme, pour montrer enfin, en reliant le chapitre 21 au chapitre précédent, qu'Arundhati Roy a ainsi voulu donner à son roman une dimension mythique.
article.png
The Guernsey Literary and Potato Peel Pie Society by Mary Ann Shaffer and Annie Barrows par ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 14/09/2010
Cette propose des ressources sur le roman The Guernsey Literary and Potato Peel Pie Society de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows. Les textes sont reproduits avec l'aimable autorisation de Random House, Inc.
dossier.png
James Frey - Assises Internationales du Roman 2010 par James Frey, publié le 03/09/2010
James Frey was one of the guests of the Assises Internationales du Roman, organised by the Villa Gillet and Le Monde in Lyon. He introduced his novel Bright Shiny Morning and told the audience about his perception of Los Angeles and his conception of storytelling.
article.png son.png
Marilynne Robinson - Assises Internationales du Roman 2010 par Marilynne Robinson , Kédem Ferré , publié le 14/06/2010
Marilynne Robinson was invited to the fourth edition of the Assises Internationales du Roman, organised by the Villa Gillet and Le Monde. She was interviewed for La Clé des langues and read an extract from Gilead, a novel which was awarded the 2005 Pulitzer Prize.
type-video.png entretien.png texte.png
A.S. Byatt - Assises Internationales du Roman 2010 par A.S. Byatt , Emilie Walezac , publié le 10/06/2010
In May 2010, Antonia Susan Byatt took part in the fourth edition of the Assises Internationales du Roman, organised by the Villa Gillet and Le Monde. She granted us an interview and was kind enough to read a passage form The Children's Book, her latest novel.
entretien.png type-video.png texte.png
Anne Enright - Assises Internationales du Roman 2010 par Anne Enright , Clifford Armion , publié le 10/06/2010
Anne Enright came to Lyon in May 2010 to take part in the Assises Internationales du Roman, organised by the Villa Gillet and Le Monde. She was kind enough to answer our questions and to read an extract from her novel entitled The Gathering which won the 2007 Booker Prize.
type-video.png entretien.png texte.png
Beverley Naidoo, The Other Side of Truth, 2000 par Beverley Naidoo, Lycée Jean-Baptiste de la Salle, Rouen, publié le 17/05/2010
Deux extraits d'une pièce inspirée du roman "The Other Side of Truth" de Beverley Naidoo, adaptée par David Stevens, et jouée au Musée des Beaux-Arts de Rouen par les élèves de Madame Bertholle, professeur d'anglais au Lycée J. B. de la Salle.
type-video.png
La voix de Lolita dans "Lolita", le roman de Vladimir Nabokov et le film de Stanley Kubrick par Michaël Roy , publié le 25/03/2010
La critique nabokovienne s'est beaucoup interrogée sur les modalités de la voix de Humbert Humbert, ses inflexions, ses excentricités, ses stratégies de séduction. C'est en effet par la voix du nympholepte, confesseur omnipotent, que nous parvient toute l'histoire de Humbert et Lolita. Il semble, à première lecture, que la jeune fille n'ait pas son mot à dire dans cette histoire ; objet de Humbert-personnage, elle devient objet du discours manipulateur de Humbert-narrateur. On peut malgré tout se demander si la voix de Lolita est véritablement engloutie par la parole de Humbert, ou bien si elle parvient au contraire à défier les assignations au silence de ce dernier. On tentera ici de « récupérer » la voix de Lolita dans le roman de Vladimir Nabokov (1955), tout en analysant la façon dont Stanley Kubrick s'accommode de cette problématique complexe de la voix et du silence dans son adaptation cinématographique (1962).
article.png
L’art de représenter King Lear : analyse textuelle et picturale par Estelle Rivier, publié le 25/01/2010
King Lear a inspiré nombre de peintres si l'on songe à Edwin Austin Abbey, John Singleton Copley, John Rogers Herbert, Ford Madox Brown, pour ne nommer que certains d'entre eux. Le regard que ces derniers portent sur l'œuvre de Shakespeare nous invite à modifier le nôtre et nous guident dans une relecture de la pièce. Y apparaît alors de façon encore plus frappante le réseau sémantique de la vue. Les personnages souffrant de cécité physique et morale ont peine à y voir clair autour d'eux et en eux. Et pour nous qui les observons, les images se dédoublent quand par exemple le roi est aussi un fou et que son Fou gouverne l'entendement des choses. La duplicité, les double-sens, les visions polymorphes se multiplient. Tous ces aperçus de la scène du Roi Lear, qu'ils soient picturaux ou sémantiques sont à l'étude dans ce propos, par touches, comme chez les Impressionnistes.
