Vous êtes ici : Accueil / Se former / Workbook et précis / Précis d'anglais oral / L'accent lexical - Introduction

L'accent lexical - Introduction

Par Manuel Jobert : Professeur des Universités - Université Jean Moulin Lyon 3
Publié par Clifford Armion le 05/11/2012
L’accent lexical est l’un des points les plus difficiles de l’anglais oral pour les francophones. Cela est dû au fait que le français ne possède pas d’accent lexical en tant que tel. Il est donc essentiel de prendre conscience très tôt de l’importance de ce phénomène. En anglais, chaque mot lexical possède un accent principal sur une syllabe et les autres syllabes sont inaccentuées.

L’accent lexical est l’un des points les plus difficiles de l’anglais oral pour les francophones. Cela est dû au fait que le français ne possède pas d’accent lexical en tant que tel. Il est donc essentiel de prendre conscience très tôt de l’importance de ce phénomène. En anglais, chaque mot lexical possède un accent principal sur une syllabe et les autres syllabes sont inaccentuées.


Le mot important, par exemple, comporte trois syllabes et c’est la seconde qui est accentuée. Traditionnellement, on dit que l’accent lexical se réalise en augmentant le volume et la hauteur (voire la longueur) quand on prononce la syllabe accentuée :

  • Augmentation du volume
  • Augmentation de la hauteur
  • (Augmentation de la longueur) [1]


Cependant, comme le souligne très justement Georges Faure (1948, 88) :

Contrairement à ce que croient beaucoup de Français, et à ce qu’on enseigne souvent, il n’est pas nécessaire pour parler anglais correctement, de souligner les syllabes accentuées d’un coup de voix retentissant, car, l’accent étant affaire de contraste, il importe davantage de glisser sur les syllabes inaccentuées que de forcer sur les syllabes accentuées. Les voyelles de ces syllabes inaccentuées sont non seulement réduites quant à leur intensité et à leur longueur, mais encore altérées dans leur qualité même et ramenées indifféremment, dans la majorité des cas, à un simple ə.

Graphiquement, on peut noter le changement acoustique que constitue l’accent lexical de plusieurs manières.

  • Soulignement de la syllabe accentuée : – Important
  • Placement d’un accent juste avant la syllabe accentuée : – – Imˈportant
  • Utilisation d’un code chiffré : /0 1 –   0/


Les phonéticiens / phonologues utilisent souvent le code chiffré qui permet, en même temps qu’il indique l’accent, de connaître le nombre de syllabes qui composent un mot, ce qui se révèle très utile. Dans les pages qui suivent, l’accent lexical sera souligné. Les syllabes qui ne sont pas accentuées ne seront pas soulignées. Certains mots comportent parfois, en plus de leur accent primaire, un accent dit secondaire. Dans ce précis, on se concentera toutefois sur l’accent primaire.

La présentation qui suit doit beaucoup aux travaux de Lionnel Guierre (1984) Drills in English Stress-Patterns ainsi qu’à la présentation qu’en fait Jean-Louis Duchet (1994) dans son Code de l’anglais oral. Les simplifications de la théorie telle qu’elle est présentée dans ce Précis n’engagent toutefois que nous.

L’anglais est à l’origine une langue germanique ayant subi l’influence du grec, du latin et du français, ce qui explique la variété parfois déroutante des schémas accentuels possibles. Le tropisme général de l’anglais est d’accentuer la première syllabe des mots. Le français tend à allonger légèrement la dernière syllabe. Cette tendance de l’anglais apparaît dès que l’on compare des mots empruntés au français :

 

Absolu
Amiral
Animal
Confortable
Exercice
Intérêt
Ordinaire

Absolute
Admiral
Animal
Comfortable
Exercise
Interest
Ordinary

 

 

 

On commencera par s’intéresser aux règles dites de « terminaisons contraignantes ». Cela signifie que la terminaision (suite graphique) du mot détermine la place de l’accent. L’accent peut être situé sur :

 

 

  • La syllabe finale, noté (-1)
  • L’avant-dernière sylabe, noté (-10)
  • L’avant avant-dernière syllabe, noté (-100)


La syllabe accentuée sera soulignée. La terminaison qui détermine la place de l’accentuation sera mise en gras afin de faciliter son repérage.
On « calculera » donc la place de l’accent à partir de la fin du mot en prenant bien soin d’avoir éliminé toutes les désinences grammaticales (-ed, -ing, -en, -s, etc.) qui ne jouent aucun role dans le placement de l’accent.

 

 


[1] Pédagogiquement, il n’est pas toujours opportun d’insister sur ce dernier point qui pourrait laisser entendre qu’un /ɪ/ accentué se transformerait en /iː/, ce qui n’est bien sûr pas le cas.

 
 

Pour citer cette ressource :

Manuel Jobert, "L'accent lexical - Introduction", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), novembre 2012. Consulté le 21/11/2018. URL: http://cle.ens-lyon.fr/anglais/se-former/les-precis-et-le-workbook/precis-d-anglais-oral/l-accent-lexical-introduction