Vous êtes ici : Accueil / par_theme

Recherche multi-critères

Liste des résultats

Il y a 47 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Kate Colquhoun on the blurred boundaries between fiction and non-fiction par Kate Colquhoun, publié le 11/09/2012
Truman Capote called his 1966 book In Cold Blood the first non-fiction novel. Since then, the boundaries between fiction and non-fiction have become increasingly blurred. Are these false definitions? At least we could say that novelists are able to articulate the internal worlds – the thoughts and feelings – of their characters while non-fiction relies entirely on evidence.
article.png
James Frey - Assises Internationales du Roman 2010 par James Frey, publié le 03/09/2010
James Frey was one of the guests of the Assises Internationales du Roman, organised by the Villa Gillet and Le Monde in Lyon. He introduced his novel Bright Shiny Morning and told the audience about his perception of Los Angeles and his conception of storytelling.
article.png son.png
An interview with Nick Flynn - Assises Internationales du Roman 2012 par Nick Flynn, Julia Arnous, publié le 05/06/2012
Nick Flynn took part in the sixth edition of the Assises Internationales du Roman, organised by the Villa Gillet and Le Monde. He answered our questions on Another Bullshit Night in Suck City and his approach to non-fiction.
type-video.png
William Finnegan on Memory and Non-Fiction par William Finnegan, publié le 09/10/2017
A l'occasion des Assises Internationales du Roman (2017), William Finnegan a écrit un texte sur la mémoire et la non-fiction.
texte.png monographie.png
Incroyable fiction : L’histoire de Pi de Yann Martel (2001), relecture contemporaine de Noé et Robinson par Anne Besson, publié le 14/12/2009
Le roman de Yann Martel, typique de la post-modernité, dont l'intrigue "surfictionnelle" mêle théologie et zoologie, exploite de façon à la fois massive et désinvolte ses références intertextuelles, et en premier lieu le parallèle avec le Noé biblique, dans un hymne à la fiction et à la foi ne faisant qu'une, à la croyance et au déguisement métaphorique du réel comme enchantement de l'existence.
article.png
Paul Auster - Bibliographical resources par Jocelyn Dupont, publié le 13/02/2009
A critical bibliography, list of online resources, and Paul Auster's prose and fiction.
bibliographie.png
Writing on the self par ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 14/11/2014
Critics and academics tend to draw a line between autobiography and fiction. However, it is sometimes difficult to make such a clear distinction between what is made up and what is not. Here are some short texts written by authors who reflect on their use of the first person.
exercice.png texte.png
Gulliver's Travels (Jonathan Swift) par ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 21/11/2014
Travel books were very fashionable in the eighteenth century. Real travelers sometimes included elements of fiction in their accounts of their wanderings to make them sound more exotic and interesting. In Gulliver's Travels, Jonathan Swift makes fun of this literary genre by introducing a fictitious traveler, Gulliver, who tells us about his encounters with strange creatures and countries. Gulliver's first person narrative is introduced by a fake publisher's note which is also written in the first person...
type-image.png exercice.png texte.png
Keith Scribner: Representation and Psychology of Conflict par Keith Scribner, publié le 27/08/2013
In his Nobel Prize acceptance speech William Faulkner famously said that all real meaning in fiction comes from the human heart in conflict with itself. As a novelist I’m compelled by the internal conflicts inherent in the stories we tell ourselves in order to live and how those stories come to define us, how they allow us to justify our actions and possibly delude ourselves about who we are. Like any narrative, these stories help us shape otherwise disparate experiences into a comprehensible form. Over time we become so heavily invested in these narratives that when their veracity is challenged, the resulting conflict can be explosive.
article.png
First person narratives par ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 10/11/2014
Ce dossier sur le thème des auteurs écrivant à la première personne regroupe trois ressources accompagnées d'exercices de compréhension et de production orales et écrites, ainsi que d'analyse d'image.
