Vous êtes ici : Accueil / par_theme

Recherche multi-critères

Liste des résultats

Il y a 51 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Andrea Maria SCHENKEL: Tannöd par Galiote D'Antin, publié le 02/07/2019
Tannöd ist der Debütroman der 1962 geborenen und in Regensburg lebenden Schriftstellerin Andrea Maria Schenkel, die zur Lehrbeamtin bei der Post ausgebildet wurde, und die für diesen packenden Krimi den deutschen Krimipreis sowie den Friedrich-Glauser-Preis 2007 erhalten hat. Ihr Anfang August erschienener neuer Roman, Kalteis, hat es gleich nach dem Erscheinen auf den dritten Platz der KrimiWelt-Bestsellerliste geschafft.
texte.png monographie.png
Entretien avec Alain Claude Sulzer par Alain Claude Sulzer, Franziska Suppee, publié le 11/06/2013
Mitten während der atemberaubenden Hammerklaviersonate von Beethoven klappt der weltberühmte Starpianist Marek Olsberg den Deckel des Flügels mit den Worten „Das war’s dann“ zu und verlässt die ausverkaufte Berliner Philharmonie. Ab diesem Moment scheint alles aus den Fugen zu geraten… Alle Figuren in Sulzers Roman haben eines gemeinsam: Auf die eine oder andere Weise verändert dieses Konzert ihr Leben.
son.png entretien.png
Alain Claude Sulzer über das Geheimnis par Alain Claude Sulzer, publié le 21/06/2013
In fast jedem Roman steckt ein Geheimnis, es ist mal größer, mal kleiner, mal über-zeugend, mal weniger, mal überraschend neu, mal alles andere als das. Aber natürlich ist das Geheimnis nicht das Privileg des Romans, es ist keine literarische Erfindung wie das Gedicht oder die Novelle. Es gehört zum Leben. Vor allem ist es etwas, worüber hartnä-ckig geschwiegen werden muß, will es seinen Namen verdienen. Ohne Geheimnisträger kein Geheimnis. Zwei sind mindestens nötig, die darüber nicht sprechen, weil das für sie gefährlich werden könnte. Einer allein genügt den Anforderungen an das Geheimnis nicht. Geheimnisse sind zutiefst menschlich. Tiere, die voreinander Geheimnisse haben, sind mir nicht bekannt.
article.png
Jonas Lüscher: "Haben Sie Humor, wenn Sie alleine sind?"... par Jonas Lüscher, publié le 10/05/2019
Ce texte inédit de Jonas Lüscher a été rédigé en avril 2018 dans le cadre des Assises Internationales du Roman (Lyon, mai 2018). Lüscher y évoque l'importance de l'humour et de l'ironie dans son écriture, qu'il voit par ailleurs comme les racines du roman.
article.png
Olga Grjasnowa: "Der Russe ist einer, der Birken liebt" par Olga Grjasnowa; Anne Lemonnier-Lemieux, publié le 30/01/2015
Olga Grjasnowa wurde 1984 in Baku, Aserbaidschan, in einer russisch-jüdischen Familie geboren. Neuester Roman: Die juristische Unschärfe einer Ehe, Hanser Verlag, 2014.
type-video.png article.png
Julia Schoch par ENS Lyon La Clé des Langues, Julia Schoch, Teresa Hiergeist, publié le 06/02/2010
Ce dossier sur l'auteur est-allemande Julia Schoch est composé de deux ressources : une analyse littéraire de son roman "Mit der Geschwindigkeit des Sommers", et la lecture de deux extraits de ce même roman accompagnée de questions posées à l'écrivain.
dossier.png
Julia Schoch: "Mit der Geschwindigkeit des Sommers" par Teresa Hiergeist, publié le 06/02/2010
Julia Schochs "Mit der Geschwindigkeit des Sommers" ist der melancholische, gefühlvolle Nachruf einer namenlosen Ich-Erzählerin auf ihre Schwester, welche sich in einem Hotelzimmer in New York das Leben genommen hat. Rückblickend werden die Erlebnisse heraufbeschworen, die zu ihrer Daseinsmüdigkeit geführt haben könnten. Es handelt sich dabei um einzelne Episoden, die um eine Liebesgeschichte herum angeordnet sind. Der Roman ist der Versuch einer Rekonstruktion der Gefühlswelt einer Schwester, die aufgrund der familiären Bande ganz nah, in ihrem Handeln jedoch unverständlich und fremd wirkt. Die Erzählung wird zum verzweifelten Versuch, das Unverständliche zu verstehen, das Ungreifbare fassbar zu machen.
article.png
"Das siebte Kreuz" von Anna Seghers als Bestandteil des literarischen Erbes der DDR par Aurélie Cachera, publié le 04/10/2013
Le roman d’Anna Seghers, Das siebte Kreuz, paru en 1942 pendant l’exil de l’auteur, raconte la fuite de sept prisonniers d’un camp de concentration. Des sept platanes qui doivent leur servir de croix une fois rattrapés, un seul restera vide. Le roman, dédié aux antifascistes, témoigne du combat d’Anna Seghers contre le national-socialisme et fait partie de l’héritage laissé par la littérature de RDA. Das siebte Kreuz wurde in der DDr zur Pflichtlektüre. Das Buch erzählt die Flucht von sieben Häftlingen aus dem Konzentrationslager Westhofen in der Provinz Rheinhessen im Herbst 1937. Von den sieben aufgestellten Baümen, an denen die Flüchtlinge aufgehängt werden sollten, bleib nur einer leer.
