Vous êtes ici : Accueil / Langue(s) / Traduction / Editorial "L'Oreille du loup"

Editorial "L'Oreille du loup"

Par Julia Azaretto : Étudiante-chercheuse
Publié par Christine Bini le 10/05/2009
Entrevista con Myriam Montoya y Stéphane Chaumet, fundadores de la editorial "L'Oreille du loup".

L'Oreille du Loup, joven editorial de poesía, estuvo presente en la última Feria del Libro de París, en el stand Ile de France que reunía a todos los editores independientes de la región, asegurándoles de esta manera el contacto con los lectores y la divulgación de su catálogo. La bellísima librería Tschann, del barrio de Montparnasse, se encargó de la gestión administrativa y comercial del stand. Una de las principales razones de la presencia de la editorial en la Feria del Libro fue la reciente publicación de Intemperie de Pura López Colomé, poeta mexicana invitada a la Feria, traducido por Stéphane Chaumet. La editorial Ediciones sin nombre publicó el libro en México en el 2002 y en el año 2005 hubo una reedición de la Conaculta.

Dos jóvenes poetas fundaron la editorial en el 2007, Myriam Montoya y Stéphane Chaumet. Ambos traducen poesía, acuden a festivales en Latinoamérica, escriben y trabajan para nutrir y consolidar esta aventura editorial, cuyo objetivo es circunscribir un espacio dedicado a la creación poética contemporánea francesa y extranjera.

Llevan 14 títulos publicados en un año y medio de existencia. Ritmo vertiginoso que Myriam Montoya explica por «la fuerza inicial de todo proyecto», el empuje, o también el deseo de sentar las bases de la editorial. Han publicado a poetas oriundos de China, Holanda, España, Colombia, Ecuador, Argentina, México y Francia. Es una propuesta editorial que se sitúa al margen del circuito oficial del libro, ya que hasta el momento no trabajan con distribuidores ni con empresas de difusión. Para darse a conocer la editorial organiza asiduamente lecturas para presentar los libros. En general, las instituciones que acogen estos encuentros de poesía, son los institutos culturales que representan al país del poeta publicado. De esta manera los centros culturales permiten desarrollar actividades literarias que no se sitúan únicamente en el plano comercial, sino que apuestan ante todo por el encuentro de autores y lectores.

Para seguir de cerca esta propuesta editorial los lectores interesados pueden visitar el blog de L'Oreille du Loup mediante este enlace: http://loreilleduloup.blogspot.com/ 

Entrevista

¿Cuándo nació la editorial?

S. Ch. : En septiembre de 2007, hace un año y medio. Es muy nueva. En un año y medio hemos publicado catorce títulos, y esperamos publicar cuatro títulos nuevos en junio o en septiembre. La idea al principio era formar rápidamente un catálogo -ahora vamos a disminuir el ritmo-, para mostrar nuestro proyecto.

M. M. : Aparte de que necesitábamos tener un catálogo, al comienzo los proyectos tienen una fuerza súper grande, entonces había fuerza y textos de poetas que nos gustan mucho, cuyo trabajo apreciamos particularmente. Entonces aprovechamos que necesitábamos formar un catálogo y que teníamos contacto con poetas extraordinarios.

S. Ch. : Sobre todo que no hubo que buscar poetas porque los textos ya estaban listos. Y hubiéramos podido publicar más, porque hay muchos poetas que queremos traducir, pero desafortunadamente no vamos a poder publicarlos a todos. Empezamos publicando cuatro libros para ver cómo funcionaba. Publicamos al ecuatoriano Mario Campaña y al poeta colombiano Eduardo García Aguilar, que vive en París desde hace muchos años.

M. M. : Sí, conocíamos su trabajo y pensamos que era el momento de hacer la traducción al francés.

S. Ch. : En definitiva, no fue muy premeditado, fue una aventura, lo que pasa es yo tenía textos traducidos al español que habían sido publicados en revistas pero no en libros. Lo mismo sucedió con el texto de Mario Campaña que dos poetas franceses habían traducido; él lo mandó a dos editoriales y se lo rechazaron, a pesar de que en España ha publicado mucho. Y sucedió algo similar con el texto de Eduardo García Aguilar que yo había traducido; entonces, después de todo ese trabajo, pensamos: «¿Por qué no lanzarnos con una editorial? no hay nada qué perder, ya tenemos dos o tres libros». La idea era un poco loca pero lo hicimos y finalmente la acogida fue muy buena. Nos sorprendió mucho. Tuvimos buenas críticas y empezamos a desarrollar otros proyectos.  