dossier.png exercice.png
Stylistics from Scratch: My ‘Take’ on Stylistics and How to Go About a Stylistic Analysis par Mick Short, publié le 24/04/2012
Mick Short was invited by Manuel Jobert as part of the tenth edition of the Discourse Analysis Conferences, organised by the Société de Stylistique Anglaise and Lyon 3. After giving some precious advice to students in stylistics and explaining the "foregrounding theory", he analysed a number of texts including the front page of a British tabloid, a poem by Robert Frost and a passage from Colum McCann’s Let the Great World Spin.
conference.png type-video.png
Conscious and Unconscious Narrative Literature, Psychoanalysis and Neuroscience par Siri Hustvedt, Lionel Naccache, publié le 20/01/2012
Nous passons une grande partie de notre vie à élaborer des fictions, à nous raconter des histoires et à en raconter aux autres. La narration est profondément enracinée dans l'esprit humain, à un niveau à la fois conscient et inconscient. Produire une narration est une façon de donner du sens à l'expérience factuelle. Mais les fictions créées par le cerveau humain et celles que les romanciers imaginent sont-elles de même nature ? L'écrivain américain Siri Hustvedt et le neurobiologiste français Lionel Naccache exprimeront leurs points de vue originaux, pénétrants et empathiques sur cette question. We all spend our time constructing fictions, telling stories to ourselves and to others. Narration is deeply rooted in the human mind, at a conscious and unconscious level. Producing a narrative is a way of giving meaning to factual experience. Are the fictions created by the human brain and those imagined by novelists of the same nature? American writer Siri Hustvedt and French neurobiologist Lionel Naccache express their original, incisive and empathetic views on these questions.
conference.png type-video.png
La naissance du roman en Angleterre au XVIIIe siècle par Anne Dromart, publié le 14/02/2008
Après la grande époque de la poésie, la prose revient au goût du jour vers la fin du XVIIe siècle en Angleterre pour progressivement s'épanouir en une forme nouvelle au cours du XVIIIe siècle. Les "novels" qui apparaissent sous les plumes de Defoe, Richardson, Fielding et Sterne se démarquent des "romances" qui les avaient précédées et se caractérisent par une attention portée à la vraisemblance des faits narrés.
article.png
Les "Newgate Novels" : esthétique d'un genre populaire par Hubert Malfray , publié le 26/10/2007
Dans cet article, Hubert Malfray nous présente un genre mineur et éphémère regroupant une vingtaine d'oeuvres de fiction des années 1830-1847 relatant, de façon plus ou moins romancée, la vie de criminels. Comment, à une époque marquée par la rigueur morale, ces romans ont-ils pu représenter la criminalité et devenir des best-sellers ?
article.png
Jeux vidéo et cinéma à rebours du mouvement transhumaniste : le cas de District 9 par Julien Buseyne, publié le 07/11/2014
District 9 de Neil Blomkamp (2009) projette la structure de l’Apartheid dans un univers de science-fiction où les extraterrestres dont le vaisseau s’est échoué au dessus de Johannesburg sont victimes d’une forme de ségrégation. En marge de son thème principal, c’est à dire la projection de la mécanique d’oppression entre humains sur le canevas de la science-fiction, District 9 illustre aussi un procédé technique qui constitue le ressort principal du jeu vidéo : la projection des sens et du corps dans un système technique. Cinéma, télévision et jeux vidéo partageant les mêmes schèmes de la pratique audiovisuelle, les convergences entre ces domaines ne sont pas rares. Par la mise en scène de la technologie extra-terrestre, Disctrict 9 expose une grammaire de la captation de l’être sensible dans un système technique qui étend ses sens et ses potentialités, trait qu’il partage avec le jeu vidéo. Il s’agit là d’un acte politique qui s’oppose à la pensée transhumaniste, et affiche une convergence frappante avec les systèmes d’immersion dans les univers numériques actuellement à l’étude. Cette prise de position est cohérente avec le discours humaniste déroulé par cette œuvre, et s’inscrit dans la continuité de celles qui explorent la relation entre l’humain et la machine.
