Vous êtes ici : Accueil / Se former / Programmes d'enseignement / Littérature en langue étrangère - Cycle terminal de la série L

Littérature en langue étrangère - Cycle terminal de la série L

Par Christine Bini : Professeur d'Espagnol - Ecrivaine
Publié par Christine Bini le 27/06/2011

classe-500_1358455721277-jpg

 

 

Cette page reprend le texte publié au BO spécial du 30 septembre 2010 et met en relation les différentes thématiques du programme avec des mouvements littéraires, des auteurs et des oeuvres espagnoles et latino-américaines. Il ne s'agit aucunement de recommandations officielles mais simplement d'exemples destinés à faciliter les choix des enseignants. Les liens contenus dans le texte renvoient à  des ressources de La Clé des langues susceptibles d'apporter un éclairage sur certaines notions du programme.
NB : un même texte peut être rattaché à différentes thématiques
Nous proposons également quelques exemples concrets de mise en oeuvre (journée de formation organisée à Lyon le 24 novembre 2011, animée par madame Isabelle Bellissent, IA-IPR et par monsieur Philippe Merlo, professeur des universités)

Les objectifs de la discipline

L'enseignement spécifique de littérature étrangère en langue étrangère vise à développer le goût de lire et à augmenter l'exposition de l'élève à la langue en lui donnant accès à un certain niveau d'abstraction et de subtilité. L'étude de la littérature étrangère ouvre un nouvel espace pour une pratique accrue de la langue par l'entraînement et la mise en œuvre de toutes les activités langagières. Il s'agit aussi d'initier les élèves aux réalités les plus structurantes de la littérature de la langue étudiée : les grands mouvements littéraires et les principales thématiques portés par de grands auteurs, dans le récit, la poésie et le théâtre. Dans le temps imparti pour cet enseignement, il ne peut être question d'une approche exhaustive. Il s'agit essentiellement de construire des repères solides chez les élèves, de leur donner le goût et l'envie d'aller plus loin, de les familiariser avec la lecture et de les entraîner à la lecture suivie.

Approches

Les grands mouvements littéraires, parce qu'ils rejoignent les moments esthétiques, philosophiques et politiques, inscrivent la littérature dans le cours général de l'Histoire. Ils permettent de situer les œuvres et les auteurs dans une société vivante, et dans une chronologie porteuse de sens. Dès lors qu'ils traversent les cultures, ils offrent la possibilité de croiser les regards, les œuvres et les langues. Ces mouvements littéraires sont abordés au travers du récit, de la poésie et du théâtre. L'importance respective de chacun de ces genres varie selon les cultures et les époques. Cette double approche, historique et par genre, permet de dégager la façon spécifique dont chaque littérature s'est produite dans une histoire singulière, soit en inventant une forme qui lui reste propre ou au contraire la déborde, soit en s'emparant de formes nées ailleurs pour leur imprimer un tour particulier. Apparaissent alors des domaines d'influence et de confluence que l'approche comparative permet de mettre en évidence.

 

Thématiques

 

Je de l'écrivain et jeu de l'écriture

 

Au-delà des liens entre le "je" de l'écrivain et le jeu de l'écriture, on étudiera les différents points de vue, le prisme de la narration, la voix de l'auteur. L'enseignant évoquera notamment les écrivains du boom latino-américain au travers des nouvelles de Julio Cortázar ou des œuvres expérimentales de Mario Vargas LLosa comme Los cachorros.


Autobiographie, mémoires, journal intime

On pensera par exemple à Memorias de un niño de derechas (1972) de Francisco Umbral où l'écrivain évoque son enfance et sa jeunesse dans l'Espagne franquiste des années 1940.
On pensera aussi aux autobiographies de Jorge Semprún, Autobiografía de Federico Sánchez et Federico Sánchez se despide de ustedes qui traitent de l'engagement de l'auteur dans la résistence à la dictature franquiste.
Pour ce qui est du journal intime ou du regard sur soi, on pensera encore à Francisco Umbral et à son Diario de un esnob ou au Journal de voyage à Paris d'Horacio Quiroga et à celui d'Adolfo Bioy Casares lors de son séjour au Brésil.
L'œuvre de Mario Benedetti ¿Quién de nosotros? est très intéressante car le vécu des trois personnages est abordé de trois points de vue différents et les narrateurs choisissent trois formes d'écriture tout à fait distinctes : le journal intime, la lettre et le récit à la troisième personne.
 


