Accès par volet
Navigation

Aller au contenu. | Aller à la navigation

  • icone-facebook

Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / Langue(s) / Le changement linguistique / Le langage en construction(s) : l'acquisition du langage, de l'observation aux approches théoriques

Le langage en construction(s) : l'acquisition du langage, de l'observation aux approches théoriques

Par Caroline Rossi : Doctorante et allocataire monitrice - Université Lumière - Lyon 2
Publié par Clifford Armion le 05/11/2009
Si l'acquisition du langage est encore un événement mystérieux pour le chercheur rompu aux analyses de productions d'enfants, comme pour tout observateur curieux, c'est peut-être parce qu'elle nous ramène à la question des origines. Mais l'origine et le développement du langage chez l'enfant nous renseignent-ils sur l'origine et le développement du langage humain ? L'objet de cet article est de donner un aperçu des théories qui ont cours actuellement, d'en expliquer l'émergence et la spécificité à partir du type de problèmes auxquels elles s'intéressent, et d'en fournir des illustrations qui permettent de comprendre et de circonscrire le champ des recherches actuelles sur l'acquisition d'une (ou plusieurs) langue(s) maternelle(s).

"Le bébé sort du ventre maternel pour tomber dans le ventre de la langue par cette fascination de la voix"

(Cabrejo-Parra, 2004 :12)

Introduction

Si l'acquisition du langage est encore un événement mystérieux pour le chercheur rompu aux analyses de productions d'enfants, comme pour tout observateur curieux, c'est peut-être parce qu'elle nous ramène à la question des origines. Mais l'origine et le développement du langage chez l'enfant nous renseignent-ils sur l'origine et le développement du langage humain ? L'idée que l'ontogenèse pourrait nous éclairer sur la phylogenèse est déjà présente chez les premiers linguistes qui se penchent sur la question -notamment Bühler (1926) qui propose une version modérée de la théorie selon laquelle l'ontogenèse récapitulerait la phylogenèse (Serres, 1824, Haeckel, 1874). Ces hypothèses ont  depuis fait l'objet de nombreuses études (Bickerton, 1990 ; Givón 1979 ; Slobin 1977, 1997) avant d'être contredites (Slobin 2004) par le fait que le proto langage de l'enfant doit à l'évidence bien plus au langage dans lequel il s'établit (le langage adressé à l'enfant) qu'à une grammaire primitive universelle (Lieven et al. 1997, Tomasello 1999). Cet argument correspond cependant à un parti pris théorique (cf. infra) et ne met par conséquent pas entièrement fin au débat. Le mystère reste donc entier. –

Pour suivre le fil de la découverte, nous partons des observables avant de traiter des hypothèses explicatives. L'objet de cet article est de donner un aperçu des théories qui ont cours actuellement, d'en expliquer l'émergence et la spécificité à partir du type de problèmes auxquels elles s'intéressent, et d'en fournir des illustrations qui permettent de comprendre et de circonscrire le champ des recherches actuelles sur l'acquisition d'une (ou plusieurs) langue(s) maternelle(s).

Nous commençons donc par quelques repères développementaux, issus d'observations menées en situation écologique (enregistrement d'interactions réalisé au domicile) ou en laboratoire. Après avoir proposé une réflexion sur le rôle et l'impact des outils théoriques qui visent à expliquer ces développements successifs, nous présentons et discutons les deux champs principaux dans lesquels s'inscrivent les recherches actuelles.

Enfin, vous trouverez en annexe une ouverture sur trois débats importants, à travers lesquels se dessinent les frontières entre ces deux types d'approches. Le premier porte sur le statut des variations observées d'un enfant à l'autre, ou d'une culture à l'autre, le second, sur l'apprentissage statistique, et le troisième sur les hypothèses liant perception, cognition et langage.

1. Premiers développements

« It thus takes many years of daily interaction with mature language users for children to attain adult-like skills, which is a longer period of learning with more things to be learned -by many orders of magnitude- than is required of any other species of the planet. » Tomasello (2003 : 2.)

Il faut plusieurs années, et des apprentissages innombrables, pour qu'un enfant devienne un locuteur compétent de sa langue maternelle. De plus, l'acquisition du langage commence très tôt, puisque le fœtus est sensible à la voix dès six ou sept mois. Afin de donner un aperçu des premiers développements langagiers, voici quelques repères indicatifs, qui restent descriptifs et jamais prescriptifs, même s'ils sont le résultat d'études scientifiques menées sur des cohortes de nourrissons. Et si les grandes étapes esquissées ici correspondent à des développements successifs, ceux-ci peuvent cependant varier, se télescoper, ils peuvent même faire l'objet de « régressions » (pour reprendre le terme anglais utilisé par D.Snow, 2006, en ignorant les connotations différentes qu'il peut avoir en français) au contact de nouveaux acquis ou d'environnements linguistiques différents (Hyltenstam, K & Viberg, A, 1993, Snow 2006)

Sur le plan perceptif, on sait aujourd'hui que bien avant la naissance, l'enfant reconnaît et manifeste une préférence pour la voix de sa mère, et que dès le quatrième jour, un bébé distingue sa langue maternelle d'une langue étrangère (de Boysson Bardies, 1996). Il manifeste aussi une sensibilité aux indices prosodiques (rythme, durée, hauteur) et aux contrastes phonémiques.

Les premières productions vocales évoluent elles aussi très vite : les cris du nouveau-né, d'abord produits par une contraction spontanée, acquièrent grâce à l'interprétation qu'en fait l'adulte une fonction d'appel, puis se différencie en marques d'étonnement, ou de satisfaction. Au bout de cinq à six semaines, le bébé se met à roucouler après avoir été nourri, il gazouille en se réveillant.

« Sur tous ces points, on peut souligner avec J. S. Bruner l'importance certes, d'une communication utilitaire, mais aussi, inversement, celle d'une activité qu'on peut appeler jeu ou source de plaisir, ainsi que l'imitation comme source propre de satisfaction et le fait qu'on va " de la communication au langage " et non pas le contraire. » (F.François, in Bresson et al., 1977).

Les développements ultérieurs vont de pair avec celui des interactions de l'enfant avec sont environnement. Entre 3 et 8 mois, le bébé commence à se tenir assis, il suit du regard plus ou moins facilement, ses mains saisissent et lâchent des objets, il reconnaît les visages et les émotions, suit le regard. Le babil augmente et présente une grande diversité : reprise en écho de certaines syllabes, réduplications, qui permettent une exploration du système syllabique de la langue. L'enfant produit alors des enchaînements complexes qu'un adulte a bien du mal à imiter. D'une manière générale, l'enfant manifeste très tôt une étonnante capacité d'imitation de tous comportements vocaux (hauteur de voix, durée des vocalisations peu à peu contrôlée) qui va s'enrichir et se préciser régulièrement. Mais il articule aussi des sons qu'il va bientôt perdre : chez les francophones, il est fréquent d'entendre le /r/ très tôt (les premiers arheu, avec des sons glottaux, souvent dans les premiers mois) puis de voir un enfant le perdre jusqu'à plus de deux ans (Boysson-Bardies, 1996).

