Vous êtes ici : Accueil / Histoire et société / Les musées du quotidien en RDA : instruire tout en divertissant ?

Les musées du quotidien en RDA : instruire tout en divertissant ?

Publié par Marie Laure Durand le 06/04/2014
Depuis la fin des années 1990, les musées consacrés au quotidien en RDA fleurissent dans les provinces est-allemandes et exposent un grand nombre d’objets du quotidien, paradoxalement ceux-là mêmes dont les Allemands de l’Est voulurent tout d’abord se débarrasser le plus vite possible en 1990. Jusqu’à l’ouverture de ces musées sur le quotidien, les centres d’information qui existaient étaient consacrés exclusivement à la RDA en tant que dictature, et notamment à la répression politique et carcérale qui y sévissait. Consacrer un musée au quotidien sous une dictature revient-il à banaliser cette dernière ? À partir de deux exemples très différents, celui du musée de Eisenhüttenstadt et le DDR-Museum de Berlin à vocation ludique, Laetitia Devos s’interroge sur l’image de la RDA que renvoient ces musées du quotidien : permettent-ils de comprendre les ressorts de la dictature ou bien évoquent-ils le quotidien d’une « civilisation disparue » ?

Laetitia Devos
Maître de conférences
Université Rennes 2, département d’études germaniques

Remarques liminaires 

Cet article est issu d’une communication tenue dans le cadre d’une journée d’étude « grand public » dont le thème général était : « La RDA, 20 ans après ». La vocation et la problématique de la manifestation étaient essentiellement pédagogiques : il s’agissait de s’intéresser à la façon dont est transmise l’histoire de la RDA à la génération née après 1989.
D’autre part, depuis notre visite des musées en août 2010, le DDR-Museum de Berlin s’est agrandi ; le musée d’Eisenhüttenstadt a revu son exposition, mais est menacé de fermeture en raison de coupes budgétaires.


Introduction : le regain d'intérêt pour le quotidien en RDA

Depuis la fin des années 1990, les musées consacrés au quotidien en RDA fleurissent dans les provinces est-allemandes : le précurseur fut en 1993 le centre de documentation d’Eisenhüttenstadt dans le Brandebourg, dont il sera plus amplement question dans cet article. En 1998, ouvrit celui de Wittenberg en Saxe-Anhalt. En Thuringe, on en recense au moins deux, à Auerstedt et à Apolda (olle DDR ). En Saxe (à Radebeul), un musée de 4000 m2 est dédié au quotidien est-allemand. Enfin, c’est à Berlin que s’est implanté en 2006 le très populaire DDR-Museum. Des collections privées fleurissent également çà et là dans de petites villes. A une notable exception près, l’exposition de Pforzheim dans le Bade-Wurtemberg, « Gegen das Vergessen, Sammlung zur Geschichte der DDR », tous ces musées sont situés sur le territoire de l’ex-RDA.

Sans doute l’envie de renouer avec les objets quotidiens du passé s’explique-t-elle par l’accélération de l’histoire (Nora 1984) : le passage sans transition au capitalisme, le chômage de masse, les différences de niveaux de vie entre « nouveaux » et « anciens » Länder sont autant d’éléments qui entraînèrent une désillusion après l’euphorie de la réunification. Le film Good Bye Lénine ! jette un regard à la fois tendre et ironique sur ce désir de recréer le cocon de la vie privée en RDA. L’écrivain originaire de RDA, Jana Hensel, née en 1976, explique la frustration qu’elle éprouve de ne pas pouvoir retourner sur les lieux inchangés de son enfance, contrairement aux Allemands de l’Ouest de son âge :

Lorsque des amis de Heidelberg […] me disent qu’ils aiment rentrer quelques jours chez eux pendant les vacances, parce qu’ils […] retrouvent tout comme avant, bien à sa place, moi, je les envie un peu. Secrètement, je m’imagine pouvoir me promener à nouveau dans les rues de mon enfance, reprendre le chemin de l’école, retrouver des images disparues, des devantures de boutiques et des odeurs de mon enfance. (2002 : 23)

