Vous êtes ici : Accueil / par_theme

Recherche multi-critères

Liste des résultats

Il y a 6 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Les faux-amis en français et en espagnol. Changement de sens et polysémie par Mari Carmen Jorge, publié le 18/03/2010
Quand on compare les langues il faut avoir recours à une reconstruction sémantique : on cherche les choses et les notions qui correspondent aux unités linguistiques. Si on part d'une analyse en diachronie on peut trouver des mots qui se sont conservés dans une langue avec une valeur différente de celle qu'ils avaient dans la langue d'origine. Ainsi le terme abbé (dont l'origine signifiait « père ») a en français la valeur de « chef d'une communauté religieuse ». Il est possible que deux langues différentes utilisent un même terme issu d'une autre langue, mais chacun dans un sens différent ; c'est le cas de quitter et quitar. Il peut arriver aussi que, pour un terme polysémique, une valeur coïncide avec celle qu'il a dans l'autre langue ; ce serait le cas de tirer et tirar. On parle dans ces cas de faux-amis. Dans certains cas, les faux-amis n'ont aucun rapport étymologique. Ainsi on est arrivé à sol (« suelo ») et sol (« soleil »), entre autres, à partir d'origines différentes.
article.png
L’apprentissage du lexique dans le français des affaires : imprécisions et ambiguïtés lexicales dans la pragmatique de la traduction français – espagnol/espagnol – français par Mercedes Eurrutia Cavero, publié le 24/03/2010
Le lexique des affaires apparaît comme un tout extrêmement chaotique, reflet de la multiplicité du réel. Nous analyserons dans la présente étude les matériaux lexicaux dont disposent les deux systèmes linguistiques en contraste (français et espagnol) pour exprimer ce domaine spécialisé. Cette description contrastive à partir des documents authentiques mettra en évidence les concordances ainsi que les différences existantes entre ces deux langues, ce qui milite en faveur d'un apprentissage efficace du lexique.
article.png
Les différents registres de langue et les néologismes : quelles stratégies pour leur traduction ? par Maria Dolores Espinosa Sansano, publié le 18/03/2010
On aborde dans ce travail certains problèmes de traduction que présentent les registres de langue familier et populaire en français, ainsi que les néologismes - en particulier les emprunts à d'autres langues -, quand il s'agit de les refléter dans la langue cible, dans ce cas l'espagnol, afin de ne pas appauvrir l'expressivité du texte. Nous essaierons d'y apporter des solutions à partir d'exemples tirés de différents types d'écrit : interview, essai, roman et message publicitaire.
article.png
Les jeux de mots dans la presse française et leur traduction en espagnol par Maryse Privat, publié le 18/03/2010
Les jeux de langage sont fréquents au sein du discours journalistique et particulièrement dans les titres d'articles de quotidiens comme Libération, où l'imagination semble être au pouvoir. Ces jeux linguistiques reposent sur des expressions et des constructions syntaxiques figées. Le problème est double pour un lecteur non francophone entrant en contact avec cette facette de la culture de l'autre. Le premier obstacle est la reconnaissance et la compréhension du jeu de mots, et le second serait une traduction du jeu de mots dans sa langue. Le français et l'espagnol sont deux langues proches mais la recherche de la conservation de l'originalité à tout prix peut faire long feu et s'avère souvent décevante.
article.png
La motivation des unités phraséologiques (UF) françaises et espagnoles à composante végétale par Annette Falk, publié le 25/08/2009
Communément appelées expressions idiomatiques, les unités phraséologiques comme au ras des pâquerettes, haut comme trois pommes, comer pimienta, estar en el ajo se situent à cheval entre la motivation, entendue comme existence d'un lien entre signifiant et signifié, et l'arbitraire caractérisé par l'absence de ce lien. Partant de la motivation, nous nous sommes attachés dans le cadre de notre mémoire à montrer que cette notion est aussi problématique que complexe dans le sens où elle dépend de nombreux facteurs. Nous en avons fait abstraction en proposant la considération de points de vue sur la motivation, des mécanismes de motivation ainsi que des savoirs impliqués.
article.png
Le substantif pouvoir par Dominique André-Moncorger, publié le 09/10/2015
Le substantif pouvoir est un déverbal, né de la nominalisation des emplois pléniers du verbe pouvoir, à la polysémie importante qui a peu été étudié du point de vue sémantique. Son sens plénier de capacité de faire ne semble pas être dévolu à un domaine bien délimité, il participe de ces mots à concepts imprécis et flou, selon la remarque de Walther von Wartburg. Il sera défini en fonction des actants du pouvoir, qui eux peuvent avoir des valeurs très différentes.
article.png