Ensuite le babil décroit, la variété n'est plus la même. Elle se restreint à quelques alternances consonne voyelle qui correspondent à une exploration systématique des combinaisons syllabiques de la langue maternelle. Les contours mélodiques, eux aussi, ressemblent de plus en plus à ceux de la langue qu'on adresse à l'enfant. Il comprend certains énoncés en contexte. Et ce sont les premiers mots qui arrivent.

La référence & les premiers mots

Les mots sont d'abord appréhendés comme des formes sonores, que l'enfant sait reconnaître et mémoriser dès 7 mois (Jusczyk & Aslin 1995) avant de s'intéresser à leur dimension référentielle. Avec la compréhension assez précoce de certains mots ou énoncés en contexte, l'association son/sens (ou signifiant/signifié) commence à se mettre en place, mais elle est d'abord étroitement liée à une situation, à la présence de certains objets ou événements.  La question de l'accès au sens, qui est au cœur de notre compréhension de l'acquisition lexicale, se prête difficilement à des réponses qui lèvent entièrement le mystère. On le voit bien à travers la parabole de Quine (1960) qui nous interroge sur notre compréhension d'une langue qui nous serait totalement étrangère : supposons qu'un locuteur s'exclame « gavagai » en voyant passer un lapin, on pourrait formuler l'hypothèse raisonnable qu'il désigne le lapin, mais il se peut aussi qu'il parle de la couleur, de la forme, ou de l'activité de l'animal. Il en va de même pour le traitement que font les enfants des formes sonores perçues : tout au plus pouvons-nous postuler l'existence de quelques grands principes opératoires pour mettre en correspondance le son et le sens -désignation du tout plutôt que de parties ou propriétés, les mots différents ont des significations différentes (Markman, 1989, 1992).

Les compte-rendus parentaux (Fenson, L., et al. 1993, Kern 2006 pour l'adaptation française) donnent des indications riches et assez fiables sur l'ensemble du développement communicatif de l'enfant de 8 à 30 mois, et permettent notamment d'évaluer la compréhension précoce d'items lexicaux. Sur un échantillon de 1211 sujets francophones répartis en 621 filles et 590 garçons, Hilaire, Kern et al. (2001) ont dégagé trois groupes appariés en fonction du nombre de mots compris : sur les 414 items proposés, les 8-9 mois qui comprennent en moyenne moins de 50 mots, les 10-11 et 12 mois qui en comprennent entre 50 et 100 mots, et enfin, les 13 mois et plus dont les scores sont entre 100 et 200 mots. Mais ces mots qu'ils connaissent, les enfants ne les produisent pas tout de suite : les auteurs s'accordent sur un décalage de 4 à 5 mois (Benedict, 1979 ; Menyuk, 1994) qui montre que le passage de l'un à l'autre n'a rien d'évident.

Sur le plan biomécanique, la boucle audio-phonatoire désigne ce passage de la perception à la production des sons perçus. Ainsi les phénomènes de réduplication (sorte d'écho du discours adressé) s'apparentent à un entraînement phonologique, mais ils ne semblent pas constituer une étape nécessaire dans cette boucle, puisqu'on ne les retrouve pas chez tous les enfants. Ce serait plutôt un style d'acquisition, comme le suggère de Boysson-Bardies (1996).

Du point de vue de l'activité de l'enfant, on observe qu'il produit d'abord des formes stables en relation avec des situations, puis qu'il devient capable de généraliser ces usages et de les détacher de ces situations particulières -avec, souvent, des phénomènes de « sur généralisation » qui consistent par exemple à nommer « chien » tous les animaux.

Mais qu'est-ce qui permet à l'enfant d'apprendre que les mots font référence à des choses, des personnes ou des événements ? Il faut d'abord que les objets puissent être localisés et reconnus comme séparés : l'enfant qui sait désigner sait agir sur les objets à distance. En désignant un objet, il l'isole symboliquement des autres, en même temps qu'il lie des représentations nouvelles à celles qu'il a gardées en mémoire. Il y a cependant bien plus que cela dans les premières désignations, qui s'opèrent chez presque tous les enfants grâce à un geste de pointage. Le pointage marque probablement l'étape la plus fondamentale : celle qui consiste à signifier quelque chose pour quelqu'un d'autre, à attirer l'attention de l'autre sur un objet d'attention commune. Ce partage d'attention, ou triangulation, se met en place très tôt. Mais c'est seulement vers un an, lorsque l'enfant pointe pour désigner ou demander quelque chose, qu'il initie le partage et montre par là qu'il intègre à ses représentations la perspective de l'autre. Bien plus, en pointant l'enfant met en place un « lieu commun de discours et d'échange » (Brigaudiot & Danon-Boileau, 2002) un véritable thème conversationnel. En ce sens, le pointage est un geste spécifiquement humain, et de par les opérations cognitives et symboliques qu'il suppose, il articule déjà geste et langage. Tomasello suggère d'ailleurs que le langage ne soit pas autre chose qu'une forme particulière de cette aptitude au partage d'attention :

« language is nothing more than another type -albeit a very special type- of joint attentional skill ; people use language to influence and manipulate one another's attention. » (2003 : 21)

Et des études récentes montrent que pour bien comprendre le fonctionnement de ce geste, qui peut-être tantôt déclaratif, tantôt impératif, il faut en intégrer la dimension multimodale (Leroy, Mathiot & Morgenstern, 2009) : en effet, le geste comprend aussi la direction du regard en fonction des configurations toujours particulières de l'environnement, et il intègre parfois aussi des productions aux courbes prosodiques variables.

2. Les théories

Prosodie et syntaxe

La théorie linguistique distingue des niveaux d'analyses qui sont découverts et appris ensemble par l'enfant. Ces distinctions ne disent a priori rien de la façon dont l'enfant entre dans la langue, elles n'ont certainement aucune pertinence cognitive, mais nous allons voir en considérant deux d'entre elles qu'elles sont pour le chercheur des outils heuristiques importants.

Prosodie, régressions, apprentissage multimodal

« La prosodie d'une langue ne s'enseigne pas, elle se transmet » Cabrejo-Parra, 2004.

