Vous êtes ici : Accueil / Littérature / Contemporaine / Pour lire « Mariyam al hakâyâ »

Pour lire « Mariyam al hakâyâ »

Par Georges Bohas : Professeur des universités émérite - ENS de Lyon , Salam Diab Duranton
Publié par Narimane Abd Alrahman le 23/01/2012
Le roman d'Alawiyya SubH inclut un grand nombre de termes libanais qui pourraient poser problème aux lecteurs non habitués à ce dialecte. Ce petit lexique a pour objectif d'en faciliter la lecture.

Préliminaires

Le roman Mariyam al hakâyâ d'Alawiyya Sobh que comporte le programme inclut un grand nombre de termes levantins qui posent problème aux étudiants d’origine maghrébine. Il nous a paru bon de leur faciliter la tâche en rédigeant ce petit lexique.

Pour ce faire, nous avons demandé à un de ces étudiants de surligner dans le texte les expressions et mots étrangers à son dialecte, et qui lui posaient des problèmes de compréhension. Nous en donnons une traduction. Ce lexique est donc « empirique » et approprié au roman traité ; certains mots peuvent revêtir d’autres acceptions dans d’autres contextes. Nous ne mentionnons pas les mots qui se trouvent dans le H. Wehr (ex : sankari, kabas, fa$ax, etc.).

Pour les consonnes, nous avons utilisé une transcription adaptable à tout ordinateur, ainsi, chacun peut rajouter à son fichier et réordonner automatiquement. Cela implique l’usage de quelques symboles non standards, mais faciles à assimiler :

?   =   ء

&  =   ع

g  =   غ

x   =  خ

H  = ح

h   =  هـ

$   = ش

Z   =  ظ

T   = ط

D  = ض

S   = ص

N.B. le q du classique est prononcé ? en arabe levantin et  donc transcrit ?.

On repère tout de suite que la différence majuscules/minuscules est employée pour rendre les emphatiques et la différence h/H. Le ? est employé par les phonéticiens, le x par les allemands. Le & ressemble effectivement à un ع.  Donc ...

Pour les voyelles, nous emploierons e pour schwa (ex. : $efet), ce qui implique que é sera rendu par é (ex. : gassél). Le â objet d’imâla sera transcrit par ê (ex : bêb). Si l’on écrivait en arabe, on ne pourrait pas rendre ces nuances. Donc, un petit effort...

L’ordre dans lequel sont rangés les mots est celui que donne l’ordinateur à la commande Trier (qui figure sous Tableau).

Lexique

$abbaH                                    se procurer

$alaT                                       arracher, déraciner (ye$loT dînak = yeHro? dînak, injure)

$allax                                      déchirer (ses vêtements, pour exprimer un chagrin, la détresse)

$ammés                                  avoir mauvaise réputation

$armîz                                     sorte de tissu

$eHHâTa                                 babouche

$emer                                     dégoûtant

$ere$                                      les origines, la race

$fêtîr                                       grosses lèvres

$i byiTla& min Tîzak wbi?ellak be&  m. à m. quelque chose est sorti de ton cul et te dit beuh.

     Vouloir en imposer à plus fort que soi (Abela, 1981)

$û kerdték  t?îlé                      Comme tu es antipathique, casse-pieds

$û$é                                      touffe de cheveux sur les tempes

&a?waS                                 piquer, aiguillonner

&al?arD ya Hakam                  le sens : elle ne possède plus rien, elle est dépourvue de tout.

     Titre d’un recueil de Marcel Khalifé composé pendant la guerre du Liban

&ala lHâ$yé                           en tête (de la dabké, danse folklorique orientale, sorte de farandole)

&ama bi?albo                         puisse son esprit  être aveuglé ! Malédiction

&arba$                                   grimper, de là : s’accrocher

&arîs la?Ta                             le mari idéal (à saisir)

&aSâyé                                  bâton (ici le sexe en érection)

&elet                                      chicorée

&ind el&e?dé xeri nnejjâr       « arrivé au noeud, le menuisier a chié. Un menuisier scie facilement, mais quand il trouve un noeud ou une loupe

   ses efforts doivent redoubler. On dit cela d’un travail qu’on juge facile au premier abord mais dont il faut bientôt

   assumer les difficultés » (Abela, 1981)

?&adi law?a weHki jâlis         « assieds-toi de travers, mais parle droit, qu’importent les manières, pourvu que l’on tienne des propos sensés »

   (Abela, 1981).

?a$aT                                  ôter, racler  (par exemple, la crème au dessus du lait)

?add                                    pour le classique qadr

?aHbé                                  putain (injure grave !)

?allâ ma &endo Hjârét t$âla? Dieu n’a pas de pierres qui cassent. Dieu ne punit pas directement : il laisse le méchant être puni par là où il a

   péché (Abela 1981).

