Vous êtes ici : Accueil / Littérature / Entretiens et Textes inédits

Entretiens et Textes inédits

Sarah Treem - publié le 16/05/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "anxiety", défini par l'auteure américaine Sarah Treem.

Richard Russo - publié le 16/05/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "hidden", défini par l'auteur américain Richard Russo.

Eric Overmyer - publié le 16/05/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "co-auteur", défini par l'auteur américain Eric Overmyer.

Laura Kasischke - publié le 16/05/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "riddle", défini par l'auteure américaine Laura Kasischke.

Ivan Vladislavić - publié le 16/05/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "island", défini par l'auteur sud-africain Ivan Vladislavic.

Keith Scribner - publié le 15/04/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "ghosts", défini par l'auteur américain Keith Scribner.

Kate O’Riordan - publié le 15/04/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "wave", défini par l'auteure irlandaise Kate O'Riordan.

Hugo Hamilton - publié le 15/04/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "home", défini par l'auteur irlandais Hugo Hamilton.

Goldie Goldbloom - publié le 15/04/2014

Chaque année les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "absence", défini par l'auteure australienne Goldie Goldbloom.

Craig Bourne - publié le 15/04/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "presentism", défini par l'auteur anglais Craig Bourne.

Nicholson Baker - publié le 08/04/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "embrace", défini par l'auteur américain Nicholson Baker.

Nick Flynn - publié le 08/04/2014

Chaque année les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "word", défini par l'auteur américain Nick Flynn.

Francisco Goldman - publié le 08/04/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "aura", défini par l'auteur américain Francisco Goldman.

Kate Colquhoun - publié le 08/04/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "why", défini par l'auteure anglaise Kate Colquhoun.

R.J. Ellory - publié le 08/04/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "book", défini par l'auteur anglais R.J. Ellory.

Helen Oyeyemi - publié le 04/04/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "Unruhe", défini par l'auteure anglaise Helen Oyeyemi.

Zoya Pirzad - publié le 04/04/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "story", défini par l'auteure iranienne Zoyâ Pirzâd.

William T. Vollmann - publié le 04/04/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "empathy", défini par l'auteur américain William T. Vollmann.

David Vann - publié le 04/04/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "landscape", défini par l'auteur américain David Vann.

Jonathan Dee - publié le 04/04/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "judgement", défini par l'auteur américain Jonathan Dee.

Susan Neiman - publié le 01/04/2014

"It’s not an accident that the term role model was invented in 1957 as a substitute, for the first half of the 20th century provided one long assault on the very idea of heroism. The courage once exemplified by military service was first undermined by the changing nature of warfare; it was hard to view the business of cowering in cold, stinking trenches with the same elan that surrounded hand to hand sword-fighting."

Douglas Kennedy - publié le 25/03/2014

Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "on verra", défini par l'auteur américain Douglas Kennedy.

Gunnar Olsson - publié le 17/03/2014

Gunnar Olsson explore l'influence du vocabulaire et des méthodes des géographes sur la pensée, la création littéraire, la religion et les arts. "How do I find my way in the power-filled world of hopes and fears, truths and lies, love and hate, freedom and repression? By approaching it as if it was made of sticks and stones, mountains and rivers, as if it could be captured in a coordinate net of up and down, front and back, left and right."

Will Self - publié le 07/03/2014

Masha Gessen - publié le 21/02/2014

A great work of art is also often not immediately recognizable. Five young women entered the enormous Cathedral of Christ the Savior early in the morning on February 21, 2012, took off their overcoats to expose differently colored dresses and neon-colored tights, pulled on similarly neon-colored balaclavas, climbed up on the soleas (having lost one of their number in the process—she had been grabbed by a security guard), and proceeded to dance, play air guitar, and sing a song they called a (...)

Tim Ingold - publié le 11/02/2014

"Anthropology, for me, is philosophy with the people in. It is philosophy, because its concern is with the conditions and possibilities of human being and knowing in the one world we all inhabit."

Clifford Armion, Susan Neiman - publié le 20/01/2014

I think we’re very confused about the subject of heroism. I began to get interested in the subject when I realised that we are actually at a historical cesure since the end of the Second World War. It used to be the case although there were many different conceptions of heroism. It used to be unquestioned that everyone wanted to be a hero, and everybody wanted to be a better hero than the next person. What has happened in the last fifty years or so is that the notion of the hero has in many (...)

Clifford Armion, Barbie Zelizer - publié le 06/01/2014

Barbie Zelizer is a Professor of Communication, and holds the Raymond Williams Chair of Communication and is Director of the Scholars Program in Culture and Communication at the Annenberg School for Communication, University of Pennsylvania. A former journalist, Professor Zelizer's work focuses on the cultural dimensions of journalism, with a specific interest in journalistic authority, collective memory, and journalistic images in times of crisis and war. She also works on the impact of (...)

Ian Buruma - publié le 16/12/2013

"When I was at primary school in the Netherlands in the late 1950s and early 1960s, history was still taught as a story of great men, kings, generals, national heroes, and of course great villains, mostly foreigners. In our case, this meant a succession of Williams of Orange, Admiral Tromp, Philip II, the Duke of Alva, Napoleon, Hitler, and so on."

Clifford Armion, Doug Saunders - publié le 05/12/2013

Migration almost always follows the same pattern. It doesn’t go from one country to another country. It goes from a cluster of villages or a sub-rural region to specific urban neighbourhoods. Those urban neighbourhoods which are usually low-income, with low housing cost, serve as the bottom rung of the ladder for people arriving in a new country.