Vous êtes ici : Accueil / par_theme

Recherche multi-critères

Liste des résultats

Il y a 7 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Como agua para chocolate : l’adaptation cinématographique par Anne-Marie Molin, publié le 21/10/2011
L'histoire de Como agua para chocolate adopte un point de vue plutôt particulier puisque c'est une descendante qui nous narre les étranges légendes de sa famille, transmises de génération en génération par le biais du fameux livre de recette, héritage ancestral, que nous lisons à notre tour...
article.png
De L'espoir à Sierra de Teruel : De l'espoir à la réalité par F. César Gutiérrez Vinayo, publié le 24/03/2010
Du roman L'espoir à son adaptation au cinéma intitulée Sierra de Teruel, André Malraux propose un vaste panorama du conflit sanglant qui affronta entre 1936 et 1939 deux idéologies antagonistes ; d'un côté la République et de l'autre le Fascisme. Si le roman retrace les événements qui se déroulèrent entre le 18 Juillet 1936 et le 18 Mars 1937, Malraux commença le tournage le 20 Juillet 1938, jusqu'à ce jour de 1939 où il prit la fuite pour la France, lorsque les troupes de Franco entrèrent à Barcelone. Mais il existe une nuance primordiale liée au contexte de création. Quand Malraux publie L'espoir, la guerre d'Espagne n'est ni perdue ni gagnée. Malraux attache le sort de sa fiction à l'issue d'un événement historique non encore dénoué. Par contre, lors de son adaptation au cinéma, il exprime un sentiment tragique, dû à la vision réelle du conflit.
article.png
Como agua para chocolate : des mots à l'écran par Anne-Marie Molin, publié le 19/10/2011
L'histoire de Como agua para chocolate a été imaginée et rédigée par l'écrivaine mexicaine Laura Esquivel en 1989. Cet ouvrage, pour le moins intrigant, a connu très vite un succès international grâce aux mystères stylistiques, gustatifs et magiques qu'il renferme. Comme l'auteur l'explique dans une interview pour la BBC, à l'époque où elle a écrit ce roman, elle ne créait que des scénarios pour le cinéma. Cependant, comme il n'est pas facile de percer dans ce milieu et que ses scripts commençaient à s'accumuler en vain, elle a finalement décidé d'écrire ce livre qui serait pour elle, comme écrire un scénario, mais sans les limites et les exigences que ce dernier et les producteurs imposent : elle serait ainsi libre de créer son film idéal.
article.png
L'enseignement de la version originale par Loreto Casado, publié le 23/03/2010
L'enseignement de la version originale cinématographique s'inscrit dans le cadre de la didactique de la traduction audiovisuelle. Cette communication présente la pratique de la traduction dans sa modalité du sous-titrage et aborde la sensibilisation à la version originale comme moyen d'apprentissage de la langue étrangère en intégrant également l'analyse filmique.
article.png
La escritura SMS: una forma "rebelde" de adaptación a las nuevos medios de comunicación par Coralie Paredes, publié le 17/09/2008
El lenguaje SMS suscitó muchas divergencias como la ortografía española en general. Observamos dos campos opuestos: por un lado, los conservadores de la lengua que pretenden mantener la lengua tal y como se tiene que escribir respetando la norma; por otro, los progresistas que proponen adaptar la lengua a las realidades actuales, considerándola como un fenómeno vivo que cambia gracias a los hablantes. A partir de esta situación, nos podemos preguntar si el lenguaje SMS se tiene que ver como una decadencia o más bien como una evolución. ¿Se puede afirmar que este lenguaje calificado de pobre con respecto a otros representa un peligro frente a la norma castellana ya establecida? ¿En qué medida se puede considerar como un paso evolutivo que se adapta a la realidad en la que se encuentra? En este trabajo, estudiaremos los fenómenos lingüísticos característicos del idioma de los móviles e intentaremos demostrar que se puede ver como un progreso.
article.png
Angélica Liddell : You are my destiny par Marie Du Crest, publié le 11/12/2014
Présentation de la pièce d'Angélica Liddell, adaptation contemporaine du Viol de Lucrèce.
article.png
De la pertinence de l’adjectif "étrangère" en didactique des langues-cultures par Sophie Aubin, publié le 27/08/2012
Les statuts traditionnellement attribués aux langues (ancienne/moderne, morte/vivante, maternelle/étrangère) continuent de remplir leurs fonctions : opposer, ordonner, identifier acteurs et spécialistes de chaque domaine. De leur côté, « Français Langue Etrangère » et « FLE », après des débuts difficiles, connaissent un succès tel que l’on oublie les idées qu’ils véhiculent et leur adaptation nécessaire à une diversité linguistique et culturelle croissante. Dans le contexte de l’apprentissage effectif et durable des langues-cultures du monde, impossible sans processus de familiarisation, la pertinence de l’adjectif « étrangère » est discutable. Accorder une valeur maximale aux qualificatifs des apprenants est une source présumée de renouvellement, au risque de perpétuer éternellement divisions, isolements, exclusions, contradictions. The categories that are traditionally associated to languages (old/modern, dead/alive, native/foreign) are still functionally valid: they oppose, classify, and identify actors and specialists in every field. For their part, «French as a Foreign Language» and FLE (?), after having undergone a difficult beginning, are forgetting their own ideas and their necessary adaptation to a growing cultural and linguistic diversity. In the context of the effective and life-long learning of the world languages-cultures, which cannot be given without a process of acquaintanceship, the relevance of the adjective «foreign» is at least arguable. Ascribing a high value to the qualifying attributes of the learners is an alleged source of renovation, with the risk of perpetuating divisions, isolations, exclusions and contradictions.
article.png