Vous êtes ici : Accueil / Civilisation et société / Maghreb / Les brûlures de la colonisation :

Les brûlures de la colonisation :

Publié par Salam Diab Duranton le 21/09/2009

Dans une conférence donnée à la Bibliothèque nationale de France et en partenariat avec le magazine, l'Histoire, Benjamin Stora analyse deux aspects de l'histoire : l'histoire devenue un outil de bataille et de légitimation politiques, et la mémoire un outil politico-diplomatique dans la relation entre Etats.

Les dernières années ont été le théâtre, dans divers pays européens, d'un déferlement de commémorations, d'anniversaires et de discours sur la mémoire. Cette surabondance a installé cette notion dans un autre discours que celui de l'Histoire. L'Histoire s'est donc aussi déplacée. Elle est passée du champ disciplinaire au champ politique (lettre de Guy Moquet lue à l'école, importance donnée au drapeau lors de la campagne présidentielle de 2007...). Parallèlement à cette transformation, la mémoire est aussi devenue un outil diplomatique entre des pays anciennement ennemis. Après de longues années de silence, la France regarde son histoire avec l'Algérie. Ce conflit est pourtant envisagé de manière distincte dans les deux pays et cela même dans sa nomination : guerre d'Algérie pour la France, guerre d'Indépendance pour l'Algérie. Alors que la France ne s'éveille à cette mémoire que depuis une quinzaine d'années, l'Algérie lui a toujours donné une place prépondérante dans sa politique. En France, la parole s'est libérée par des actions menées à travers des groupes porteurs de cette mémoire (associations, manifestations, pétition...). En Algérie, la population a construit une histoire mémorielle basée sur ce conflit. Les tentatives de rapprochement ont été nombreuses ces dernières années. Elles ont abouti à un nouveau dialogue entre les deux états et cela malgré la loi de Février 2005 qui a longtemps laissé un goût amer dans la population algérienne. De plus la France comprend qu'elle ne peut aller jusqu'au bout de son projet de l'Union pour la Méditerranée initié par Nicolas Sarkozy sans l'aide de l'Algérie. Pour ce faire il est impératif que les deux pays envisagent ensemble des initiatives pour créer une Histoire commune sans frustration ni haine.

Pour citer cette ressource :

"Les brûlures de la colonisation :", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), septembre 2009. Consulté le 18/10/2018. URL: http://cle.ens-lyon.fr/arabe/civilisation/maghreb/les-brulures-de-la-colonisation-