Vous êtes ici : Accueil / Littérature / Contemporaine / Conférences / Ecrire le printemps arabe : rupture ou continuité?

Ecrire le printemps arabe : rupture ou continuité?

Par Gharraa Mehanna : Professeur émérite - Université du Caire
Publié par Narimane Abd Alrahman le 01/05/2014
Comment écrire l’évènement ? Quelle langue, quelle forme, et quel genre les écrivains maghrébins et égyptiens choisissent-ils pour écrire leurs témoignages sur le Printemps arabe, exprimer leurs sentiments et leurs pensées ? Cette production littéraire, née dans une période de révolution, de révolte et de tension, tissée d’une autre chair, lourde de sang et de violence, n’est que le reflet de la violence extérieure de la société qui les entoure. Est-elle rupture, destruction ou innovation et reconstruction ?
Université du Caire.

L'inattendu dans la création littéraire et artistique, à la lumière du "printemps arabe".

inattendu_1388950583651-jpgAtelier N° 1 : L'évènement et ses lectures.
Modérateur : Frédéric Abécassis.
Ecrire le Printemps arabe : rupture ou continuité?
Gharraa MEHANNA.

De l'imprévu à l'imprévisible.
Fethi BENSALMA.

Une révolution imprévue? Une société méconnue.
Kmar BENDANA
Où sont passées les "Caravanes" de la révolution?
Ridha BOULAABI.  

Comment écrire l’évènement ? Quelle langue, quelle forme, et quel genre les écrivains maghrébins et égyptiens choisissent-ils pour écrire leurs témoignages sur le Printemps arabe, exprimer leurs sentiments et leurs pensées ?

Cette production littéraire, née dans une période de révolution, de révolte et de tension, tissée d’une autre chair, lourde de sang et de violence, n’est que le reflet de la violence extérieure de la société qui les entoure. Est-elle rupture, destruction ou innovation et reconstruction ?

Fruit des évènements sociaux, économiques et politiques, cette production littéraire est une résultante sociologique qui puise son inspiration dans les besoins de son temps. Est-elle donc un renversement de la méthode de vivre et de penser, une quête de renouveau et une recherche d’une forme d’expression original ?

L’écrivain devient-il un moi-collectif qui exprime sa société ? Cette idée du non-moi suppose-t-elle une conception nouvelle de la langue littéraire ? Nous allons essayer de répondre à ces questions en analysant les premiers textes maghrébins et égyptiens que le printemps arabe a suscités.
 

 
Pour citer cette ressource :

Gharraa Mehanna, "Ecrire le printemps arabe : rupture ou continuité?", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), mai 2014. Consulté le 21/05/2018. URL: http://cle.ens-lyon.fr/arabe/litterature/contemporaine/conferences/ecrire-le-printemps-arabe-rupture-ou-continuite-

Mots-Clés
  • révolution égyptienne, printemps arabe, émergence littéraire, continuité