Accès direct au contenu

 

Accueil  >  Arabe

Recherche
Retour rapide vers l'accueil

La Clé Arabe

Bienvenue sur le site La Clé des langues consacré à l'arabe



Retrouvez les résultats de l'enquête d'utilisation de la Clé des langues, menée entre janvier et février 2016:

Dernières mises en ligne sur la Clé arabe

Passé présent :


Le luxe et la violence. Domination et contestation chez Ibn Khaldûn.
Hamit Bozarslan.
Les violences et les soulèvements dans le monde arabe sont-ils un prélude à la chute d’une civilisation vieillissante ou le prémisse de la naissance de nouvelles nations ?  En relisant l’actualité du monde arabe par le prisme de l’œuvre d’Ibn Khaldoun, Hamit Bozarslan tente d’esquisser une réponse à cette question. Le théoricien de la civilisation et historien du XIVe siècle, nous parait alors d’une actualité saisissante.
Voir la vidéo.

Un modèle de coupe temporelle : le quartier de Choubra au Caire.
SAID Noha.
Comment peut-on décrire l’évolution de l’ambiance d’un espace ?
Partant de la notion de palimpseste des ambiances, Noha Said, plonge dans les strates temporelles à la recherche de traces appartenant à un ailleurs temporel du quartier de Choubra pour redescendre dans le passé de ce lieu et cerner son héritage sensoriel.

Voir la vidéo.

La revue de presse :

Notre thème de la semaine concerne le Dr. Mustafa Kamal Tolba, éminent scientifique égyptien, décédé depuis peu, et qui a joué un rôle actif lors de la rédaction de la convention de Vienne (1985) et du protocole de Montréal en 1987.

Voir les articles.

Vous trouverez aussi une séléction d'articles concernant d'autres sujets sur notre page Revue de presse.

Passé présent :


Un réfor­misme isla­mi­que dans l’Algérie colo­niale. Oulémas iba­di­tes et société du Mzab (c. 1880-c. 1970).
Augustin Jomier.

A. Jomier présente, dans cette intervention, l’objet de sa thèse en histoire. Suivant  dans sa présentation son itinéraire de recherche, il nous explique l’évolution de sa problématique, les démarches suivies et les résultats auxquels il a abouti, nous montrant de la sorte, comment les oulémas ibadites se sont inscrits dans un mouvement réformiste qui dépasse leur contexte pour intégrer une sphère pan-arabique, voir pan-islamique.

Voir les vidéos.


Littérature classique :


Aux sources de la tradition narrative arabe.
Les frontières du littéraire et le rôle des genres religieux, biographiques et historiographiques (VIIe-Xe siècles apr. J-C).
Colloque international organisé en mai 2015 par l'IFPO Beyrouth.

Grace à la collaboration de l'IFPO - Beyrouth, nous vous proposons de suivre les interventions suivantes :

Récit de guerre. Une étude comparative des récits de Badr et Uhud par Ibn Hišam et al-Waqidi.
Yousef Taharraoui

La bataille de Badr a fait l’objet, dès les débuts de l’historiographie musulmane, de trois récits importants : Ibn Is??q (m. 150/767), W?qid? (m. 207/823) et Ibn Sa ‘d (m. 230/845). Cette communication traite succinctement, dans la version la plus riche, à savoir celle de W?qid?, des points suivants : les grandes articulations du récit, ses éléments constitutifs, les rêves prémonitoires, le commandement militaire et quelques scènes de batailles. Cette étude d’un récit de guerre, parmi d’autres du même auteur, contribue à l’étude des débuts de l’historiographie musulmane tout en inscrivant celle-ci dans une perspective littéraire.

 Voir la vidéo.

Le Mulud musulman ou l'écriture par collation.
LAMNAOUI Slimane.

