Vous êtes ici : Accueil / Civilisation et société / Monde arabe / L'Émancipation féminine dans les écrits de Nawal El Saadawi

L'Émancipation féminine dans les écrits de Nawal El Saadawi

Par Hilal Yucel : Etudiante en Master 1 en Études Moyen-Orientales - ENS de Lyon
Publié par Yucel Hilal le 13/06/2024

Activer le mode zen

Dans son ouvrage « La Femme et le sexe », Saadawi critique le rôle de la société capitaliste dans la perpétuation des inégalités entre les sexes et plaide en faveur d'une libération globale de la société. Elle appelle à des changements radicaux dans l'éducation et les structures familiales pour parvenir à une égalité absolue, en mettant l'accent sur la mise en œuvre pratique et quotidienne de l'égalité des sexes au-delà des réformes juridiques. La vision de Nawal El Saadawi va au-delà de l'égalité des sexes et s'étend à une transformation plus large de la société, en plaidant pour une libération totale.

                         Cet article a été rédigé dans le cadre d'un stage à l'ENS de Lyon

Introduction


Nawal El Saadawi, née en 1931 en Égypte et décédée en 2021, était une féministe égyptienne reconnue pour ses prises de position publiques et sa cinquantaine d'œuvres traduites dans diverses langues. Elle s'opposait au patriarcat en abordant des sujets tels que le corps des femmes et la sexualité à travers ses écritsNawal El Saadawi, "Presentation by Nawal El Saadawi: President's Forum, M/MLA Annual Convention, November 4, 1999," The Journal of the Midwest Modern Language Association 33, No. 1 (Autumn 2000 – Winter 2001): 34–39.. Fondatrice et présidente de l'Association de solidarité des femmes arabes, ainsi que co-fondatrice de l'Association arabe pour les droits de l'homme, elle est née dans un petit village d'Égypte de « parents relativement libéraux », selon ses propres termes. Mutilée à l'âge de six ans, elle a fait face à une tentative de mariage à dix ans, contrecarrée grâce à la résistance de sa mère, ce qui lui a permis de poursuivre ses études. Diplômée en médecine de l'Université du Caire en 1955, elle a observé, en travaillant dans les régions rurales d'Égypte, les problèmes physiques et psychologiques des femmes, les liant à des pratiques culturelles oppressives ainsi qu'à l'oppression patriarcale et de classe.


Devenant directrice du ministère de la Santé publique au Caire, elle a obtenu une maîtrise en santé publique à l'Université de Columbia. Cependant, la publication de son livre La Femme et le sexe en 1969 a conduit à la suspension de ses fonctions gouvernementales. Longtemps considérée comme controversée par le gouvernement égyptien, Saadawi a contribué à la publication du magazine féministe « Confrontation » en 1981 et a été emprisonnée en septembre de la même année par le président égyptien Anwar Sadat. Pendant son emprisonnement, elle a fondé l'Association de solidarité des femmes arabes, premier groupe féministe légal et indépendant en Égypte. Libérée en 1982, elle a ensuite fondé l'Association de solidarité des femmes arabes. En raison des menaces de mort, elle a été contrainte de quitter l'Égypte en 1993, enseignant par la suite dans plusieurs universités aux États-Unis. En 2002 et 2008, des tentatives judiciaires ont été faites contre elle en Égypte en vertu des lois de la charia, alléguant qu'elle avait abandonné la religion et devait être exclue de la citoyenneté égyptienne, mais elles n'ont pas aboutiNawal El Saadawi, A Daughter of Isis: The Autobiography of Nawal El Saadawi (Zed Books, 1999), 63–87..

1. La Femme et le sexe

Le dernier chapitre de l'ouvrage La Femme et le sexe de Nawal El Saadawi, intitulé « Des Pas sur le chemin », débute par la position de l'auteure sur la libération des femmes. Elle affirme que la libération des femmes ne peut avoir lieu dans une société capitaliste. À partir de ce point, elle établit un lien direct entre les inégalités de genre et les différences de classe au sein de la société. Elle parle ensuite de son idée d'une libération totale, expliquant que ce dont les femmes ont besoin, dès le début de leur lutte, c'est de comprendre que leur libération n'est qu'une partie de la libération totale, qui soit la libération de toute la société des systèmes capitalistes, de ses valeurs commerciales et moralesNawal El Saadawi, La Femme et le sexe, (Paris: L’Harmattan, 2017), 195..