type-video.png conference.png
Hugo Hamilton on memory and fiction par Hugo Hamilton, publié le 24/06/2013
It’s a stormy night in Dublin. My father comes into the bedroom to close the window. But the old sash window is rotten. As he tries pull it down, the wooden frame comes apart in his hands like a piece of fruit cake. The glass is smashed. So my father has to find a way to cover over the gaps. He looks around and picks up the nearest thing at hand. In the corner of the room there is a map of the world, a big rolled up school atlas which he’s kept from the time he was a schoolteacher. He rolls it out and nails the atlas up against the window frame. It’s a temporary solution, he says. Go to sleep. So that’s how I fall asleep, with the wind blowing across the world, flapping at the oceans and the continents. The world is there in the morning with the sun coming through.
article.png
For a public service of human augmentation par Thierry Hoquet, publié le 04/01/2013
Thinking about humanity begins with the myth of Epimetheus and Prometheus: forgotten during the distribution of efficient organs, humans remained naked. While Epimetheus gave claws to some, shells to others, speed or cunning to still others, humans were neglected and ended up the poorest of creatures. To help them provide for the necessities of life and to repair as best he could his brother’s fundamental and foundational omission, Prometheus came to the rescue.
article.png
Marilynne Robinson - Assises Internationales du Roman 2010 par Marilynne Robinson , Kédem Ferré , publié le 14/06/2010
Marilynne Robinson was invited to the fourth edition of the Assises Internationales du Roman, organised by the Villa Gillet and Le Monde. She was interviewed for La Clé des langues and read an extract from Gilead, a novel which was awarded the 2005 Pulitzer Prize.
type-video.png entretien.png texte.png
La linguistique-fiction dans la littérature anglaise du 20e siècle : Notes sur Orwell, Burgess, Hoban et Golding par Sandrine Sorlin, publié le 22/05/2007
Sur le modèle de la science-fiction, Sandrine Sorlin nous parle ici de linguistique-fiction et se penche sur les langues imaginaires dans la littérature.
article.png
L’espace post-apartheid dans les longs métrages de fiction sud-africains, une étude panoramique par Annael Le Poullennec, publié le 19/11/2014
Annael Le Poullennec propose une étude de l'espace sud-africain post-apartheid par l’intermédiaire des films. Après quelques rappels sur l’histoire de la ségrégation en Afrique du Sud et une brève introduction au cinéma sud-africain, elle évoque la problématique de l’espace, à l’échelle nationale et urbaine, dans la réinvention de la nation sud-africaine après la fin de l’Apartheid. Elle s’arrête notamment sur les dichotomies ville/campagne, township/suburb, cloisonnement/ouverture, en insistant sur l’image du déplacement, de l’évolution. Par l’analyse de films tels que Hijack Stories (Oliver Schmitz, 2001), The Wooden Camera (Ntshaveni WaLuruli, 2003), Tsotsi (Gavin Hood, 2005) et White Wedding (Jann Turner, 2009), elle pose les bases de ce qui constitue l’espace post-apartheid cinématographique dans le cinéma de fiction.
texte.png conference.png
End of Story par Avital Ronell, publié le 19/01/2015
"For my part, I practice affirmative dissociation. Prompted mostly by a Nietzschean will to fiction and love of masks, I “fake it ‘til I make it,” assuming shrewd yet fragile identities, rotating signatures, reappropriating for myself syntactical maneuvers and rhetorical feints."
article.png
Dystopia in the plays of Samuel Beckett : Purgatory in Play par Eleanor Bryce, publié le 14/09/2012
The literary genre of dystopia remains popular in the English-speaking world, particularly in young adult fiction. In this age of rapid technological advances, and the threat (or indeed reality) of political and media control, works of literature which question the benefits of these developments are thriving.
