Vous êtes ici : Accueil / par_theme

Recherche multi-critères

Liste des résultats

Il y a 11 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Insurrection, the Paris Commune, and Leaves of Grass par Betsy Erkkilä, publié le 15/11/2018
Professeure invitée à l'ENS de Lyon, Betsy Erkkilä (Northwestern University) a donné une série de conférences sur Leaves of Grass de Walt Whitman. Dans cette deuxième conférence, elle explore l'influence des insurrections populaires en France sur le langage démocratique utilisé dans Leaves of Grass et sur la structure des différentes éditions du recueil.
type-video.png conference.png
The Whitman Revolution: Why Poetry Matters par Betsy Erkkilä, publié le 12/11/2018
Professeure invitée à l'ENS de Lyon, Betsy Erkkilä (Northwestern University) a donné une série de conférences sur Leaves of Grass de Walt Whitman. Elle revient ici sur l'aspect révolutionnaire de la poésie de Whitman.
type-video.png conference.png
How Healing Are Books? par Pierre Zaoui, publié le 22/01/2013
The idea that novels, theater, or poetry often help us live, that they help us feel cleansed or feel stronger, more energized, more alive, or that they at least help us survive by giving us the boost we need to hang on a little longer, is not simply a constant topos of literature, be it western, eastern, or universal. It is an indisputable truth for those who make use of it, whether they write it, read it, comment on it, or transform it into a first-aid kid of maxim-prescriptions and citation-medicines to use as needed.
article.png
De The Adventures of Master F. J., à The Pleasant Fable de George Gascoigne, ou de l’art d’échapper à la censure par Anne Geoffroy, publié le 22/11/2011
George Gascoigne (1542-1577) est probablement l’un des premiers auteurs élisabéthains à s’être engagé dans la voie de l’expérimentation radicale avec la publication, en 1573, de son recueil intitulé A Hundred Sundrie Flowers, florilège mêlant poésie, récit en prose et théâtre. Cependant, après la décision de la Haute Commission de rejeter le recueil, Gascoigne se vit contraint de réviser son projet littéraire et plus spécifiquement son récit en prose, A Discourse of The Adventures of Master F. J., dont l’intrigue semblait s’inspirer de certaines histoires scandaleuses à la cour. Un nouvel horizon semble toutefois se profiler lorsque l’auteur choisit de métamorphoser sa narration en pseudo-traduction dans une seconde version (The Pleasant Fable of Ferdinando Jeronimi and Leonora Valasco, translated out of the Italian Riding Tales of Bartello). De fait, la translation générique s’accompagne d’un travail de repentir...
article.png
Langston Hughes : poète jazz, poète blues par Frédéric Sylvanise, publié le 21/02/2011
Langston Hughes (1902-1967) fait partie de ces poètes qui ont nourri leur travail de l'exploration d'autres arts, en l'occurrence de la musique et des arts plastiques. Omniprésente dans des pans entiers de sa carrière, la musique n'a pas fait office chez lui de simple source d'inspiration, mais d'une sorte de matrice à un travail d'alchimie : déplacer les rythmes du jazz ou du blues vers le territoire poétique, c'est-à-dire « adapter » le langage musical au langage poétique.
article.png
L'"in-decency" keatsienne ou ce qu'être Cockney veut dire : Redéfinir l'anglicité au siècle romantique par Caroline Bertonèche, publié le 27/11/2008
Cet article illustre la quête identitaire du jeune Keats, génie païen émergeant de la classe moyenne et consumé par la tuberculose. En réaction aux critiques des "aristocrates de l’imagination" de son époque, qui transposent l’ "indécence" de ses origines et de sa condition dans les enfantillages de son écriture, Keats se distingue en cherchant une légitimité certaine dans l’authenticité d’un anglais plus ancien, celui de Chaucer ou de Shakespeare. C’est ce désir d’anglicité qui amène Keats à se réapproprier un style ancien et lui ouvrira le chemin de l’immortalité. Pour illustrer le propos défendu, Caroline Bertonèche nous propose ensuite quelques extraits de poèmes à exploiter en classe.
article.png
John Keats - Bibliographie critique par Caroline Bertonèche, publié le 24/10/2008
En ouverture de notre dossier sur John Keats, Caroline Bertonèche nous propose une bibliographie assez complète. La première partie de la bibliographie (Editions des poèmes et lettres et Bibliographies) est commentée, afin d'aider l'enseignant à faire son choix.
bibliographie.png
Fiche de lecture : Book of Longing, Leonard Cohen par Mélanie Roche, publié le 03/05/2008
Cohen's poetry – the title of the book makes no mystery of it – deals essentially with longing: longing for women, for God, or simply truth. What emerges from the whole book is the idea of an irretrievable loss. From the beginning, we learn that in spite of the author's retreat on Mount Baldy, enlightenment has hardly touched him: he has found neither God nor any essential truth.
article.png
Poésie, chose publique, prose commune : De Wordsworth à Coleridge par Eric Dayre, publié le 14/03/2008
Avec les Ballades Lyriques, Wordsworth et Coleridge expriment leur rejet de la diction poétique héritée du XVIIIe siècle et prônent un recours au langage simple et authentique du quotidien. Pour ces poètes fortement influencés par la Révolution française, ce projet esthétique se double d'un enjeu politique : la diction poétique est assimilée au despote en place dont l'autorité repose sur une mystification rhétorique à laquelle il convient d'opposer une incroyance critique (« disbelief »). Confrontés, comme tous les romantiques anglais, au rapport entre prose et poésie, ils tentent de reproduire le langage épuré des propriétaires terriens plus ou moins instruits dans une « prose rythmique » qui contient par là-même l'utopie d'une république pastorale. Cet idéal démocratique connaît ensuite une évolution. Si Wordsworth poursuit cet idéal jusqu'au bout, Coleridge, lui, est amené à reconnaître que le style humble de cette prose se distingue profondément du langage des habitants de la campagne. Il abandonne dès lors cette idée et redéfinit la prose moderne comme l'expression d'un « langage figuré de la pensée », faisant référence à l'imagination du poète intellectuel, et par là même réservée à une élite restreinte capable d'une illumination et d'une autonomie conceptuelle dont, dans un second temps, le discours des hommes pourra bénéficier.
article.png
La naissance du roman en Angleterre au XVIIIe siècle par Anne Dromart, publié le 14/02/2008
Après la grande époque de la poésie, la prose revient au goût du jour vers la fin du XVIIe siècle en Angleterre pour progressivement s'épanouir en une forme nouvelle au cours du XVIIIe siècle. Les "novels" qui apparaissent sous les plumes de Defoe, Richardson, Fielding et Sterne se démarquent des "romances" qui les avaient précédées et se caractérisent par une attention portée à la vraisemblance des faits narrés.
article.png
Le modernisme par Anne Fauré, publié le 08/11/2007
Nouvelle manière de penser l'art, en rupture avec le réalisme du XIXème siècle, le modernisme est le produit d'un monde caractérisé par des bouleversements socio-économiques, politiques, philosophiques et technologiques. Anne Fauré nous présente ici la littérature moderniste, littérature de crise et de mise en crise.
article.png