article.png
Incroyable fiction : L’histoire de Pi de Yann Martel (2001), relecture contemporaine de Noé et Robinson par Anne Besson, publié le 14/12/2009
Le roman de Yann Martel, typique de la post-modernité, dont l'intrigue "surfictionnelle" mêle théologie et zoologie, exploite de façon à la fois massive et désinvolte ses références intertextuelles, et en premier lieu le parallèle avec le Noé biblique, dans un hymne à la fiction et à la foi ne faisant qu'une, à la croyance et au déguisement métaphorique du réel comme enchantement de l'existence.
article.png
"People tried to figure if they were offended and why" : L'intertextualité dans le roman américain contemporain ou la lecture en procès par Françoise Sammarcelli, publié le 09/10/2009
L’objet de ce travail est de problématiser la notion d’intertexte en prenant appui sur le court roman de Louise Welsh : Tamburlaine Must Die. Dans le sillage des études du généticien Louis Hay qui proposait dès 1985 que le texte n’existe pas, l’introduction propose d’argumenter que l’intertexte n’existe pas, il n’existe que des modalités d’intertextualité dont le point commun est le fantasme originaire : l’illusion que l’on pourrait identifier un point d’origine fixe et stable à l’écriture. En lieu et place de l’intertexte est alors postulée l’existence de ce qu’on pourrait appeler la voix textuelle, distincte de la voix auctoriale de l’autorité de l’auteur, qui serait en partie fondée sur la co-présence de multiples modalités d’intertextualité mais qui dépasse largement ce cadre si on la relie à la problématique analytique de l’objet-voix lacanien.
conference.png type-video.png texte.png
Entre raillerie et révérence : A Suitable Boy ou le pastiche renouvelé par Mélanie Heydari, publié le 09/10/2009
Pastiche de la grande tradition littéraire victorienne, A Suitable Boy, de Vikram Seth, se situe de manière éminemment originale dans le renouveau de la production littéraire postcoloniale. Entre raillerie et révérence, désir d’imitation et volonté de changement, ce roman-fleuve révèle l’affiliation de l’auteur aux canons victoriens : cette écriture délibérément lisse, sans aspérités, aux antipodes de celle d’un Rushdie, ne trahit en effet nulle autre appartenance, nulle généalogie.
conference.png type-video.png texte.png
Brian Castro's Shanghai Dancing and the epic par Maryline Brun, publié le 09/10/2009
Shanghai Dancing, le septième roman de Brian Castro (1950-), un auteur australien, décrit la quête d’Antonio Castro, un Australien né à Hong Kong qui fait des recherches sur l’histoire de sa famille après la mort de ses parents. L’histoire d’Antonio est narrée grâce à des références stylistiques et textuelles au genre de l’épopée, qui sont le sujet de cette communication.
conference.png type-video.png
La mort de l'intertexte : Les voies tortueuses de la voix textuelle dans Tamburlaine Must Die de Louise Welsh par Claude Maisonnat, publié le 09/10/2009
L’objet de ce travail est de problématiser la notion d’intertexte en prenant appui sur le court roman de Louise Welsh : Tamburlaine Must Die. Dans le sillage des études du généticien Louis Hay qui proposait dès 1985 que le texte n’existe pas, l’introduction propose d’argumenter que l’intertexte n’existe pas, il n’existe que des modalités d’intertextualité dont le point commun est le fantasme originaire : l’illusion que l’on pourrait identifier un point d’origine fixe et stable à l’écriture. En lieu et place de l’intertexte est alors postulée l’existence de ce qu’on pourrait appeler la voix textuelle, distincte de la voix auctoriale de l’autorité de l’auteur, qui serait en partie fondée sur la co-présence de multiples modalités d’intertextualité mais qui dépasse largement ce cadre si on la relie à la problématique analytique de l’objet-voix lacanien.