article.png
The Neurosciences and Literature: an “exquisite corpse” or a “meeting of the minds”? par Lionel Naccache, publié le 16/02/2012
In the context of the Walls and Bridges project in New York, a meeting has been organized for October between an American novelist - Siri Hustvedt - and a French neuroscientist on the topic of "fiction," both mental and literary. This will obviously be the time to ask ourselves: can we imagine a promising future for meetings between the neurosciences of cognition and the world of literary creation? Is this merely the random juxtaposition of two terms to which we are attached, or the genuine dialectical culmination of self-consciousness? An amusing, trendy quid pro quo, or a key moment in our knowledge of ourselves as tale tellers?
article.png
The modern child and Romantic monstrosity in Doris Lessing’s The Fifth Child par Camille François , publié le 17/05/2011
This study investigates the articulation between "child" and "monster" in Lessing's novella, linking the text to a tradition of contemporary fiction about the child in which the much beloved literary figure inherited from the Romantics has become a frightening other. We hope to understand the Fifth Child 's shifting boundaries between the monstrous and the ideal, the "real child" and childhood as a locus of adult desires, by tracing these dichotomies back to Romantic myths of childhood, or the distorted versions that have made it to our time.
article.png
Interview with Will Self par Will Self , Beth Harper , David Belaga , publié le 23/06/2009
On 29th May 2009, the London-based writer Will Self came to Lyon to take part in the Villa Gillet's "Assises Internationales du Roman". He was to give a talk on his perspectives on the works of the influential French writer, Louis Ferdinand Céline, but before he did so I managed to catch up with him to ask a few questions about his interests, influences and views on modern fiction.
entretien.png type-video.png
Not Looking for Love par Chris Kraus, publié le 17/12/2012
As women, we are often identified through our choice of sexual partners. When an “attractive” woman has sex with an ugly man, it is a descent into “abjection.” But why? Clearly, it is because as women, we are still believed to attain most of our identities through sexuality. In the present assimilationist climate, any non-monogamous, non-relational sexual act is read as a symptom of emotional damage. Our culture persists in believing that sex holds the magic key to a person’s identity — which is, of course, wrong — and in behaving as if female writers are uniquely charged with upholding the sacred intimacy of the sexual act.
article.png
Kirsty Gunn: Sound and Writing par Kirsty Gunn, publié le 08/09/2014
That sound you hear, as though coming off the lonely Scottish hills, through the fine Highland air, passing across straths and glens, along rivers and to the sea... Is the sound of the piobaireachd, the classical music of the great Highland bagpipe, a music made for Gatherings, Salutes and Laments, a grand and grave and complicated music - Ceol Mor it is in Gaelic - The Big Music. The Big Music, too, is the title of my latest work of fiction - not a novel, but an elegy, as Virginia Woolf described all her work - a story that sounds as much as it says... An experience of words, of a story of people and a landscape, of a love story played across generations, that nevertheless sounds in the mind...
article.png
David Vann: Secret and subtext par David Vann, publié le 07/10/2013
All of the conventions of literary fiction can be successfully broken except one: there must be subtext, a second story beneath the surface. We don’t have to care about a protagonist or even really have a protagonist. We’re not limited to any particular style or structure. But our entire idea of literature being “about” something is based on a second narrative, something else that the surface narrative can point to. What’s interesting to me about this is that we live in a time when surface narratives are taking over. Blogs are generally so worthless for this one reason, that they lack subtext. The online world is, above all, earnest, saying exactly what it means.
article.png
A reading of The Brooklyn Follies through the lens of autofiction par Marie Thévenon, publié le 02/10/2009
From his very first novel, The Invention of Solitude, to his very last, Man in the Dark, Paul Auster has always played with the mixture between autobiography and fiction. The Brooklyn Follies pertains to this tradition and it is through the lens of autofiction that this article proposes to explore this novel. The author starts by observing the similarities between Paul Auster and his characters and pays close attention to the intertextual dimension. She then analyses the metafictional aspects of the narration. Finally, she places this novel among Paul Auster's other works and wonders if there has been an evolution in his writing.
