Vous êtes ici : Accueil / Civilisation / L'art de la colonisation - Colonies pénales aux Philippines

L'art de la colonisation - Colonies pénales aux Philippines

Par Aurélie Vialette : Maître de conférences - Université de Stony Brook (États-Unis)
Publié par Elodie Pietriga le 28/03/2024

Activer le mode zen

Podcast d'une communication d'Aurélie Vialette sur la colonisation espagnole aux Philippines.

Carte des Philippines

Carte physique des Philippines.
Source : Eugene Alvin Villar in Wikimedia, licence CC BY-SA 4.0.

 

Introduction

Aurélie Vialette, professeure à l'université de Stony Brook à New York, a été invitée pour un mois à l'ENS de Lyon. Elle y a donné une conférence le 8 février 2024 sur la colonisation pénale aux Philippines au XIXème siècle.

Dans cette conférence, elle explore la manière dont l'Empire espagnol a tenté d'utiliser les colonies pénales aux Philippines comme technique de gouvernement et aborde tout particulièrement la question du genre et de la race dans ce processus de colonisation pénale. Elle affirme que le fait d'envoyer des criminels hommes et femmes aux Philippines et d'encourager les familles des condamnés à les y accompagner révèle que le travail et la procréation étaient au cœur du projet d'utilisation des prisonniers pour construire la structure coloniale. Il s'agissait en outre d'un moyen de développer une politique raciale qui impliquait que les criminels espagnols « amélioreraient » la population indigène des Philippines. Elle soutient que la politique raciale de la colonie pénitentiaire était un dispositif biopolitique. Le processus montre comment la réforme des citoyens et le contrôle de leurs capacités biologiques sont allés de pair avec une philosophie de la punition et une conquête des populations indigènes par le biais d'un discours racial au service du développement des colonies pénitentiaires agricoles. Pour ce faire, le gouvernement espagnol a utilisé des modèles scientifiques issus du positivisme et a créé un nouveau corpus de connaissances qu'il a appelé « l'art de la colonisation ». Les îles ont été conçues pour mener à bien ce projet et représentaient la promesse d'une renaissance de l'empire espagnol.

Podcast

audio_chapitre

 

audio_chapitre  
Remerciements 00:00
Introduction 00:52
  • Le concept de l'art de la colonisation
02:47
  • La spatialité du châtiment
4:25
  • Méthodologie
7:06
1. Projet de nouvelles colonies pénitentiaires 14:19
2. Le concept de « laboratoire biopolitique colonial » 20:14
3. Le concept de « village colonial » 32:10
Conclusion 51:00
Questions/réponses 52:35
  • Les crimes des prisonniers envoyés aux Philippines
52:40
  • Le projet de métissage
54:36
  • Les sources alternatives
57:04
  • Les voix des prisonniers
59:36
  • L'enjeu des langues
01:01:00
  • Des prisons similaires étaient-elles prévues en Espagne?
01:03:09
  • Les prisons espagnoles aux Philippines avant cette expérience pénitentiaire
01:05:03
  • Les archives sont-elles numérisées? Comment sont-elles réparties?
01:07:53

 

Prison de Bilibid aux Philippines, 2016.

Ancienne prison de Bilibid à Manille aux Philippines, 1940.
War Department, Army Air Forces, US National Archives.
Source : Flickr, licence CC BY-NC 2.0.
Pour citer cette ressource :

Aurélie Vialette, "L'art de la colonisation - Colonies pénales aux Philippines", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), mars 2024. Consulté le 23/04/2024. URL: https://cle.ens-lyon.fr/espagnol/civilisation/lart-de-la-colonisation-aux-philippines