?anja?                                  à peine (=ya dob)

?ar?eTa                                grignotée =en lambeaux, en charpie

?awwa$                                aller au diable

?aymata                               = matâ, quand

?ebbârî                                 comme te?berni : puisse-tu m’enterrer = me survivre.

?êdami                                 contraire de?az&ar : quelqu’un de bien (fils d’Adam...)

?eDhar                                  je sors

?el?arDiyyé                           le pot de chambre

?erS m?arraS men da?n m&arraS une galette toute prête à la barbe (aux frais de) d’un coquin= être servi sans avoir à se fatiguer (Abela, 1981)

?erS                                         chez les chiites, petite pierre que l’on pose devant soi pour prier.

?eSHa                                      attention, prends garde

?essâ                                        encore, aussi

?îmû                                        enlevez, faites disparaître

?û&î                                        prend garde, fais attention

?umbuz                                    graine de chanvre

?zêz                                         verre

ba&d mâ râH sâ?o wsemmâ?o après avoir tout perdu

ba&za?a                                  prodigalité, gaspillage

ba??et  lbaHSa                        elle a craché le morceau (= elle a avoué)

ba??ûsé                                   coucou !

badâdî? /banâdî?                    bâtards

bajj                                          casser, cogner

bala marta?a w?akl xara          m. à m. sans rapiécer et bouffer de la merde = sans bavardage inutile      

bala te?el dam/ ou : sa?îl         ne sois pas insupportable, antipathique, pesant...

bala zegra                                sans sousestimer

ball$u                                     commencez !

baram bûzo $ebrên                  il a tourné sa bouche deux empans = il m’a fait la gueule

barbas                                     mumurer (= barbar) marmonner

bass                                        seulement

bâtenjân                                   aubergine

bâTôni                                    en béton

behsâné                                   molle

bexe$                                      trou

bezzeleT                                 à poil

bfarjîki                                     je vais te faire voir (menace)

bîjamto m?almé                      son pyjama a des rayures

bsayné                                    chat

bûz                                         gueule

byibseTek                                il te satisfait (sexuellement, dans le texte)

bzâz bsayné                             les « seins » de la chatte. Se dit d’une femme qui les seins comme des oeufs sur le  plat

d?î?a wexleSna w?âmt essîré  (ça a pris) une minute, on en a fini et on n’en parle plus (à propos du coït, dans le texte)

Dabb                                      ranger

dablé/deblé                              abcès

dafa$                                      pousser

darb essadd ma tredd            va au diable !

daxîlik ma b&ûd fiyyé            je t’en prie, je ne pourrai plus (bander) (dans ce contexte)

daxîlik                                     je t’en supplie

de?? we&Sâr                           remâcher constamment (les mêmes pensées)

dêyé                                        sage-femme

dHa$i $$ar$af mnîH              borde bien le lit

du&â?u ljaw$an[1]          m . à m. «la supplique de la cuirasse », attribuée au Pro-phète, articulée sur les cents noms d’Allâh (voir google : jawshan)

ebn essêybé                            fils de pute

enza&abna                             être chassé ou se faire engueuler

fa$ar                                        impossible que...

fa$êlîk (sing. fa$lûké)             dérivé de fe$ek, crottin, choses sans valeur, billevesées

fa?$et mayt errâs                     elle a perdu ses eaux (au début de l’accouchement)

fa??a&tîli ?albi                       j’en ai marre, raz le bol, tu me fatigues

fa??ar                                      crever (les yeux)

fadag                                      se fendre le crâne

fal?ât                                       fesses

fa-la$û                                    et pourquoi donc

fantar                                       uriner

far$ax                                      écarter les jambes (pour accoucher, ici)

faraT                                        égrener, métaph. : perdre les pédales

farjâ                                        montrer

fawwaH                                  rincer

fawwat l&az?a                        introduire une rondelle (plom-berie)

fe$ xel?i                                  (je veux) me soulager en disant ce que j’ai sur le coeur

fe$$êt xel?i (fîki)                    j’ai passé ma colère sur toi

fe$ké                                       crottin = sans valeur

feTés                                      crever, suffoquer

foSS                                       pêt

frâké/frîké                              plat à base de blé concassé

fTîs w$ob                               à crever de chaleur

fTîs                                         chaleur étouffante

gala sekkar                              « faire bouilllir du sucre », se dit de la préparation épilatoire composée de sucre et de citron

ha$al                                       s’expatrier, vagabonder

hâ$el                                        vagabond

Hâj ou Hâjé                             assez, suffit !