article.png
Orthographe et prononciation (Graphématique) par Manuel Jobert, publié le 09/07/2012
Un nombre non négligeable de mots anglais ont une prononciation régulière, c’est-à-dire que l’on peut prévoir avec certitude. Plutôt que d’insister sur les irrégularités, il semble préférable, au Lycée, d’attirer l’attention sur ce qui fonctionne. On peut, ensuite, indiquer quelques prononciations « irrégulières », c’est-à-dire plus difficilement prévisibles.
article.png
Proche de l'indigestion intertextuelle : "Des Hottentotes" de Paul Di Filippo par Jérôme Dutel, publié le 09/10/2009
Prenant comme champ d’étude la novella trépidante "Hottentots", tirée de The Steampunk Trilogy (1995), de l’auteur américain Paul Di Filippo (1954-…), cette communication cherche à montrer comment l’auteur, en virtuose reconnu du pastiche et de la parodie littéraire mais aussi scientifique, démonte, à travers un récit brouillé et comme parfois étouffé par différents niveaux d’intertextualité, les mécanismes de création littéraire à l’œuvre dans la littérature fantastique et la science-fiction des XIXème et XXème siècles pour peut-être mieux révéler les idéologies qui pourraient avoir contribué à leur élaboration.
conference.png type-video.png
Sélection de ressources en lien avec les notions au programme du cycle 4 par Marion Coste, publié le 09/09/2016
La Clé des langues vous invite à découvrir une sélection de ressources universitaires en lien avec les notions au programme du cycle 4. Les textes de référence sont indiqués en italique. Le texte en gras propose des pistes de réflexion établies à partir des ressources disponibles sur La Clé des langues; elles ne constituent en aucun cas des recommandations officielles. Les ressources indiquées ici ont pour but d'apporter une connaissance scientifique en lien avec les notions, et non de fournir des pistes d'exploitation pédagogiques.
texte.png bibliographie.png
To Be or Not to Be / Jeux Dangereux (Ernst Lubitsch - 1942) par Lionel Gerin, publié le 26/03/2015
Connaissez-vous Lubitsch? On lui doit quelques unes des meilleures comédies des années 1930-40. Connaissez-vous la Lubitsch's touch? Si vous répondez non, de grands plaisirs de cinéma vous attendent. Élégance et finesse. Commençons donc par un sommet, un chef d'oeuvre: To Be or Not to Be. Mais pour mieux en apprécier le sel, un peu d'histoire. Juif Berlinois, Lubitsch, amoureux fou de théâtre, rejoint le cinéma comme homme à tout faire, puis acteur. Dés 1913, il est l'égal de Max Linder, et le plus grand comique allemand...
type-video.png article.png
Présentation de Come Back Africa (Lionel Rogosin, 1959, US 82 minutes) par Monique Peyriere, publié le 05/11/2014
Après avoir réalisé un film sur les sans-abris aux Etats-Unis, Lionel Rogosin part avec une équipe de tournage en Afrique du Sud en déclarant aux autorités locales qu’il veut produire un documentaire sur la musique. Filmé clandestinement par un réalisateur américain blanc dans Sophiatown, un township noir de Johannesburg, Come Back Africa nous montre la vie des communautés noires sous l’apartheid. Entres brimades et défiance, le film de Lionel Rogosin expose les relations blancs/noirs dans l’Afrique du Sud des années 50. Les militants y jouent leur propre rôle dans un scénario de fiction qui nous invite à découvrir le ghetto au travers du regard d’un nouvel arrivant, Zacharia. Les images ont pu sortir d'Afrique du Sud pour être montées aux Etats-Unis puis diffusées dans le monde entier ; c’est un film politique, le premier à dénoncer l’Apartheid.