La S?ra Nabawiyya, récit de vie du prophète de l’islam, est une narration inspirée du fond commun de la culture et de l’histoire des mentalités et croyances, s’autorisant du Musée imaginaire de l’Arabie. À partir des premiers textes d’Ibn Ish?q et Ibn Hiš?m, mais aussi des œuvres épigones, l’auteur s’interroge sur la construction du récit et la forme narrative à travers laquelle se justifie une typologie de la Nativité conforme au topos de la naissance sacrée. 

Voir la vidéo.

La biographie de Salman al-Farissi et sa place dans la sira : entre authenticité et falsification.
Brahim Jadla.

Dans les Ma??z? d’Ibn Is??q (m. 151 / 768 ), le récit se rapportant à Salm?n al-F?riss?, avec l’aspect légendaire qui s’en dégage, fut transmis de la même manière par au moins trois de ses disciples. Ces  trois  transmetteurs vivaient  à K?fa : al-Bakk??? (m. 183 / 799),  ?Abdull?h b. Idr?s (m. 192 / 807)  et  Ibn Bukayr (m. 199 / 814). D’après les sources, il s’agissait de trois transmissions écrites. En tenant compte des polémiques du début du IIe siècle de l’Hégire entre musulmans et chrétiens, mais aussi entre la jeune dynastie abbasside et ses détracteurs, cette communication part de l’absence de différences entre ces trois narrations, pour s’interroger sur leurs auteurs. Sont-elles toutes de la plume d’Ibn Is??q ? Ou bien sont-elles dues à son informateur direct, ???im b. ?Umar b. Qat?da (m. 120 / 737) ?

Voir la vidéo.

Publiés récemment :

Passé-Présent :


Comment le voile est devenu musulman.

Bruno Nassim Aboudrar,

l'auteur du livre Comment le voile est devenu musulman, éd. Flammarion, 2014, était invité au séminaire de l'ENS-Lyon Ecrire les modernités arabes le 28 janvier 2016. Il nous livre ici  une lecture inédite de la question et interroge notre perception du visible et de l'invisible.

Voir les vidéos.


Ecrire l'inattendu. Les "Printemps" arabes entre fiction et histoire.
Elena Chiti, Touriya Fili- Tullon, Blandine Valfort.

La sortie de l'ouvrage en décembre 2015 aux éditions Académia, nous a donné l'occasion de rassembler les publications  mises sur notre site du colloque international L'inattendu dans la création littéraire et artistique à la lumière des printemps arabes, qui a eu lieu en novembre 2013 à l'université Lyon 2 Lumière, et de les lier aux différents chapitres de la table des matières du livre.

 Voir la table des matières .

Maghreb :


Edouard Méric. Un offi­cier fran­çais dans la déco­lo­ni­sa­tion.

A l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage Le général Edourd Méric, un acteur incompris de la décolonisation, éd. Bouchene, Daniel Rivet a été invité à inaugurer la session 2015- 2015 du séminaire Ecrire les modernités arabes de l’ENS-Lyon.
Tel un conteur passionné par son sujet, D. Rivet nous relate la vie du général Edourd Méric. Il s’interroge sur la transformation de cet officier hors normes, né dans le bain colonial et formé dans le sérail des Affaires Indigènes au Maroc en un observateur inquiet des empires coloniaux pour enfin devenir, au dépend de sa carrière, un agent résolu et combatif de la décolonisation en Tunisie et au Maroc entre 1954 et 1956.
Cette intervention est construite autour de deux parties :

  • Première partie :

Dans cette partie, D. Rivet retrace les grandes étapes du parcours de Méric dans l’armée.
Voir la vidéo.

  • Deuxième partie :

Dans la deuxième partie, D. Rivet tente d'éclaircir les jalons qui ont transformé le général Méric, le poussant à se mettre en porte à faux par rapport à l’armée et à son état major, et le menant inexorablement à sa déchéance.
Voir la vidéo.

Passé, présent :


L'islam politique décortiqué par un romancier (La Barbe) et un politiste.
Le séminaire interdisciplinaire de l'ENS-Lyon,  Ecrire les modernités arabes, nous propose ici de confronter deux visions de l'islam politique : l'une intimiste, basée sur une expérience vécue dont nous fait part le romancier Omar Benlaala, et celle d'un chercheur politiste, Haoues Seniguer.