article.png
Treffen mit Julia Schoch par Julia Schoch, publié le 06/02/2010
Présentation, lecture d'extraits et réponses à quelques questions posées sur son ouvrage "Mit der Geschwindigkeit des Sommers" par l'auteur Julia Schoch.
son.png telechargement.png
Andrea Maria Schenkel : "dunkle Geschichten" par Evelyn Wiesinger, publié le 09/04/2009
Andrea Maria Schenkel est déjà un auteur reconnu qui a obtenu à deux reprises le Prix du Polar allemand pour ses « petites histoires sombres », ((Tannöd)) (2006) et ((Kalteis)) (2007). Son dernier roman, Bunker, vient de paraître. Entretien avec Andrea Maria Schenkel autour de l’écriture, du genre policier et de la place des femmes. Andrea Maria Schenkel hat zweimal den Deutschen Krimi Preis erhalten für ihre dunkle Geschichten. Ihr dritter Roman, ((Bunker)), ist gerade erschienen. Eine Diskussion mit Schenkel über das Schreiben, das Genre Krimi, das Frauenbild in Deutschland.
son.png article.png entretien.png
Andrea Maria Schenkel : "dunkle Geschichten" par Evelyn Wiesinger, publié le 09/04/2009
Andrea Maria Schenkel est déjà un auteur reconnu qui a obtenu à deux reprises le Prix du Polar allemand pour ses « petites histoires sombres », ((Tannöd)) (2006) et ((Kalteis)) (2007). Son dernier roman, Bunker, vient de paraître. Entretien avec Andrea Maria Schenkel autour de l’écriture, du genre policier et de la place des femmes. Andrea Maria Schenkel hat zweimal den Deutschen Krimi Preis erhalten für ihre dunkle Geschichten. Ihr dritter Roman, ((Bunker)), ist gerade erschienen. Eine Diskussion mit Schenkel über das Schreiben, das Genre Krimi, das Frauenbild in Deutschland.
son.png article.png entretien.png
"Der Untertan" de Heinrich Mann, un roman psychologique ? par Anne Lemonnier-Lemieux, publié le 31/01/2009
Anne Lemonnier-Lemieux analyse le personnage principal Diederich Heßling de Der Unetrtan de Heinrich Mann à la lumière de l’essai de Freud presque contemporain du roman puisque paru en 1921 et intitulé Massenpsychologie und Ich-Analyse. Il en ressort que le comportement de Diederich, individu de masse projetant sur la figure de domination qu’est Guillaume II, s’explique aussi par des ressorts psychologiques tels que le refoulement, l’identification à la masse et le complexe oedipien. Der Autor geht an den Roman Der Untertan von Heinrich Mann auf eine originelle Weise heran. Der Untertan hat einen unwiderlegbaren historischen und politischen Anspruch. Die Hauptfigur Diederich Heßling wird anhand von Freuds Essai Massenpsychologie und Ich-Analyse analysiert. Daraus geht hervor, dass Diederichs Verhalten, der ein Masseindividuum ist, auch psychologisch erklärt werden kann (Verdrängung, Identifizierung mit der Masse, Ödipuskomplex).
article.png
Les Assises Internationales du Roman - Villa Gillet par ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 30/06/2015
La Clé des Langues est née en 2007, comme les Assises Internationales du Roman organisées par la Villa Gillet. C'est avec grand plaisir que nous suivons année après année cet événement de dimension internationale, qui réunit des écrivains, journalistes, artistes, chercheurs, scientifiques et penseurs pendant une semaine de débats et de créations intenses. Vous trouverez sur ces pages les ressources publiées par La Clé des Langues en partenariat avec la Villa Gillet, notamment des entretiens et des textes rédigés par des auteurs germanophones à l'occasion des AIRs.
article.png
Maxim Leo im Interview par Maxim Leo, Mareike Boldt, publié le 31/10/2018
L'auteur berlinois Maxim Leo était l'invité des Assises Internationales du Roman organisées par la Villa Gillet en mai 2017. A cette occasion, il a accepté de répondre à nos questions sur son roman "Haltet euer Herz bereit", dans lequel il dépeint l'histoire de sa famille est-allemande, véritable RDA en miniature.
texte.png entretien.png
"Der Untertan" d’Heinrich Mann et la tradition du "Bildungsroman" : éléments de réflexion par Frédéric Teinturier, publié le 02/02/2009
Le roman Der Untertan entretient avec la tradition du Bildungsroman de langue allemande un rapport à la fois évident et complexe : Heinrich Mann reprend les éléments constitutifs du genre mais présente une négation stratégique de ce type de roman. En outre, la parodie ou le retournement du roman d'éducation hérité du XVIIIe siècle ne sont pas la seule allusion à l'histoire littéraire dans ce roman parfois contradictoire. Heinrich Manns Roman steht mit der Tradition des deutschen Bildungsromans in einem zugleich deutlichen und komplexen Verhältnis. Heinrich Mann nimmt die Elemente des Bildungsromans wieder auf, stellt aber eine strategische Negierung dieses Genres vor. Die Parodie des Bildungsromans aus dem 18. Jahrhundert sind nicht die einzigen Anspielungen auf die Literaturgeschichte.
