Vous êtes ici : Accueil / Histoire et société / Histoire / Le couple franco-allemand et l'Europe / La coopération franco-allemande et l’unification européenne : une idée ancienne ?

La coopération franco-allemande et l’unification européenne : une idée ancienne ?

Par Bernd Hofmann
Publié par Marie Laure Durand le 01/02/2013
L’amitié franco-allemande est au cœur de cette année anniversaire du Traité de l’Élysée. Bernd Hofmann rappelle cependant que d’autres tentatives de rapprochement des deux peuples ont précédé la signature du Traité en 1963. Victor Hugo fait figure de précurseur, qui, dès 1842, dans un contexte de montée des nationalismes, défend l’idée d’un rapprochement des deux pays. Dans un contexte tout aussi tendu, entre les deux guerres, Aristide Briand et Gustav Stresemann proposent d’unir les deux pays par un lien de solidarité et énoncent des principes de coopération proches des principes de fonctionnement de l’Europe actuelle. L’idée de l’amitié franco-allemande est lancée qui se concrétisera entre autres par la signature du traité de l’Élysée en 1963.

http://video.ens-lyon.fr/eduscol-cdl/2012/2012-11-07_ALL_Hofmann.mp4

Table ronde dans le cadre d'un cycle de conférences et manifestations organisé par Bernd Hofmann (Lyon 1) pour célébrer le cinquantième anniversaire du traité de l’Élysée.

Pour Bernd Hofmann, la France et l’Allemagne sont deux pays à la fois proches et différents. Leurs différences peuvent par exemple être appréhendées à travers deux notions : celles de liberté et celle d’État-nation. L’idée de liberté repose sur un socle commun aux deux pays. Pourtant, la liberté, pour les Allemands, passe par la soumission à la communauté et doit empêcher l’individu de nuire à autrui. L’homme libre est celui qui a le droit de participer à la décision collective. Cette conception explique la culture du consensus dans laquelle les Français ne se reconnaissent pas. De même, les façons d’envisager l’État-nation sont inverses : en France, l’État, en tant que structure, préexiste à la nation, tandis que l’État allemand s’est construit tardivement.

vignette-hugo_1359970222033-jpgEn cette année qui célèbre le cinquantième anniversaire du traité de l’Élysée, la période récente qui a vu le rapprochement entre la France et l’Allemagne est au centre de l’attention. Il ne faut pourtant pas oublier que le traité de l’Élysée a été précédé d’autres tentatives pour rapprocher les deux peuples. Bernd Hofmann rappelle deux épisodes : Victor Hugo défend, dès 1842, dans un contexte de montée des nationalismes, l’idée que France et Allemagne doivent former le cœur de l’Europe. Dans un contexte tout aussi tendu, entre les deux guerres, Aristide Briand et Gustav Stresemann proposent d’unir les deux pays par un lien de solidarité et énoncent des principes de coopération proches des principes de fonctionnement de l’Europe actuelle. L’idée de l’amitié franco-allemande est lancée qui se concrétisera entre autres par la signature du traité de l’Élysée en 1963.

 

Pour citer cette ressource :

Bernd Hofmann, "La coopération franco-allemande et l’unification européenne : une idée ancienne ?", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), février 2013. Consulté le 20/05/2018. URL: http://cle.ens-lyon.fr/allemand/civilisation/histoire/le-couple-franco-allemand-et-leurope/la-cooperation-franco-allemande-et-l-unification-europeenne-une-idee-ancienne