Anti-americanism

Publié par Clifford Armion le 04/09/2009
Pour être largement répandu, l'anti-américanisme n'en est pas pour autant un sentiment largement partagé, puisque, derrière ce terme souvent utilisé à l'emporte-pièce, peuvent se cacher des revendications et doléances très diverses, allant de la critique rationnelle et argumentée à l'opposition systématique et fanatique. Paul Hollander commence par délimiter les termes de son sujet, en distinguant l'anti-américanisme de la critique raisonnée, fondée sur une analyse pertinente de la société et de la nation américaines. L'anti-américanisme, tel qu'il le définit, est une réaction critique vis-à-vis des Etats-Unis qui, s'il elle peut s'exprimer de manière rationnelle, n'en trouve pas moins son terreau autant dans une certaine prédisposition irrationnelle des individus qui l'expriment que dans les défauts réels des Etats-Unis.

Professeur émérite de sociologie à l'université du Massachusetts (Amherst) et membre du Davis Center for Russian and Eurasian Studies de Harvard, Paul Hollander s'est distingué par ses travaux sur le communisme, la violence, les relations est-ouest et l'anti-américanisme.

Cette conférence a été enregistrée à l'ENS LSH, le 10 avril 2008, dans le cadre de l'Atelier Amérique du Nord.

 

http://video.ens-lyon.fr/eduscol-cdl/2008/ANG_2008_phollander.mp4

 

Pour être largement répandu, l'anti-américanisme n'en est pas pour autant un sentiment largement partagé, puisque, derrière ce terme souvent utilisé à l'emporte-pièce, peuvent se cacher des revendications et doléances très diverses, allant de la critique rationnelle et argumentée à l'opposition systématique et fanatique. Paul Hollander commence par délimiter les termes de son sujet, en distinguant l'anti-américanisme de la critique raisonnée, fondée sur une analyse pertinente de la société et de la nation américaines. L'anti-américanisme, tel qu'il le définit, est une réaction critique vis-à-vis des Etats-Unis qui, s'il elle peut s'exprimer de manière rationnelle, n'en trouve pas moins son terreau autant dans une certaine prédisposition irrationnelle des individus qui l'expriment que dans les défauts réels des Etats-Unis. Il l'analyse comme un sentiment éminemment paradoxal, soulignant le fait qu'en dépit d'un rejet aussi massif que flou des valeurs ques les Etats-Unis sont censés incarner (modernité, individualisme, consommation, matérialisme), le pays reste un Eldorado que cherchent à atteindre des millions de personnes. L'anti-américanisme n'est donc pas un sentiment unifié et Hollander en propose une typologie rapide : anti-américanisme national / international ; de gauche / de droite ; d'Europe / du Tiers-Monde / d'Amérique du sud / d'Asie / islamique. Pour finir, Hollander se propose d'expliquer pourquoi l'anti-américanisme s'est intensifié au cours des 20 dernières années.

Sélection d'ouvrages de Paul Hollander :

  • Soviet and American Society: A Comparison (1972)
  • Political Pilgrims (1981)
  • Anti-Americanism (1992)
  • Political Will and Personal Belief (1999)
  • Discontents: Postmodern and Post-communist (2002)
Pour citer cette ressource :

"Anti-americanism", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), septembre 2009. Consulté le 20/05/2018. URL: http://cle.ens-lyon.fr/anglais/civilisation/domaine-americain/la-place-des-etats-unis-dans-le-monde/anti-americanism