type-video.png texte.png entretien.png
Secularity in Indian History par Sudipta Kaviraj, publié le 12/01/2015
A peculiar feature of the modern world is the asymmetry in the knowledge of the other between the West and the non-West. Nonwestern societies know a great deal more about Western history than Western societies know about theirs. Religious principles clearly possess a peculiar quality: because they are held with particular reverence by religious individuals who see them as principles created, or at least sanctioned by God rather than men. Their denial by others consequently can cause unusually intense offense. Not observing a principle of a particular religion is considered by strict adherents of that religion as sacrilege. This is why conflict of religious principles gives rise to conflict of particular intensity and severity: it can also give rise to spectacular cruelty, because the object of one’s attack are entirely dehumanized, and considered enemies not of man or king or nation but of God himself.
article.png
The Political Future of Religion and Secularism par Craig Calhoun, publié le 08/02/2013
Secularism has long been seen as a solution to problems of religion. Yet today, secularism (laïcité) itself is a political problem alongside religion. In some versions, secularism has become an obstacle to political and social projects potentially shared among members of different religions and the non-religious. It has been politicized in relation to migration, insurgency, and religious renewal. As ideology, it is sometimes the basis for new forms of intolerance. Both secularism and religion are sometimes made the bases for prescriptive demands on others as well as self-understandings. A central issue is the transformation of secularism and laïcité – in some versions – from formulations focused on freedom to ideologies mobilized to impose cultural values. Yet this need not be so. The problems are not with religion and secularism as such, but with how “fundamentalist” versions of each are deployed.
article.png
Declaration of Disinclinations par Lynne Tillman, publié le 11/12/2012
I like the theoretical ideal of neutrality, of non-hierarchical thinking. I’d like to be a writer, a person, but I am not. None of this naming is my choice. I’m a woman, “still” or I’m “only a woman.” “A good, bad woman, a silly, frivolous woman, an intelligent woman, a sweet woman, a harridan, bitch, whore, a fishmonger, gossipy woman. A woman writer.” What is “a woman writer”? Does “woman” cancel or negate “writer”? Create a different form of writer? Or does “woman” as an adjective utterly change the noun “writer”? “Man writer”? Not used. “Male writer,” rarely employed. Are there “man books” being read in “man caves?” OK, I declare: I’m a woman who writes, a person who writes. But how am I read?
article.png
Rêves d’horizon dans Julius Caesar par Laurence Crohem, publié le 10/11/2011
Dans la pièce, l'assassinat de Caesar semble être non seulement l'indice d'un trouble politique, mais aussi d'une temporalité problématique. L'assassinat paraît toujours être un horizon qui se dérobe, un événement qui n'a jamais lieu au présent, et semble offrir un changement de paradigme éphémère, chaque Romain, Brutus comme tous les autres, devenant un temps souverain potentiel et interchangeable. Se dessine alors l'idée d'une crise du self solidaire du trouble politique et temporel : hanté par d'autres, Brutus semble développer une étrange modalité du self. Quel horizon du soi l'assassinat de Caesar dessine-t-il ?
article.png
Les histoires de William Hogarth par Isabelle Baudino, publié le 01/04/2011
William Hogarth (1697-1764) était connu de son temps pour son talent de conteur. Il n'était certes pas le premier peintre à vouloir raconter des histoires en images mais, il s'y employa avec une vivacité et une inventivité toujours renouvelées au cours de sa carrière. De même, sans être le premier peintre à rassembler des tableaux en séries, il s'appliqua à élaborer des récits picturaux autonomes (non asservis à des textes) et modernes (abordant des sujets de son époque, campés par des personnages en costumes contemporains évoluant dans des décors vraisemblables, voire reconnaissables)...