El proyecto inicial fue publicar poesía ¿lo es actualmente?

M. M. : Por ahora es la política, pero en ningún momento nos queremos encerrar en una sola cosa porque pensamos que una editorial puede evolucionar de muchas formas, entonces dejamos abierta esa posibilidad. Por el momento nuestra política sigue siendo publicar poesía; tenemos una gran pasión por la poesía, y como ves la editorial está comenzando.   S. Ch. Hay otras ideas, pero primero queremos fortalecer la editorial con la poesía porque realmente es lo que nos gusta; y además esto permite transitar un camino muy especial en el mundo editorial porque puedes buscar autores que las grandes editoriales nunca van a publicar por diversas razones. Ellos corren riesgos que nosotros no tenemos ya que no hay plata en juego; es paradójico, ellos en realidad podrían correr riesgos, pero si arriesgan mucho puede ser peligroso porque emplean gente. En cambio, para nosotros el riesgo es que la editorial desaparezca, punto. Hemos pensado crear otras colecciones, por ejemplo una de crónicas de viaje y otra de novelas; pero eso necesita más contacto con la prensa, es otro mundo. Y una novela que no tiene críticas, no funciona. Lo principal, por el momento, es fortalecer el sello como editorial de poesía para hacerse poco a poco un nombre; por ahora el nombre circula y tiene buena reputación. Tenemos novelas y cuentos que podrían publicarse, pero se necesita más dinero para la edición. 

¿Forma parte de su política pagar a los traductores?

M. M. : Reivindicamos que al traductor hay que pagarle porque el traductor es el puente para la otra cultura, imagínate qué haríamos los poetas extranjeros que vivimos en París, ¿qué haríamos nosotros sin buenos traductores? Estaríamos todavía mucho, mucho más marginados, o en nuestro pequeño círculo. En ese sentido, el traductor cumple una función maravillosa.

¿Y el nombre "L'Oreille du loup" de dónde salió?

S. Ch. : Pues surgió así, jugando, buscando encontramos ese nombre y nos pareció que despierta el imaginario -más que la imaginación-, que cada uno tiene con el lobo. La otra razón es que -siempre digo lo mismo-, el lobo escucha voces que los otros no perciben, eso es lo que queremos: captar voces que no se pueden escuchar.

M. M. : El lobo también está asociado con la niñez: es una especie de referencia de la infancia. Y eso es muy curioso, siempre en la imaginación es una figura mala que finalmente es muy buena, y representa la inteligencia, la intuición.   S. Ch. Después de haber elegido el nombre nos enteramos de que hay un monte que se llama así que queda en los Alpes. Algún día tenemos que ir a ese monte con los libros. 

¿La editorial recibe apoyo institucional?

S. Ch. : Para el funcionamiento de la editorial no. Pero algunos proyectos se financian con la ayuda de programas extranjeros que subsidian la traducción; por ejemplo PROTRAD financió la traducción del libro de Pura López Colomé y nosotros nos encargamos de la producción. Publicamos muchos libros sin ningún tipo de ayuda, sólo cuatro libros de los catorce que publicamos recibieron apoyo para la traducción o para la producción. Y hace poco recibimos un subsidio del CNL para la traducción. Por otro lado, cuando organizamos lecturas para la presentación de un libro a veces nos acercamos a algunas instituciones parisinas. Una vez organizamos una lectura y un concierto en el Instituto Neerlandés que ellos patrocinaron con parte de la organización. También hicimos una lectura en el Centro cultural chino cuando editamos el libro de Cai Tianxin. Publicamos a un poeta suizo que escribe en alemán y recibimos ayuda para la traducción, pero luego el Centro cultural suizo cambió de director y el nuevo director no quiso organizar lecturas. También trabajamos con la Maison de l'Amérique latine.

