Accès direct au contenu

 
Recherche
Retour rapide vers l'accueil

La langue française au rythme des dictionnaires et de leur métamorphose : de l'incunable à l'espace virtuel

La langue française écrite, née au IXe siècle ne put bénéficier d'un dictionnaire qu'au cours de la Renaissance, en 1539, au moment où l'imprimeur érudit Robert Estienne publia un "Dictionnaire françoislatin", avec l'idée qu'il rendrait un service certain aux clercs en inversant l'ordre d'entrée traditionnel : latin-français.
Au même moment, en fonction de l'édit de Villers-Cotterêt, la langue française s'installait officiellement à la place du latin dans nos textes juridiques. Une belle aventure commençait pour la langue française et l'un de ses outils privilégiés : le dictionnaire monolingue.
Ainsi, le XVIIe siècle centralisateur était-il celui de la normalisation et donc de la création de l'Académie française (1635) avec, à la fin du siècle, trois dictionnaires fondateurs : tout d'abord celui de Richelet (1680), ancêtre du Petit Robert, ensuite celui de Furetière (1690), ancêtre du Petit Larousse et, enfin, la première des neuf éditions du Dictionnaire de l'Académie française (1694).
Avec le Siècle des lumières, apparaîtrait un nouveau genre, le genre encyclopédique, assorti de planches et célébrant les progrès des sciences et techniques. L'évolution de l'imprimerie et de l'édition en ferait un monument de papier rayonnant sur l'Europe entière.
Au XIXe siècle, lorsqu'au romantisme correspond un foisonnement de la langue française, langue enseignée dans les écoles issues de la loi Guizot (1833), on bénéficie de nouveaux dictionnaires, de même que Larousse et Littré s'imposent dans la seconde moitié du XIXe siècle.
Le XXe siècle s'illustre par la démocratisation des dictionnaires en même temps que la langue française devient la langue nationale effective, parlée sur tout le territoire. La seconde moitié du siècle correspond à ce qu'il est convenu d'appeler le "demi-siècle d'or" des dictionnaires et s'achève sur une nouvelle métamorphose, celle qu'implique les supports électroniques. La mutation est profonde, tout comme celle de la langue française servie par de nouveaux moyens de diffusion.
 
 
mise à jour le 17 mars 2009
Créé le 30 janvier 2009
ISSN 2107-7029
DGESCO Clé des Langues