Vous êtes ici : Accueil / Arts / Cinéma / Les films d'Ana Mariscal au Festival Lumière

Les films d'Ana Mariscal au Festival Lumière

Par Philippe Oudot
Publié par Elodie Pietriga le 26/10/2023

Activer le mode zen

Présentation de la réalisatrice espagnole, Ana Mariscal, dans le cadre du Festival Lumière 2023.

Philippe Oudot, membre de l'Institut Lumière, anime régulièrement des conférences sur le cinéma pour les scolaires. Le 22 octobre 2023, il est venu présenter, à la Villa de l'Institut Lumière à Lyon, Ana Mariscal, et son premier film, Segundo López,  dans le cadre du Festival Lumière.

Ce texte est une retranscription de sa présentation qui a été, par endroits, modifiée pour l'adapter au format écrit.

Ana Mariscal in Wikipedia.

Ana Mariscal dans la revue Medina, 1944.
Source : Wikipedia, domaine public.

Ana Mariscal (1923-1995) est une réalisatrice espagnole. Elle fait partie de notre sélection sur l’histoire permanente des femmes cinéastes. L'un des objectifs de l'Institut Lumière et du Festival est de mettre en avant les réalisatrices trop souvent oubliées.

Cela nous est permis aujourd'hui grâce à la Filmoteca española qui a restauré ses films pour l’occasion et a ajouté des sous-titres en français pour le public du Festival Lumière. Ce travail a été supervisé par le fils d’Ana Mariscal, David García.

Ana Mariscal, c’est une artiste, une actrice reconnue par plusieurs prix à l'époque de la dictature franquiste. Mais en 1945, elle joue au théâtre le rôle de Don Juan ce qui provoque un énorme scandale dans l’Espagne très catholique et très conservatrice de Franco.

Cette actrice reconnue pour son talent par les autorités culturelles du régime franquiste va donc aussi subir les foudres de ce même régime. Cela pose la question de la place de l’artiste dans un régime qui n’est pas une démocratie. Que doit faire un artiste dans ce type de régime ? Doit-il s'arrêter de travailler ? L'artiste est souvent sommé d’avoir plus de valeurs morales que d’autres mais Ana Mariscal montre que l'on peut continuer à être artiste, que l'on être loué par un régime dictatorial et en même temps garder sa liberté.

D'ailleurs en 1953 elle monte sa propre société de production pour pouvoir continuer à travailler malgré la dictature et garder sa liberté d’artiste. Elle tourne alors son premier film en tant que réalisatrice et actrice, Segundo López.

Le film raconte l'histoire de Segundo López, homme d'une quarantaine d'année, qui quitte sa campagne natale d'Estrémadure, pour venir à Madrid.

Il s'agit d'un film néoréaliste qui montre dans quel état se trouve l’Espagne franquiste. On y voit, en particulier, les difficultés des petites gens, la misère.

Ana Mariscal réalise ensuite quelques autres films et continue sa carrière d'actrice en Espagne et à l'étranger : elle jouera, notamment en Italie et en France où elle tourne avec Annie Girardot dans L'Autre Femme de François Villiers.

En 1967, elle écrit un livre qui est interdit par le régime franquiste et ne sera publié qu’en 1992.

Ana Mariscal est une réalisatrice importante car ses films montrent l’Espagne et la société espagnole sous Franco. Laurence Karoubi, spécialiste du cinéma espagnol et de la représentation du pouvoir lui a d'ailleurs consacré une thèse en 2007 :  Ana Mariscal, une femme artiste dans l’Espagne de Franco. Cette thèse pose la question suivante : comment peut-on identifier les représentations politiques, sociales et sociétales dans le cinéma ? Car finalement le cinéma n’est jamais qu’un reflet non de la société, mais de ce que la société est prête à accepter d’elle-même.

 

Pour citer cette ressource :

Philippe Oudot, "Les films d'Ana Mariscal au Festival Lumière", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), octobre 2023. Consulté le 25/07/2024. URL: https://cle.ens-lyon.fr/espagnol/arts/cinema/les-films-dana-mariscal-au-festival-lumiere