Se souvenir est indispensable pour pouvoir exister, comme en témoigne la maladie d’Alzheimer : chez les patients atteints de cette pathologie, trous de mémoire et troubles de la personnalité vont de pair. Chaque individu se construit à partir ce qu’il est devenu. On peut considérer qu’il en va de même pour les groupes sociaux (« Wir sind, was wir geworden sind », François 2001 : 12-13). Aujourd’hui, vingt ans après la chute du régime est-allemand, un changement générationnel s’opère et la mémoire devient progressivement histoire. La génération née en 1989 entre dans l’âge adulte et n’a pas connu la RDA. La multiplication de musées consacrés au quotidien en RDA montre que les pères tiennent à léguer à leur descendance la mémoire de leur vie quotidienne. Les collections dont nous allons parler exposent un grand nombre d’objets du quotidien, paradoxalement ceux-là mêmes dont les Allemands de l’Est voulurent tout d’abord se débarrasser le plus vite possible en 1990. Ce revirement s’explique entre autres par le fait que, jusqu’à l’ouverture de ces musées sur le quotidien, les centres d’information qui existaient étaient consacrés exclusivement à la RDA en tant que dictature, et notamment à la répression politique et carcérale qui y sévissait : citons le mémorial de Berlin-Hohenschönhausen (ancien centre de détention), les musées du Mur de Berlin (à Checkpoint Charlie et dans la Bernauer Straße), les centres d’information sur la Stasi (par exemple le mémorial de la Runde Ecke à Leipzig). D’autres, comme le Deutsches historisches Museum de Berlin ou la Haus der Geschichte de Bonn ne traitent l’histoire politique, sociale et économique de la RDA qu’en marge de celle de la RFA. Ces musées ont omis de parler de la vie quotidienne de citoyens qui ne s’estiment ni victimes ni résistants.

En 2005, une nouvelle commission de dix experts a été nommée par la responsable fédérale de la culture et des médias (Bundesbeauftragte für Kultur und Medien), Mme Christina Weiss, avec pour mission de proposer un concept d’association (« Geschichtsverbund ») ayant pour objet l’histoire de la RDA. L’une des fonctions de cette association est de coordonner les différents musées et d’en garder une vision d’ensemble, pour ne pas dire un contrôle, notamment sur ceux du quotidien, perçus par certains comme « dangereux » car embellissant le passé. Les procès-verbaux des réunions de la commission révèlent des discussions houleuses. L’un des points de vue les plus radicaux est celui de Freya Klier, écrivain est-allemande, metteur en scène, qui a lutté pour les droits civiques en RDA et est partie à l’Ouest en 1988. A son sens, la seule façon de faire comprendre aux jeunes ce qu’est une dictature, c’est de parler de la répression, de l’injustice, de la Stasi, des espions, ou encore des conditions inhumaines d’incarcération (Sabrow/Eckert 2007 : 44-45). A l’inverse, Joachim Gauck, qu’en sa qualité d’ancien responsable des archives de la Stasi, on ne saurait soupçonner d’être nostalgique de la RDA, considère que c’est bien plus en parlant du quotidien, par exemple de celui des enfants à l’école, qu’un auditoire comprend ce que signifie vivre sous une dictature et qu’il résume par l’expression de « syndrome du conformisme au quotidien » (ibid. : 80).