Hala$                                      faucher

Hala$                                       tirer (par les cheveux)

halla?                                      maintenant

harhar                                      user

HaTT                                       placer, poser, caser

Hayl                                        force (du syriaque)

Hebra                                      voile de femme

Hell &anni                               dégage, fiche-moi la paix

hessé                                        comme sehyêné : sournoise

hiyyâkon me$ sêddîn taba&kon et vous, vous ne bouchez pas le vôtre, à savoir, le sexe, donc, vous continuez de faire des enfants (dans le texte ; ailleurs, vous ne fermez pas votre gueule)

Husayniyyât                            invocation à Husayn

jalles                                        redresser. S’il s’agit des dents : faire un traitement ortho-dontique

jarras                                       diffamer en tous lieux

jâTât                                        saladiers, plats creux (du français jatte)

jawâz elgaSîbé                       mariage sous la contrainte

jawla?                                      mâcher gloutonnement, de là, parler pour ne rien dire

je?ér                                         effronté

jenfîS ou jenfâS                     toile grossière d’emballage

jeser                                         un pont = un bridge ou une couronne (pour les dents)

jkâra fîk                                  malgré toi, en dépit de toi, pour le plaisir de t’enquiquiner

jorjèt                                       nom d’un tissu

kaddûmét snânha                    prognathisme de la mâchoire supérieure

kamên                                     encore

kanzé                                      pull-over

kara& bezlê&îmo                    se rengorger

kara&                                      avaler à grandes gorgées et vite

keb$ ettût                                les mûres

kebbé nayyé                            préparation à base de viande pilée crue, de boulgour, d’oi-gnon et de basilic.

kermâl                                     pour

kermâl                                     pour l’amour de...

kîf lakan                                  et comment donc

la bhe$$ wla bke$$                 je m’en moque !

la??                                          osciller

lagan (écrit : lakan)                  bassine dans laquelle on lave le linge sale (du persan, via le turc)

laHadan                                  à quelqu’un

laka$                                       donner un coup

latt w&ajen                             bavardage inutile

lazzatt                                     à jeter

lbessé btêkol &a$âha              le chat mange son dîner (elle est simplette)

lê$ rawkab &layyé                  pourquoi il est obsédé par moi

lhay?a                                      apparemment

m$aHHar                                malheureux

m&am$a?                                agrippé, accroché

m?al&aT wjerbân                    crado  et galeux

m?alled                                    « qui suit la tradition », chez les chiites, homme de religion qui conseille les fidèles

m?ay?abé                                que l’on ne peut arrêter

ma fi menno                            il n’y a pas mieux que lui, c’est la crème des hommes

ma leHHa?te$                        je n’ai pas eu le temps de...

ma&lûk                                   froissé

ma.... mnôb                            absolument pas

majîdiyyât                               pièces d’argent (en référence au Sultan Abdelmajîd)

man tazawwaj ?emmi n?ello ya &ammi        « J’appellerai « mon oncle » (en fait, mon beau-père) celui que ma mère épousera ; on est indifférent aux événements qui peuvent survenir et nous toucher même de près ; de toute façon, on est prêt à les adopter » (Abela, 1981)             

manâ?î$                                  galettes saupoudrées d’un mélange à base de thym, avec graines de sésame et huile d’olive

manha hamm &alweHdé        (tu crois que ) ce n’est pas un souci pour toute femme

mannak ?alîl                           tu peux faire plus (ironique)

manno raH kaffî                      laisse-moi continuer (mon discours)

marto, marti                            sa femme, ma femme

me$ &am bi?ûm  ma&i          je n’arrive pas à bander

me$ ?êdamiyyé                       =za&ra (?az&ar)

me$ men$ân $i                       pour rien

me$ raH fîk                             tu ne pourras plus (bander)

meggayTa                                un élastique

mejwéz                                    sorte de flûte qu’utilisent les bergers

men elfajer lannajer                du matin au soir

mesta?etlé &ajjawâz              elle meurt d’envie de se marier

metel el?arb&a bneSS eljem&a         au mauvais endroit

metel ma reHna jîna                (variante : tî tî tî metlma reHté metlma jîté)  rien de changé, la même chose, gros-jean comme devant.

metl lxûtân                             comme des fous

mîn dâzzek &layyé                 qui t’a excité contre moi, qui t’a monté la tête contre moi

mkabtal                                   qui fait des plis, des boules, mal rangé

mnallon                                   d’où tiennent-ils ...

mrawbaS                                 qui a des cauchemars (dans le texte, veut dire aussi : som-nanbule)

msaTTal                                   sous l’effet de la drogue

mTawTaH                               qui dodeline

mûn &layhon                          j’obtiens d’eux tout ce que je leur demande ; j’ai de l’ascendant sur eux

mwannsé                                moucheté (se dit d’un tricot ou d’un tissu)

mxâwaz                                   faire défection, trahir

mzallam                                   =Sâr zalamé : il est devenu un homme

n?az&ét ra?ebtik                     avoir le torticolis

na?af                                       donner un petit coup

nabrî$                                      tuyau d’arrosage en plastic, si on ne précise pas (on dit aussi : nabrîj)

nâr whâbbé bén ?ejrayyé         j’ai le feu au cul

nâTrîn                                     qui est en train d’attendre

ndafa$                                    être poussé

nî&                                          la gueule

niyyêl yalli                               heureux celui qui...