¿En función de qué criterios eligen a los poetas que publican?

S. Ch. : Son encuentros, porque a Myriam y a mí nos invitan a festivales en los que escuchamos a otros poetas, y de repente leemos uno que nos encanta. Es un poco el azar y el encuentro.

M. M. : Es el azar pero yo creo que en un contexto también, porque nunca hemos publicado a alguien que no tenga una trayectoria.   S. Ch. Pero si algún día descubrimos escritos de un poeta muy bueno pero que todavía no tiene nada publicado, no importa. Pasó así con un poeta griego que es conocido en su país pero que nosotros nunca habíamos leído. Nos mandaron una traducción de él y nos gustó. Pero también nos han llegado manuscritos que no nos gustan, o que no corresponden con lo queremos hacer.

¿Cuál es la línea editorial en poesía?

S. Ch. : No es consciente, es difícil definirla a priori. Funcionamos mucho con la intuición. Luego esto se refleja en las publicaciones.

M. M. : A mí no me gustan las líneas editoriales. Las líneas son muy bellas pero una línea editorial es como cerrarse a otras posibilidades.   S. Ch. Yo creo que se puede defender la idea de una línea editorial. Pero en nuestro caso, es un universo, o un ambiente, más que una línea editorial.

M. M. : Nos sentimos muy orgullosos de todos los títulos que hemos publicado, y, sobre todo, podemos defenderlos porque creemos mucho en esa poesía. Esto, por supuesto, le da más fuerza a la política editorial. 

¿Sólo publican poesía contemporánea?

M. M. : Por el momento sí. De hecho, era la idea del principio: defender la poesía contemporánea.

¿Cuáles son los proyectos?

M. M. : El proyecto es publicar un poemario muy lindo de Gabrielle Althen. Vamos a publicar al argentino Leopoldo Castilla, a una belga, Beatrice Libert y al griego Vangelis Kassos. Después hay otros proyectos, por ejemplo el de publicar a una poeta iraní que fue una de las más importantes en Irán, como mujer y como poeta, porque no quería vivir dentro de la tradición y pretendía defender su libertad. Esto fue muy doloroso para ella y tuvo que exiliarse. Se separó de su hijo y nunca más pudo verlo. 

¿En qué librerías francesas se pueden encontrar los libros?

M. M. : Por ejemplo en la librería Tschann, en l'Atelier que está en el XX, estaremos en la Fnac y en Gibert Joseph próximamente. Para la distribución lo que se ha hecho es registrar la editorial en Electre que es el programa que utilizan los libreros para pedir los libros al editor. 

Por ahora los contactan por correo electrónico...

S. Ch. : Sí. Estamos en contacto con varias librerías en Estrasburgo o en Marsella, que siempre nos compran libros. Pero vendemos mucho más cuando organizamos eventos, porque la gente acude a la lectura, escucha al poeta, y al comprar el libro puede prolongar este momento e ingresar más profundamente en la escritura del poeta. El problema con las librerías es que cuando aceptan un libro en consignación lo dejan relegado en el rincón de la poesía al que nadie va nunca. Entonces los libros duermen en los estantes un año, dos años, y de pronto los ponen en un armario porque molestan o no queda más espacio. Vale la pena trabajar con las librerías si se organiza un evento. Me di cuenta de que no sirve de nada estar llamándolas porque se pierde mucho tiempo. Si ellos necesitan un libro me lo piden y listo. Creo que los libreros también prefieren funcionar de esta manera.

L'Oreille du loup, jeune maison d'édition de poésie, a été présente au Salon du Livre 2009 dans le stand Ile-de-France qui regroupait tous les éditeurs indépendants de la région, en leur assurant de cette manière un bon contact avec les lecteurs et la diffusion de leur catalogue. La librairie Tschann de Montparnasse a été chargée de la gestion administrative et commerciale du stand. Une des principales raisons de la présence de l'Oreille du loup au Salon du Livre est la toute récente parution de l'ouvrage Intempérie de la poète mexicaine Pura López Colomé, invitée au Salon 2009. Cet ouvrage a été traduit par Stéphane Chaumet. La maison Ediciones sin nombre a publié Intemperie en 2002 au Mexique, et la Conaculta l'a réedité en 2005.