article.png
The Language of Gesture: Melville's Imaging of Blackness and the Modernity of Billy Budd par Klaus Benesch , publié le 04/01/2010
In light of recent studies of both the life of black seamen and of the role of blacks in the Enlightenment, the paper discusses the representation of African sailors in the work of Herman Melville, in particular in his unfinished manuscript Billy Budd, Sailor. As I argue, Melville's imaging of a "noble" black sailor in the opening chapter is crucial to the author's ongoing attempt to untangle the complex relationship of race and modernity. By invoking a non-totalitarian, gestural/visual aesthetics of blackness Melville not only reinforces his earlier critique of modernity's foundation in slavery; he also revivifies and, simultaneously, trans-forms the eighteenth-century tradition of visualizing blacks as tragic witnesses to the para-doxes of the enlightenment. In so doing, Melville couches his argument against racism in a 'gestural' (black) critique of white judgments on blacks that may well be read to foreshadow later, more radical gestures of black pride from zoot-suiters to the raised fists of black pan-thers or the corporeal self-fashioning of the gangster rapper.
article.png
« X marks the spot » ou la question de l'identité dans The Brooklyn Follies de Paul Auster par Morgane Joudren, publié le 08/10/2009
Les diverses déclinaisons de « X marks the spot » délimitent les pôles entre lesquels évolue cette quête de sens qui se fait jour à travers The Brooklyn Follies. « X marks the spot » évoque non seulement la croix du condamné à mort, le poids de la culpabilité, mais aussi les comptines pour enfants, l’insouciance, le jeu. Et si c’était ça, l’existence humaine ? Une suite de combinaisons aléatoires d’ombres et de lumières à travers lesquelles l’individu se fraye bon gré mal gré un chemin l’espace d’une vie. Moments de désespoir, de folie destructrice, mais aussi d’innocence retrouvée et d’adéquation au monde.
article.png
Le christianisme comme « religion de la sortie de la religion » : modernité et sécularisation à l’époque victorienne par Jean-Michel Yvard, publié le 26/01/2015
En 1985, l’intellectuel français Marcel Gauchet publiait un ouvrage intitulé Le Désenchantement du Monde. Renouant délibérément, par delà presque un siècle de négligence, avec des perspectives inaugurées par Max Weber en matière de sociologie des religions, l’auteur y décrivait le christianisme comme ayant constitué éminemment « la religion de la sortie de la religion », voyant en lui cette forme particulière de croyance dont la dynamique interne et les potentialités de développement avaient permis une « sortie » de plus en plus marquée du régime inaugural et fondateur de l’hétéronomie radicale. On s’efforcera de montrer que ce sont les perspectives développées initialement par Marcel Gauchet qui restent les plus prometteuses aujourd’hui, non seulement afin de comprendre les origines de l’Etat mais aussi afin d’envisager une redéfinition de la notion sécularisation dans la perspective de ce que l’on pourrait appeler une « dialectique de la préservation et du dépassement ».
article.png
Satyajit Ray, ambassadeur de Tagore par Brigitte Gauthier, publié le 15/09/2014
Il y a quelque chose de délicat, subtil, dans l’œuvre du cinéaste Satyajit Ray. Il nous prend par la main et nous invite à pénétrer une culture autre en douceur. On est immédiatement happé par son univers même si la langue et la culture sont distantes. Comment parvient-il à se faire l’ambassadeur de l’Inde en pleine mutation ? On suit ses films de l’intérieur. On est invité à placer notre regard au centre du film et non à l’extérieur, sans pour autant à aucun moment nous identifier aux personnages qui sont totalement autres. On se glisse derrière la caméra, et la lenteur des plans nous permet de nous imprégner de la vie qui se déroule. Les villageois passent le long d’un chemin, les personnages entrent et sortent des plans. Partout, qu’il tourne des scènes d’intérieur ou d’extérieur, le flux de la vie anime l’image...
