Vous êtes ici : Accueil / À consulter également

À consulter également

7 ressources contiennent le mot-clé Colloque Esclandre.

Rechercher aussi dans titre et résumé (recherche structurée).

Lorenzo Valla e lo scandalo alla corte aragonese di Napoli nel 1444.

par Cai Jin, publié le 09/12/2021

type-video.png conference.png Le but de cette communication, au-delà de l'énonciation des faits, est la réflexion minutieuse sur les stratégies mises en œuvre par les deux parties dans le procès pour hérésie auquel Lorenzo Valla fut soumis en 1444 à Naples devant le Tribunal de l'Inquisition, afin de procéder à une reproduction fidèle du déroulement de ce procès et de ses conséquences sur la carrière politique de Valla. L’humaniste est le seul à parler de ce procès à travers ses deux écrits : Apologia pro se et contra caluminiatores ad Eugenium IV et Antidotum in Pogium (IV). Dans ses écrits, on trouve toujours la prise de conscience de sa compétence particulière en matière linguistique et la conviction que la maîtrise de l'"art" de la langue est un élément suffisant pour surmonter toute frontière culturelle, y compris la frontière religieuse, dans la mesure où elle apporte la précision linguistique dans la défense de la vérité avec la tâche de la purifier des conditionnements du pouvoir. Valla a toujours su adopter des expressions linguistiques d'« autodéfense » dans ses écrits, car il était conscient des risques qu'il courait. Il fait entièrement confiance dans la liberté de manifestation de la pensée ou de la liberté de conscience, lorsqu'elle est soutenue par une conscience saine, honnête et authentique. L'intervention a été enregistrée à l'occasion du colloque "Esclandre" qui s'est tenu du 15 au 17 avril 2021, organisé par l'Université Clermont Auvergne et l'IHRIM.

La Cène de Véronèse ou l’éloge de la folie

par Dominique Fratani, publié le 09/12/2021

type-video.png conference.png Cette communication porte sur le tableau de Paul Véronèse Le festin chez Lévi, qui a valu à son auteur une convocation de la part du Saint Office en 1573. En examinant le procès-verbal du tribunal et les particularités iconographiques de cette représentation, Dominique Fratani essaye de démontrer d’abord qu’il s’agit bien d’un dernier repas du Christ et non pas de l’un des banquets auxquels il a participé d’après les Évangiles, ensuite que les éléments constitutifs de cette toile revêtent effectivement un caractère scandaleux et enfin que le Véronèse a donné le change en se faisant passer pour un benêt auprès de l’Inquisition, laissant à penser que le peintre était conscient de la portée subversive de son œuvre). L'intervention a été enregistrée à l'occasion du colloque "Esclandre" qui s'est tenu du 15 au 17 avril 2021, organisé par l'Université Clermont Auvergne et l'IHRIM.

Una gran voglia di litigare : Il Gruppo 63, Bassani et alii...

par Elisabeth Kertesz-Vial, publié le 06/12/2021

type-video.png conference.png En octobre 1963, lors d’un premier congrès, un groupe d’intellectuels se réunit dans le but avoué de confronter les travaux des uns et des autres. Ce groupe se définit autour de la notion d'avant-garde, en se réclamant à la fois de la nouveauté créatrice et d’un héritage, celui des révolutions littéraires qui les précédaient. La polémique – envisagée comme une vertu – constitue la base de cette session de travaux. Certains jeunes écrivains se lancent dans une violente attaque contre les valeurs littéraires établies. Un trait d’esprit est alors lancé contre les deux auteurs de romans parmi les plus célèbres de leur temps : Giorgio Bassani et Vasco Pratolini, accusés d’être les "Lialà de leur temps" et de verser dans le sentimentalisme, alors que les néo-avant-gardistes prônent la déconstruction du langage et privilégient la forme plutôt que le contenu. La communication veut approfondir ce que venait de révéler cette attaque brutale et cette accusation de la part des membres du "Gruppo 63" et la confronter à la défense de Giorgio Bassani. L'intervention a été enregistrée à l'occasion du colloque "Esclandre" qui s'est tenu du 15 au 17 avril 2021, organisé par l'Université Clermont Auvergne et l'IHRIM.

Ferocità, atrocità e malinconie: il racconto della contemporaneità secondo gli scrittori Cannibali

