Vous êtes ici : Accueil / Arts / Théâtre / Théâtre contemporain / Ximena Escalante

Ximena Escalante

Par Marie Du Crest : Professeure, chroniqueuse
Publié par Christine Bini le 03/08/2014
Dossier sur Ximena Escalante, dramaturge mexicaine. Lectures et retours sur les trois pièces grecques de Ximena Escalante : Phèdre, Andromaque et Electre.

 
 

ximena_1394311236490-jpg

Ximena Escalante naît en 1964 à Mexico. Elle étudie successivement dans son pays puis en Espagne. Elle se forme tout à la fois à la mise en scène, à l’écriture dramatique, à la critique et à l’analyse théorique. Elle s’intéresse également au cinéma par le biais d’adaptations et de scenarii. Elle est aujourd’hui l’un des principaux auteurs de théâtre du Mexique. Ses œuvres sont traduites et mises en scène à travers le monde. Parmi ses pièces publiées, citons : Vacío azul (1994) ; Cary Grant et La siesta de Pirandello (1996).

Sont éditées en France, aux éditions, le Miroir qui fume, les trois pièces «  grecques » et Moi je veux être un prophète.

TRIPTYQUE-ESCALANTE ou Les Autres Grecques

La Grèce est pour nous un berceau, celui de la tragédie. Ximena Escalante vient de bien plus loin, du Mexique, poursuivre la parole millénaire d’Euripide,  de Sophocle ou d’Eschyle. Selon son propre aveu, elle aime la « matière » mythologique et tous ses possibles. Transformer, entremêler, ouvrir ce que tous les textes anciens, antiques ont dit d’essentiel : « la desolación amorosa,  el amor, la pasión y la sexualidad y los conflictos entre ellas. ». Ses trois pièces (Fedra y otras griegas Andrómaca real et Electra despierta) à sujet grec et universel tissent un cycle des voix féminines : fille, sœur, mère, amante. Chaque conflit tragique pour X. Escalante fait surgir «  muchas historias paralelas ». Phèdre (Fedra y otras griegas) n’est plus seulement celle qui se perd dans sa passion pour le jeune Hippolyte mais aussi une adolescente qui grandit, une sœur qui se sent coupable de faire souffrir son aînée. Andrómaca n’est plus une veuve troyenne ou la mère d’Astyanax mais une femme qui ne parvient pas à la parole amoureuse, qui se fait battre. Hermione n’est pas sa rivale comme chez Euripide mais en quelque sorte une autre elle-même. Electre, elle aussi a été une enfant incapable d’aimer sa mère sans nom, (le mot Clytemnestre attaché au cycle des Atrides est totalement absent de la pièce mexicaine), croisant sa sœur Iphigénie que personne n’a sacrifiée. Le temps se dilate donc comme en témoignent deux des pièces du tryptique, des personnages contemporains croisent la route des figures tragiques ;  les palais royaux, les villes d’Epire, ou d’Aulide disparaissent pour des lieux anonymes urbains (fête foraine, bar, chambre, et autres bureaux, laveries…). La construction des pièces convoque des épisodes assez courts avec leur titre respectif qui sont autant de tentatives d’échange, de parole accordée à l’ensemble des personnages.  En outre, les deux dernières pièces traduites par Aurélie Dupire sont liées par le retour du personnage d’Oreste lui aussi successivement amant, frère et fils.

Si les trois pièces n’ont pas été créées au Mexique simultanément : Fedra en 2002 au Teatro el Granero de la Unitad cultural del Bosque ; Andrómaca real en 2007, au Teatro El Gale’on et pour Electra despierta en 2009 au Foro del Centro Universitario de Teatro, en revanche à Lyon, elles ont fait partie d’un polyptique dans une mise en scène de Sylvie Mongin-Algan en 2011 au Nouveau théâtre du huitième avec la compagnie des Trois huit.

Articles

Moi aussi je veux un prophète

Les textes


fedra-150_1394311456897-jpg
andromaca-150_1394311577458-jpg

Compléments


Vidéo : Sylvie Mongin raconte sa rencontre avec Ximena Escalante
Vidéo : polyptique Escalante, Sylvie Mongin et Ximena Escalante
Entrevista : Ximena Escalante - en el teatro siempre me siento sola
 
Pour citer cette ressource :

Marie Du Crest, "Ximena Escalante", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), août 2014. Consulté le 18/07/2018. URL: http://cle.ens-lyon.fr/espagnol/arts/theatre/theatre-contemporain/ximena-escalante