Accès direct au contenu

 
Recherche
Retour rapide vers l'accueil

Traduction

Qu'est-ce que traduire ?

Rencontre avec Jamal Chehayed, traducteur et critique littéraire
Connu pour être l'un des meilleurs traducteurs du monde arabe (il a entre autres traduit A la recherche du temps perdu de Marcel Proust), Jamal Chehayed livre ses réflexions quant à l'acte même de traduire.

Quelle(s) place(s) pour les œuvres traduites ?

Voir la conférence d'Yves Chevrel
Intervenant dans le cadre d'une journée d'études consacrée à la place des traductions dans une bibliothèque de recherche, Yves Chevrel se place du point de vue du lecteur d'oeuvres traduites pour aborder les trois points suivants : 1/ Qu'est-ce qui indique qu'une oeuvre traduite est une oeuvre seconde ? 2/ Comment partir en reconnaissance des oeuvres traduites ? 3/ Qu'est-ce qui justifie l'existence des oeuvres traduites ?

Plurilinguisme et traduction à l'heure de la mondialisation

Lire l'article de Michaël Oustinoff
"La langue de l'Europe, c'est la traduction," selon la formule d'Umberto Eco. A l'heure de la mondialisation, le plurilinguisme s'impose comme une nécessité vitale, tant et si bien que les politiques linguistiques de l'Union européenne ont aujourd'hui pour objectif l'apprentissage par tous d'au moins deux langues étrangères. Ce plurilinguisme est possible, nous dit Michaël Oustinoff, et la traduction en est la clé.
Les langues ne sont pas interchangeables, et la traduction, qui oblige à la confrontation, en est le parfait révélateur. C'est en apprenant les langues par le biais de la traduction que l'on prend véritablement conscience des différentes visions du monde qu'elles recèlent, et révèlent. Si l'on accepte ce paradigme, on comprend alors que le rôle des enseignants est appelé à changer.

La méthodologie de la traduction, l'envers de la médaille

Ecouter la conférence de Fayza el-Qasem
Fayza el-Qasem soumet pour traduction un texte journalistique à deux publics différents : les étudiants de l'ESIT de Paris et ceux de l'Université française au Caire, en Egypte. Quel a été le résultat de cette expérience ?

Traduction et tradition

Lire l'article de Miquel Desclot
L'auteur évoque son expérience en tant que traducteur de "l'Amphytrion" de Molière et de "La Tempête" de Shakespeare ; à travers sa réflexion, surgit l'un des problèmes fondamentaux auxquels doit se soumettre celui qui souhaite exercer ce métier : la connaissance de son public et, surtout, le bagage culturel propre à son destinataire et pourtant changeant d'une nation à une autre...

Le langage du texte traduit

Voir la conférence de Tiphaine Samoyault
Intervenant dans le cadre d'une journée d'études sur la littérature générale et comparée, Tiphaine Samoyault propose quelques éléments de réflexion inspirées par son expérience de la traduction et de l'enseignement de la littérature comparée.

Traduire la voix

Lire l'article de Jacques Ancet
Ecrivain, poète et traducteur, Jacques Ancet s'interroge ici sur son métier de traducteur et revient sur sa traduction de Jean de la Croix.

Pour une approche moderne de la traduction

Lire l'article de Michael Oustinoff
Considérée, à tort, comme un frein à l'apprenstissage des langues vivantes, la traduction est aujourd'hui reléguée au second plan dans l'enseignement des langues vivantes en France. Michael Oustinoff nous propose ici une nouvelle vision de la traduction, véritable vecteur d'échanges interculturels, que l'enseignement secondaire ne peut plus se permettre d'ignorer à l'ère de la mondialisation.

Les différents procédés de traduction dans la littérature de jeunesse

Lire l'article d'Héloïse Debombourg
Contrairement aux apparences, traduire pour la jeunesse est loin d'être aisé. L'écriture destinée aux jeunes est en effet parsemée de subtilités, tant sur le fond que sur la forme. Traduire pour un public moins expérimenté culturellement et linguistiquement que les adultes oblige le traducteur à faire des choix et chaque technique comporte ses avantages et ses inconvénients. Tout l'art est alors d'assurer la lisibilité du texte source sans pour autant le trahir ni l'infantiliser, préservant ainsi la veine pédagogique, ludique et humaniste de la littérature de jeunesse.
 
 
mise à jour le 3 décembre 2013
Créé le 29 novembre 2006
ISSN 2107-7029
DGESCO Clé des Langues