Vous êtes ici : Accueil / À consulter également

À consulter également

10 ressources contiennent le mot-clé mythe.

Rechercher aussi dans titre et résumé (recherche structurée).

War, Catharsis, Peace: Ancient Greek Visions and 21st Century Violence

par Christine Froula, publié le 12/03/2020

son.png conference.png This presentation brings together an American play and an American film inspired by Greek plays: Aeschylus’s Suppliants and Aristophanes’s Lysistrata. Charles Mee’s gripping drama Big Love (2000) animates the plot of The Suppliants to explore the violence of the American socio-economic sex/gender system, moving from male violence to female violence to catharsis to peace. The title of Spike Lee’s brilliant, urgent, visionary utopian film Chi-Raq (2015) names Chicago’s horrific neighborhood gang wars and America’s imperial violence in one angry word and empowers its heroine, Lysistrata, to organize the neighborhood women to seize arms, treasure and the power of language in order to stop the gang warfare that, in real life as in the film, destroys children and young men in our city every day.

Ragnarok - A conversation with A.S. Byatt

par A.S. Byatt, Clifford Armion, publié le 03/06/2013

entretien.png type-video.png texte.png A.S. Byatt took part in the seventh edition of the Assises Internationales du Roman, organised by the Villa Gillet and Le Monde. She answered our questions on her latest novel, Ragnarok.

Introduction à Measure for Measure

par Estelle Rivier, Delphine Lemonnier-Texier, Isabelle Schwartz-Gastine, publié le 11/04/2013

article.png type-image.png Mettre en scène une pièce, dit Jean-François Sivadier interrogé sur le processus de création, c’est poser une hypothèse, et la mettre à l’épreuve du plateau, poursuivre le rêve que l’on a sur la pièce, et franchir le pas de son adaptation, accepter d’être confronté à l’écart entre le rêve et le plateau, tout en réussissant à ne pas perdre son rêve. Mettre en scène une pièce de Shakespeare, comme toute autre pièce de répertoire, c’est aussi se confronter à ses fantômes : ceux, manifestes, de ses mises en scène antérieures, et ceux, implicites, que l’on porte en soi en tant qu’artiste, les traversées que l’on a faites, les créations, les rôles antérieurs, l’histoire d’un parcours esthétique où cette pièce vient s’inscrire dans un cheminement, y (d)écrire un moment, une étape, une boucle peut-être...

The God of Small Things d’Arundhati Roy : lecture du chapitre 21, le dénouement

par Fabienne Labaune, publié le 03/02/2011

article.png L'article se propose de s'interroger sur le choix de cet épisode de rencontre amoureuse et sur le sens du dénouement en analysant d'abord l'aspect tragique de la scène puis son lyrisme, pour montrer enfin, en reliant le chapitre 21 au chapitre précédent, qu'Arundhati Roy a ainsi voulu donner à son roman une dimension mythique.

Rêve américain, Rêve d’Amérique : une introduction

par Morgane Jourdren , publié le 08/03/2010

article.png « J'avoue que dans l'Amérique, j'ai vu plus que l'Amérique ». Cette célèbre formule d'Alexis de Tocqueville ne résume-t-elle pas à elle seule l'histoire d'une terre qui, dès l'aube de l'Humanité, a habité les esprits, enflammé les imaginations et délié tant la plume que les langues ? Comment définir le rêve américain ? Comment l'Amérique, au sens métaphorique du terme, se manifeste-t-elle en terre américaine et à Hollywood en particulier ?

King Lear comme fable

par Gérard Hocmard, publié le 18/01/2010

article.png Pièce hors normes, Le Roi Lear a trouvé une résonance particulière dans le monde contemporain. Mais la construction se résume à une suite de confrontations; les personnages n'ont pas toujours beaucoup d'épaisseur et la catharsis attendue fait place à une série de paraboles qui s'emboîtent les unes dans les autres, tandis que le langage semble échapper aux protagonistes pour insister sur ce qui en l'homme est humanité et sur l'importance du lien social. En fait, toute la technique dramatique semble au service d'un récit à caractère de conte, un peu comme celui que Mamillius définira comme « un conte d'hiver » dans la pièce éponyme. Il est permis de considérer Le Roi Lear comme une fable splendide et cruelle et là peut-être se trouve le secret de la fascination que la pièce exerce.

Littérature et société aux Etats-Unis : 1917-1968

par Alice Béja , publié le 27/11/2008

article.png Cet article propose un regard sur la littérature américaine du 20e siècle dans son rapport à l'idée d'Amérique. Les guerres et crises que traversent les Etats-Unis au cours de la période 1917-1968 contribuent à une dégradation de l'"American Dream" en "American way of life" à laquelle les écrivains américains réagissent en recherchant de nouvelles origines pour construire, en fin de compte, leur propre idée d'Amérique.

L'"in-decency" keatsienne ou ce qu'être Cockney veut dire : Redéfinir l'anglicité au siècle romantique

par Caroline Bertonèche, publié le 27/11/2008

article.png Cet article illustre la quête identitaire du jeune Keats, génie païen émergeant de la classe moyenne et consumé par la tuberculose. En réaction aux critiques des "aristocrates de l’imagination" de son époque, qui transposent l’ "indécence" de ses origines et de sa condition dans les enfantillages de son écriture, Keats se distingue en cherchant une légitimité certaine dans l’authenticité d’un anglais plus ancien, celui de Chaucer ou de Shakespeare. C’est ce désir d’anglicité qui amène Keats à se réapproprier un style ancien et lui ouvrira le chemin de l’immortalité. Pour illustrer le propos défendu, Caroline Bertonèche nous propose ensuite quelques extraits de poèmes à exploiter en classe.

Ré-adaptation et création dans le mythe de Frankenstein

par Laurent Mellet, publié le 10/01/2008

article.png Un article en cours de publication aux Presses Universitaires de Rennes, dans les Actes du colloque "De la page blanche aux salles obscures : l'adaptation cinématographique dans le monde anglophone", sous le titre "Ré-adaptation et création dans le mythe de Frankenstein (Mary Shelley, James Whale, Kenneth Branagh)".

La Créature : problématique de l'être artificiel

par Georges Zaragoza, publié le 18/10/2007

article.png Après avoir souligné la monstruosité du docteur Frankenstein, Georges Zaragoza se penche sur sa créature pour révéler, à travers son discours, ce qu'il y a d'humain dans cet être artificiel. L'article qui suit est une version d'un cours de Georges Zaragoza adapté par Kevin Pinault pour La clé des langues. Les numéros de pages des citations de Frankenstein renvoient à l'édition Penguin Classics, 1992.