Les travaux sur l'acquisition précoce de la prosodie sont relativement récents, et restent peu nombreux au regard de ceux qui portent sur le niveau segmental : aspects lexicaux ou syntaxiques, par exemple. Comme l'explique G.Konopscynski (2000), des jalons ont été posés depuis plus de trente ans par des auteurs qui soulignaient l'importance de la prosodie dans le développement communicationnel et faisaient l'hypothèse d'une acquisition précoce des patrons prosodiques, leur attribuant non seulement une fonction expressive mais aussi des fonctions proprement linguistiques (Crystal, 1973, 1979, Bruner, 1975, Konopczynski, 1976). Cependant aucun travail empirique important n'avait été entrepris à l'appui de ces hypothèses, et ce n'est qu'à la fin des années 1980 que les méthodes instrumentales se sont développées et ont permis d'approfondir ces questions (Furrow et al. 1990 ; Marcos, 1987 ; Robb et Saxman, 1990 ; Chalumeau, 1994 ; Snow, 1997).

Il faut donc souligner l'importance des travaux sur le développement prosodique, qui montrent la nécessité de considérer ensemble plusieurs niveaux afin de rendre compte de la dimension multimodale de l'acquisition d'une langue maternelle  (Konopczynski, 2000). Ainsi par exemple, certains auteurs ont constaté que la prosodie jouait un rôle fondamental dans l'émergence de la syntaxe :

« Au moment où l'enfant commence à combiner deux mots, c'est-à-dire vers 18-20 mois, c'est la prosodie qui lui permet de créer des liens entre ces deux mots » (Konopczysnky, 1991).

Dans les premières combinaisons, ce n'est pas l'ordre des mots mais l'emplacement des pauses et les contours mélodiques qui jouent le rôle de marqueurs syntaxiques (Konopczynski et Tessier, 1994 : 174).

Ces contours fonctionnent comme des moules ou schèmes prosodiques (Konopczynski et Tessier, 1994 : 172) qui se mettent en place très tôt. Sur le plan perceptif, la sensibilité du nourrisson aux variations de durée et de hauteur, ainsi qu'aux pauses, pourrait servir d'indice pour la segmentation (Christophe et al. 1994). Dès six mois, on remarque aussi que les contours mélodiques produits par l'enfant se stabilisent et sont de plus en plus influencés par la langue maternelle. Vers 9 mois, le bébé sait reproduire la configuration mélodique spécifique des énoncés interrogatifs, énonciatifs, exclamatifs, ainsi que celle des appels et des ordres : avant les premiers mots, son langage babillé contient déjà les caractéristiques rythmiques et intonatives de sa langue maternelle (Konopczynski, G., 1990).

Mais on observe ensuite une évolution qui n'est pas régulière (Snow, 2006) car la prosodie se réorganise avec la mise en place du langage et les changements développementaux importants qui se font entre 9 et 18 mois. Vers le seizième mois, la rythmique spécifique de la langue maternelle est stable et les schèmes prosodiques désormais établis (l'allongement final du français se met en place entre 13 et 16 mois) peuvent accueillir des structures syntaxiques de plus en plus complexes (Konopczynski 1999 : 68). Cette stabilisation va dans le sens d'une simplification dont certains auteurs observent les premières manifestations dès les premiers mois de la période « charnière » : entre 10 et 12 mois (Dodane et Martel, 2008)

Cependant, à la différence du vocabulaire, de la morpho-syntaxe ou de la phonologie (Bernicot, J., Salazar Orvig, A., Veneziano, E., 2006 ; Leroy, Morgenstern & Caët, sous presse), il semble que ces courbes intonatives ne fassent pas l'objet d'un étayage explicite dans le discours adressé à l'enfant : aucune recherche ne le montre en tout cas à ce jour. Elles s'institueraient plutôt dans un accordage précoce réciproque, où les productions de l'enfant qui très tôt imite les contours intonatifs entendus, sont reprises par la mère qui à son tour en copie les contours (accordage de hauteur et de fréquence fondamentale). Les caractéristiques du langage adressé à l'enfant évoluent ensuite avec l'âge, et c'est par ce jeu mélodique que s'opère la transmission : « more than a melody, it's a real tutorial and they [the mothers] didn't even know they were doing it » (Kuhl et al. 1997).

Il semble bien dès lors que la prosodie soit considérée par les mères comme un acquis ayant fait l'objet d'une transmission précoce. Mais si les mères ne reconnaissent pas immédiatement cet usage bien particulier de la prosodie dans les énoncés qu'elles adressent à l'enfant, celui-ci manifeste très tôt et jusqu'à 19 mois une nette préférence pour ces énoncés modulés, qu'il saura même utiliser pour s'adresser à des enfants plus jeunes ou à ses peluches ! L'hypothèse d'un recours précoce à la prosodie dans l'acquisition d'une langue maternelle expliquerait aussi la relative difficulté d'apprentissage d'une langue seconde :

« Compte tenu de l'antériorité de la prosodie sur les autres dimensions du langage et de la façon dont les processus se spécialisent au cours de l'acquisition, une des difficultés pour l'apprentissage tardif d'une langue seconde pourrait provenir de la capacité décroissante du système à utiliser la prosodie en priorité, avant de porter attention au niveau segmental » (Bertoncini et De Boysson-Bardies, 2000 : 106).

Syntaxe : premières combinaisons

 

La syntaxe désigne les principes et les règles régissant l'organisation de l'énoncé : les liens entre ses différents constituants peuvent être marqués par l'ordre des mots, et/ou par la morphologie. S'intéresser à l'apprentissage de la syntaxe d'une langue maternelle revient donc à considérer les premières combinaisons présentes dans les énoncés enfantins et leurs modes de structuration successifs. Si l'on observe d'abord des modes d'articulations entre unités qui ne sont pas à proprement parler syntaxiques (au sens où il n'y a pas de  procédé spécialisé de mise en relation), les chercheurs ont souligné l'existence d'une continuité entre ces « grammaires à deux termes » (François, 1977) -qu'il s'agisse de combinaisons de mots ou d'articulation mot + geste - et la syntaxe. Le moment où l'enfant commence à combiner plusieurs termes constitue donc une étape importante de l'acquisition du langage, que l'on situe souvent vers le milieu de la deuxième année, au moment où l'on observe aussi une « explosion lexicale » (accélération du rythme d'acquisition du vocabulaire après les premiers 50 mots).

On distingue traditionnellement trois grandes étapes précédant et construisant l'accès à la syntaxe (d'après Tomasello & Brooks 1999).

1- Les holophrases (de Laguna, 1927) ou énoncés à un mot : l'enfant utilise un seul mot ou symbole linguistique pour parler d'une scène vécue. Par exemple :

2- Les pivots (Braine, 1976) : combinaisons sans syntaxe, mais qui marquent un début de distribution des différentes composantes d'une scène sur des éléments lexicaux distincts : par exemple ici la possession et la localisation.

Danon-Boileau & Morgenstern (2009) ont montré qu'il existe une continuité entre ces deux étapes, non pas au sens où il y aurait une relation prédicative implicite dans les holophrases (comme le proposait de Laguna) mais parce que la prédication se construit d'abord en dialogue, à travers les reprises et étayages adultes qui déjà associent un thème ou sujet implicite aux énoncés de l'enfant.