Consacrer un musée au quotidien sous une dictature revient-il à banaliser cette dernière ? Nous allons regarder de plus près ce que donnent à voir deux des musées sur le quotidien est-allemand : permettent-ils, à travers leurs expositions, de comprendre les ressorts d’une dictature et ses dangers ? Ou bien traitent-ils du quotidien en RDA comme de celui d’une quelconque « civilisation » disparue ? Nous nous limiterons à deux musées que tout oppose malgré le thème commun qui est le leur : l’un, celui d’Eisenhüttenstadt, a été le précurseur des musées du quotidien puisqu’il fut ouvert dès 1993. C’est un musée qui vit de subventions publiques et qui, pour des raisons économiques, est actuellement menacé de fermeture. L’autre, à Berlin, a été inauguré seulement en 2006, c’est-à-dire plutôt vers la fin de la vague d’ouverture de musées du quotidien. C’est un musée entièrement privé dont la situation financière est excellente et dont la popularité ne cesse de croître, notamment en raison de son concept, unique à notre connaissance pour un musée historique : c’est un musée ludique, dans lequel le visiteur est invité à « mettre la main à la pâte » (à l’image de la Cité des Sciences à Paris en quelque sorte). Cette approche ludique du quotidien sous une dictature peut choquer : personne ou presque n’oserait imaginer pareil musée sur la dictature sous le national-socialisme. Le but du DDR-Museum est-il avant tout marketing et touristique ? Est-ce davantage un « parc d’attraction » qu’un musée, comme le dénoncent certains ? Ou le principe selon lequel plaire et instruire ne sont pas ennemis l’un de l’autre s’y vérifie-t-il ? Le sérieux et l’académisme de la présentation du centre de documentation d’Eisenhüttenstadt serviront de contrepoint à la première impression plus superficielle que donne celui de Berlin.

1. « Centre de documentation sur la culture matérielle du quotidien », Eisenhüttenstadt


1.1. Création, situation géographique, statut

L’idée de ce musée est venue à un historien, Andreas Ludwig, de la Technische Universität de Berlin-­Ouest, qui connaissait bien le Brandebourg pour y passer souvent ses fins de semaine. En 1990, en voyant s’entasser dans la rue meubles, vêtements ou ustensiles dont les anciens citoyens est-allemands ne voulaient plus, il fut préoccupé par le devenir de ces objets mis au rebut et entreprit de leur consacrer un musée – musée étant entendu non seulement au sens de lieu d’exposition, mais aussi de lieu de conservation. Après avoir essuyé un refus de la ville de Berlin, A. Ludwig se tourna vers le Land du Brandebourg qui trouva son idée intéressante. Il prit ses fonctions de directeur en 1993 et le dénommé Dokumentationszentrum Alltagskultur der DDR put ouvrir ses portes.

En marge de l’Allemagne, à la frontière polonaise, Eisenhüttenstadt portait le nom jusqu’en 1961 de Stalin-Stadt. Située dans une région industrielle riche en minerai de fer (comme l’indique son nom actuel), où étaient implantées des usines métallurgiques, c’était une ville relativement aisée du temps de la RDA. Sans doute ses habitants y ont-ils d’autant plus de plaisir à se remémorer le passé que la situation économique actuelle, notamment en raison de la proximité et concurrence des pays de l’Est à bas coûts salariaux, est difficile.

Les alentours du musée ne laissent aucun doute quant au passé marxiste-léniniste de la ville : les rues du quartier portent les noms de Rosa Luxembourg, Marx, Engels, Lénine, Liebknecht :

doc-1-petit_1401998954163-jpg

Doc. 1 : rues d’Eisenhüttenstadt

Le centre de documentation souffre cependant de sa situation géographique : il est non seulement excentré en Allemagne, mais aussi à Eisenhüttenstadt même et depuis la gare, nous eûmes de grandes difficultés à le trouver.


1.2. Concept

Remarque : notre article traite de l’exposition telle qu’elle existait en août 2010. Depuis février 2012, la présentation en a été quelque peu revue, sans toutefois que le concept s’en trouve radicalement changé. On pourra utilement comparer les photos de cet article, prises en 2010, avec celles du site actualisé : alltagskultur-ddr.de


L’idée sur laquelle repose l’exposition permanente est de ne pas imposer de conception préétablie, ni de jugement sur l’histoire, mais de laisser les objets parler d’eux-mêmes. Le panneau d’entrée présente ainsi la RDA en des termes contradictoires et invite le visiteur à la réflexion, sans porter de jugement définitif, laissant percer une pointe de nostalgie. Voici donc comment commence ce premier panneau (qui, dans le musée, est traduit aussi bien en anglais qu’en français, alors que les suivants ne seront traduits qu’en anglais) :

« La RDA était une société fermée dont la fin, tout comme l’avènement, sont précis et minutieusement gardés et que surplombe autant qu’entoure un horizon tout bleu ». L’expression « horizon tout bleu » attire l’attention : la RDA commence par être définie comme un temple gardé, un paradis perdu. Cette introduction donne le ton et annonce indirectement la question que le visiteur sera amené à se poser tout au long de son parcours : la nostalgie est-elle à prendre au premier degré, ou l’approche sera-t-elle ironique ?  

