Vous êtes ici : Accueil / Se former / Les précis et le Workbook / Précis d'anglais oral / Principes fondamentaux de l’intonation

Principes fondamentaux de l’intonation

Par Natalie Mandon
Publié par Clifford Armion le 10/03/2012
Cette partie du précis d'anglais oral, consacrée à la chaîne parlée, explicite les principes fondamentaux de l'intonation.

 
L’intonation constitue en quelque sorte la « mélodie » de la chaîne parlée. La hauteur de la voix (« pitch » en anglais) se modifie continuellement, ces variations donnant lieu à une structure intonative dont dépend l’interprétation de l’énoncé.

La syllabe nucléaire (« nucleus »)

L’unité de base de l’intonation est un groupe de mots que l’on appelle la phrase intonative (« intonation phrase » ou « I.P. » en anglais). Un énoncé complexe peut en comporter plusieurs. Il sera question ici d’énoncés simples qui constituent une seule phrase intonative.

Chaque phrase intonative comporte nécessairement une syllabe qui est proéminente sur le plan intonatif et que l’on appelle la « syllabe nucléaire ».

La syllabe nucléaire par défaut sera la syllabe accentuée du dernier mot de l’énoncé. (« Last lexical item rule » ou « L.L.I. rule » en anglais). Dans les énoncés de ce chapitre, la syllabe nucléaire est soulignée.

They took him to hospital.
Four sevens are twenty-eight.

Have you seen my papers?
We are going to see a play.

His mother is a schoolteacher.
I speak German, French and English.

Dans la mesure où les mots grammaticaux et « be » ne sont pas accentués, la syllabe nucléaire appartient généralement au dernier mot lexical de l’énoncé. Ainsi on peut proposer comme suite pour l’énoncé « Has anyone seen my papers ? », l’énoncé suivant : « I can’t find them ». Considérez aussi les énoncés suivants :

Where do you come from?
What are you going to do with it?
Ask him what time it is.
Here’s a pen for you.

L’accent nucléaire indique quel message le locuteur souhaite faire passer. Prenons par exemple cet énoncé : « Jane told Bill to ask the new doctor ». Si l’énoncé est considéré hors contexte, il sera « neutre ». Aucune des informations qu’il contient n’est l’objet d’une focalisation spécifique et l’accent nucléaire est donc porté par la syllabe accentuée du dernier mot de l’énoncé, en l’occurrence « doc ». Mais on peut aussi imaginer d’autres possibilités… L’accent nucléaire pourrait être porté par « new ». On comprendrait alors qu’il est important de bien distinguer le nouveau médecin de ses confrères. (Peut-être a-t-on déjà posé la question aux autres médecins). Si l’accent nucléaire est porté par « Bill », il est suggéré que quelqu’un d’autre que Bill a posé la question au médecin, contrairement à ce qui avait été demandé par Jane. Enfin, si « Jane » porte l’accent nucléaire, cette proéminence permet de créer un énoncé équivalent à « It was Jane who told Bill to ask the new doctor ».

Le placement de l’accent nucléaire dépend du contexte conversationnel. Il est possible d’illustrer ce principe en imaginant différents contextes conversationnels pour un seul et même énoncé. La syllabe nucléaire sera choisie en fonction du sens de l’énoncé qui précède dans le dialogue. Considérons l’énoncé « I’m from the North of England » et imaginons que ce soit la réponse à une question. Quelle question ? C’est le choix de la syllabe nucléaire qui nous l’indiquera. Ainsi pour « I’m from the North of England », la question était certainement « Where are you from?” alors que si on entend « I’m from the North of England », la question était plutôt « Which part of England are you from?”. Dans les dialogues suivants, la réplique de B reste la même. L’accent nucléaire se déplace en fonction de ce qui vient d'être dit par A :

A: Where does your mother come from?
B:
My mother is Welsh.

A: So how did you come to learn Welsh?
B: My mother is Welsh.

A: I love Wales... my mother is Welsh.
B: My mother is Welsh!

Le choix de la syllabe nucléaire est également lié à l’importance relative de l’information contenue dans l’énoncé. Il faut replacer l’énoncé dans son contexte pour comprendre ce principe. Ce sont les mots qui apportent des informations nouvelles qui seront marqués par l’accent nucléaire. On pensera au fameux personnage de film, l’espion 007, connu sous le nom de James Bond. Lorsqu’il se présente, James Bond a traditionnellement recours à 2 phrases : « My name is Bond ». (Petite pause). « James Bond ». Dans le premier énoncé, 007 révèle son patronyme. « Bond » constitue donc la syllabe nucléaire. Mais le deuxième énoncé sert à apporter une information nouvelle, à préciser le prénom. L’accent nucléaire se déplace et se trouve sur « James ». Dans le discours cité ci-dessous, l’accent nucléaire est porté à chaque fois par l’élément nouveau :

I’m a smoker. I wouldn’t say I was a heavy smoker. I used to smoke a lot. Forty cigarettes a day. Now it’s only about five. Of course my family are delighted. They were worried about the health risks smoking brings. Not to mention the money problems my habit caused.