  • Partie 1 : la vision d'un romancier :
Revenant sur son parcourt d'ancien "barbu", Omar Banlaala, auteur du roman La Barbe, éd. Seuil, coll. Raconter la vie, 2015, nous donne sa vision de l'islam politique.
  • Partie 2 : La vision d'un politiste : Haoues Seniguer.
L'auteur du Petit précis d'islamisme : des hommes, des textes, et des idées, éd. L'Harmattan, 2013, revient sur le sujet de son ouvrage afin de nous donner une vision du processus de développement de l'islamisme depuis son apparition dans les années 1930.

langue et langues :

Dossier : La traduction littéraire :

Nous poursuivons nos publications autour du thème de la traduction avec une table ronde qui s'est tenue lors des Lumières d'ailleurs - Rencontres interculturelles de l'édition étrangère et de la traduction, organisés par le Master 2 pro TLEC de Lyon 2 en janvier 2014 au Musée des moulages à Lyon.

Le tabou de l’Autre : traduire le Monde Arabe en France :

Cette table ronde soulève la question de la sous – représentation des ouvrages en langue arabe traduits vers le français (moins de 1% de tout ce qui est traduit en France).
Animée par  Samia Kassab et Mazen Mohamad, elle réunit Touriya Fili Tullon, traductrice et Maître de conférences à L’Université Lumière Lyon 2, Juliette Ponce, éditrice et traductrice, et Emmanuel Varlet Traducteur de l’arabe, conseiller littéraire pour la maison d’édition Le Seuil.  

Voir les vidéos.


Le monolinguisme de l'arabe classique et les défis de la traduction littéraire :

Si, dans l’optique de Derrida, on ne peut s’approprier une langue et que la pureté de celle-ci est chimérique, comment des théoriciens tels que Frantz Fanon ou Ng?g? wa Thiong'o peuvent-ils discuter du rôle que joue la langue maternelle dans l’émancipation des gens, alors que Derrida met en question la validité du terme lui-même ? Et que signifie cette discussion pour les traducteurs littéraires exerçant à partir de l’arabe ou en direction de lui ?

Telles sont les questions aux quelles tente de répondre Ghada Mourad dans son article que nous vous proposons de lire ici en français.

Lire l'article en français.

Littérature contemporaine:

Cette année, la 9ème édition  des Assises Internationales du Roman nous a réservé une belle rencontre avec Mohammed Hassan Alwan, auteur  du roman Le Castor, Paris, Seuil 2015.
Cette occasion nous a permis de récolter deux textes inédits de l'auteur :

 

??????? ?? ???????.

Texte original de l'allocution de l'auteur lors de la table ronde intitulée Au coeur des émotions.
Lire le texte.

????.

Le "mot clé" qui a inspiré à l'auteur ce texte dont vous trouverez la traduction dans le Lexique Nomade de cette 9ème édition des AIR.
Lire le texte. 


Rencontre avec l'auteur Mohammed Hassan Alwan:

Dans l’interview qu’elle a faite avec lui, Nada Issa va amener l’auteur à décrypter les différentes facettes de la personnalité  de Ghaleb, le héros de ce roman familial saoudien ainsi que les liens complexes qu’il entretient avec les différents personnages de l’ouvrage.

C’est ainsi que Le Castor,  animal emblématique de la ville de Portland où se réfugie Ghaleb,  devient le reflet fragmentaire d’une famille saoudienne moderne en pleine mutations.
Voir la vidéo.