L'écriture comme jouissance esthétique, l'expression des sentiments, la mise en abyme.

L'écriture comme jouissance esthétique évoque l'émerveillement face à la nature des poètes espagnols des XVème et XVIème siècles.
L'expression des sentiments peut être associée aux poètes du Siècle d'Or comme Garcilaso de la Vega.
La notion de mise en abyme invite à étudier les récits enchâssés mais aussi l'intertextualité. On pensera notamment au projet de réécriture de Don Quichotte dans la biographie imaginaire de Pierre Ménard dans la nouvelle de Borges, Pierre Ménard, autor del Quijote.
 

 

La rencontre avec l'autre, l'amour, l'amitié

La thématique de la rencontre est souvent centrale au roman, mais elle apparaît également dans le théâtre et la poésie. L'amour pourra quant à lui nous transporter des poèmes de Garcilaso de la Vega à ceux de García Lorca. Il pourra aussi permettre d'aborder les pièces de théâtre les plus célèbres de la littérature hispanique que sont La Celestina, El perro del hortelano (Lope de Vega) ou El burlador de Sevilla (Tirso de Molina). On pourra aussi évoquer l'éducation sentimentale et les difficultés de la relation amoureuse à travers les romans d'Isabel Allende. Enfin, on pourra aborder la question du maintien de la relation amoureuse en temps de guerre ou d'oppression.
 

 


L'amour courtois, la poésie élégiaque, mystique

L'amour courtois au sein de la littérature hispanophone nous renvoie à la poésie médiévale. Si la langue est difficilement accessible pour les lycéens, cela n'empêchera pas d'étudier les échos du genre courtois dans Don Quichotte.
La poésie élégiaque évoque la complainte et l'expression des sentiments du poète à l'égard d'un être disparu. On pensera par exemple à Jorge Manrique et à ses célèbres Coplas por la muerte de su padre ou au poème de García Lorca, LLanto por la muerte de Ignacio Sánchez Mejías.
Pour ce qui est de la poésie mystique, on pensera aux poèmes de San Juan de la Cruz ou de Sor Inés de la Cruz.

 

Le personnage, ses figures et ses avatars

L'étude du personnage sera l'occasion d'analyser différents genres et différentes périodes de la littérature du monde hispanophone au travers de ses grandes figures. Cette étude pourra devenir comparative puisque nombre de mythes littéraires dépassent les frontières d'une langue et d'une culture unique.

Héros mythiques ou légendaires, figures emblématiques

 

Les héros et les figures mythiques ne manquent pas dans la littérature hispanophone. On pensera évidemment à Don Juan ou à Don Quichotte. On pensera aussi aux grandes figures des romans du XIXème siècle comme Tristana ou Fortunata et Jacinta (Benito Pérez Galdós) et aux héros des grandes sagas de Gabriel García Márquez, comme Aureliano Buendía, ainsi qu'aux figures emblématiques de l'histoire de l'Espagne ou de l'Amérique latine qui sont au cœur de nombreux romans.

 


La disparition du personnage

La disparition du personnage, que l'on associe dans la littérature française au Nouveau Roman, entre en résonance avec le rejet du narrateur unique et la multiplication des points de vue et des voix narratives que l'on trouve par exemple chez Mario Vargas LLosa ou chez Carlos Fuentes.

 

L'écrivain dans son siècle

 

L'écrivain dans son siècle nous invite à étudier le regard d'un auteur sur un épisode particulier de l'histoire du monde hispanophone. De nombreux écrivains ont abordé la guerre civile espagnole et la dictature franquiste; les différentes dictatures latino-américaines ont aussi beaucoup servi de matière litttéraire.
 