article.png
Prosodie et correction phonétique par Stephan Wilhelm, publié le 23/10/2012
Selon le cadre dans lequel chacun évolue, on peut avoir diverses conceptions de la correction phonétique. Pour l’enfant qui acquiert sa langue maternelle, cette notion (bien imprécise, sans doute) sera différente de celle qu’entretient celui qui découvre l’anglais en tant que langue étrangère. Pour l’apprenant de niveau avancé (notamment pour les candidats aux concours de recrutements de professeurs ou les enseignants d’anglais d’origine non-anglophone), un degré élevé de correction phonétique est essentiel et constitue souvent l’objet d’une quête opiniâtre. À divers niveaux de l’enseignement, la correction phonétique est d’ailleurs étroitement associée à l’« authenticité » de l’anglais oral, c’est-à-dire à un haut degré de conformité avec la langue parlée par les locuteurs natifs.
article.png
Shakespeare, Robert Greene et la théorie du plagiat : Nouveaux horizons par Jean-François Chappuit, publié le 10/11/2011
Quelques jours avant de mourir, Robert Greene compose un pamphlet dans lequel il assimile Shakespeare à « un corbeau arriviste paré de nos plumes ». Les « Désintégrateurs » ont vu dans cette invective une accusation de plagiat en référence à Horace et à la fable du Choucas paré des plumes d’autres oiseaux. Mais plusieurs difficultés demeurent dont le type d’oiseau en question, la trame narrative, le rôle des citations incluses dans la fable, le sens général de la fable. Dans les traditions grecque et latine, le thème commun de cette fable est la vanité de vouloir se faire autre que l’on est par nature, non l’accusation de plagiat. A la Renaissance, ces deux traditions fusionnent dans les collections humanistes. Je souhaite démontrer que la théorie du plagiat ne semble pas valide mais qu’en revanche le pamphlet de Robert Greene a une portée plus essentielle concernant Shakespeare, portée qui fonde son véritable intérêt.
article.png
La Renaissance anglaise : horizons passés, horizons futurs par Michèle Vignaux, publié le 30/08/2011
La notion d'horizon, passé et futur, est au cœur de l'image que la Renaissance se faisait d'elle-même. Période Janus, la Re-naissance voyait dans le passé non pas un patrimoine fossilisé, mais une force vivifiante capable de féconder sa propre créativité. Qu'il soit l'horizon simple ou double voire multiple , explicite ou implicite, ostensible ou dissimulé, externe ou interne, l'horizon informe, d'une manière ou d'une autre, l'acte d'écrire ou au contraire de taire. Les contributions qui suivent invitent à l'exploration d'un large éventail d'horizons dans les domaines historique, religieux, politique, idéologique ou littéraire : plus ou moins tangible, passé, présent ou à venir, historique ou géographique, réel, imaginaire ou métaphorique, physique ou métaphysique, l'horizon, qu'il semble à portée de main ou au contraire se dérober sans cesse, est toujours l'objet d'une quête passionnée dans les textes présentés ici...
dossier.png
Rêver d’Orient, connaître l’Orient - Introduction par Isabelle Gadoin, publié le 03/11/2009
Les articles qui composent cet ouvrage sont le fruit d’un colloque international interdisciplinaire, qui s’est tenu à l’université de Marne-la-Vallée et de Paris III – Sorbonne Nouvelle, en mars 2003. Rassemblant des spécialistes d’histoire, d’histoire de l’art, d’histoire des idées, de philosophie politique et de littérature, anglicistes et non-anglicistes, dans le but de favoriser les approches croisées et d’insister sur les phénomènes d’interculturalité, ce colloque se proposait de revenir sur l’une des antithèses les plus constantes dans les études coloniales et postcoloniales de ces dernières années : celle qui opposerait, hypothétiquement, un Orient imaginaire, tout en séductions sensuelles (celui des almées, du harem, des fumoirs et des cavalcades), et, bien distinct de celui-ci, un Orient plus sérieux, vaste territoire offert aux investigations des spécialistes de l’exégèse biblique, des linguistes, des cartographes, des géographes…
article.png