Continuons notre lecture : « C’était un pays pour les rêveurs ; un pays triste ; un pays exclusif et pauvre, un pays de développement technologique et social, un pays dont les habitants disaient que c’était le leur, un pays qui n’avait pas su les garder, un pays aux contradictions éternelles, un pays humanitaire qui un jour disparut, sans traces, mais marqué de ses sept sceaux, aujourd’hui, dix ans après ». Ce paragraphe repose sur des couples antinomiques : rêveur/triste, pauvre/développement technologique, un pays aimé/un pays critiqué. On est dans le registre du conte, de la fable, du « il était une fois ». Mais certains adjectifs peuvent désarçonner : dire par exemple que la RDA était un « pays humanitaire » sans autre forme d’explication n’est-il pas choquant, lorsque l’on sait que les droits de l’homme y étaient violés quotidiennement ? Le visiteur doit-il s’indigner de cette affirmation ou sourire de la reprise mot pour mot de la propagande du SED (parti socialiste unifié) ?

La reprise du discours officiel continue dans le paragraphe suivant, mais la distance critique est cette fois plus claire :

En RDA, les gens eux aussi étaient propriété d’État. C’était un État bien élevé où les gens étaient tous égaux, quoique certains le fussent un peu plus que d’autres ; un État où le développement technologique et social promettait un avenir radieux illustré par ses fumantes cheminées d’usines, ses machines d’un autre âge, ses cosmonautes, ses appareils photographiques à multispectres et ses trabants. Un État, dont ses habitants disaient qu’ils avaient tous les désagréments du développement industriel, comme la pollution et les maladies qu’elle provoquait, mais qu’ils ne profitaient que de peu de ses avantages. Un État où la bicyclette avait volontiers été réinventée.

Les critiques sous-jacentes ont ceci d’ironique qu’elles reprennent les formules officielles pour mieux les dénoncer. Ainsi l’expression « propriété d’État » s’applique ici non aux usines, mais aux citoyens mêmes. La précision « des gens égaux, mais certains un peu plus que d’autres » signale échec de l’égalité. Le succès technologique et industriel dont la RDA faisait un thème de propagande est lui aussi relativisé : non seulement il profite peu à ses habitants, mais il pollue. Ce qui est particulièrement bien réussi dans ce paragraphe, c’est qu’on retrouve le double langage, ironique, tenu par les Allemands de l’Est eux-mêmes sur leur pays, comme du temps de la RDA.

La conclusion du panneau introductif, apologétique, est en revanche à nouveau délicate à interpréter : « Enfin, et peut-être surtout, la RDA était un beau pays où il faisait bon vivre, qu’on l’ait voulu ou non, qu’on ait été au café ou dans la nomenklatura, privilégié, travailleur ou paysan, espion ou rebelle, ami ou ennemi ». Dire que la RDA était un pays où il faisait bon vivre même si on était rebelle et ennemi ne rend pas justice à tous ceux qui ont été enfermés dans les prisons de la Stasi ou bien exclus du pays. De surcroît, le terme même d’« ennemi », reprend la dangereuse terminologie officielle qui enfermait les citoyens dans deux catégories – ami ou ennemi – sans s’intéresser par exemple à la complexité de la position d’intellectuels à la fois socialistes convaincus et critiques. Cette envolée lyrique en guise de conclusion du premier panneau est pour le moins déconcertante après la dénonciation des contradictions inhérentes à la RDA. Le directeur du musée, Andreas Ludwig, avec qui nous pûmes nous entretenir, répondit à notre allégation en argumentant que ce panneau introductif se voulait ouvert à toute intdoc2-p_1402001360582-jpgerprétation. Il revendique l’ironie qui s’y cache et qui, il l’admet, n’est pas comprise de tous. Mais à l’Est, assure-t-il, on était exercé à chercher le sens caché des mots.