Roman social, roman policier, la littérature de la guerre civile et de la dictature (espagnole ou latino-américaine)

Les auteurs que l'on peut rapprocher du roman social, en Espagne, sont ceux qui portent un regard critique sur la société du XIXème siècle. L'on citera Pérez Galdós, bien entendu, Emilia Pardo Bazán, mais aussi Leopoldo Alas "Clarín".
En ce qui concerne le roman policier, on pourra étudier des extraits de la célèbre série de Manuel Vásquez Montalbán mettant en scène le détective Pepe Carvalho, ou des romans de la série des Mario Conde, de l'écrivain cubain Leonardo Padura. On pourra également penser aux livres du mexicain Paco Ignacio Taibo II qui évoquent le Mexique contemporain.

 


La littérature de la guerre civile : l'on pensera immédiatement aux poètes espagnols engagés comme Miguel Hernández et Antonio Machado et au poète chilien Pablo Neruda.
Pour ce qui est de la dictature espagnole, l'on pourra étudier le célèbre roman de Sender, Réquiem por un campesino español (1953) ou des œuvres publiées bien après mais qui reviennent sur cette période comme Los girasoles ciegos d'Alberto Méndez, Beatus Ille d'Antonio Muñoz Molina, La voz dormida de Dulce Chacón, Los soldados de Salamina de Javier Cercas ou plus récemment, Falcó d'Arturo Pérez Reverte.


Quant aux dictatures latino-américaines, les livres qui les évoquent ne manquent pas. Nous pouvons citer, les nouvelles de Julio Cortázar et de Mario Benedetti, les romans d'Eduardo Galeano, Mario Benedetti, Isabel Allende, Luis Sepúlveda ou les poèmes de Raúl Zurita.
 

 

 

 

Voyage, parcours initiatique, exil

Le thème du voyage et de l'exil amènera les enseignants à travailler sur l'immigration latino-américaine aux États-Unis ou en Europe. Ils pourront aussi aborder la découverte, l'exploration de nouveaux territoires, notamment après la découverte du Nouveau-Monde. Le parcours initiatique sera quant à lui associé au genre du bildungsroman.
 

Le voyage, l'immigration, l'exil


Le roman d'apprentissage 

Les bildungsroman sont nombreux dans la littérature classique espagnole. On pensera notamment au Lazarillo de Tormes et à la picaresque, aux Novelas Ejemplares de Cervantès, ou aux romans de Benito Pérez Galdós au XIXème siècle.

 

L'imaginaire


Le thème de l'imaginaire sera l'occasion de travailler sur la science fiction, mais aussi sur les contes et la littérature de jeunesse.
 

L'étrange et le merveilleux, le fantastique, la science-fiction

 

Nous pouvons associer d'emblée l'étrange et le fantastique aux nouvelles de Julio Cortázar, de Jorge Luis Borges ou de Silvina Ocampo. Quant à la science-fiction, nous pouvons citer La invención de Morel d'Adolfo Bioy Casares ou les romans de Gonzalo Torrente Ballester.


La littérature de jeunesse
Eugenia Auzas-Mota propose une sitographie très complète que l'on pourra consulter pour trouver des œuvres adaptées au projet scolaire.

 

 

 

Activités

Lire

 

Les deux années du cycle terminal permettent d'amener les élèves à « entrer dans la lecture », et notamment de les préparer à lire des œuvres intégrales. La lecture cursive autonome d'au moins une œuvre en langue étrangère dans l'année est recommandée. Les élèves tireront profit des ressources offertes par les centres de documentation et d'information, les bibliothèques et médiathèques. La lecture d'extraits significatifs d'une même œuvre permet d'une part d'entraîner à la lecture cursive, d'autre part de découvrir des œuvres majeures représentatives.
 

La Clé des langues vous propose plusieurs textes inédits d'écrivains contemporains hispanophones. Ces textes ont été rédigés à l'occasion des Assises Internationales du Roman organisées par la Villa Gillet à Lyon. Ces textes courts peuvent permettre une lecture en autonomie.