3- Les constructions « figées » mais avec début de marquage de rôles syntaxiques

Nous avons présenté ici un type d'approche (constructiviste, cf. infra) qui montre que l'étude de l'évolution du langage sous l'angle de la syntaxe permet de dégager des étapes et une continuité dans les premières productions langagières.

Langage et psyché, langage inné vs. langage construit

« [L'acquisition du langage] est un travail qu'on ne voit pas et qu'il faut reconstruire théoriquement». (Cabrejo-Parra, 2004).

Linguistique et psychologie

Les chercheurs qui s'intéressent à l'acquisition du langage veulent rendre compte du fonctionnement du langage de l'enfant et de son évolution, sans lien nécessaire ou immédiat avec des mécanismes cognitifs généraux. Des linguistes, des psychologues, des médecins établissent, dès le début du siècle, des journaux décrivant et analysant le développement langagier d'un ou plusieurs enfants. Ils adoptent une démarche qui n'est pas propre au linguiste, puisque le journal est aussi bien un outil de psychologue ou de naturaliste (Darwin, 1845), mais avec le journal des Stern (1907), une focalisation sur le langage semble s'opérer (Morgenstern, sous presse). Et c'est avant tout au langage comme système que le linguiste se réfère pour expliquer les productions enfantines, qui souvent s'écartent des standards de la langue adulte. Par exemple, jusqu'aux années 1970, les linguistes considéraient que les difficultés rencontrées par les enfants dans le maniement des pronoms venaient de la complexité du système linguistique, puisque la référence des déictiques variait en fonction de la situation d'énonciation (Jespersen 1922 cité par Morgenstern 2006 : 21).

Il faut souligner cependant que d'emblée, les linguistes qui abordent ces questions ont accepté l'idée, pourtant contraire à la tradition gréco-latine, que le langage est un processus plutôt qu'une forme : ils s'intéressent à l'enfant comme sujet de l'énonciation ou « apprenti énonciateur » (Morgenstern, 1995), dans la tradition des linguistiques énonciatives (Benveniste, 1966, 1970, Culioli 1990, 2002). Ils doivent accepter aussi de travailler sur des productions orales, sur un langage en construction, qui nous éloigne des grammaires traditionnellement basées sur l'écrit (Auroux, 1994).

La psychologie, elle, s'est intéressée assez tôt aux mécanismes impliqués dans l'acquisition du langage, qu'elle a abordés successivement par le biais de méthodes introspectives puis comportementales. Pour le behaviourisme, produit d'une réaction contre la pratique de l'introspection (Watson, 1924), il s'agissait d'observer le langage comme comportement proprement humain, apportant une réponse aux facteurs externes, environnementaux, conçus comme autant de stimuli. L'acquisition du langage devint alors l'apprentissage de réponses comportementales, apprentissage en grande partie passif ou en tout cas privé d'autonomie, puisque l'enfant reproduirait le comportement verbal de ses interlocuteurs familiers (Skinner, 1957). Cependant, les limites d'une telle approche sont sensibles assez tôt : le langage humain est un objet d'étude complexe et ne saurait être expliqué uniquement comme une réponse comportementale apportée à des stimuli et conditionnée par ceux-ci. Déjà Vygotsky (1933) voyait l'imitation comme indicateur des limites de ce qu'il nommait la « zone proximale de développement » (zone qui permettrait de mesurer l'écart entre le développement actuel et ce qui pourrait constituer une prochaine étape de celui-ci) plutôt que comme mécanisme d'apprentissage.

Ce que l'on appelle aujourd'hui la « psycholinguistique » désigne le point de rencontre des deux disciplines, dont les préoccupations se rejoignent clairement dans les premiers écrits de Chomsky. Depuis, linguistique, psychologie, mais aussi neurobiologie et sciences cognitives ne cessent de se rejoindre pour apporter de nouveaux éclairages sur la production et le traitement du langage (Grataloup, C., Hoen, M., Veuillet, E., Collet, L., Pellegrino, F., Meunier, F., sous presse).

Le langage, instinct ou construction ?

Pour aborder les deux types d'explication que les théories contemporaines apportent à l'apprentissage d'une langue maternelle, on peut partir de la constitution du premier champ, initiée par Chomsky lorsqu'il formule, en 1959, le problème « logique » de l'acquisition du langage comme ligne de faille du comportementalisme de Skinner (1957). L'enfant apprend un système de règles qu'il ne peut pas déduire de l'input, c'est-à-dire du langage auquel il est exposé : c'est l'argument de la « pauvreté du stimulus ». Il faut donc, logiquement, que certains principes abstraits de la grammaire soient rassemblés dans une grammaire universelle dont l'enfant serait équipé au départ : cet outil guidant l'acquisition du langage est appelé « Language Acquisition Device », puis plus simplement « Universal Grammar » (UG) :

« UG may be regarded as a characterization of the genetically determined language faculty. One may think of this faculty as a « language acquisition device », an inner component of the human mind, that yields a particular language. » (Chomsky, 1986 : 3)

Ce postulat innéiste constitue un tournant majeur des études sur l'acquisition du langage, qui continue à susciter de vives controverses : ainsi de l'ouvrage de S.Pinker, The Language Instinct (1995) qui voit dans le langage une réponse instinctive aux besoins de l'évolution. En cherchant à confirmer ou à invalider la thèse chomskyenne, celles-ci se sont peu à peu recentrées sur les dimensions cognitives que le behaviourisme avait laissé de côté (Ghimenton, 2008). C'est ainsi par exemple que le rôle de l'imitation est peu à peu redécouvert. Paula Menyuk (1968) a montré que l'enfant n'imitait que les structures qu'il connaissait déjà. En fait, l'imitation serait sélective et se produirait justement au seuil des capacités, (Kinney & Kagan 1976) comme le suggérait Vygotsky (op.cit.) au début du siècle.

Le deuxième postulat sur lequel se fonde Chomsky est celui de la productivité infinie, ou générativité des grammaires humaines, qui permettent de produire une quantité infinie d'énoncés inédits à partir d'un ensemble fini d'éléments structuraux (Chomsky, 1957).

Les théories basées sur l'usage et sur la grammaire de constructions (théories constructionnistes inspirées de Fillmore, 1982 ; Goldberg, 1995, 2006) partent du même constat de productivité infinie, mais elles n'acceptent pas la « pauvreté du stimulus » chomskyenne, et leurs conclusions sont donc bien différentes : il faut que l'enfant construise un répertoire d'items (mots et constructions) suffisamment vaste pour pouvoir en extraire des régularités. Pour Chomsky (1965) le langage adressé à l'enfant serait plein d'incorrections, de faux départs etc. En revanche, pour les théories basées sur l'usage, ces énoncés ne sont pas « dénaturés » : ils présentent au contraire certaines caractéristiques qui en font un objet d'étude intéressant (par exemple de par ses caractéristiques prosodiques exagérées, cf. supra) et sont toujours un élément à prendre en compte pour expliquer les évolutions du langage de l'enfant (Jisa & Richaud, 1994).