Après ce premier panneau qui donne le ton, l’exposition se présente le long d’un couloir donnant de part et d’autres sur diverses salles. Ce bâtiment hébergeait une crèche du temps de la RDA et n’est donc pas spécifiquement conçu pour être un musée. L’étroitesse du couloir et des pièces laisse peu de possibilités d’aménagement original. Chaque salle est consacrée à une thématique.


Doc. 2 : le couloir du musée, Dokumentationszentrum Eisenhüttenstadt


1.3. L'exposition

La première salle qui s’ouvre à gauche est dédiée aux festivals mondiaux de la jeunesse qui se tinrent à Berlin‑Est en 1951 et en 1973. Des jeunes de toutes nationalités étaient conviés à ces semaines festives qui se tenaient à chaque fois dans un pays différent et dont le programme consistait en des concerts, discussions politiques et rencontres. L’idée première, née à Londres, après la guerre, était de nourrir l’esprit antifasciste de la jeunesse. Les yeux du monde entier étaient rivés sur le pays organisateur et il va de soi que la RDA tint tout particulièrement à soigner son image. Derrières les vitrines du musée sont exposés une chemise de la FDJ (« jeunesse allemande libre »), des fanions, des affiches, ou encore un extrait du Neues Deutschland, organe de presse du parti.
doc-3-p_1402002317866-jpgdoc-4-p_1402002332174-jpg




doc-5-p_1402002357145-jpg
Doc. 3,4,5 : festival international de la jeunesse, Dokumentationszentrum Eisenhüttenstadt

Ces objets ne permettent malheureusement pas de comprendre ce qui se tramait en coulisses. Il faut prendre le temps de lire un classeur à disposition pour apprendre que les préparatifs, surtout pour le festival de 1973, furent considérables : les jeunes est-allemands furent mis en condition, notamment sur le plan idéologique, et seuls les plus fiables eurent le droit de participer au festival. Ce qui pose problème dans cette exposition, c’est que le visiteur qui ne prend pas le temps de lire le vieux classeur posé dans un coin de la pièce, n’apprend pas ces informations pourtant essentielles. Les objets en vitrine sont les objets qui étaient exhibés lors du festival, à savoir drapeaux, badges, affiches, etc., en un mot les objets servant eux-mêmes la propagande. On peut espérer que la nouvelle exposition du musée (depuis février 2012) se montre désormais plus explicite à ce sujet.

En revanche, un exemple réussi de pédagogie nous est donné à la sortie de cette salle : deux photos de groupes de jeunes sont affichées : la première fut prise dans les années 1950 et l’autre en 1988.
doc-6-p_1402002576393-jpgdoc-7-p_1402002591080-jpg








Doc. 6 : photo de jeunes dans les années 50, Dokumentationszentrum Eisenhüttenstadt
Doc. 7 : photo de jeunes en 1988, Dokumentationszentrum Eisenhüttenstadt

La mise en regard est explicite : d’un côté se trouve une jeunesse pleine d’espoir et d’entrain, prête à bâtir un nouvel État, alors que trois décennies plus tard, on voit des jeunes nonchalamment affalés dans le S-Bahn : l’échec du rêve de la jeunesse des années 50 est souligné par ces simples photos et la légende qui les accompagne est presque superflue : « L’enthousiasme des premières années ne pouvait plus être véhiculé par des formules vides de sens. »