article.png
Julia Franck par Julia Franck, Catherine Dolt, publié le 15/06/2010
Julia Franck, 1970 in Berlin geboren, erhielt 2007 den Deutschen Buchpreis für ihren erschütternden Roman, Die Mittagsfrau, der das Schicksal einer Frau im 20. Jahrhundert schildert. Der Prolog erzählt, wie Helene ihr Kind 1945 in einer Bahnhofshalle alleine zurücklässt. Das Buch wurde inzwischen in 35 Sprachen übersetzt.
type-video.png
"Der Untertan", tableau critique de son temps par Alain Muzelle, publié le 03/02/2009
Heinrich Mann dans "Der Untertan" critique la bourgeoisie wilhelminienne, son matérialisme, son culte de l'argent. Il dénonce sa fascination pour une classe aristocratique qui pourtant les méprise, fascination servile incarnée par Diederich Heßling, ce sujet de l'empereur. Cette critique s'exprime tant dans le détournement ironique du genre romanesque du roman d'éducation que dans l'usage de la satire et la multiplication des perspectives narratives, qui empêchent l’identification du lecteur. Heinrich Mann in Der Untertan hat vor, die wilhelminische Gesellschaft satirisch darzustellen. Er kritisiert den Materialismus des Bürgertums, die Verehrung des Geldes. Er denunziert die Faszination der kleinen Bürger für die Aristokratie, die sie verachtet, die unterwürfige Faszination von Diederich Heßling. Diese Kritik drückt sich durch die parodistische Benutzung des Bildungsromans aus, die durch die Satire und den Wechsel der Erzählperspektive jegliche Identifizierung mit den Romanfiguren verhindert.
article.png
Christoph Hein : "Weibliches Schreiben" par Christoph Hein , publié le 15/06/2012
„Mit dem Herzen in der Hand gehen sie auf die Welt und die anderen zu, ungeschützter dadurch, empfindsamer, aber auch gefährdeter.“ Unterscheidet sich ein „weibliches Schreiben“ von einem „männlichen Schreiben“? Der Standpunkt eines männlichen Autors, Christoph Hein, der in Der fremde Freund (1982) oder in Frau Paula Trousseau (2007) in die Haut einer Erzählerin schlüpft.
article.png
Christoph Hein et Nicole Bary: "Frau Paula Trousseau" par Christoph Hein, Nicole Bary, Marie-Laure Durand, publié le 28/03/2011
Une rencontre entre Christoph Hein et Nicole Bary autour du roman Frau Paula Trousseau (2007) au Goethe Institut de Lyon le 22 mars 2011.
type-video.png article.png
Interview mit Husch Josten: "Hier sind Drachen" par Husch Josten, publié le 22/06/2018
En mai 2018, Husch Josten était l'invitée des Assises Internationales du Roman organisées par la Villa Gillet à Lyon. A cette occasion, elle a accepté de répondre aux questions de Laurie Durand au sujet de son dernier roman, Hier sind Drachen (2017 im Berlin-Verlag), publié en français sous le titre Wittgenstein à l'aéroport (2018 chez Grasset).
texte.png entretien.png
Etwas Lebendiges in der Welt par Arno Geiger, publié le 25/06/2015
Dans le cadre des Assises Internationales du Roman, Arno Geiger livre sa conception de l'art, une quête de l'éphémère, de l'approximatif, et son aversion envers l'art total épris de pureté et de perfection.
article.png
Wolfgang Hermann: Der weite Weg nach Frankreich par Roman Kaiser-Mühlecker, publié le 25/10/2017
Le 27 avril 2017, Wolfgang Hermann était invité à l'Institut Goethe de Lyon pour présenter son roman "Abschied ohne Ende" à l'occasion de sa parution en français chez Verdier sous le titre "Adieu sans fin", traduit par Olivier Le Lay. Dans cet article, Roman Kaiser-Mühlecker, lecteur à l'ENS de Lyon, décrit le long chemin parcouru par Wolfgang Hermann avant de rencontrer son public français avec son récit Abschied ohne Ende, qui a remporté un franc succès critique et commercial.
article.png
Das Wien des Fin de Siècle in Arthur Schnitzlers "Weg ins Freie" par Laure Gallouët, publié le 04/10/2010
Arthur Schnitzler (1862-1931) wird oft als ein für Österreich typischer Schriftsteller bezeichnet. Im Jahre 1908 veröffentlichte er seinen ersten Roman, Der Weg ins Freie, der im Wien 1898 angesiedelt ist. Schon die Übersetzung des Titels ins Französische (Vienne au crépuscule) ist ein Hinweis darauf, dass Wien und das besondere Flair des Fin de Siècle eine wichtige Rolle im Roman spielen. Die Handlung zeigt die Entwicklung der Liebesgeschichte zwischen Georg von Wergenthin, einem Vertreter der Aristokratie, und der bürgerlichen Anna Rosner. Es wird im Folgenden untersucht, inwiefern Arthur Schnitzler ein Spiegelbild der Wiener Gesellschaft um die Jahrhundertwende darstellt.