Autre point de discorde majeur : pour les approches constructionnistes, c'est la caractérisation de la langue adulte par la grammaire générative qui crée un fossé avec le langage de l'enfant (Tomasello, 2003) et rend nécessaire l'« hypothèse de la continuité » (Pinker, 1984), selon laquelle les représentations linguistiques de base restent les mêmes pendant tout le(s) développement(s) langagiers. Les approches constructionnistes envisagent la continuité autrement : elles se fondent sur une grammaire que l'on peut appliquer au langage de l'enfant sans postuler la connaissance innée de certains principes, et qui caractérise la compétence linguistique adulte comme un inventaire de constructions, structurées des plus centrales (ou prototypiques) aux plus périphériques. En effet, pour les théories basées sur l'usage - les grammaires cognitives ou fonctionnalistes par exemple - la structure linguistique se construit dans et par l'usage, et la grammaire est le produit d'un ensemble de processus diachroniques et ontogénétiques dits de « grammaticalisation » (Hopper, P.J. et Traugott, E. 2003 ; Bybee et Hopper 2001).

Enfin, comme d'autres approches développementales, le constructionnisme s'intéresse avant tout à ce que fait l'enfant, il cherche à caractériser les premiers usages et à comprendre comment ils évoluent. Sur la base d'observations de données écologiques, de telles théories ont ainsi pu induire, par exemple, l'existence de « catégories émergentes » (Clark, 2001) dans le langage de l'enfant, qui évolueraient pour se conformer peu à peu à celles du langage adressé.

3. L'acquisition du langage en débat

La variation

L'étude de la variation a contribué à cristalliser les oppositions entre les deux champs que nous venons de définir. D'un point de vue générativiste ou innéiste, les variations observées ne concernent que des phénomènes de surface et restent donc peu pertinentes. A l'opposé, les approches développementales considèrent que la variation nous renseigne sur les mécanismes d'apprentissage (Bates et al. 1988, Pline et Lieven, 1993).

Katherine Nelson (1973) a montré une grande variabilité interindividuelle dès l'acquisition des premiers mots : sur 18 enfants suivis, tous issus de classes moyennes, les 50 premiers mots étaient produits au plus tôt à 13-14 mois, et au plus tard à 26-27 mois. Elle a surtout révélé qu'au sein des premiers usages, les enfants manifestaient déjà des préférences, pour l'étiquetage (fonction référentielle) ou pour l'échange au cours d'activités (fonction pragmatique, sociale, expressive). Ces préférences seraient liées à des stratégies d'acquisition : la première oriente plutôt les enfants vers l'acquisition du vocabulaire (et l'on constate une certaine précocité lexicale chez ces enfants-là), l'autre vers des stratégies d'acquisition plus globales. On parle ainsi d'enfants « référentiels » vs. « expressifs ».

Cependant, cette distinction repose davantage sur une analyse des premiers mots ou « figements » holophrastiques (du type /apu/ pour dire « il (n') y en a plus ») que sur les premiers usages. Un enfant qui dit « ballon » peut vouloir jouer avec tout autant que le désigner. On ne peut donc pas classer « ballon » dans le vocabulaire référentiel, sans considération pour sa fonction pragmatique. Du point de vue de l'usage, des analyses sémantiques et fonctionnelles ont montré que les cinquante premiers mots et combinaisons sont très semblables, et ce même dans des langues différentes : les enfants auraient tous les mêmes besoins communicatifs, mais ils n'utiliseraient pas tous les mêmes formes (Clark 1979 et Slobin 1972, cités par Jisa 2003 : 116). Il faudrait donc plutôt dire que les enfants ont des stratégies communicatives différentes pour arriver aux mêmes buts, et l'examen de ces stratégies, qui ne disparaissent pas mais évoluent à mesure que les ressources deviennent plus riches et variées, permet d'envisager le développement du langage autrement que comme une série d'étapes discrètes (Ochs, 1979.)

D'une manière générale, c'est le contexte large dans lequel l'enfant acquiert sa ou ses langue(s) maternelle(s) qui nous renseigne au mieux sur les différents types de variations observées (Jisa & Richaud, 1994 : 19). On peut ainsi regrouper les variations observées en fonction de trois sources possibles :

1) Les caractéristiques formelles des langues et le traitement qu'en fait l'enfant : les problèmes d'extraction, de segmentation varient en fonction des langues mais aussi des individus. Les recherches pionnières de D. Slobin ont permis de montrer l'importance de comparaisons inter langues (« crosslinguistic studies ») dans l'explication de l'ordre et du rythme d'acquisition (1979), ainsi que des types de problèmes rencontrés par les enfants (1982).

2) Le mode d'interaction conversationnelle : une langue adressée « modulée » (Rondal 1983) au niveau phonologique (cf. supra), mais aussi sur le plan de la syntaxe et des relations sémantiques, facilite compréhension et apprentissage en dialogue.

3) Les contextes culturels, qui varieraient plutôt en fréquence et en extension, mais dont l'inventaire serait en grande partie semblable dans toutes les cultures (Ochs 1986). Ces variations s'expliquent par l'importance des contraintes conversationnelles issues de conventions sociales (Schieffelin & Ochs, 1983), mais aussi par la façon dont les parents se représentent le développement précoce de l'enfant (Ninio, 1979 ; Pêcheux, 1999), en fonction de leurs attentes, des droits et des devoirs de l'enfant  (Whiting & Whiting, 1975 ; Riesman, 1992). Par exemple, pour des parents luos ou samoans, les enfants ont un statut social inférieur, qui justifie qu'on leur adresse principalement des énoncés directifs, limitant par là même leurs productions verbales (Jisa, 2003 : 119).

L'étude des variations inter individuelles, linguistiques et culturelles permet de rendre compte de l'existence de trajectoires développementales différentes, menant toutes à l'acquisition d'une compétence de locuteur natif. Ces variations ont fait et feront encore longtemps l'objet d'études passionnantes, ne serait-ce que parce qu'elles nous donnent une idée de la complexité et de la diversité des compétences à l'œuvre dans l'acquisition du langage.

Extraction et apprentissage statistique

Les chercheurs s'opposent également sur la question de savoir comment l'enfant extrait les unités signifiantes d'un flux sonore presque continu : faut-il que l'enfant soit équipé de règles, ou se contente-t-il d'extraire des régularités présentes dans l'input ?