conference.png type-video.png
Du protocole de lecture à la relation dialogique : le modernisme revisité dans The Light of Day de Graham Swift par Béatrice Berna, publié le 09/10/2009
Le propos de cette communication est de montrer comment les échos intertextuels modernistes sont des éléments structurants essentiels dans l’écriture de The Light of Day, qui permettent à Graham Swift de faire entendre sa propre voix, spécifiquement contemporaine.
conference.png type-video.png texte.png
Proche de l'indigestion intertextuelle : "Des Hottentotes" de Paul Di Filippo par Jérôme Dutel, publié le 09/10/2009
Prenant comme champ d’étude la novella trépidante "Hottentots", tirée de The Steampunk Trilogy (1995), de l’auteur américain Paul Di Filippo (1954-…), cette communication cherche à montrer comment l’auteur, en virtuose reconnu du pastiche et de la parodie littéraire mais aussi scientifique, démonte, à travers un récit brouillé et comme parfois étouffé par différents niveaux d’intertextualité, les mécanismes de création littéraire à l’œuvre dans la littérature fantastique et la science-fiction des XIXème et XXème siècles pour peut-être mieux révéler les idéologies qui pourraient avoir contribué à leur élaboration.
conference.png type-video.png
Une réécriture gourmande du roman de langue anglaise : celle du pasticheur par François Gallix, publié le 09/10/2009
Cette communication a deux axes. Quelques considérations théoriques sur la technique du pastiche littéraire comme écriture imitative intertextuelle sont suivies d’ exemples extraits de la littérature de langue anglaise contemporaine (notamment Peter Ackroyd, David Lodge et Mark Crick), soulignant ce qu’A.S. Byatt appelle “greedy rewriting“, cette réécriture gourmande des textes canoniques qui fait littéralement revivre les récits des écrivains du passé proche ou lointain.
conference.png type-video.png texte.png
Intertextualité et interculturalité par Redouane Abouddahab, publié le 09/10/2009
La parodie des Mille et une nuits par Poe dans « The Thousand-And-Second Tale Of Scheherazade » est bien plus qu’un exercice littéraire ludique comme on l’a souvent souligné. Cette parodie a été écrite pendant la grande période de développement du nationalisme américain dans un contexte particulièrement marqué par le populisme. C’est pendant cette période que la volonté d’avoir une littérature et une langue « purement américaines » commencent à s’imposer. Triomphe aussi de l’idéologie puritaine bien implantée, qui assujettit les nouveaux arrivants à sa propre vision et à ses propres mythes fondateurs.
conference.png type-video.png texte.png
En attendant les barbares de Coetzee : réécrire la mort du Christ, refuser la Croix par Maxime Decout, publié le 09/10/2009
Ecrivain du XXIe siècle, Coetzee propose dans Waiting for the Barbarians une réécriture de la Passion du Christ qui interroge le rôle de la souffrance individuelle ou collective. L’homme chargé de vivre ce nouveau Calvaire découvre la vanité de la souffrance dans un monde privé de Dieu ainsi que l’impossibilité de toute rédemption. Cette communication tente de dépasser une lecture politique du texte en s’intéressant au fonctionnement de l’intertexte biblique.
conference.png type-video.png texte.png
De Tom Brown à Harry Potter : pérennité et avatars du roman scolaire britannique par Rose-May Pham Dinh, publié le 01/10/2009
Cet article explore les caractéristiques littéraires des romans scolaires en Grande-Bretagne.
article.png
Fiche de lecture : Liver, Will Self par Jocelyn Dupont, publié le 24/09/2009
A review of Will Self's collection of novellas, Liver.
article.png
L’intertextualité en mots et en images des romans illustrés de Philip Pullman par Virginie Douglas, publié le 24/09/2009
Nous proposons ici une réflexion théorique sur le rapport intertextualité/littérature de jeunesse à partir de l'exemple de quelques œuvres du romancier Philip Pullman, surtout connu pour His Dark Materials, trilogie qui s'est vendue à plus de 15 millions d'exemplaires dans le monde à ce jour.