article.png
Rencontre Ingo SCHULZE / Alain LANCE par Ingo Schulze, Alain Lance, Pierre Deshusses, publié le 01/12/2008
Ingo Schulze a présenté le 20 septembre 2008 à la Bibliothèque municipale de Lyon son roman « Neue Leben », traduit en français par Alain Lance et Renate Lance-Otterbein, et paru en 2008 sous le titre « Vies nouvelles » chez Fayard. L'auteur et son traducteur sont accompagnés de Pierre Deshusses, enseignant et traducteur. « Vies nouvelles » est un « faux roman épistolaire » (Alain Lance). L'auteur se présente comme l'éditeur de lettres qu'Enrico Türmer, écrivain contrarié, a échangé avec différents personnages entre janvier et juillet 1990, au moment où ce graphomane aux ambitions littéraires déçues se tourne vers le journalisme puis vers l'édition. La correspondance retrace la métamorphose d'« un écrivain malheureux en un homme d'affaires heureux ».
type-video.png conference.png
Husch Josten: "La société post-attentat(s). Über Erlösung" par Husch Josten, publié le 25/04/2019
Ce texte inédit de Husch Josten a été rédigé le 23 mars 2018 dans le cadre des Assises Internationales du Roman (Lyon, mai 2018). Il traite de la société post-attentat(s), c'est-à-dire des réactions de la société occidentale face au terrorisme et se penche sur le concept de rédemption.
article.png
Interview mit Jonas Lüscher par Jonas Lüscher, publié le 28/06/2018
L'auteur suisse Jonas Lüscher était l'invité des Assises Internationales du Roman de Lyon, organisées par la Villa Gillet en mai 2018. A cette occasion, il a accepté de répondre à nos questions, évoquant son quotidien d'écrivain et ses deux derniers ouvrages, Frühling der Barbaren et Kraft, pour lesquels il a reçu de nombreux prix, dont le Schweizer Buchpreis en 2017.
type-video.png entretien.png
Wolfgang Hermann: Abschied ohne Ende par Wolfgang Hermann, Roman Kaiser-Mühlecker, publié le 25/10/2017
Le 27 avril 2017, Wolfgang Hermann était invité à l'Institut Goethe de Lyon pour présenter son roman "Abschied ohne Ende" à l'occasion de sa parution en français chez Verdier sous le titre "Adieu sans fin" (traduit par Olivier Le Lay). Ce récit bouleversant raconte dans une langue très dense et élégiaque l'impossible deuil d'un père qui perd son fils adolescent.
type-video.png entretien.png
L'Autriche des écrivains par Josef Winkler, publié le 26/06/2015
Ce texte fait partie des actes de la neuvième édition des Assises Internationales du Roman, organisées par la Villa Gillet en mai 2015 à Lyon. Josef Winkler y décrit la fascination qu'il éprouva pour les textes de Jean Genet alors qu'il était jeune homme.
article.png
Christa Wolfs "Kindheitsmuster". Der schwierige Umgang mit der Kindheit im Nationalsozialismus als literarischer Gegenstand par Nicolas Batteux, publié le 07/10/2016
Le roman "Kindheitsmuster" de Christa Wolf, publié en 1976, a marqué son époque en prenant à bras-le-corps le problème douloureux de la confrontation de l'individu avec le passé nazi. Dans cette oeuvre, Wolf examine de manière distanciée sa propre existence sous les traits du personnage de Nelly. La nécessité impérieuse de se remémorer le passé débouche sur une structure narrative complexe, dans laquelle Nelly, adulte, se lance dans l'écriture pour revenir à ce passé profondément problématique, qui a entraîné la dislocation de son être. Finalement, Nelly parvient à dire "je" et à réconcilier les différentes strates de son passé. C'est ainsi que coïncident dans le roman la fin de la confrontation avec le passé et la fin du processus thérapeutique que constitue l'écriture pour Nelly, montrant par la même occasion le rôle essentiel que joue la littérature aux yeux de Christa Wolf dans le travail de mémoire.
article.png
"Frau Paula Trousseau" de Christoph Hein ou l'itinéraire d'une femme peintre dans l'ex-RDA et dans l'Allemagne réunifiée par Emmanuelle Aurenche-Beau, publié le 01/10/2015
Dans cet article sur le roman "Frau Paula Trousseau" de Christoph Hein, Emmanuelle Aurenche-Beau centre son étude sur l'existence de Paula en tant que peintre et la situe dans le contexte de la RDA et de l'Allemagne réunifiée. Elle se penche sur les procédés littéraires par lesquels Hein parvient à faire saisir au lecteur la complexité d'une vie d'artiste entre pressions idéologiques, contraintes économiques et histoire personnelle.
article.png
"Adam und Evelyn" von Ingo Schulze par Louise Sampagnay, publié le 14/02/2014
Le roman d’Ingo Schulze porte dans son titre l’empreinte de l’héritage biblique. Les allusions au texte biblique traversent le texte ; le péché originel est commis par Adam, lorsque celui-ci trompe Evelyn. Adam et Evelyn sont confrontés à deux paradis possibles, de part et d’autre du Mur : celui de l’Est, règne du socialisme, et celui de l’Ouest, paradis de la société de consommation.
article.png
Franzobel: "Das Floβ der Medusa" par Franzobel, Olivier Mannoni, Joachim Umlauf, publié le 29/12/2018
Dans le cadre d’une soirée organisée par l’Institut Goethe de Lyon le 12 octobre 2018, La Clé des Langues a eu le plaisir de filmer un échange entre l’auteur autrichien Franzobel, le traducteur Olivier Mannoni et le directeur de l'institut Joachim Umlauf à l’occasion de la sortie française du roman "A ce point de folie. D'après l'histoire du naufrage de la Méduse" aux éditions Flammarion (titre original : "Das Floß der Medusa"). Ont été abordées des questions aussi diverses que la genèse de l’œuvre, le parallèle avec la question actuelle des naufrages de migrants en Méditerranée, ainsi que la dimension de la satire sociale et du grotesque.