Ce sont deux jeunes poètes qui ont fondé la maison d'édition en 2007 : Myriam Montoya et Stéphane Chaumet. Tous les deux traduisent de la poésie, participent aux festivals de poésie en Amérique latine, écrivent et travaillent beaucoup pour nourrir et consolider cette aventure éditoriale, ayant pour objectif de circonscrire un espace consacré à la création poétique contemporaine française et étrangère.

En un an et demi d'existence ils ont déjà publié 14 titres. Un rythme vertigineux que Myriam Montoya explique par la « l'élan de tout projet qui commence », la force et le désir d'établir les fondations de la maison. Ils ont déjà publié des poètes provenant d'horizons divers : Chine, Hollande, Espagne, Colombie, Équateur, Argentine, Mexique, France. Cette proposition se situe aux marges du circuit officiel du livre, car jusqu'à présent ils ne travaillent ni avec des distributeurs ni avec des diffuseurs. Pour se faire connaître, la maison d'édition organise régulièrement des lectures dans lesquelles elle présente ses livres. Les institutions qui accueillent ces rencontres de poésie sont la plupart du temps des instituts culturels représentant le pays dont le poète publié est originaire. Ainsi, les instituts culturels permettent-ils de développer des activités littéraires qui ne sont pas uniquement vouées au commerce, car ils misent, avant tout, sur la rencontre d'auteurs et des lecteurs.

Pour connaître les publications de la maison, et les évènements qu'elle organise : http://loreilleduloup.blogspot.com/  

Entretien (traduction en français)

Quand est-elle née la maison d'édition ?

S. Ch. Il y a un an et demi, en septembre 2007. C'est tout récent. Dans un an et demi nous avons publié quatorze titres, et nous pensons publier quatre nouveaux titres en juin ou en septembre. Au début, nous voulions élaborer rapidement un catalogue pour montrer notre projet, maintenant nous allons diminuer le rythme de publication.

M.M. Oui, mais en plus de ce besoin de créer un catalogue, il faut dire qu'au début les projets ont une force énorme. Donc, nous avions cette force et les textes des poètes qui nous plaisent vraiment car ils ont fait un travail formidable. Alors, nous avons conjugué le besoin de créer un catalogue et le contact que nous avions avec des poètes extraordinaires.

S. Ch. Surtout que nous ne devions pas chercher les poètes puisque les textes étaient prêts. Nous aurions pu en publier d'autres, parce qu'il y a beaucoup de poètes que nous voulons traduire, mais malheureusement nous ne pourrons pas tous les éditer. Nous avons commencé en publiant quatre livres pour voir comment ça fonctionnait. Nous avons publié le poète équatorien Mario Campaña et le poète colombien Eduardo García Aguilar, qui habite à Paris depuis quelques années.

M.M. Nous connaissions son travail et nous croyions que le temps de le traduire en français était venu.

S. Ch. Finalement ça n'a pas été très prémédité, ça a été une vraie aventure. Ce qui s'est passé c'est que certains de mes textes avaient été traduits et publiés en espagnol dans des revues, mais pas dans des livres. Il est arrivé la même chose avec Mario Campaña dont les textes avaient été traduits par deux poètes français, mais lorsqu'il les avait envoyés aux maisons d'édition, il n'avait pas eu une réponse favorable malgré ses nombreuses publications en Espagne. Enfin, il est arrivé plus ou moins la même chose avec le texte d'Eduardo García Aguilar que j'avais traduit. Après tout le travail que nous avions réalisé, nous nous sommes dit : « pourquoi ne pas créer une maison d'édition, puisque nous avons déjà un ou deux livres ? ». L'idée était un peu délirante, mais nous l'avons fait et l'accueil fut plutôt bon. Nous étions très étonnés. Nous avons eu de bonnes critiques et nous avons commencé à développer d'autres projets.

Au début votre projet éditorial était de publier de la poésie, est-il le même actuellement ?