type-image.png article.png
Actes de la Journée d'étude sur l'intertextualité dans le roman contemporain de langue anglaise par Emilie Walezak, Jocelyn Dupont, publié le 18/09/2009
C'est en 1969, une fois l'auteur laissé pour mort par Roland Barthes, que Julia Kristeva inaugura en français le terme d'« intertextualité » pour caractériser cette pluralité sémantique inhérente à tout système textuel, selon laquelle « tout texte se construit comme une mosaïque de citations, tout texte est absorption et transformation d'un autre texte » (Kristeva 145).
dossier.png
Qu'est-ce que l'intertextualité ? par Emilie Walezak, Jocelyn Dupont, publié le 18/09/2009
Cette page propose une définition de l'intertextualité et regroupe les communications de la journée d'étude sur l'intertextualité dans le roman contemporain de langue anglaise, organisée le 19 juin 2009 à Lyon 2 par le CARMA.
article.png bibliographie.png
Interview with Will Self par Will Self , Beth Harper , David Belaga , publié le 23/06/2009
On 29th May 2009, the London-based writer Will Self came to Lyon to take part in the Villa Gillet's "Assises Internationales du Roman". He was to give a talk on his perspectives on the works of the influential French writer, Louis Ferdinand Céline, but before he did so I managed to catch up with him to ask a few questions about his interests, influences and views on modern fiction.
entretien.png type-video.png
Stevenson ou le bonheur par Alberto Manguel , publié le 18/05/2009
Dans le cadre du cycle de conférences "Ecrivains de toujours", la Bibliothèque municipale de la Part-Dieu (Lyon), invite des auteurs à venir parler des écrivains qu'ils aiment. Le 25 mars 2009, elle recevait Alberto Manguel, qui avait choisi, parmi ses multiples amours, l'écrivain écossais Robert Louis Stevenson (1850-1894), auquel il avait consacré un roman, Stevenson sous les palmiers (Actes Sud, 2005).
type-video.png conference.png
L'"in-decency" keatsienne ou ce qu'être Cockney veut dire : Redéfinir l'anglicité au siècle romantique par Caroline Bertonèche, publié le 27/11/2008
Cet article illustre la quête identitaire du jeune Keats, génie païen émergeant de la classe moyenne et consumé par la tuberculose. En réaction aux critiques des "aristocrates de l’imagination" de son époque, qui transposent l’ "indécence" de ses origines et de sa condition dans les enfantillages de son écriture, Keats se distingue en cherchant une légitimité certaine dans l’authenticité d’un anglais plus ancien, celui de Chaucer ou de Shakespeare. C’est ce désir d’anglicité qui amène Keats à se réapproprier un style ancien et lui ouvrira le chemin de l’immortalité. Pour illustrer le propos défendu, Caroline Bertonèche nous propose ensuite quelques extraits de poèmes à exploiter en classe.
article.png
Littérature et société aux Etats-Unis : 1917-1968 par Alice Béja , publié le 27/11/2008
Cet article propose un regard sur la littérature américaine du 20e siècle dans son rapport à l'idée d'Amérique. Les guerres et crises que traversent les Etats-Unis au cours de la période 1917-1968 contribuent à une dégradation de l'"American Dream" en "American way of life" à laquelle les écrivains américains réagissent en recherchant de nouvelles origines pour construire, en fin de compte, leur propre idée d'Amérique.
article.png
Poésie, chose publique, prose commune : De Wordsworth à Coleridge par Eric Dayre, publié le 14/03/2008
Avec les Ballades Lyriques, Wordsworth et Coleridge expriment leur rejet de la diction poétique héritée du XVIIIe siècle et prônent un recours au langage simple et authentique du quotidien. Pour ces poètes fortement influencés par la Révolution française, ce projet esthétique se double d'un enjeu politique : la diction poétique est assimilée au despote en place dont l'autorité repose sur une mystification rhétorique à laquelle il convient d'opposer une incroyance critique (« disbelief »). Confrontés, comme tous les romantiques anglais, au rapport entre prose et poésie, ils tentent de reproduire le langage épuré des propriétaires terriens plus ou moins instruits dans une « prose rythmique » qui contient par là-même l'utopie d'une république pastorale. Cet idéal démocratique connaît ensuite une évolution. Si Wordsworth poursuit cet idéal jusqu'au bout, Coleridge, lui, est amené à reconnaître que le style humble de cette prose se distingue profondément du langage des habitants de la campagne. Il abandonne dès lors cette idée et redéfinit la prose moderne comme l'expression d'un « langage figuré de la pensée », faisant référence à l'imagination du poète intellectuel, et par là même réservée à une élite restreinte capable d'une illumination et d'une autonomie conceptuelle dont, dans un second temps, le discours des hommes pourra bénéficier.