niyyêla                                     elle a de la chance

raytak t?awwé$ ?enta wiyyê  puisses-tu aller au diable toi et lui !

rû$atta                                     ordonnance (du médecin)

runjus                                      narcisse, nom propre

Sâ&ûr  /sâ&ûr                         chevreau

sab& elburumba                      le plus fort des hommes

saHbet ejrayha Tawîlé            elle a de belles jambes

sarsabé                                     obsession (de propreté)

sawda                                      foie (le plus souvent : de mouton)

Saybét &ayna                          la force de son [mauvais] oeil

seHHâb                                   fermeture Eclair

sehyêné men taHet la taHet   sournoise

Sermêyé                                  godasse

servîs                                       taxi public

settik                                      ta grand-mère

SîSân                                      poussins

Stefél                                       débouille-toi comme tu veux

ta$Tîf                                      laver à grande eau,  laver à l’eau seulement (dans le texte : le sexe)

Tabb                                        renverser

Tarabîza                                   guéridon (petite table)

TarTé$                                    éclabousser

taxtéx                                      s’abîmer, pourrir

tDayyé&                                 perdre la tête (de sénilité)

Te??                                         crever (abcès)

te?ebrîni                                  puisses-tu m’enterrer (= vivre longtemps) ; expression d’af-fection formulée le plus souvent par les femmes à l’intention des plus jeunes qu’elles

terwî?a                                               petit-déjeuner

testêhal                                   elle mérite

texen                                      grosseur, épaisseur

tjaHwan                                  faire l’animal, se comporter bêtement

tlaTTe$                                    donner des petites claques

trakbî lî ?rûn                            tu me fasse pousser des cornes =tu me trompes, tu me cocufies

tsalbaT                                               dominer, prendre le pouvoir

Tunbur                                               charrette

w?enté l?âylé                          et vous de même

wa?a& benne?Ta                     avoir une crise d’épilepsie

wayn ba&dik                          où te trouves-tu encore, où traînes-tu encore

wejj eDDaw                           à l’aube

xerwâ?                                     trou

xetyâr                                     vieillard

xlê?în                                       grandes marmites

xrâbîT                                      dérangés (gens), incohérents (propos)

xuwét                                      devenir fou ( axwat)

xuwwé                                    cadeau que l’on impose à un tiers en échange de sa protection (allusion à une coutume bédouine)

y$axxexak                               qui te fait pisser

ya m$aHra/ ya $eHHâri          pauvre de moi, misère de misère !

yânsûn                                     anis

ygebb &a ?albé                       s’évanouir

yidawlé$                                il s’occupe de

yifdaH Harî$o                         euphémisation de yifDaH Harîmo : que l’honneur de ses femmes soit bafoué !  = ce salaud, qu’il soit confondu, au diable cette saloperie de... peut aussi avoir un sens positif yifdaH Harî$ik $u me$ta?lik : Dieu, que tu me manques !

za&ab                                      chasser, aussi : engueuler

za&rané                                   grossièreté, vulgarité (l’adjec-tif : ?az&ar)

ZabaT                                     convenir, tomber à point

ZabbaT                                   ajuster

zaHaT                                      glisser

zamaT                                     glisser 

zeHlayTa                                 toboggan

zhûrât                                      infusion (camomille, verveine etc.)

zîH                                          ligne droite

zûm                                         jus

On pourra remarquer que la plupart de ces mots se trouvent soit dans  Barthélemy soit dans Denizeau, toutefois, il faut adaper le sens au contexte. Mais il est vrai que les étudiants maghrébins pratiquent peu ces dictionnaires, quand ils en connaissent l’existence... Certes, les étudiants orientaux ne les pratiquent pas plus. Pour les proverbes, on les trouve dans le livre d’Abela : Proverbes populaires du Liban sud (Maisonneuve et Larose, 1981).

Si quelque obscurité sémantique subsiste, on peut nous écrire, et nous tenterons de répondre, pourvu qu’on nous précise la page et la ligne du mot « incompréhensible ».

Note

[1] Il ne s’agit évidemment pas d’un terme dialectal ! Nous l’expliquons car il ne se trouve pas dans H. Wehr.

Télécharger l'article

Pour lire Alawiyya Sobh

 

Pour citer cette ressource :

Georges Bohas, Salam Diab Duranton, "Pour lire « Mariyam al hakâyâ »", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), janvier 2012. Consulté le 01/03/2021. URL: http://cle.ens-lyon.fr/arabe/litterature/contemporaine/pour-lire-mariyam-al-hakaya