Arts :

Dossier :  le cinéma arabe après les Révolutions.
Partie II :
En écho à nos dernières publications, nous poursuivons notre thématique autour du cinéma arabe en vous proposant la double intervention de Cécile Boëx et Kmar Bendana lors du séminaire de l'ENS -Lyon Ecrire les modernités arabes , intitulée : 

Cinémas en révolution. Syrie - Tunisie.
1- Syrie :
Cécile Boëx se propose d’analyser les effets de la révolution syrienne sur la production cinématographique. Pour illustrer son propos, elle va appuyer son analyse sur l’expérience d’un collectif syrien Abou Naddara, comme exemple abouti d’une pratique cinématographique qui se pense avec les évènements et qui propose un point de vue distancier et singulier par rapports à ces évènements.

Voir les vidéos.


2- Tunisie :
Kmar Bendana nous dresse un tableau de la production cinématographique en Tunisie de ces dernières années. Elle en expose les différentes mutations et constate que  le cinéma tunisien, considéré jusque là comme un cinéma de festivals et de films d'auteurs  est en train de devenir un moyen d'expression plus direct sur l'état général de la société tunisienne.
A la faveur de l'explosion de la parole et de l'image, le cinéma tunisien participe d'une mue. Le phénomène, à peine perceptible, touche à l'extension de l'espace public (notamment en filmant des réalités jusque là timidement approchées) et à l'ouverture à des formes radicalement nouvelles.
Voir la vidéo.
Lire le résumé.


Partie I : nous vous proposons de suivre les analyses de deux jeunes chercheuses participant au colloque international tenu à l'Université Lyon II, en novembre 2013 : L'inattendu dans la création littéraire et artistique. A la lumière du "Printemps arabe".
Le traitement de l'inattendu des Révolutions arabes dans le documentaire égyptien et tunisien.
Ramla AYARI.
De l’écriture – réécriture de l’inattendu des Révolutions tunisienne et égyptienne dans le documentaire. Ramla Ayari tentera d’examiner le traitement par l’image des spécificités des deux Révolutions et  essayera d’analyser les différentes approches en fonction du fait que le réalisateur soit tunisien, égyptien ou étranger. Elle analysera, entre autres, le film documentaire d’Elyes Baccar « Rouge Parole » ainsi que celui de Mohammad Zran « Dégage » pour ce qui est de la Tunisie. Pour la partie égyptienne, elle se penchera sur le traitement de l’inattendu dans « Né le 25 janvier » d’Ahmed Rashwan, mais aussi dans le film de Youosri Nasrallah « Après la bataille ».
Voir la vidéo.

Printemps du cinéma arabe : une identité à retrouver, entre désir de créations originales et dérives inattendues...
Rym TAGA GABSI.

Dans cette communication, l'intervenante nous propose de faire un tour d’horizons de quelques films tournés avant, pendant et après les Révolutions des pays arabes.Elle analysera quelques extraits de films afin de montrer les différences avant et après la Révolution, surtout du point de vue de la liberté d’expression. Enfin, elle s'intéressera aux changements remarqués « grâce » ou « à cause » de la Révolution. Mais peut-on réellement parler de changements ? Ne sommes-nous pas en train de vivre sous une autre forme de dictature ?
Voir la vidéo.

Monde arabe :

L'homosexualité dans les mondes arabes : une géopolitique des identités.
Chossiere Florent.
Intervention dans le cadre du séminaire Ecrire les modernités arabes.
 
  Si la législation relative à l'homosexualité varie d'un pays arabe à un autre, elles relèvent toutes d'une persécution de ces populations conformément à la classification établie par l'International Lesbian and Gay Association. Pourtant, en dépit de cette situation, des villes comme Marrakech ou Beyrouth se révèlent être des destinations du tourisme gay, des mensuels gays en arabe sont publiés en Syrie ou en Algérie.
  L'homosexualité est un fait social qui ne peut pas être ignoré dans la compréhension des sociétés arabes. Mais le traitement de cette question s'avère complexe dans la mesure où elle relève à la fois de logiques locales et de logique mondiales, de dynamiques endogènes et de dynamiques exogènes aux pays arabes.

  Cet article, en combinant des approches politologiques, anthropologiques et géographiques, entend présenter différents travaux de chercheurs permettant d'analyser l'homosexualité dans les mondes arabes comme enjeu géopolitique, et d'interroger la possibilité d'émergence d'une identité gay arabe, certains voyant en effet dans l'association même de ces deux termes un oxymore culturel.