 

Pour parvenir à cet objectif de libération totale, l’auteure souligne que des efforts durables sont nécessaires dans tous les aspects de la société. Elle affirme que la libération ne concerne pas seulement un ou quelques aspects de la vie, mais englobe de nombreux aspects. Tout en précisant que la libération totale serait un objectif à long terme nécessitant beaucoup d'efforts, elle croit en la possibilité d'une libération totale de la société du capitalisme, englobant la libération des femmes. Pour le changement au sein de la société, El Saadawi insiste sur l'importance de l'éducationIbid., 196.. Elle imagine une nouvelle éducation reposant sur l'égalité absolue entre les femmes et les hommes, de la naissance jusqu'à la mort. Elle insiste sur l'utilisation du terme absolue pour définir l'égalité idéale, attirant l'attention sur l'égalité totale dans chaque aspect et à chaque étape de la vie. Son argument principal sur l'éducation est que les filles ne devraient jamais ressentir de différence entre elles et les garçons dans aucun contexte pendant leur croissance. Cette condition est étroitement liée à l'éducation, tant dans les institutions étatiques que dans la famille elle-même. Ainsi, cela nécessite un changement total dans le système éducatif et dans les hiérarchies et règles familiales. Pour que les enfants ressentent qu'ils sont égaux, ils doivent voir que toutes les femmes et tous les hommes de la société ont les mêmes droits et les mêmes responsabilités. La famille est le premier endroit pour les enfants afin d'observer ce type d'égalitéIbid., 198..

 

Tout en considérant l'éducation comme un modèle à répandre dans la société, l'auteure voit également l'éducation comme un travail en soi. Cela prend du temps et de l'énergie, ce qui signifie que c'est l'un des domaines qui nécessiterait des efforts durables pour changer. Pour le terme travail, Nawal El Saadawi lui accorde une importance significative. Elle considère le travail comme une étape importante pour l'émancipation des femmes, car, pour elle, le travail est une nécessité psychologique et sociale qui assure la formation de la personnalité des êtres humains. Tout en considérant le travail comme une nécessité sociale et psychologique, l'auteure explique que la tristesse des mères qui se sentent coupables de laisser leur enfant à la maison pour travailler est un signe de « sous-développement ». Elle insiste que ce type de sous-développement est un indicateur intellectuel et psychologique, mais il est créé par et au sein de la société, car la société enseigne aux femmes que la fonction principale des femmes est la procréationIbid., 202..

 

Dans cette importance du travail, travailler à l'extérieur de la maison n'est pas seulement une chance de libération et d'émancipation pour la femme elle-même, mais c'est aussi une étape importante qui affecte l'ensemble de la société. La femme contribue à l'émancipation de toutes les femmes dans le monde en se libérant du sous-développement que la société lui a imposé et en travaillant à l'extérieur de la maison, contribuant ainsi à créer un modèleIbid., 203.. Cette acceptation du travail est également importante pour la formation de l'ego des femmes, affirme El Saadawi. Parce que la société considère les femmes comme « importantes » uniquement dans la condition où elles procréent, les femmes se sentent moins importantes et ont l'impression de n'avoir pas construit leur vie, leur identité. En fin de compte, pour qu'une femme accepte que travailler est un acte pour la société et pour elle-même, cela lui apporterait bonheur et satisfaction dans la vie ainsi que la formation d'un ego sainIbid., 204..

2. Des Pas sur le chemin

Dans le chapitre « Des Pas sur le chemin », Nawal El Saadawi parle également des relations entre les femmes et les hommes, surtout lorsqu'ils forment un couple. En parlant des couples mariés, elle attire l'attention sur la jalousie du mari envers sa femme. En prenant les situations où la femme semble plus réussie que le mari dans un mariage, l'auteure affirme que les femmes perdent souvent l'opportunité de briller à cause de cela. La solution qu'elle propose à la situation est à voir avec le complexe d'infériorité des hommes. Elle affirme que les femmes ne devraient pas trahir leur intelligence en faisant apparaître une apparence moins intelligente pour rendre leurs maris heureux. Les hommes devraient surmonter leur complexe d'infériorité et accepter la situation, ce qui serait une étape importante vers une égalité complète entre les sexesIbid., 206. L'auteure affirme que c'est aussi une responsabilité des femmes d'utiliser leurs talents et leur intelligence, car l'utilisation de ceux-ci serait un développement important vers l'émancipation de toutes les femmesIbid., 206..

 

El Saadawi parle enfin des méthodes et des aspects qui nécessiteraient un changement pour l'émancipation des femmes, et en parlant des méthodes, elle a quelques mots sur les mouvements de libération existants. En affirmant que tandis que la plupart d'entre eux se concentrent sur les changements dans la loi, pour un véritable changement dans la société, l’auteure croit que la pratique quotidienne de ces changements est nécessaireIbid., 208.. En ce qui concerne les aspects de la vie qui nécessitent des changements, elle insiste sur les institutions de la société, créant un lien entre l'éducation et les institutions. Pour El Saadawi, les institutions éducatives dans la société sont celles qui ont le plus besoin de réforme, car l'éducation des enfants créerait la base de leur personnalité et constituerait éventuellement la mentalité d'une génération entière. Deuxièmement, elle soutient que les institutions culturelles et informatives sont également très importantes pour l'émancipation des femmes, car elles diffusent des informations dans l'ensemble de la société. L’auteure affirme que ces instruments doivent se libérer de toutes leurs valeurs commerciales et cesser d'exploiter le sexe et le corps des femmes. Pour une libération totale, ces instruments culturels doivent éliminer tous les contenus spécifiquement féminins afin que l'instruction dispensée à la société ne soit pas basée sur des différences, telles que masculin ou fémininIbid., 209..