type-video.png entretien.png
Interview mit Abbas Khider par Abbas Khider, Jana Gulyas, publié le 31/03/2017
Le 17 mai 2016, Abbas Khider était invité à Lyon pour parler de son roman "Brief in die Auberginenrepublik" à l'occasion de sa parution en français chez Piranha sous le titre "Lettre à la république des aubergines". La Clé des Langues a eu le plaisir d’interviewer Abbas Khider sur la place Bellecour à la suite de cette soirée d'échanges à la librairie Decitre. Au cours de cet entretien, il évoque notamment ses rituels d’écriture et aborde la question de l’intégration en Allemagne, tout d’abord du point de vue de son parcours personnel puis en relation avec la question actuelle des réfugiés.
type-video.png entretien.png
Das Erbe des Roten Wiens: Licht, Luft und Sonne für die Arbeiterschaft par Roman Kaiser-Mühlecker, publié le 24/06/2016
Dans cet article, Roman Kaiser-Mühlecker part du constat du prix peu élevé des loyers pratiqués à Vienne. Cette situation puise ses racines dans l'expérience fascinante que constitua la construction de logements sociaux dans la Vienne socialiste des années 1919 à 1934. L'auteur revient sur cette histoire en expliquant les fondements de cette expérience politique, architecturale et sociale à la fois très progressiste et unique en Europe. Il détaille ensuite les idées austromarxistes qui donnèrent naissance à un tel projet avant d'exposer les attaques virulentes dont Vienne la Rouge fut l'objet à l'époque et de rappeler les conditions dans lesquelles cette expérience inédite prit fin en février 1934.
article.png
"Aller Tage Abend" de Jenny Erpenbeck par Anne Lemonnier-Lemieux, publié le 03/10/2015
Ce roman nous emporte dans un voyage au fil du XXe siècle, nous menant d'une petite ville de Galicie où vit une famille juive, à Vienne en 1919, puis en URSS entre 1938 et 1944, en RDA à la fin des années cinquante, et pour finir dans l'Allemagne réunifiée des années 1990-1992. On suit ainsi, à partir d'un enracinement juif en Europe centrale, les chemins de la persécution et de l'assimilation, avec à chaque étape une mort possible et ses conséquences, et tout du long, la difficulté de dire l'histoire véritable de la famille, en particulier quant à la violence dont elle a été victime.
article.png
Nom et verbe, extrait de "Atemschaukel" de Herta Müller par Emmanuelle Prak-Derrington , publié le 28/01/2011
Ces paroles de Herta Müller prononcées peu de temps avant qu’elle ne reçoive le prix Nobel de littérature en 2009, éclairent l’extrait de son roman Atemschaukel étudié ici. L’indicible, ce sont les préparatifs du bagage avant le départ pour la déportation dans un camp de travail soviétique et les tout derniers moments passés en famille. Pour dire la douleur et la séparation, Herta Müller choisit l’effacement de la subjectivité et le minimalisme syntaxique, levés par la phrase prononcée par la grand-mère dont le narrateur fera son talisman.
article.png
Abbas Khider: Brief in die Auberginenrepublik par Abbas Khider, Jana Gulyas, publié le 27/03/2017
Né à Bagdad en 1973, Abbas Khider est libéré de prison après avoir purgé une peine de deux ans pour raisons politiques et il parvient à fuir son pays. Commence alors un long exil qui le mènera jusqu’en Allemagne, où il obtient l’asile politique au terme d'innombrables démarches. Il est aujourd’hui un écrivain reconnu, collectionnant les prix littéraires comme le Chamisso-Preis, qui lui est décerné cette année. La Clé des Langues a eu le plaisir de filmer, dans les locaux de la librairie Decitre, une soirée d’échange entre Abbas Khider et Joachim Umlauf, directeur de l’Institut Goethe de Lyon, à l’occasion de la sortie en français du roman Lettre à la république des aubergines (Brief in die Auberginenrepublik, 2013) chez l’éditeur Piranha.
type-video.png article.png entretien.png
Nellja Veremej: "Berlin liegt im Osten" par Nellja Veremej, publié le 29/08/2014
Nellja Veremej était l’invitée du Goethe Institut de Lyon pour une lecture de son premier roman "Berlin liegt im Osten", animée par Anne Lemieux, maître de conférences en littérature allemande à l’ENS de Lyon.Une rencontre en allemand et en français, grâce à la traduction de Romain Becker. La lecture est suivie d’un entretien mené par Anne Lemieux. Dans cette deuxième partie, il est question des parallèles possibles entre "Berlin liegt im Osten" et la peinture magistrale de Berlin faite par Döblin dans "Berlin Alexanderplatz". Nellja Veremej est interrogée par le public sur son rapport à la langue allemande, qui est sa langue d’écriture mais n’est pas sa langue maternelle et reste pour elle une langue qui lui « résiste ». Nellja Veremej ne se reconnaît pas vraiment dans la dite littérature de la migration (Migrationsliteratur), chacun faisant l’expérience du départ et de la migration à plus ou moins grande échelle au cours de son existence.