doc-8-p_1402002861477-jpgLa partie de l’exposition consacrée à la chimie et à l’industrie en RDA nous a semblé également instructive. Non seulement elle est bien achalandée, mais surtout les différents objets en plastique exposés ne sont pas laissés à la simple observation du visiteur, mais replacés dans leur contexte (Doc. 8 : objets en plastique, Dokumentationszentrum Eisenhüttenstadt). On apprend ainsi que le plastique fut tout d’abord regardé avec méfiance par les citoyens est-allemands car il passait pour être un simple substitut. Mais peu onéreux et facilement modelable, c’était une matière au cœur des programmes industriels de RDA dont le but était de rattraper (et même dépasser) la RFA. Le gouvernement fit donc le nécessaire pour le faire accepter par les citoyens : une campagne de promotion ne se lassa pas d’en vanter les mérites. Le panneau du musée explique que, si la RDA ne rattrapa jamais le niveau de la RFA, ce fut en raison de la gestion trop centralisée et planifiée des programmes industriels, qui manquait de la souplesse nécessaire pour s’adapter au marché. Les commentaires de l’exposition prennent acte de l’échec de l’économie planifiée : « des écarts entre la production imposée d’en-haut et les exigences des consommateurs, entre l’offre et la demande, conduisaient soit à une production excédentaire soit à des ruptures d’approvisionnement ». Paradoxalement, malgré ce commentaire, la salle consacrée aux biens de consommation est très bien achalandée.
doc-9-p_1402003071483-jpgdoc-11-3_1402005010896-jpg





doc-10-m_1402003139040-jpg

Docs. 9 à 11 : l’épicerie et les marchandises est-allemandes, Dokumentationszentrum Eisenhüttenstadt.

L’épicerie reconstituée selon un principe de réalisme propose uniquement des marchandises est-allemandes. Cependant, leur accumulation en un espace restreint donne l’idée de magasins bien fournis, alors que les citoyens est-allemands souffraient régulièrement de pénuries.

Le volet « politique » est celui qui, en 2010, était le moins bien documenté, jusqu’à risquer de donner lieu à des contre-sens. Prenons pour exemple le texte affiché à l’entrée de la salle : « Le quotidien en RDA était fortement réglementé par des organisations d’État, organisé par des partis et des organisations de masse. Le SED, ‘force dominante’ déterminait la direction et l’organisation de larges pans de la vie publique. ».

Parler de partis au pluriel peut donner l’illusion (visée d’ailleurs par le SED lui-même !) de l’existence d’un contre-pouvoir en RDA. Mieux vaudrait expliquer au visiteur que la démocratie n’était que de façade puisque les partis étaient encadrés dans le dénommé « bloc démocratique » garantissant une majorité absolue au SED et la mainmise du parti sur l’appareil d’État. Le mot « dictature [du parti] » n’apparaît nulle part dans le musée et les explications concernant le fonctionnement politique véritable de la RDA sont à notre sens trop rares et trop vagues. Mais peut-être a-t-il été remédié à cette lacune depuis 2010. Même si l’on conçoit que le volet politique se prête moins à une présentation d’objets que d’autres thématiques, les quelques objets présentés peuvent induire le visiteur en erreur en raison du manque de contextualisation. Ainsi, en va-t-il des formulaires de demande de sortie de territoire (doc. 12). Il eût fallu expliquer au visiteur que ces autorisations n’étaient accordées qu’exceptionnellement et au prix de nombreuses difficultés.
doc-13-p_1402005384786-jpgdoc-148p_1402005398619-jpg




Doc. 12 : formulaires de demande de sortie de territoire, Dokumentationszentrum Eisenhüttenstadt
Doc. 13 : panneau frontalier, Dokumentationszentrum Eisenhüttenstadt

Le Mur de Berlin et la frontière inter-allemande sont évoqués uniquement par un panneau indiquant que l’on quitte le territoire est-allemand (doc. 13). Rien ne rappelle les tirs et les morts à la frontière. Quant au Ministère pour la Sécurité d‘État (Stasi), son existence n’est évoquée que dans un tout petit encart, que l’on peut aisément ne pas voir. Il n’y a aucun développement sur les mesures d’intimidation, les prisons, la violation des droits de l’homme et du citoyen.