Lire l'article.

Orient-Occident :


L'universalisme en question.
Sophie Bessis.

Dans le cadre du séminaire Ecrire les modernités arabes, et en collaboration avec l’association Raja – Tikva, Sophie Bessis est venue présenter son dernier ouvrage La double impasse. L’universel à l'épreuve des fondamentalismes religieux et marchand, Paris, La découverte 2014.

Partant du constat que la crise du monde contemporain remet en question l’universalisme produit par la modernité, elle devient de fait, une crise de la modernité, celle du socle des principes universels. L’auteur  pose alors une question essentielle à laquelle elle va tenter de répondre :
L’universalisme, qui n’est plus l’apanage de l’Occident, et qui est issu des lumières, a-t-il définitivement laissé la place à d’autres constructions qui structurent les évolutions actuelles ? Ou alors ces universaux peuvent-ils apparaitre sous d’autres formes, portés par d’autres discours et dans d’autres lieux que ceux de leur naissance ?

Voir les vidéos.

 

Littérature contemporaine :


La légitimité à l'épreuve de la révolution, la fiction à l'épreuve de l'actualité. Un regard aux écrivains syriens.
Elena Chiti.


Vu comme la composante de rupture qui émerge dans tout événement révolutionnaire, l’inattendu peut être appréhendé dans la scène culturelle syrienne à travers deux axes fondamentaux. Le premier porte sur la remise en question des légitimités. A l’heure de la contestation politique, une contestation culturelle se fait jour, qui remet en cause le prestige littéraire sur la base de positions prises à l’égard du pouvoir. Le second concerne le statut même de la fiction. A l’heure où de nombreux écrivains se tournent vers des formes telles la chronique, le témoignage, l’article, ce n’est pas tant un choix de « genre » qui est en jeu, mais une volonté de renégocier son statut de producteur de fiction pour assumer un rôle de témoin oculaire de l’actualité en cours, voire de messager d’une vérité anéantie par la propagande du régime. C’est donc autour d’une politisation, voire d’une dé-fictionnalisation du littéraire, que semble se dérouler le début culturel syrien actuel.

Voir la vidéo.


Langue :


Les slogans avant et après la révolution tunisienne.
Meriem Bousselmi.

Les slogans avec Ben Ali n’étaient que des slogans imposés. On peut citer par exemple une grande redondance du chiffre 7, en 23 ans de règne, le 7 s’était installé partout : Place du 7 novembre, Rue du 7, Avenue du 7, Boulevard du 7, Aéroport du 7, Université du 7, Epicerie du 7, Pharmacie du 7, Stade du 7, Café du 7… ».Les slogans de la révolution ne sont que des mots issus du fond du cœur qui sont très expressifs. Des slogans qui expriment la colère d’un peuple et qui ne tolèrent ni réponses ni excuses.
Nous évoquerons certains des slogans les plus connus tels que «  Dégage », « Game over », « le peuple veut », « Tunisie libre, RCD out », « Tunisie libre, Ben Ali out ».
Nous essayerons tout au long de notre communication de faire une comparaison entre la langue de bois imposée par Ben Ali et le langage révolutionnaire voire postrévolutionnaire en nous focalisant sur l’analyse des slogans.
Voir la vidéo.



Bonne navigation sur le site!
NAVIGATION
Pour obtenir un affichage optimal des pages de ce site, privilégiez les navigateurs Firefox et Internet Explorer 7
Son et vidéo
Pour lire nos fichiers son et vidéo, vous aurez besoin d'un de ces logiciels (gratuits): RealPlayer Basic ou Real alternative (à privilégier avec firefox)
Lettre d'information
Fil RSS
Présentation du site et de ses objectifs
 
 
Mise à jour le 4 juillet 2016
Créé le 21 novembre 2011
ISSN 2107-7029
DGESCO Clé des Langues