type-video.png entretien.png
Agnes Göppel, héroïne romantique, inadaptée à "la dureté des temps" par Aline Le Berre, publié le 29/01/2009
Aline Le Berre se penche sur le rôle d’Agnes Göppel, amante malheureuse, repoussée par Diederich dans Der Untertan d’Heinrich Mann. S’appuyant sur plusieurs modèles littéraires (Fontane, Stendhal, Flaubert), Heinrich Mann oppose les aspirations romantiques d’Agnes, son caractère introverti, contemplatif et soumis, au tempérament petit-bourgeois, grégaire et matérialiste de Diederich, dont la double personnalité se dessine en surimpression. Agnes s’avère cependant un personnage plus complexe qu’il n’y paraît, à la fois « femme fragile » mais aussi femme autonome qui finit par s’insérer dans la société bourgeoise. Agnes Göppel wird im Roman der Untertan von Heinrich Mann von Diederich abgestoßen. Heinrich Mann stützt sich auf mehrere Vorlagen (Fontane, Stendhal, Flaubert) und setzt das romantische Temperament Agnes’, ihre zurückhaltende, passive und unterworfene Haltung, dem kleinbürgerlichen, ehrgeizigen und der Masse unterworfenen Charakter Diederichs, der eine sehr ambivalente Persönlichkeit ist.
article.png
Comment finir ? La fin et l’après-la-fin dans les récits de fictionWie soll man schließen ? Über das Ende und das “Nach-dem-Ende” im fiktionalen Erzählen par Emmanuelle Prak-Derrington , publié le 31/08/2012
Le récit est lié à la successivité temporelle ; parler de la fin, cela veut donc dire parler aussi de l'après-la-fin, et tous les récits inscrivent leur explicit dans un entre-deux, entre le visible (les derniers mots, le point final) et l'invisible (le blanc terminal). C'est le choix de l'auteur d'inclure ou d'exclure la dimension du re-commencement et de l'après-la-fin, qui ferme ou au contraire ouvre le récit, lui donne une tonalité dysphorique ou euphorique. L'article se penche sur deux types de conventions clausulaires qui semblent être les réponses universelles à la question "comment finir" que pose tout récit : la fin comme fin ultime, avec la mort du personnage, fin mimétique par excellence qui fait coïncider la disparition du récit et sa "saturation", et la fin comme "happy end", défini non pas comme "tout est bien qui finit bien" mais comme "tout est bien qui augure bien". La dernière partie, consacrée à la répétition, évoque ensuite le procédé, qui, en unissant incipit et explicit, fin et commencement, s’affranchit du temps linéaire et crée un hors-le-temps, où le passé côtoie le présent. La boucle réflexive de la répétition, parce qu’elle touche forme et/ou fond apparaît alors comme le procédé de clôture ou d’ouverture suprême. Die Wahlverwandtschaft von Zeit und Erzählen soll hier anhand verschiedener Formen der Schlußgebung untersucht werden. Jeder Romanschluß schwebt zwischen dem Geschriebenen und dem Nichtgeschriebenen, dem Sichtbaren (den letzten Wörtern, dem Schlußpunkt) und dem Unsichtbaren (der endgültigen Leerstelle). Es ist die Wahl des Autors, die Dimension des Nach-dem-Ende ein­‑ oder auszuschließen, seiner Erzählung eine offene oder geschlossene Form, eine euphorische oder dysphorische Stimmung zu geben. Unter den zahlreichen Romanschlüssen werden zwei der konventionellsten Typen vorgestellt: das Ende als letztes Ende mit dem Tod der Hauptfigur, in dem sich erzählte Zeit und Erzählzeit überschneiden, und das Ende als Zwischenende, in der Form des happy ends, das nicht als “Ende gut, alles gut” sondern als “Alles ist gut, was Gutes verspricht” aufgefasst werden soll. Der dritte und letzte Schlußtyp, der hier erwähnt wird, die Wiederholung, vereinigt Anfang und Ende, Willkommen und Abschied. Der reflexive Kreis der Wiederholung (der Form und/oder des Inhalts) befreit die Erzählung von der linearen Zeit, schafft eine Zeit-außerhalb-der-Zeit, wo Vergangenheit und Gegenwart ineinanderfließen, und erweist sich als äußerst kuntsvolles Verfahren, um den Roman abzuschließen oder neu zu eröffnen.
article.png
"Es braucht der Tat, nicht der Verschwörung": Kleist und die nationale Frage in der Hermannsschlacht par Niels Mariat, publié le 28/09/2018
Écrite en 1808 alors que les armées prussiennes subissent de lourdes défaites face à l’Empereur français, la Bataille d’Arminius de Kleist est à n’en pas douter une pièce d’une grande valeur historique. S’il est aujourd’hui couramment admis que cette pièce peut être lue comme un appel à la résistance face à l’occupation militaire française - les Germains tenant lieu d’Allemands et les Romains de Français -, il s’agit dans cet article de comprendre en particulier le rôle que joue la représentation de ces deux camps dans cet aspect politique de la pièce. Une analyse détaillée montre à la fois la finesse de l’exploitation des codes de représentation par le dramaturge et leur utilisation non moins subtile par ses personnages, lesquels, navigant entre théâtre, fiction et histoire, savent jouer de la représentation comme d’une véritable arme politique.