M. M. Oui, pour l'instant c'est la politique éditoriale, mais à aucun moment nous ne voulons nous enfermer dans un genre car nous croyons qu'une maison d'édition peut évoluer de différentes façons, donc nous laissons la porte ouverte à d'autres possibilités. Pour le moment notre politique c'est de publier de la poésie, nous sommes des passionnés de poésie, et la maison d'édition vient tout juste de commencer.

S. Ch. Oui, il y a d'autres idées, mais nous voulons d'abord consolider la maison d'édition avec un bon catalogue de poésie, puisque c'est ce que nous aimons vraiment ; de plus la poésie permet de réaliser un cheminement singulier dans le monde de l'édition parce qu'il y a des auteurs que les grandes maisons ne publieront jamais pour de multiples raisons. En fait, pour eux c'est plus risqué, pour nous, en revanche, il n'y a pas d'argent en jeu. C'est paradoxal, en réalité les grandes maisons pourraient prendre des risques, mais si elles risquent trop, elles risquent gros, car elles emploient du personnel. Pour nous, le risque implique seulement la disparition de la maison, c'est tout. Nous avons envisagé de créer d'autres collections, par exemple une collection des chroniques de voyage, et une autre collection de romans ; mais ce type d'ouvrage suppose plus de contact avec la presse, c'est un autre monde. Et un roman sans critiques ne marche pas. Ce qui est essentiel pour l'instant, c'est de renforcer la maison en tant que maison de poésie pour se forger une réputation, pour l'instant le nom circule et a une bonne réputation. Nous avons des romans et des contes que nous pourrions publier mais cela nécessite un investissement plus important.

Qu'en est-il de la rémunération des traducteurs ?

M.M. Nous revendiquons qu'il faut payer le traducteur car il est le pont vers l'autre culture. Que ferions-nous, les poètes étrangers qui habitons à Paris, que ferions-nous sans les bons traducteurs ? Nous serions encore plus à l'écart, ou dans notre petit cercle. En ce sens, le traducteur remplit un rôle merveilleux.

D'où vient le nom de la maison : « L'Oreille du loup » ?

S. Ch. Comme ça, en jouant sur les mots nous avons trouvé ce nom et il nous semblait qu'il éveillait l'imaginaire, plus que l'imagination, de chacun vis-à-vis du loup. Il y a également une autre raison, c'est que le loup entend des voix que les autres ne perçoivent pas, c'est ça que nous voulons : saisir des voix qu'on ne peut entendre.

M.M. Le loup est associé à l'enfance, en fait c'est une sorte de référence de l'enfance. C'est très curieux, dans l'imagination c'est toujours une figure mauvaise qui finit par être bonne, et il représente l'intelligence, l'intuition.

S. Ch. Après avoir choisi ce nom, nous avons appris qu'il y a une arête dans les Alpes qui s'appelle de la même façon. Un jour nous devrions y aller pour monter avec les livres.

La maison reçoit-elle du soutien institutionnel ?

S. Ch. Non, en tout cas pour le fonctionnement de la maison non. Mais certains projets sont financés avec le soutien de programmes étrangers qui octroient des aides à la traduction ; par exemple PROTRAD a financé la traduction de l'ouvrage de Pura López Colomé, et la maison s'est chargée de la production. Nous avons publié beaucoup de livres sans aucune aide. Seulement quatre livres, parmi les quatorze ouvrages que nous avons déjà publiés, ont reçu une aide pour la traduction ou pour la production. Récemment nous avons reçu une aide du CNL pour la traduction. Par ailleurs, lorsque nous organisons des lectures pour la présentation d'un livre nous recevons l'appui des institutions parisiennes. Une fois nous avons organisé une lecture et un concert dans l'Institut Néerlandais qui s'est occupé de l'organisation. Nous avons fait également une lecture dans le Centre culturel chinois lors de la publication de l'ouvrage de Cai Tianxin. Puis, nous avons publié un poète suisse qui écrit en allemand, et nous avons reçu une aide à la traduction, mais plus tard le Centre a changé de directeur et le nouveau directeur ne voulait pas organiser des lectures. Nous travaillons aussi avec la Maison de l'Amérique Latine.