La politique sociale, elle, est en revanche au cœur de l’exposition. Deux pièces (sur les sept que comporte le musée) sont consacrées à l’école et la crèche, rappelant la fonction initiale du bâtiment.

doc-15-m_1402006012013-jpg
Doc. 14 : ancienne crèche abritée dans le Dokumentationszentrum Eisenhüttenstadt
doc-16-m_1402006044162-jpg

Doc. 15 : salle de classe, Dokumentationszentrum Eisenhüttenstadt


Dans la salle de classe, dans laquelle on peut pénétrer et même s’asseoir, on peut feuilleter les livres de classe de l’époque, par exemple les manuels d’histoire ou de lecture, dont la dimension idéologique saute aux yeux dès les premières pages. Dans une interview consignée dans un classeur, l’ancienne directrice de la crèche glorifie les performances de la RDA dans le domaine social. Elle en veut pour preuve l’exemple des femmes qui, grâce aux crèches, pouvaient concilier vie familiale et professionnelle, et elle déplore l’involution de l’Allemagne d’aujourd’hui de ce point de vue. Alors que dans le DDR-Museum de Berlin, la question sera posée de savoir si les femmes étaient véritablement plus émancipées à l’Est qu’à l’Ouest, et si leur « double vie » de mère de famille et de travailleuse était véritablement une chance au quotidien, dans le centre de documentation d’Eisenhüttenstadt, la vie des femmes en RDA est idéalisée, ou du moins présentée de manière unilatérale.

1.4. Réactions de visiteurs

Nous avons pu interroger les quelques visiteurs présents dans le musée sur ce qu’ils pensaient de l’exposition et leurs réponses furent éloquentes. En voici quelques exemples : « C’est un beau musée ! ». Un autre : « Nous n’avions pas grand-chose mais nous nous sommes débrouillés. C’était une belle vie. Nous ne connaissions rien d’autre. » Deux femmes qui visitaient le musée en même temps que nous se racontaient des anecdotes liées à un souvenir réveillé par un objet présent dans l’exposition : « Regarde ! Nous aussi, on avait ça ! – Mais bien sûr ! – C’est beau ! ». Le plaisir de la remémoration était palpable, ces deux personnes faisaient comme un voyage dans le temps. Lorsque nous les abordâmes, elles avouèrent regretter le « sentiment d’appartenance à une communauté ». Toutes deux s’accordaient à trouver l’éducation des enfants en RDA supérieure à celle d’aujourd’hui. Leur raisonnement était que les enfants, ayant moins de jouets, apprenaient la valeur du travail, et non celle de l’argent comme de nos jours. Mais l’amertume de ces femmes n’est-elle pas avant tout celle de personnes âgées, avant d’être celle d’anciennes Allemandes de l’Est ? L’avenir du musée semble incertain, malgré les efforts faits pour revoir l’exposition. Le directeur du musée, Andreas Ludwig, déclarait en 2010 vouloir prendre en considération le passage d’une mémoire « communicative » à une mémoire d’un autre type, destinée à une génération qui n’a pas connu la RDA et donner davantage d’informations de fond sur la RDA. L’esthétique de l’exposition devait aussi être changée, mais les quelques photos mises en ligne sur le site du musée ne montrent pas de modification radicale de son style.

Si l’esthétique du musée d’Eisenhüttenstadt peut paraître peu innovante, conforme à l’idée que l’on se fait d’un musée d’histoire (objets sous vitrine), le musée de la RDA à Berlin bat en brèche toutes les conventions. Il n’y a pas d’extrêmes plus opposés que le musée d’Eisenhüttenstadt et celui de Berlin : le premier vit de fonds publics et manque de moyens jusqu’à devoir fermer ses portes. Le deuxième, privé, connaît une véritable floraison économique et peut se permettre de doubler sa surface d’exposition en plein cœur de la capitale. C’est un musée qui exploite les ressorts du capitalisme, à savoir le tourisme de masse, le marketing d’objets « cultes » de la RDA (par ailleurs produits par des firmes rachetées par les Allemands de l’Ouest après la réunification !), jusqu’à se transformer, si l’on en croit ses détracteurs, en parc d’attraction.

Pour aller plus loin


Dokumentationszentrum Alltagskultur der DDR : alltagskultur-ddr.de
Pour citer cette ressource :

"Les musées du quotidien en RDA : instruire tout en divertissant ?", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), avril 2014. Consulté le 23/04/2018. URL: http://cle.ens-lyon.fr/allemand/civilisation/les-musees-du-quotidien-en-rda-instruire-tout-en-divertissant-