Vous êtes ici : Accueil / Ojal / Traces/Huellas / Autour de l'oeuvre de Saúl Ibargoyen

Autour de l'oeuvre de Saúl Ibargoyen

Par Marie-Caroline Charles : Étudiante de Master - ENS de Lyon , Marie Dupont : Étudiante de Master - ENS de Lyon
Publié par Christine Bini le 08/11/2013
Le jeudi 24 octobre 2013, l’ENS de Lyon a accueilli l’écrivain uruguayo-mexicain Saúl Ibargoyen. Cette page propose une brève présentation de l'écrivain et de son oeuvre, ainsi qu'une vidéo de la rencontre avec l'auteur.
ibargoyen1_1383896182662-jpg

Présentation

ibargoyen-couv_1383897005845-jpgLe jeudi 24 octobre 2013, l’ENS de Lyon a accueilli l’écrivain uruguayo-mexicain Saúl Ibargoyen, à l’occasion de sa participation au festival organisé par Espaces Latinos, Belles Latinas, et de la récente publication de la traduction française de son roman Toda la tierra (Tijuana, 2000) : Toute la terre (À plus d’un titre, 2013). Cette traduction, commencée en 2006, est le fruit du travail de vingt-quatre traducteurs, membres de l’ATH, « Atelier de Traduction Hispanique » de l’ENS de Lyon, dirigé par Philippe Dessommes, Professeur Agrégé d’Espagnol à l’Université Lyon 1. Cette rencontre – organisée par l’ATH, la revue S/V et l’association ENSeguida – s’est déroulée en trois temps.

Philippe Dessommes a commencé par dresser un portrait de « la fiction et l’histoire dans le roman saulien », en insistant sur des thèmes tels que la frontière, le métissage et l’exil, que l’on retrouve dans mainte œuvre de Saúl Ibargoyen. Conceição Coelho, Maître de Conférences à l’Université Lumière Lyon 2, a ensuite pris la parole en faisant le choix de s’exprimer librement et personnellement, plutôt que de manière universitaire. Elle a ainsi voulu livrer à l’auditoire ses impressions de lecture et partager l’émotion qu’elle a ressentie à la double lecture de l’œuvre et de sa traduction. Après chaque intervention, l’auteur a pu réagir et donner son point de vue sur les questions abordées, rendant ainsi la rencontre particulièrement dynamique et touchante. La séance a été clôturée par la lecture – en version originale et traduction française – de certains passages de Toda la tierra / Toute la terre, par les membres des différentes associations organisatrices.

Saúl Ibargoyen

logo-ibargoyen_1384180187071-jpgÉcrivain uruguayo-mexicain né à Montevideo en 1930 mais résidant depuis de nombreuses années au Mexique, pays dont il a également acquis la nationalité. Cet écrivain a un parcours qui peut paraître atypique : il a, en effet, commencé par avoir plusieurs métiers, comme employé de banque, ou professeur de littérature latino-américaine dans des établissements d’enseignement secondaire, avant de commencer à écrire. Par la suite, il n’a pas cessé pour autant d’exercer d’autres activités professionnelles en plus de celle d’écrivain : il est aussi éditeur, traducteur, journaliste culturel et coordinateur d’ateliers de poésie.

On retrouve d’ailleurs cette diversité dans son œuvre littéraire puisqu’il écrit à la fois des romans, des contes et des essais. Il a été président de l’Association des Ecrivains d’Uruguay de 1986 à 1989, et a publié dans de multiples revues et journaux : Plural, Excelsior, Archipiélago, El Entrevero, La Revista de Literatura Mexicana Contemporánea, Entorno, Tinta Seca, Cuernavaca, Morelos…, et a même assuré la direction de certains de ces titres. Il a également publié un très grand nombre d’ouvrages. Sa production littéraire est dominée par la création poétique avec des recueils comme De este mundo (Aquí Poesía, Montevideo, 1963) qui a obtenu le prix du Ministère de l’Instruction Publique, et El escriba de pie (Fundación Pascual, México, 2002) qui a obtenu le Prix National « Carlos Pellicer ». Parmi ses romans, outre Toda la tierra, on peut mentionner Sangre en el Sur (Ediciones Eón, México, 2007), roman qui va faire l’objet d’une prochaine traduction en français par l’ATH, poursuivant ainsi le travail de traduction des œuvres de Saúl Ibargoyen.

Ce roman s'intéresse particulièrement à la question du métissage et à l’influence réciproque d’une culture sur une autre. Le « portuñol », mélange de portugais et d’espagnol parlé à la frontière du Brésil et de l’Uruguay que l’auteur utilise tout au long de son livre, en est une parfaite illustration.
Enfin, Saúl Ibargoyen écrit aussi des contes et des pièces de théâtre pour enfants, à l’instar de Fronteras de Joaquim Coluna qui a obtenu le prix Casa de Américas en 1973 ou de Los cuates de Candelita, une série de pièces pour enfants publiée en 1978.

Marie-Caroline Charles
Marie Dupont

Vidéo de la rencontre

Captation vidéo : Marie-Caroline Charles (ENS de Lyon)

Toute la terre


bandeau-couv_1384179844141-jpg

La rencontre

 
Photographies :
Marie Dupont
(ENS de Lyon)
 
coll-ibar-1_1383897929453-jpg
coll-ibar-6_1383897975276-jpg
coll-ibar-5_1383897995083-jpg
coll-ibar-lect1_1384179737925-jpg
coll-ibar-2_1383898011769-jpg
coll-ibar-3_1383898028975-jpg
coll-ibar-4_1383898046039-jpg
Pour citer cette ressource :

Marie-Caroline Charles, Marie Dupont, "Autour de l'oeuvre de Saúl Ibargoyen", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), novembre 2013. Consulté le 13/11/2018. URL: http://cle.ens-lyon.fr/espagnol/ojal/traces-huellas/autour-de-l-oeuvre-de-saul-ibargoyen