Avec quels critères choisissez-vous les poètes que vous publiez ?

S. Ch. Ce sont principalement des rencontres, car Myriam et moi allons souvent à des festivals de poésie où nous découvrons d'autres poètes, et du coup, il y a en un qui nous plaît vraiment. C'est un peu le hasard et la rencontre.

M. M. Oui, c'est le hasard mais dans un contexte précis ; en fait, jamais nous n'avons publié un poète qui n'avait pas déjà une certaine reconnaissance.

S. Ch. Mais si un jour nous découvrons des écrits d'un très bon poète qui n'a rien publié, ce n'est pas grave. Cela nous est déjà arrivé avec un poète grec qui est très connu dans son pays, mais que nous n'avions jamais lu. On nous a envoyé une traduction que nous avons trouvée formidable. Mais nous recevons aussi des manuscrits qui ne nous plaisent pas, ou qui ne correspondent pas avec notre catalogue.

Quelle est la ligne éditoriale ?

S. Ch. Elle n'est pas consciente, c'est difficile de la définir a priori. Nous fonctionnons beaucoup à l'intuition, mais cela se reflète après coup dans les publications.

M.M. Je n'aime pas les lignes éditoriales. Les lignes sont très belles mais une ligne éditoriale c'est une manière de se fermer à d'autres possibilités.

S. Ch. Je pense qu'on peut défendre l'idée d'une ligne éditoriale, mais dans notre cas, c'est un univers ou une atmosphère, plus qu'une ligne éditoriale.

M.M. Nous sommes fiers de tous les titres que nous avons publiés et, surtout, nous pouvons les défendre car nous croyons à cette poésie. Cela donne encore plus de force à la politique éditoriale.

Vous ne publiez que de la poésie contemporaine ?

M.M. Pour l'instant oui. C'était, en effet, notre idée de départ : défendre la poésie contemporaine.

Quels projets avez-vous ?

M.M. Nous allons publier un recueil de poèmes de Gabrielle Althen et de l'argentin Leopoldo Castilla, puis une belge Béatrice Libert, et un grec Vangelis Kassos. Pour plus tard nous avons le projet de publier une poète iranienne qui a été une des plus importantes dans son pays, en tant que femme et en tant que poète car elle ne voulait pas vivre dans la tradition et elle prétendait défendre sa liberté. Cela a été très douloureux pour elle et elle a dû s'exiler et quitter son fils, qu'elle n'a jamais revu.

Dans quelles librairies françaises peut-on trouver vos livres ?

M.M. Dans la librairie Tschann, dans l'Atelier (xxe arrondissement) et nous serons bientôt présents à la Fnac et à Gibert Joseph. Concernant la distribution, nous avons choisi de référencer la maison d'édition sur Électre qui est le logiciel utilisé par les libraires pour commander des livres à l'éditeur.

Pour le moment on vous contacte par courrier électronique ?

S. Ch. Nous sommes en contact avec beaucoup de libraires à Strasbourg et à Marseille, qui nous achètent souvent des livres. Mais nous en vendons davantage lors des lectures. En fait, lorsque les gens vont écouter une lecture, ils achètent le livre pour prolonger ce moment et entrer plus profondément dans l'écriture du poète. Le problème avec les librairies c'est que quand elles acceptent un livre en dépôt elles le laissent abandonné dans le coin poésie, où, soit dit en passant, personne ne va jamais. Donc, les livres dorment sur les étagères un-deux ans, puis on les met dans une armoire parce qu'ils prennent de la place. En fait, ça vaut le coup de travailler avec les librairies si l'on organise des lectures. Je me suis rendu compte qu'il était inutile de téléphoner tout le temps parce que tu perds beaucoup de temps. Si elles veulent un livre, elles peuvent le commander et c'est tout. Je crois que les libraires aussi préfèrent fonctionner de cette manière.

 
Pour citer cette ressource :

Julia Azaretto, "Editorial "L'Oreille du loup"", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), mai 2009. Consulté le 19/10/2018. URL: http://cle.ens-lyon.fr/espagnol/langue/traduction/editorial-l-oreille-du-loup-