article.png
Christoph Hein: Willenbrock und Frau Paula Trousseau par Christoph Hein, publié le 03/02/2016
En octobre 2015, Christoph Hein était l'invité du Goethe Institut de Lyon pour une soirée de lectures et d'échanges au sujet de deux de ses romans, "Willenbrock" (2000) et "Frau Paula Trousseau" (2007). Cette soirée, animée par Nicole Colin, Professeur à l'Université d'Aix-Marseille et par Joachim Umlauf, directeur du Goethe Institut lyonnais, fut l'occasion pour Hein d'évoquer son enfance et sa scolarité entre Est et Ouest, d'expliciter sa vision de la RDA et de préciser l'influence du conflit est-ouest puis de la réunification sur son oeuvre.
type-video.png texte.png entretien.png
« West-östlicher Divan / Divan d'Orient et d'Occident » de J. W. von Goethe par Laurent Cassagnau, Charles-Henri de Fouchécour, publié le 06/05/2013
Le Divan d’Orient et d’Occident est typique d’un trait culturel allemand qui veut que la culture allemande se définisse par le rapport à l’autre. L’identité allemande s’inspire de l’altérité, de la culture de l’autre, pour se définir elle-même. Laurent Cassagnau, maître de conférences à l’ENS de Lyon et auteur d’une nouvelle traduction du Divan parue en 2012 aux Belles Lettres, explique le détour de Goethe par la culture orientaliste, passage qui nourrit une réflexion sur le temps : quel rapport entretenir avec le passé ? Comment recevoir les œuvres anciennes ? La discussion entre Laurent Cassagnau et Charles-Henri de Fouchécour, spécialiste de la littérature persane classique, illustre l’idéal du dialogue entre l’Orient et l’Occident.
article.png conference.png son.png
Judith Zander : "Dinge, die wir heute sagten" par Marie-Laure Durand, Judith Zander, publié le 31/10/2012
Als ihre Mutter Anna stirbt, kommt Ingrid mit ihrer Familie aus Irland zur Beerdigung nach Bresekow, ein abgelegenes Dorf in Vorpommern. Mit der Rückkehr Ingrids in ihr Heimatdorf kommen den Menschen in Bresekow längst vergessen geglaubte Geschichten wieder in den Sinn. Einige beginnen, sich an Ingrids Flucht in den Westen zu erinnern. Aus der Perspektive neun Protagonisten heraus erzählt Judith Zander die komplexen Menschenbeziehungen in einem Dorf der ehemaligen DDR. Geheimes und Verschwiegenes kommt langsam ans Licht und klärt sich allmählich durch die Kombination der einzelnen Aussagen und Selbstgesprächen. Neben den Perspektivwechseln machen treffende Bilder, messerscharfe Beobachtungen und Sprachspiele den besonderen Reiz des Romans aus und lassen deutlich die Lyrikerin erkennen.
type-video.png
Bettina Brentano von Arnim: eine Wegbereiterin des Feminismus? par Catherine Dolt, publié le 06/06/2011
„Sybille des Romantismus“, „Kobold“, „ewiges Kind“, „Dichtermuse“, „politische Publizistin“... all diese Bezeichnungen beziehen sich auf Bettina von Arnim, was die Komplexität ihrer Persönlichkeit an den Tag legt. Bettina Brentano von Arnim ist einerseits als provokantes, unbesonnenes „Kind“ und andererseits als tapfere Frau bekannt, in einer Zeit, in der die Bevormundung der Frauen als naturgegeben galt. Bettina von Arnim, die Schwester von Brentano, gilt als Vorläuferin der Frauenemanzipation. Sie konnte bahnbrechend ihren eigenen Weg verfolgen und sich dank des Schreibens emanzipieren in einer Zeit, als die Frauenfrage langsam zum Thema wurde und die ersten Frauenbewegungen im Zuge der Revolution entstanden. Ihre Erziehung, ihre Umgebung und ihre Begegnungen haben ihr zum feministischen Bewusstsein verholfen. Die Französische Revolution, der Vormärz und die Revolution von 1848-1849 gelten als Aufbruchsjahre für die Frauenfrage und die Frauenbewegungen.
article.png
Le romantisme allemand dans la littérature et la pensée par Jean-Charles Margotton, publié le 14/12/2010
Jean-Charles Margotton resitue le courant romantique dans le contexte historique et socioculturel de son époque (fin du XVIIIe-début du XIXe siècle), par rapport aux courants de pensée dont il se nourrit (l’idéalisme, le piétisme) et ceux dont il se distancie (Aufklärung, classicisme, matérialisme…). Les œuvres majeures du romantisme sont visitées à travers les motifs littéraires et les principes de l’idéologie romantique. Le héros romantique, souvent influencé par une rencontre avec un personnage étranger ou étrange jouant le rôle de médiateur, est animé par une aspiration vers un ailleurs et s’efforce de transposer dans le réel cette tension vers l’idéal. L’utopie côtoie alors la fascination pour l’obscurité et les thèmes sombres. Eine Reise durch die Literatur der Romantik. Die wichtigsten Werken, die romantische Motive, der romantische Held sehnt sich nach einer idealen Welt.