 

Écouter, regarder

Entendre ou voir une œuvre jouée facilite ou enrichit sa réception tout en développant la compréhension de l'oral. Les élèves tirent le plus grand bénéfice d'une confrontation à des supports et des situations variés. Les lectures publiques, les livres audio, les adaptations radiophoniques, cinématographiques, théâtrales ou musicales sont autant de moyens susceptibles de créer une sensibilité au fait littéraire.

 

Interpréter

L'œuvre est interrogée aussi par la manière dont elle est lue (critiques), interprétée ou adaptée (réécritures, mises en scène, chanson) au théâtre, au cinéma, à l'opéra, etc. On peut suivre ainsi les multiples transformations d'une œuvre, d'un mythe ou d'un personnage. Des activités variées permettent une appropriation active de ce travail :
- mémoriser et mettre en voix un texte avec une illustration musicale ;
- enregistrer un feuilleton radiophonique à partir d'une nouvelle ;
- réaliser un message radiophonique ou télévisuel pour faire partager un coup de coeur pour un auteur ou un livre, annoncer la diffusion de l'adaptation cinématographique d'une œuvre littéraire ;
- interpréter un personnage de roman mis en scène dans un autre lieu, un autre contexte ou une autre époque, etc.

 

Écrire

L'écriture est fondamentale dans la pratique de la langue : il s'agit de mettre en œuvre autour de tâches communicatives complexes les connaissances et les compétences que l'élève a acquises. L'apprentissage de l'écriture fait l'objet d'un entraînement méthodique et régulier, à travers des travaux variés tels que :
- écrire à la manière de ;
- changer une clausule de chapitre ;
- étoffer un dialogue, une description ;
- introduire un personnage supplémentaire dans le récit ;
- changer de point de vue ;
- préparer, réaliser et rendre compte d'une interview de l'auteur ;
- animer un blog littéraire ou un café littéraire virtuel ;
- rédiger la quatrième de couverture ou l'avant-propos ;
- élaborer un scénarimage ou des didascalies pour l'adaptation au théâtre ou au cinéma ;
- exploiter des recherches complémentaires pour rédiger l'article du critique littéraire, etc.

 

Du niveau « seuil » B1 au niveau « avancé » B2

 

  Passer du niveau seuil B1 au niveau avancé B2 dans l'échelle du Cadre européen commun de référence pour les langues constitue un progrès important dans la maîtrise de la langue apprise. Si ces deux niveaux relèvent bien de celui de l'utilisateur indépendant, la différence qui les sépare représente un degré de complexité et d'autonomie supplémentaires que l'on peut résumer comme suit : En réception, l'élève est capable :
- de comprendre l'essentiel de messages oraux élaborés (débats, exposés, émissions radiophoniques ou télévisées, films de fiction ou documentaires) et de textes longs, sur une gamme étendue de sujets ;
- de suivre une argumentation complexe énoncée dans un langage standard ;
- d'effectuer un travail interprétatif qui, au-delà de l'explicite, vise une compréhension de l'implicite ;
- d'identifier le point de vue du locuteur ;
- d'un grand degré d'autonomie en lecture.
En production, l'élève est capable :
- de s'exprimer de manière détaillée et organisée sur une gamme étendue de sujets relatifs à ses centres d'intérêts ou à ses domaines de connaissance ;
- de présenter, de reformuler, d'expliquer ou de commenter, de façon construite, avec finesse et précision, par écrit ou par oral, des documents écrits ou oraux comportant une information ou un ensemble d'informations, des opinions et points de vue ;
- de défendre différents points de vue et opinions ;
- de conduire une argumentation claire et nuancée.
En interaction, l'élève est capable :
- de participer à une situation de dialogue à deux ou plusieurs personnes, en s'exprimant avec spontanéité et aisance, y compris avec des locuteurs natifs ;
- de participer à des conversations assez longues tout en réagissant aux arguments d'autrui et en argumentant.

 

 

 

Pour citer cette ressource :

Christine Bini, "Littérature en langue étrangère - Cycle terminal de la série L", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), juin 2011. Consulté le 21/09/2018. URL: http://cle.ens-lyon.fr/espagnol/se-former/programmes-denseignement/litterature-en-langue-etrangere-cycle-terminal-de-la-serie-l