Vous êtes ici : Accueil / Langue / Linguistique / L'identification de la racine

L'identification de la racine

Par Georges Bohas : Professeur des universités émérite - ENS de Lyon , Salam Diab Duranton
Publié par Salam Diab Duranton le 16/05/2007
L'identification de la racine est le préliminaire à toute étude morphologique et phonologique, que ce soit dans le cadre des grammairiens arabes ou dans celui des linguistes structuralistes ou générativistes...

L'identification de la racine est le préliminaire à toute étude morphologique et phonologique, que ce soit dans le cadre des grammairiens arabes ou dans celui des linguistes structuralistes ou générativistes. Beaucoup de gens aimeraient à croire que cette identification est facile ; certains considèrent même que la racine n'est pas un concept ou un outil grammatical mais posent  qu'il s'agit d'une réalité présente dans le cerveau des Sémites en général et des Arabes en particulier, et qui régirait leur comportement linguistique et dont ils seraient conscients.

On trouve cette affirmation aussi bien chez M. Cohen [COHEN, M., 1947, Essai comparatif sur le vocabulaire et la phonétique du chamito-sémitique, Paris, Champion : p. 58) : D'une manière générale, étant donné le caractère conscient du fonctionnement de la racine...,  que chez Fleisch (FLEISCH, H., 1961, Traité de philologie arabe. 1. Préliminaires, phonétique, morphologie nominale, Beyrouth, Imprimerie catholique : p. 248) :  De plus le sujet parlant a conscience de cette réalité linguistique, quoique d'une conscience non réfléchie ; il semble que ce dernier membre de phrase doit être interprété comme  : immédiat, spontané. Cette réification de la racine a encore été défendue récemment par Kirtchuk [KIRTCHUK, P., 1997, « Renouvellement grammatical, renouvellement lexical et renouvellement conceptuel en sémitique », in BOISSON, Cl. - THOIRON, Ph. (éds.), Autour de la dénomination, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, p. 41-188 : p. 43] : On verra par la suite que la notion de racine elle même est loin d'être seulement une hypothèse de travail commode ou un outil d'analyse dépourvu d'assise dans les faits et dans la conscience linguistique des locuteurs. Bien au contraire, c'est une réalité linguistique concrète....

 

Comme on a eu l'occasion de s'apercevoir [cf. l'article Bohas, G. et Razouk, A., 2002, « Et pourtant ils lisent », dans  Langues et Littératures du Monde Arabe, n° 3, 11-28.] que les étudiants arabophones avaient les plus grandes difficultés à identifier la racine des mots, nous avons réalisé plusieurs tests sur l'identification de la racine. Voir le lien

 

On les trouvera ci-dessous, légèrement modifiés parfois,  avec un corrigé. En les pratiquant systématiquement, on devrait acquérir ou améliorer  sa capacité d'identification. Le mieux est de les programmer dans l'ordre indiqué, car c'est à dessein que certaines questions sont répétées, parfois légèrement  modifiées : fî l-iâda ifâda.

 

Télécharger l'article

Identification de la racine

 

Pour citer cette ressource :

Georges Bohas, Salam Diab Duranton, "L'identification de la racine", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), mai 2007. Consulté le 22/07/2018. URL: http://cle.ens-lyon.fr/arabe/langue/linguistique/l-identification-de-la-racine