De la même façon, dans les énoncés des dialogues ci-dessous, la syllabe nucléaire appartient à chaque fois à l’élément qui apporte une nouvelle information :

(Two friends)
A: Let’s go and see a film.
B: What sort of film?
A: A horror film.
B: You don’t like horror films.
A: I do like them.
B: That’s not what you said yesterday.

(In a café)
A: I think I’ll have a chocolate muffin.
B: But they only serve blueberry muffins.
A: Shall we order some coffee?
B: I don’t really fancy a hot drink.
A: Have a cold one then.
B: I’m not even thirsty.

Les contours intonatifs

Rappelons d’emblée que l’intonation de l’anglais ne peut être systématisée aussi parfaitement que la grammaire écrite ou l’accentuation. Nous nous limiterons ici aux cas simples qui reposent sur 1) l’intonation descendante et 2) l’intonation montante afin d’indiquer les tendances les plus répandues. Nous ne pourrons proposer que des indications générales.

Le ton retenu est celui qui caractérise la syllabe nucléaire de l’énoncé, indiqué comme suit :

Sorry! (intonation descendante)
Sorry? (intonation montante)

Notez que dans les deux énoncés cités ci-dessus, c’est l’intonation qui détermine le sens du propos. En choisissant une intonation descendante, (« ↘Sorry! »), le locuteur présente ses excuses. Mais le choix d’une intonation montante traduit une demande que l’on peut gloser ainsi : « Could you repeat that please? ».

Il serait judicieux de commencer par préciser que l’idée selon laquelle l’intonation descendante est exclusivement utilisée pour les affirmations et l’intonation montante pour les questions, est fausse ! Comme nous allons le voir, certaines questions utilisent une intonation descendante.

L’Intonation descendante

- Affirmations/assertions
L’intonation descendante est le ton de l’objectivité. Elle convient pour les énoncés simples et informatifs car elle traduit l’idée de certitude et indique que le destinataire n’est pas sollicité.

John will be here byten.
Mum has goneshopping.
I’m doing myhomework.
There’s areason for it.

- Questions avec mot interrogatif (« wh-questions »)

Whattime is it?
Where did youpark?
How much did itcost?

- Structures impératives

Sitdown.
Pleaseleave.
Help me.
Go – away!
Justdo it!

- Exclamations

Howlovely!
What amess!
Howdare you!
It is absolutenonsense!

- Question tags rhétoriques
Le tag n’est pas toujours une vraie question. Il peut constituer un marqueur rhétorique ou une simple formule de politesse.

It’s warm today,isn’t it? (= Everyone is feeling the heat)
You’re pleased,aren’t you? (= I can see you are)
You stole it,didn’t you? (= I know you did. I just want you to confess)
Mum doesn’t want it,does she? (= We both know this)

L’Intonation montante


- Questions fermées (« yes/no-questions »)

Have  youfound one?
Did he agree to it?
Are youbusy?
Couldn’t it be repaired?

- Questions avec mot interrogatif (« wh-questions ») répétées ou ayant une fonction expressive
La « wh-question » peut exprimer la surprise, l’inquiétude ou même la colère du locuteur. Dans ce cas, c’est le mot interrogatif se trouvant en tête d’énoncé qui constitue la syllabe nucléaire et le contour montant ainsi amorcé se prolongera dans la suite de l’énoncé. Reprenons ici les questions déjà citées pour l’intonation descendante :

What time is it? (I didn’t know it was that late!) –

Where did you park? (You’ll get a fine! /I didn’t know there was a car-park there!) –

How much? (That’s more/less than I thought)

Notez bien que l’intonation montante est également utilisée pour demander à son interlocuteur de répéter ce qu’il/elle vient de dire :

Sorry? – Pardon? – What did you say?

- Question tags demandant confirmation
Lorsque le question tag est prononcé avec une intonation montante, il sert réellement à demander au destinataire de confirmer la véracité de ce qui est dit ; il indique que l’affirmation qui précède n’est pas une certitude. Reprenons les énoncés déjà cités pour l’intonation descendante :

It’s warm today,isn’t it? (Is it as warm as I think? I haven’t been outside yet but you have)
You’re pleased,aren’t you? (= I think you are pleased but you don’t look it)
You stole it,didn’t you?* Peu probable. Si confirmation était demandée, l’accusation ne serait pas fondée.
Mum doesn’t want it,does she? (= I suspect you are about to tell me that she does)

 

Pour citer cette ressource :

Natalie Mandon, "Principes fondamentaux de l’intonation", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), mars 2012. Consulté le 20/10/2018. URL: http://cle.ens-lyon.fr/anglais/se-former/les-precis-et-le-workbook/precis-d-anglais-oral/principes-fondamentaux-de-l-intonation