Vous êtes ici : Accueil / par_theme

Recherche multi-critères

Liste des résultats

Il y a 9 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Théâtre contemporain allemand et autrichien par Sylvie Arlaud , publié le 04/07/2011
Avec les pièces de Roland Schimmelpfennig (Der goldene Drache 2009, Eine arabische Nacht 2006...) et d'Ewald Palmetshofer (Hamlet ist tot 2007; Faust hat hunger 2009; Tier.man wird doch wohl noch unterschicht 2010), j'aimerais évoquer certaines particularités du théâtre contemporain de langue allemande en considérant aussi le dialogue très fructueux qui s'établit entre les auteurs et les metteurs en scène (qui ont créé leurs pièces à Vienne, Dresde ou Hambourg). La notion de crise identitaire, la question du lien entre engagement politique et écriture dramatique entrent en résonance avec les esthétiques particulières liées à l'écriture post-dramatique et serviront de fil rouge à la présentation.
type-video.png conference.png
Rencontre avec Rebekka Kricheldorf par Rebekka Kricheldorf, Mathieu Bertholet, Nicole Colin, publié le 17/02/2017
Peu connue en France, Rebekka Kricheldorf est reconnue en Allemagne comme l'une des plus talentueuses dramaturges de notre époque. Auteure d'une trentaine de pièces, elle explore la manière dont les classiques du répertoire occidental ou encore le matériau ancestral des contes et des mythes trouvent un écho dans notre monde moderne, tout en renouvelant le genre de la comédie allemande. Dans le cadre d'une soirée organisée par le Goethe-Institut de Lyon le 20 mai 2016, la Clé allemande a eu le plaisir de filmer une rencontre avec Rebekka Kricheldorf, Mathieu Bertholet, traducteur et directeur du théâtre Poche à Genève, Nicole Colin, professeur d'études germaniques et Joachim Umlauf, directeur de l'Institut, où il fut question du travail de l'auteure, des difficultés de traduction de son oeuvre, et plus généralement de la place du genre comique en Allemagne et de la réception du théâtre allemand en France. Rebekka Kricheldorf et Joachim Umlauf ont également lu un passage de la pièce "Villa Dolorosa".
type-video.png article.png entretien.png
L'actualité culturelle 2014-2015 par ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 27/11/2006
Sélection d'évènements culturels (théâtre, cinéma, expositions...) autour d'artistes ou d'oeuvres en allemand pour l'année 2014-2015.
texte.png
Brecht et son théâtre de part et d’autre du rideau : l’œuvre du dramaturge dans le conflit interallemand par Anne-Claire Paillard, publié le 11/06/2008
De 1949 à 1961, le dramaturge Brecht est l'enjeu d'un véritable conflit entre les deux Etats allemands nouvellement créés. Citoyen de la RDA, Brecht a une relation complexe avec les dirigeants est-allemands partagés entre la critique d'une œuvre non conforme aux canons de l'art socialiste, et la promotion d'un artiste de plus en plus reconnu et qui suscite, partout où il est joué, un véritable engouement. Les Allemands de l'Ouest ont, eux aussi, un rapport à son œuvre très ambivalent, car s'ils sont fiers que l'Allemagne ait fait naître un nouveau grand dramaturge reconnu dans le monde entier, ils rejettent l'engagement politique de Brecht. L'objet de cet article est d'aborder la complexité des rapports entre Brecht et les Allemands entre 1949 et 1961 et, dans une perspective plus large, de montrer à travers cet exemple comment la culture est pensée comme une arme pendant la Guerre Froide.
article.png
Les années d’exil de Brecht : « Maître Puntila et son valet Matti » par Michel Bataillon, publié le 07/10/2008
Conférence enregistrée à l'Institut Goethe de Lyon le 14 décembre 2007, en partenariat avec l'Institut Goethe,l'Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT) et le Théâtre de la Croix-Rousse.
conference.png type-video.png
Das Nachkriegstheater als Sprachrohr der deutschen Widerstandsbewegung par Marie-Christine Gay, publié le 23/12/2009
Dans l’immédiat après-guerre, des pièces de théâtre d’auteurs étrangers mais aussi allemands ont vu le jour, en particulier à Berlin, qui thématisaient la résistance allemande. Unmittelbar nach Mai 1945 wurden auf den Bühnen des deutschsprachigen Raums – insbesondere in Berliner Theatern – Stücke aufgeführt, die dem Publikum die Existenz eines deutschen Widerstands vor Augen führten. Neben ausländischen Werken befassten sich auch deutsche Autoren (Carl Zuckmayer, Friedrich Wolf, Günther Weisenborn) mit der Widerstandsthematik. Ziel dieses Beitrags ist es zu zeigen, wie umgehend nach dem Ende des Zweiten Weltkrieges das deutsche Theater eine Vielfältigkeit an Handlungsentwürfen anbot, die über Widerstandsbewegungen aufklären wollte.
article.png
"Germania Tod in Berlin" von Heiner Müller par Héloïse Cossin, publié le 07/01/2014
La pièce de Heiner Müller, censurée en RDA jusqu’en 1988, présente une structure remarquable qui met en parallèle des épisodes de l’histoire de l’Allemagne pour mettre en évidence les catastrophes qui la parcourent et nier la représentation de l’histoire défendue par le régime. L’héritage présent dans la pièce est aussi littéraire, à travers l’intertextualité et la parodie.
article.png
"Es braucht der Tat, nicht der Verschwörung": Kleist und die nationale Frage in der Hermannsschlacht par Niels Mariat, publié le 28/09/2018
Écrite en 1808 alors que les armées prussiennes subissent de lourdes défaites face à l’Empereur français, la Bataille d’Arminius de Kleist est à n’en pas douter une pièce d’une grande valeur historique. S’il est aujourd’hui couramment admis que cette pièce peut être lue comme un appel à la résistance face à l’occupation militaire française - les Germains tenant lieu d’Allemands et les Romains de Français -, il s’agit dans cet article de comprendre en particulier le rôle que joue la représentation de ces deux camps dans cet aspect politique de la pièce. Une analyse détaillée montre à la fois la finesse de l’exploitation des codes de représentation par le dramaturge et leur utilisation non moins subtile par ses personnages, lesquels, navigant entre théâtre, fiction et histoire, savent jouer de la représentation comme d’une véritable arme politique.
article.png
"Des Teufels General" von Carl Zuckmayer (1946) : ein kritisches und real wirkendes Werk aus dem Exil par Juliette Rupp, publié le 31/03/2016
Harras, général dans la Luftwaffe, est espionné par la Gestapo du fait de sa non-appartenance au NSDAP. Alors qu'ont lieu de mystérieux sabotages d'avions militaires, l'étau se resserre autour de lui, jusqu'à l'acculer au suicide. Dans cette pièce de théâtre que Carl Zuckmayer rédigea pendant son exil aux Etats-Unis, l'écrivain pose la question de la conscience individuelle et collective des Allemands restés en Allemagne sous le IIIe Reich ainsi que de la résistance au nazisme, montrant qu'une catégorisation manichéenne des attitudes face au nazisme était souvent insuffisante pour rendre compte de la complexité des situations individuelles. Notons le traitement intéressant de la figure ambivalente du héros, le général Harras, qui, par passion pour l'aviation, s'engage dans l'armée nazie, alors même qu'il rejette les idées du NSDAP.
article.png