Dans une expérience testant des enfants de huit mois sur l'écoute de chaînes de pseudo syllabes de deux minutes, composées de suites de trois mots inventés de trois syllabes (du type « bidakupadotigolabubidakutupiropadoti ») et dépourvues d'indications phonologiques ou prosodiques sur les frontières des mots, J.Saffran et ses collaborateurs ont montré que les tout jeunes enfants étaient doués d'une capacité à repérer des séquences à partir de leurs propriétés statistiques (Saffran, Newport & Aslin, 1996). En effet, en leur faisant ensuite entendre simultanément deux nouvelles chaînes : l'une contenant les pseudo mots de la première écoute, l'autre les syllabes, mais dans un ordre différent, les enfants prêtaient immanquablement attention au flux de parole contenant les pseudo mots déjà entendus. Ils s'appuieraient donc sur des propriétés statistiques de la langue (les probabilités de transition d'une syllabe à l'autre) pour en induire la structure. De plus, ce mécanisme se perfectionnerait peu à peu pour permettre à l'enfant de prendre en compte des séquences de plus en plus complexes (Hauser, Newport & Aslin, 2001).

Précisons qu'il s'agit bien d'induction, non pas de calcul et de mémorisation : dire que l'enfant utilise les propriétés statistiques de l'input ne revient pas à parler d'un apprentissage par les statistiques, qui consisterait à calculer la fréquence des unités. C'est donc la répétition et l'automatisation ainsi produite qui seraient fondamentales. Ce constat nous oriente davantage vers une construction de la langue par l'enfant, à partir de mécanismes cognitifs généraux (qui seraient également impliqués dans la détection visuelle de régularités, par exemple), non spécifiques à l'être humain (Toro & Trobalon, 2005) et semble ainsi aller contre l'idée d'une compétence linguistique spécifique -qui pourrait être innée.

Cependant, le débat sur l'innéisme se rejoue presque à l'identique autour de cette question. En effet, pour les tenants de la grammaire universelle, l'apprentissage statistique serait impossible sans connaissances préalables de la structure phonologique  (Gambell & Young, 2004) : il s'agirait donc d'un artefact, ou du moins faudrait-il admettre que l'apprentissage statistique ne joue pas un rôle causal dans la segmentation des mots.

En revanche, pour les constructionnistes, comme pour l'ensemble des théories développementales, cet apprentissage statistique révèle l'existence d'aptitudes cognitives de première importance pour l'acquisition du langage. Celles-ci seraient même nécessaires à l'acquisition grammaticale d'une langue (Tomasello, 2003 : 29) car l'enfant détecte non seulement la répétition d'une même forme phonologique, mais aussi des patrons qui caractérisent l'usage de cette forme en contexte.

En définitive, l'hypothèse d'un apprentissage statistique, qui peut être formulée différemment en fonction de son rôle supposé dans l'acquisition du langage, a révélé une qualité de l'input jusqu'alors inexplorée : ses propriétés statistiques. Bien plus, elle a permis de mettre en évidence un mode de traitement du langage basé sur des mécanismes cognitifs généraux. A l'appui de l'implication de tels mécanismes dans l'acquisition du langage, on peut dire que même les théories générativistes qui essayent de prouver que l'apprentissage est basé sur des règles (« rule-based approach » des chomskyens) à partir de tâches d'apprentissage de grammaires artificielles (par exemple Cleeremans & McClelland, 1991 ; Kinder & Assmann, 2000) permettent de mettre en évidence l'existence de mécanismes cognitifs généraux, probablement ancrés dans la perception : en lien avec l'apprentissage statistique, Mehler et al. (2008) proposent  par exemple que la détection des relations d'identité et des éléments saillants jouent un rôle crucial.

Acquisition du langage et cognition incarnée

Nous avons vu que l'accès à la symbolisation se jouait avec les premiers gestes de pointage, qui mettent en jeu conjointement le corps, le regard, et parfois la voix. La motricité est en fait très impliquée dans l'acquisition du langage -à travers la compréhension et la production de gestes acoustiques, mais aussi des expressions du visage, par exemple (Cabrejo-Parra, 2004). Cependant, le rôle du corps et des mécanismes cognitifs généraux liés à nos interactions avec le monde environnant n'a pas toujours été pris en compte : cette question fait actuellement l'objet d'un regain d'intérêt, qui comme nous allons le voir ne s'assimile pas à entièrement à un retour à Piaget.

L'examen piagétien de la construction progressive de la connaissance et des opérations intellectuelles chez l'enfant et l'adolescent concluait à l'existence d'un rapport étroit entre l'apprentissage du langage et l'habileté motrice, c'est-à-dire entre les mots et les premières interventions dans et sur le monde. Pour Piaget, l'enfant construit son langage dans l'action, et sur la base des abstractions pré conceptuelles qui en sont issues : les schèmes, qui organisent les expériences sensorielles et motrices à la manière d'un programme d'action.  Ainsi, par exemple, les schèmes impliqués dans la saisie d'un objet ou dans l'emboîtement de deux contenants préexisteraient à la formulation d'énoncés contenant « prendre », « mettre » ou « dans ». Il y aurait, au stade sensori-moteur, des schèmes d'action réalisés directement sur les objets (toucher, taper), avant que l'enfant ne commence à agir à distance, en formulant des désignations, requêtes, commentaires, etc. Piaget considérait les premiers mots d'enfants comme « à mi-chemin entre schèmes sensori-moteurs (...) et schèmes conceptuels. » (1962, p. 221).

On retrouve des éléments appuyant les hypothèses de Piaget dans les récents développements de la théorie du geste : Calbris (2003) montre par exemple qu'un geste comme celui de couper évolue depuis la simple abstraction dérivée de l'action même, à un schéma de coupure comme interruption, via une simplification permettant d'intégrer plusieurs variantes notionnelles.

Certains travaux de psycholinguistique développementale adoptent aussi l'idée de schèmes structurant les premiers développements langagiers. Pour Lorraine McCune (2006), l'action est organisée dans la cognition du tout jeune enfant (au cours de la première année), et c'est l'interaction de l'expérience de la langue maternelle avec l'expérience cognitive, sociale et motrice qui permet de rendre compte de la signification des premiers mots. Cette première organisation serait cruciale tant au niveau du développement du langage (ontogenèse) que de l'évolution de la langue (phylogenèse) : Herr-Israel & McCune (2008) ont ainsi montré que les premiers verbes, qui sont aussi les meilleurs candidats à la grammaticalisation (« verbes modèles » de Ninio, 1999, comme come, go ou get en anglais) tirent leur sens de l'expérience sensori-motrice et de l'encodage des événements moteurs. Toutefois, alors que pour Piaget le langage se construisait sur une base conceptuelle préexistante (1962), McCune propose que la structure cognitive de la période sensori-motrice, pré langagière, ne soit pas conceptuelle, et que l'émergence des concepts accompagne et découle en partie de celle du langage.