conference.png type-video.png
Kohärenz und Vorstellungswelt bei Textanfängen par Marie-Hélène Pérennec , publié le 07/03/2010
Les incipit de romans mettent en place un monde fictif que les lecteurs se représentent à l’aide de scénarios, scripts, frames pour reconstituer la cohésion et la cohérence du texte. Dieser Artikel zeigt wie textanfänge eine fiktive Welt entstehen lassen. Der Leser gewinnt durch Szenarios, frames, skripts eine Weltvorstellung und rekonstruiert die Kohäsion und Kohärenz des Texts.
article.png
Friedrich Nietzsche et la musique par Dorian Astor , publié le 06/07/2009
La méfiance de Nietzsche pour l'abstraction du langage l'amène à se tourner vers la musique qui joue dans sa vie et sa philosophie un rôle exceptionnel. Nietzsche entend interroger l’art dans son rapport à la vie et à la connaissance. Interprétant la musique comme le reflet des valeurs de son temps, sa critique de Wagner en qui il crut voir un temps l’artiste capable de réconcilier l’apollinien et le dionysiaque avant de reconnaître et de rejeter avec virulence les relents nihilistes et destructeurs de vie de la musique wagnérienne, n’est pas un simple jugement esthétique ; elle a un fondement philosophique. Nietzsche misstraut der Sprache. Die Musik spielt eine wichtige Rolle in seinem Leben und in seiner Philosophie. Die Musik widerspiegelt die Werte seiner Zeit: nachdem er Wagners Oper lobgepriesen hat, die das Apollonische mit dem Dionysischen in Einklang bringen, wendet er sich von ihm ab, weil er darin Nihilismus und Zerstörung des Willen zur Kraft sieht.
article.png
"Nußknacker und Mausekönig", conte de Hoffmann par Aline Le Berre, publié le 04/05/2009
Dans Nußknacker und Mausekönig, tous les ingrédients du conte populaire sont présents: recours à des types plutôt qu'à des caractères, trame narrative conventionnelle, large place accordée au merveilleux. Il est question d'un casse-noisettes, qui se révèle être un prince envoûté, et d'une petite fille, Marie, appelée à le délivrer en surmontant un certain nombre d'épreuves. Pourtant Hoffmann, reste un écrivain ambivalent, qui pratique en virtuose la célèbre ironie romantique. Aussi met-il en place un système de distanciation par l'utilisation du grotesque, de la parodie, de l'inadéquation. Ecrivain du XIXe, il entreprend toute une réflexion sur le conte populaire qui passe par la distanciation ironique.
article.png
La composante réaliste, entre rupture et fidélité : Grit Poppe, Annett Gröschner, Jana Simon, trois jeunes auteures des nouveaux Bundesländer par Anne Lemonnier-Lemieux, publié le 05/05/2008
Anne Lemonnier-Lemieux s'interroge sur le rapport des auteurs de la jeune génération au réalisme socialiste tel qu'il a été énoncé en 1934 par Maxime Gorki et théorisé par Georg Lukács, et surtout à la tradition réaliste de RDA, telle que l'ont pratiquée les auteurs est-allemands qui dérogeaient déjà aux principes officiellement prescrits (Christa Wolf, Franz Fühmann, Günter Kunert...). La réflexion s'appuie sur trois romans de jeunes auteures nées en Allemagne de l'Est (Andere Umstände de Grit Poppe (2000), Moskauer Eis d'Annett Gröschner (2002) et Denn wir sind anders de Jana Simon (2002)) ayant tous trois pour toile de fond l'ex-RDA. Bien que le ton diffère, ils ont en commun de décrire le parcours de « personnages jeunes et déjà à bout de souffle », en quête de repères politiques, moraux, sociaux, familiaux, et dont l'histoire personnelle est intimement liée à la fin du régime est-allemand. S'il semble évident que les trois romans s'éloignent des préceptes du réalisme socialiste tant dans la représentation - ou l'absence signifiante - des idéologies politiques que dans les choix esthétiques, dans quelle mesure s'inscrivent-ils dans le courant réaliste né en RDA à la fin des années 60 ?
article.png
"Wer spricht?" Über Tempora, Pronomina und Grenzverwischungen in Christa Wolfs "Kein Ort. Nirgends" par Emmanuelle Prak-Derrington, publié le 06/03/2008
Christa Wolfs Bücher gehören zu den meistgelesenen Werken deutscher Schriftsteller im Ausland. Ihre Werke rufen bei dem Leser entweder ungeteilte Zustimmung oder auch heftige Ablehnung hervor. In diesem Aufsatz wird untersucht, warum ihre Prosa, die oft als « Bekenntnisdichtung » beschrieben wird, auch eine « stellvertretende » Dichtung ist - eine Dichtung, die neben den Stimmen der Figuren immer die Stimme des Lesers mit einbezieht. In « Kein Ort. Nirgends » werden nämlich die Grenzen zwischen der Frühromantik und der DDR, zwischen Fiktion und Nicht-Fiktion, zwischen Autorin und Leser, kunstvoll verwischt. Wann sagt wer wem was? Wer spricht? Die Mehrdeutigkeit des Lesepakts, der Gebrauch des Präsens, der Pronominalwechsel, schließlich der Gebrauch des deiktischen WIR werden untersucht, als die wichtigsten linguistischen Mittel, die zu diesen Grenzverwischungen beitragen. Gezeigt wird, wie diese Mittel erlauben, die damalige Zensur zu umgehen und die Kritik an den Verhältnissen in der DDR zu verschleiern.
article.png