Vous êtes ici : Accueil / Arts / Arts visuels / Peinture / En marge des institutions : les voix(es) de l’intime. Surréalisme, exil et expérience féminine (1940-1970)

En marge des institutions : les voix(es) de l’intime. Surréalisme, exil et expérience féminine (1940-1970)

Par Célia Stara : Doctorante en Études hispano-américaines et Histoire de l’art - Université Paul Valéry Montpellier 3
Publié par Elodie Pietriga le 04/05/2022
Podcast d'une communication sur Remedios Varo et Leonora Carrington, artistes surréalistes qui s'exilèrent au Mexique au début des années 1940 et y demeurèrent jusqu'à leur mort.

Vivienda y estudio de Leonora Carrington en México. Fuente: Secretaría de Cultura Ciudad de México in Wikipedia, Licencia CC BY 2.0,

Vivienda y estudio de Leonora Carrington en México.
Fuente: foto de Tania Victoria/Secretaría de Cultura Ciudad de México in Wikipedia, Licencia CC BY 2.0.

Introduction

Le 01 octobre 2021, le laboratoire junior iSilencio! a organisé sa première journée d'études, intitulée "Voix silenciées, voix marginalisées : Existence, dissidence et expressions des marges en Amérique latine et en Espagne". Cette journée fut l'occasion d'écouter des interventions autour de l'axe "Silence et pouvoirs", qui constitue le deuxième axe de recherche et de réflexion du laboratoire junior.

Lors de cette journée d'études, Célia Stara est intervenue pour parler de Leonora Carrington et Remedios Varo, deux artistes surréalistes qui se sont installées au Mexique dans les années 1940.

L'artiste peintre Remedios Varo est née en Espagne en 1908. Elle a épousé en secondes noces le poète surréaliste français Benjamin Péret et s'est installée avec lui à Paris en 1937. En 1941, en raison de l'occupation nazie, le couple a décidé de s'exiler au Mexique. Remedios Varo y est restée jusqu'à sa mort en 1963.

Leonora Carrington, peintre, sculptrice, écrivaine, est née en Angleterre en 1917. Après avoir résidé en France et en Espagne elle s'est exilée au Mexique en 1942 et y est restée jusquà sa mort en 2011. Au Mexique, elle a retrouvé de nombreux artistes surréalistes et s'est liée d'amitié avec Remedios Varo. Elle a obtenu la nationalité mexicaine.

Les œuvres des deux artistes sont visibles sur les sites qui leur sont consacrés :

Remedios Varo

Leonora Carrington

Podcast

audio_chapitre

 

audio_chapitre  
Introduction 00:00
I. Exil surréaliste et contexte culturel mexicain des années 1940 00:38
II. La réappropriation de l'espace domestique 06:04
  • a- La mère
07:31
  • b- La tisseuse
09:11
  • c- La cuisine
10:21
  • d- Le foyer : un espace d'entre-aide féminine et intergénérationnelle
11:54
III. Mascarade et renversement : la féminité remise en question 16:09
Conclusion 19:19
Questions/Réponses 21:15
  • D'autres femmes artistes ont-elles eu la même démarche? Des hommes artistes ont-ils eu une démarche similaire?
21:50
  • Quelle est l'influence du contexte mexicain dans leur création?
23:59
  • Le phénomène de réappropriation s'est-il développé en Europe à la même époque?
27:14

 

Pour citer cette ressource :

Célia Stara, "En marge des institutions : les voix(es) de l’intime. Surréalisme, exil et expérience féminine (1940-1970)", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), mai 2022. Consulté le 25/09/2022. URL: https://cle.ens-lyon.fr/espagnol/arts/arts-visuels/les-classiques-de-la-peinture-hispanique/en-marge-des-institutions-les-voix-es-de-l2019intime-surrealisme-exil-et-experience-feminine-1940-1970