article.png
La naissance du roman en Angleterre au XVIIIe siècle par Anne Dromart, publié le 14/02/2008
Après la grande époque de la poésie, la prose revient au goût du jour vers la fin du XVIIe siècle en Angleterre pour progressivement s'épanouir en une forme nouvelle au cours du XVIIIe siècle. Les "novels" qui apparaissent sous les plumes de Defoe, Richardson, Fielding et Sterne se démarquent des "romances" qui les avaient précédées et se caractérisent par une attention portée à la vraisemblance des faits narrés.
article.png
L'écriture de David Markson par Françoise Palleau-Papin, publié le 12/02/2008
Première monographie consacrée à cet écrivain américain particulièrement novateur, dans "Ceci n'est pas une tragédie" Françoise Palleau-Papin nous présente l'ensemble de l'œuvre de David Markson, de 1956 à 2007.
article.png
Ré-adaptation et création dans le mythe de Frankenstein par Laurent Mellet, publié le 10/01/2008
Un article en cours de publication aux Presses Universitaires de Rennes, dans les Actes du colloque "De la page blanche aux salles obscures : l'adaptation cinématographique dans le monde anglophone", sous le titre "Ré-adaptation et création dans le mythe de Frankenstein (Mary Shelley, James Whale, Kenneth Branagh)".
article.png
Le modernisme par Anne Fauré, publié le 08/11/2007
Nouvelle manière de penser l'art, en rupture avec le réalisme du XIXème siècle, le modernisme est le produit d'un monde caractérisé par des bouleversements socio-économiques, politiques, philosophiques et technologiques. Anne Fauré nous présente ici la littérature moderniste, littérature de crise et de mise en crise.
article.png
Les "Newgate Novels" : esthétique d'un genre populaire par Hubert Malfray , publié le 26/10/2007
Dans cet article, Hubert Malfray nous présente un genre mineur et éphémère regroupant une vingtaine d'oeuvres de fiction des années 1830-1847 relatant, de façon plus ou moins romancée, la vie de criminels. Comment, à une époque marquée par la rigueur morale, ces romans ont-ils pu représenter la criminalité et devenir des best-sellers ?
article.png
Le sublime de John Muir par Jean-Daniel Collomb , publié le 16/05/2007
Le motif esthétique du sublime constitue un véritable fil rouge tout au long de l'œuvre de John Muir. Chez l'auteur d'origine écossaise, le sublime sert le plus souvent à décrire une nature grandiose et divine qui laisse l'observateur sans voix, comme en transe. Pour comprendre ce qu'est le sublime dans les écrits de Muir, il convient tout d'abord de mesurer l'influence romantique qui enveloppe la seconde partie du vingtième siècle américain.
article.png
Folie et fantastique dans "Frankenstein" par Jean-Jacques Lecercle, publié le 24/04/2007
Article originalement publié sous le titre : "'A melancholy that resembled madness" : Folie et fantastique dans Frankenstein", dans Autour de Frankenstein - Lectures critiques, pp. 109-122 aux Cahiers FORELL, Université de Poitiers. Nous remercions l'auteur et les Cahiers FORELL qui nous ont autorisés à reproduire cet article sur ce site.
vide.png
La Création : à propos de stratégies narratives dans Frankenstein par Georges Zaragoza, publié le 19/04/2007
Né au XVIIe siècle, le genre romanesque s'est lontemps vu reprochées sa fausseté et sa stérilité. Georges Zaragoza se penche ici sur les stratégies narratives mises en place dans "Frankenstein" pour prouver à la fois l'authenticité et l'utilité du roman. L'article qui suit est une version d'un cours de Georges Zaragoza adapté par Kevin Pinault pour La clé des langues. Les numéros de pages des citations de Frankenstein renvoient à l'édition Penguin Classics, 1992.
article.png