En fait, c'est surtout ce primat piagétien de la pensée sur le langage qui a été très largement remis en cause depuis plus d'une décennie. Choi et Bowerman (1991) ont par exemple montré l'existence d'une sensibilité précoce aux catégories de la langue maternelle, qui semble contredire l'idée d'une catégorisation pré-linguisique nécessaire à la mise en place du langage. Elles substituent à cette analyse en deux temps la découverte simultanée et conjointe des formes linguistiques et du contenu conceptuel. Dans une étude plus récente sur l'acquisition des catégories spatiales en anglais et en coréen, Bowerman & Choi (2001) montrent que dès 18 mois les enfants suivent les distinctions qui sont imposées par la langue : en coréen, « kkita » désigne une inclusion ou adhérence serrée, pour laquelle l'anglais n'a pas de terme dédié. Cependant, ces résultats ne nous dispensent pas entièrement de penser l'existence et le rôle de catégories comme celles de contenant/contenu, de support (Mandler 1992, 1996). On peut aussi supposer que ces catégories sont toujours déjà linguistiques, quoique pas nécessairement grammaticalisées dans la langue que s'approprie l'enfant (Jisa, 2003). C'est le cas des catégories émergentes de Clark (2001) : catégories cognitivement et conceptuellement saillantes pour l'enfant, et dont la langue n'offre pas d'expression qui recoupe ce découpage. La catégorie de « source », par exemple, n'a pas été grammaticalisée avec « from » en anglais, mais les enfants étudiés pas Clark & Carpenter (1989) donnent cette valeur au marqueur.

On le voit, les recherches récentes décrivent l'émergence des catégories conceptuelles et linguistiques en termes d'interactions constantes, plutôt que de primauté ou de priorité des unes sur les autres.

Les neurosciences permettent de mieux comprendre ce lien entre parole, perception et pensée au sens large. D'après le modèle du système miroir, la reconnaissance des actions réalisées ou évoquées par autrui repose sur un mécanisme de résonance dans le système moteur de l'observateur (Gallese et al, 1996 ; Rizzolatti et al., 1996 ; Rizzolatti & Arbib, 1998). Ainsi, lors de l'observation d'une action, mais aussi lors de la production ou de la compréhension de mots d'action, la représentation motrice de cette action serait implicitement activée dans le répertoire moteur de l'observateur ou énonciateur, et serait ensuite appariée à l'action observée ou évoquée : le mécanisme de résonance ou de simulation serait donc le même pour le langage et pour la reconnaissance visuelle d'actions.

La linguistique cognitive apporte une caution à ce type d'hypothèses en proposant que la compréhension du sens des mots soit « incarnée » : traduction de l'anglais « embodied » (Gallese & Lakoff, 2005 ; Glenberg & Robertson, 2000). Pour Gallese et Lakoff (2005) les concepts, et particulièrement les concepts d'action, sont totalement « imbriqués » dans notre système sensori-moteur.

Cela revient à dire que la perception, avec ses réseaux de sensations, « affordances » (opportunités d'action offertes par un objet, qui seraient perçues en fonction de nos compétences motrices) et Gestalts (perceptions globales d'ensembles structurés), jouerait un rôle primordial dans la constitution et l'usage du langage, et ne serait pas seulement impliquée dans des processus de bas niveau.

Les recherches récentes sur le lien entre perception et développement langagier proposent que le sens émerge sur la base d'expériences sensori-motrices, que le langage permet précisément de rejouer (cette « simulation cognitive » est parfois même intégrée à la notion de représentation, par exemple chez Karmiloff-Smith, 1982) selon des perspectives différentes (MacWhinney, 1999). Ce serait par exemple en s'intéressant à des activités qu'ils connaissent et pratiquent que les enfants apprendraient à associer des formes aux significations et scénarios connus (Huttenlocher, Smiley & Charney, 1983). Mais à partir du constat de ce que le jeune enfant apprend les mots d'action en contexte, c'est-à-dire qu'il entend puis produit ces mots en observant ou en exécutant lui-même l'action en question (que le mot soit produit avant, pendant ou immédiatement après l'action ; cf. Tomasello & Kruger, 1992), on peut distinguer deux types d'explications liant perception et développement langagier.

La première consiste à ancrer le langage dans la perception. Pour les grammaires cognitives, perception visuelle et expérience sensori-motrice jouent un rôle central dans la compréhension de la structure syntaxico-sémantique des langues (Victorri, 2004), puisque celle-ci serait articulée sous forme de constructions comprises comme des gestalts couplant forme et signification de manière indissociable (Goldberg, 1995). MacWhinney (1999) propose même que les grammaires (temps, aspects, deixis ou agentivité) aient pour seul but d'élaborer ces « représentations » selon des perspectives différentes. L'élaboration de ces différentes perspectives ou points de vue énonciatifs serait dès lors un fait crucial dans l'acquisition des formes lexicales et grammaticales par l'enfant (Bates & MacWhinney, 1989).

Cependant, on peut aussi expliquer ce lien entre perception et langage, et plus spécifiquement entre action perçue et action évoquée, par une hypothèse plus restreinte, basée sur l'apprentissage associatif (Hebb 1949). Pulvermüller (1999, 2005) considère que les systèmes du langage et de l'action développent des liens fonctionnels réciproques chaque fois que des actions sont associées à des processus linguistiques spécifiques. Ce sont ces associations qui, selon Pulvermüller, expliquent la mise en place de réseaux fonctionnels distribués grâce auxquelles l'information peut être traitée rapidement :

« Au niveau cortical, le programme moteur nécessaire à la réalisation de l'action et la représentation neuronale du mot prononcé par les parents seraient donc simultanément activés, de sorte que les connexions synaptiques se renforcent entre les aires motrices et prémotrices et les aires classiques du langage. » (Boulenger, 2006)

Conclusion

Pour conclure, nous espérons que les réflexions esquissées ici montrent à quel point le langage est complexe, tant sur le plan de l'interaction entre le langage (qu'il soit compris comme activité ou comme faculté) et la diversité des langues, que du point de vue de ses différents niveaux, souvent considérés tour à tour par les linguistes : complexité du niveau phonologique (Marsico, Coupé, Pellegrino & Hombert, 2002) lexical ou morphosyntaxique (Parisse & Le Normand, 2006). C'est donc seulement en faisant jouer ensemble différents points de vues que l'on peut s'attaquer à la complexité de l'acquisition et du développement langagier (Sauvage, 2003). A cet égard, l'idée que le langage pourrait être abordé comme un système dynamique complexe semble particulièrement porteuse (Coupé, C., Marsico, E. & Pellegrino, F., A paraître) tout comme celle d'une « mosaïque du langage », au sein de laquelle on observe « la juxtaposition et l'intégration des parties dans un niveau supérieur de complexité. » (Robert & Chapouthier, 2006 : 154).