par Irene Cacopardi, publié le 06/12/2021

type-video.png conference.png Dans cette communication, Irene Cacopardi propose une analyse du phénomène littéraire-éditorial des auteurs Cannibali. Né au milieu des années 1990 en Italie, ce groupe d’écrivains se distingue pour un style typiquement cinématographique, fait d’une violence extrême, d’un langage cru et d’histoires cruelles. Ils décrivent la folie humaine et sociétale sans filtres et font de la rupture des tabous, de la provocation, de la remise en question des conventions le rempart de leur parole littéraire, la marque de fabrique de leur production. Ils brisent ainsi la tradition italienne du roman qui semble avoir privilégié la clé interprétative du réalisme plutôt qu’une narration purement déviante. S'il est certain que ces auteurs écrivent au delà des conventions littéraires, qu’ils bouleversent les règles et les codes d’écriture, aussi bien langagiers que de contenu, arrivent-il vraiment à remettre en question les stéréotypes qu’ils décrivent ? Cette représentation de l’obscénité reste-t-elle une fin en soi stérile ? Joue-t-elle le jeu d’une culture du scandale ou devient-elle une expérience cathartique, un moteur pour une réflexion sur la contemporanéité ? En prenant en considération aussi bien l’usage non conventionnel de la langue que la représentation de la réalité contemporaine de la péninsule, le but de sa réflexion est de comprendre les finalités de cette écriture littéraire. L'intervention a été enregistrée à l'occasion du colloque "Esclandre" qui s'est tenu du 15 au 17 avril 2021, organisé par l'Université Clermont Auvergne et l'IHRIM.

Leon Battista Alberti et le Certame coronario : comment faire de la grammaire une arme politique

par Donatella Bisconti, publié le 02/12/2021

type-video.png conference.png La Protesta de Leon Battista Alberti, écrite à l’issue du Certame coronario, témoigne à la fois de la difficulté à promouvoir l’italien en tant que langue savante et du débat acharné des humanistes sur la question de la langue latine par rapport aux langues dites “vulgaires”. La polémique d’Alberti à la suite de l’échec du Certame coronario de 1441 contre le jury chargé de récompenser les participants à la compétition fait certes état de la frustration du promoteur du concours face à l’obstructionnisme des secrétaires apostoliques constituant le jury, mais comporte aussi un côté sociologique non négligeable. En d’autres termes, Alberti, lui aussi fin humaniste en langue latine et très probablement connaisseur de la langue grecque, se veut cependant le porte-parole d’une bourgeoisie qui n’a pas forcément fait ses classes en langue latine ou alors dans une moindre mesure, mais qui est tout de même cultivée et joue un rôle essentiel dans la vie économique et politique de la péninsule italienne. L’esclandre est ici examiné dans ses aspects à la fois actif et passif, les juges se scandalisant de la prétention du vulgaire d’aborder des sujets et des genres considérés comme l’apanage de la littérature en langue latine, Alberti, lui, polémiquant contre l’hypocrisie d’un milieu fermé simulant l’indignation pour mieux resserrer ses rangs. L'intervention a été enregistrée à l'occasion du colloque "Esclandre" qui s'est tenu du 15 au 17 avril 2021, organisé par l'Université Clermont Auvergne et l'IHRIM.

Lo scandalo del “cross-dressing”: la letteratura italiana tra gli anni Settanta e gli anni Ottanta

par Maria De Capua, publié le 01/12/2021

type-video.png conference.png La communication de Maria De Capua traite de la représentation du cross-dressing dans plusieurs textes de la littérature italienne écrits entre 1975 et 1986, à savoir Scende giù per Toledo de Giuseppe Patroni Griffi (1975), La maschia de Vittorio Pescatori (1979) et Il risveglio dei faraoni di Mario Mieli (1994, publication posthume, Mieli étant décedé en 1983). Elle aborde les différentes façons dont les personnages de ces trois romans se situent par rapport aux groupes sociaux dont ils font partie, dans quelle mesure ces personnages provoquent un scandale, jusqu’à quel point la volonté de scandaliser visant à s’opposer aux mœurs dominantes est présente, et, inversement, dans quelle mesure faire l’objet d’un scandale peut être une expérience dévastatrice. Elle s'interroge sur la question de la présence ou l’absence, ainsi que sur la typologie des espaces où ces personnages trouvent une légitimation. Elle propose enfin de mettre en parallèle la façon dont le cross-dressing est interprété dans ces textes avec l’évolution culturelle en Italie vis-à-vis des identités de genre non conformes. L'intervention a été enregistrée à l'occasion du colloque "Esclandre" qui s'est tenu du 15 au 17 avril 2021, organisé par l'Université Clermont Auvergne et l'IHRIM.

La réécriture du repas totémique dans Porcile de Pasolini : entre pouvoir et transgression

par Alfredo Luzi, publié le 01/12/2021

type-video.png conference.png Cette communication traite de Porcile dans lequel Pasolini aborde, en ayant recours à la structure du théâtre, la thématique de la connexion entre le nazisme et le capitalisme, une connexion qui n’a pas été interrompue par une prise de conscience collective après la deuxième guerre mondiale. Julian, le personnage principal, est contraint à décider de ne pas décider, prisonnier comme il est entre les chaînes du pouvoir et l’impulsion à la transgression extrême. Dans une perspective presque cathartique, Julian devient la victime sacrificielle d’un repas totémique, lorsqu’il est dévoré par les cochons. L'intervention a été enregistrée à l'occasion du colloque "Esclandre" qui s'est tenu du 15 au 17 avril 2021, organisé par l'Université Clermont Auvergne et l'IHRIM.