Vous êtes ici : Accueil / Littérature / Moyen-âge / Voir l’avenir dans la "Comédie" : Enf. XX et Par. XVII

Voir l’avenir dans la "Comédie" : Enf. XX et Par. XVII

Par Isabelle Abramé-Battesti : Maître de Conférences - Université de Poitiers, CERLIM
Publié par Damien Prévost le 20/09/2013
"Dans la Comédie, la prophétie est fonctionnelle à un projet auctorial d'une ambition inouïe : réunir les conditions qui confèrent au discours une autorité maximale, proche de celle de la Bible. On examine d'abord le rôle et la fonction du futur dans le régime d'historicité très singulier qui est celui de la Comédie et entre autres l'artifice, lourd de conséquences, de la prophétie post factum. On évoque ensuite les problèmes doctrinaux soulevés par l'usage dantesque de la prophétie : ainsi la question de l'autorisation prophétique, inscrite dans le système pénal de l'au-delà (Enf. XX) et réactivée au coeur même du paradis. On s'interroge enfin sur l'expression romanesque de la prophétie, en particulier sur la tension très vive, au chant XVII du Paradis, entre d'une part le modèle biblique de la prophétie politico-eschatologique, et d'autre part les matrices romanesques d'ascendance classique (Virgile, Ovide, Lucain...). Lorsque le discours sur l'avenir emprunte le schéma actanciel de l'oracle païen en le christianisant, quelles sont les conséquences, littéraires et doctrinales, d'une telle option ?

divinecomedyfresco_1378477004408-jpg

Isabelle ABRAMÉ-BATTESTI, Maître de Conférences à l'Université de Poitiers, CERLIM

 "Dans la Comédie, la prophétie est fonctionnelle  à un projet auctorial d'une ambition inouïe : réunir les conditions qui confèrent au discours une autorité maximale, proche de celle de la Bible. On examine d'abord le rôle et la fonction du futur dans le régime d'historicité très singulier qui est celui de la Comédie et entre autres l'artifice, lourd de conséquences, de la prophétie post factum. On évoque ensuite les problèmes doctrinaux soulevés par l'usage dantesque de la prophétie : ainsi la question de l'autorisation prophétique, inscrite dans le système pénal de l'au-delà (Enf. XX) et réactivée au coeur même du paradis. On s'interroge enfin sur  l'expression romanesque de la prophétie, en particulier sur la tension très vive, au chant XVII du Paradis,  entre d'une part le modèle biblique de la prophétie politico-eschatologique, et d'autre part les matrices romanesques d'ascendance classique  (Virgile, Ovide, Lucain...). Lorsque le discours sur l'avenir emprunte le schéma actanciel de l'oracle païen en le christianisant, quelles sont les conséquences, littéraires et doctrinales, d'une telle option?

 

Pour citer cette ressource :

Isabelle Abramé-Battesti, "Voir l’avenir dans la "Comédie" : Enf. XX et Par. XVII", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), septembre 2013. Consulté le 23/09/2018. URL: http://cle.ens-lyon.fr/italien/litterature/moyen-age/voir-l-avenir-dans-la-comedie-enf-xx-et-par-xvii