De nombreuses questions restent en suspens, et certaines porteront probablement sur l'idée d'un parallèle entre acquisition d'une langue maternelle et apprentissage d'une langue seconde (dorénavant L2), idée que nous avons délibérément laissée de côté. En effet, même si certaines aptitudes semblent partagées, comme l'apprentissage statistique qui s'est révélé opérant en L2 même chez les adultes (Saffran et al. 1996), dans l'ensemble la comparaison semble difficile voire dangereuse. Car l'apprentissage d'une L2 même chez les élèves les plus assidus ou les migrants les mieux intégrés ne peut se faire dans le même « bain » sonore, séméiotique, gestuel, etc. que celui qui étaye et guide constamment l'acquisition d'une langue maternelle, si bien qu'on assiste à des phénomènes de « fossilisation » (Benazzo, 2009). Peut-être faut-il rappeler aussi que sauf dans certains cas particuliers, l'acquisition d'une langue maternelle est intimement motivée par l'appartenance à une communauté de locuteurs. Pour prendre la mesure des différences quantitatives et qualitatives entre acquisition et apprentissage, nous vous invitons à lire l'article d'H.Hilton, qui montre bien aussi la complexité de l'apprentissage d'une L2 :

« Certains facteurs cognitifs et affectifs (aptitude, motivation), ainsi que sociaux (contexte d'apprentissage, rôle des adultes et des formateurs), peuvent déterminer de façon décisive les acquis en L2 » (Hilton,)

En définitive, si l'entrée étonnamment rapide du jeune enfant dans la complexité de la langue, tout comme la soudaineté de nouvelles acquisitions, ne laissent pas de surprendre chercheurs et observateurs, il semble toutefois que les approches pluridisciplinaires et multimodales permettent d'avancer toujours plus loin dans l'élucidation du mystère.

Bibliographie

Annexe : Le travail sur corpus et les suivis longitudinaux

Puisqu'elles constituent le support empirique de cet article (ou en tout cas des travaux de son auteur), peut-être faut-il dire quelques mots des méthodes d'observation privilégiées en psycholinguistique, et de ce qu'elles permettent. Nous travaillons sur des suivis longitudinaux d'enfants filmés une heure par quinzaine ou par mois, au domicile, en interaction avec leur mère ou leur père. À chaque heure d'enregistrement correspond une transcription, qui est alignée avec la vidéo grâce au logiciel CLAN[1].Voici un exemple de transcription accompagné de quelques explications.

 

Les énoncés des adultes sont transcrits en orthographe.

 

Les énoncés des enfants sont transcrits en phonétique (API) et en orthographe

 

Les données choisies sont transcrites dans leur totalité et incluent des indications détaillées sur le non verbal.

 

Que permet l'usaged'un tel outil et des conventions décrites ci-dessus ?

 

En suivi longitudinal, lorsque la transcription reste au plus près de ce que dit l'enfant (sans transformer les énoncés à un puis deux mots en phrases adultes par exemple) et est accompagnée d'une transcription en API[2], elle permet d'observer et de comparer ce qu' Halliday appelait des « stratégies sémiotiques individuelles » (Halliday, 1985), c'est-à-dire différents choix et manières de s'approprier le langage.

D'autre part, même si la présentation des transcriptions n'est pas des plus lisibles, le logiciel CLAN dispose d'atouts incontestables, notamment parce qu'il a permis d'automatiser la plupart des requêtes effectuées sur les transcriptions, par exemple l'analyse morphosyntaxique, les comptages de fréquence, les calculs de longueur moyenne d'énoncés (LME), et facilité l'extraction du son en vue d'analyses prosodiques.

Les mesures réalisées sur des suivis longitudinaux mensuels peuvent permettre d'avoir une vue d'ensemble sur certains aspects du développement langagier, qu'il faudra ensuite affiner. À titre d'exemple, les calculs de longueur moyenne d'énoncé c'est-à-dire du rapport entre le nombre de morphèmes  et le nombre d'énoncés produits  (calculé sur cent énoncés) sont un indice développemental fiable. Même s'ils ne peuvent pas vraiment être pratiqués avant 2 ans (puisqu'il faut qu'on puisse analyser les productions langagières en mots et morphèmes), ils sont bien corrélés avec l'âge chronologique de l'enfant, et constituent donc un bon indicateur dans la détection des retards de langage. La LME est un bon indice de complexité morphosyntaxique jusqu'à une valeur de 3, on peut ensuite l'analyser plus en détails pour les besoins d'une étude donnée, par exemple grâce à l'indice de complexité syntaxique (ICS) proposé par C.Snow(1972)

Ce type d'analyses a cependant des limites évidentes. D'abord parce qu'on ne peut pas suivre beaucoup d'enfants, étant donné que chaque suivi représente des années de travail : pour donner un ordre d'idée, il faut en moyenne 30 heures pour transcrire une heure d'enregistrement, sans compter le codage. Or il a été montré que, sauf peut-être lorsqu'il s'agit de très jeunes enfants, les enregistrements mensuels d'une heure représentent moins de 5% des productions effectives de l'enfant au moment où ils sont réalisés (Tomasello& Stahl, 2004). Le partage des données (notamment via la base de données CHILDES[3]) permet de remédier en partie à ce problème. Mais si l'on voulait procéder à des inventaires exhaustifs, il faudrait enregistrer les sujets en continu, et c'est ce qu'ont entrepris en 2006 un groupe de chercheurs américains dans le cadre du Human Speechome Project, dont les premiers résultats seront publiés dans les années à venir. Il reste que les productions de l'enfant seront toujours quantitativement bien inférieures à ce qu'il est en mesure de comprendre ; par conséquent le recours aux inventaires parentaux, s'ils sont remplis avec soin, peut constituer un précieux complément d'information.

Il n'en reste pas moins que dans l'analyse du langage spontané en général, comme on n'a qu'un échantillon, et que l'on ne peut donc rien inférer de l'absence de certaines formes ou structures linguistiques dans les enregistrements, il est toujours préférable d'ajouter un volet plus directif (langage provoqué ou dirigé).

[1] Ce logiciel a été développé dans le cadre du projet CHILDES (MacWhinney, 1991) et est désormais utilisé par la plupart des chercheurs en acquisition du langage.

[2] La fiabilité et la qualité du matériau linguistique que représente la transcription dépendent en effet de cet effort de « coller aussi exactement que possible au langage produit par le ou les sujets d'étude. »(Rondal, 1997)

[3] http://childes.talkbank.org/

Pour citer cette ressource :

Caroline Rossi, "Le langage en construction(s) : l'acquisition du langage, de l'observation aux approches théoriques", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), novembre 2009. Consulté le 20/10/2018. URL: http://cle.ens-lyon.fr/plurilangues/langue/le-changement-linguistique/le-langage-en-construction-s