 

Nawal El Saadawi passe ensuite à un autre type d'institutions, les institutions sociales. Elle commence par la famille et traite de nombreux aspects de la famille et au sein de la famille. Selon elle, les premières institutions sociales qui ont besoin d'être réformées sont le mariage et la famille. Insistant sur le fait que pour une réelle réforme de ces institutions, El Saadawi souligne que l'épouse doit connaître ses droits et responsabilités et la femme devrait savoir de manière innée qu'elle est égale dans le mariageIbid., 210.. Pour l'auteure, de nombreux changements nécessaires dans le mariage ont beaucoup à voir avec le fait que les femmes sachent et croient qu'elles sont égales. C'est une étape obligatoire avant toutes les autres étapes à entreprendre. L'auteure affirme que l'égalité entre les sexes ne concerne pas seulement les droits et responsabilités familiaux, sociaux, économiques ou culturels. Il y a selon elle un aspect très important, la sexualité. L'auteure insiste sur l'existence et l'importance d'un droit souvent ignoré par la société : le droit d’éprouver du plaisir sexuel. Pour que ce droit soit connu des femmes, la femme doit comprendre que l'honneur n'implique pas l'absence de plaisir et qu'il ne nécessite pas de dissimulation des désirs et des sentimentsIbid., 211.. En parlant des méthodes pour parvenir à l'émancipation des femmes dans la société, la représentation est un autre aspect important pour El Saadawi. Cette représentation doit être efficace et égale. Pour l'égalité, elle propose des quotas dans les institutions sociales, juridiques et politiques et un quota de 50 % de femmes au sein de ces institutions serait un pas vers l'égalité Ibid., 213..


Enfin, l'auteure insiste une fois de plus sur le fait que le chemin vers une libération totale est long et pénible et que toutes les propositions qu'elle fait ne sont que quelques étapes sur le chemin de l'émancipation des femmes. Elle affirme que la raison pour laquelle elle a écrit un tel livre est de nourrir le besoin de courage, de patience et de collaboration des femmes. Nawal El Saadawi insiste à la fin que toutes sortes de démarches vers la réforme devraient être orientées vers la société. Elle établit un lien direct entre la libération des femmes et la capacité à s'orienter vers une société socialiste réelle qui assure l'égalité et la justice Ibid., 216..

Conclusion

Nawal El Saadawi est une écrivaine égyptienne qui a profondément marqué la question de l'émancipation des femmes dans les sociétés arabo-musulmanes. El Saadawi insiste particulièrement sur l'importance de l'éducation, affirmant qu'elle est essentielle pour créer une société plus égalitaire. Elle critique également les institutions éducatives et culturelles actuelles, les appelant à jouer un rôle actif dans la formation des nouvelles générations et l'instruction de la société en général.

Un autre aspect fondamental de son œuvre est la division des rôles au sein de la famille, où elle met en lumière les inégalités persistantes. Pour El Saadawi, le travail est non seulement un besoin psychologique et social pour les femmes, mais aussi une contribution significative à la société, indispensable pour atteindre l'émancipation. El Saadawi aborde aussi des notions de classe et prône une libération totale à travers une lutte universelle, soulignant l'importance de la solidarité humaine et la participation de divers mouvements. Elle se distingue également par son insistance sur la représentation politique des femmes, un sujet qu'elle considère crucial pour le progrès.

Enfin, El Saadawi soutient que le manque d'émancipation des femmes dans les sociétés musulmanes est davantage lié aux traditions et aux normes sociales qu'à la religion elle-même. En explorant ces sujets, elle utilise des arguments universels pour défendre l'émancipation, cherchant à établir des droits égaux pour les femmes à travers des réformes sociales et politiques profondes.

Bibliographie

Source principale :

El Saadawi, N. (2017). La femme et le sexe ou Les souffrances d'une malheureuse opprimée. L'Harmattan.

 

Sources complementaires :

 

El Saadawi, N. (2000). Presentation by Nawal El Saadawi: President’s Forum, M/MLA Annual Convention, November 4, 1999. The Journal of the Midwest Modern Language Association, 33/34, 34–39. https://doi.org/10.2307/1315340

 

El Saadawi, N. (1999). A Daughter of Isis: The Autobiography of Nawal El Saadawi. Zed Books.

Notes

Pour citer cette ressource :

Hilal Yucel, "L'Émancipation féminine dans les écrits de Nawal El Saadawi", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), juin 2024. Consulté le 21/07/2024. URL: https://cle.ens-lyon.fr/arabe/civilisation/monde-arabe/lemancipation-feminine-dans-les-ecrits-de-nawal-el-saadawi