Vous êtes ici : Accueil / par_theme

Recherche multi-critères

Liste des résultats

Il y a 11 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Qu'est-ce qu'un acte d'écriture ? Analyse d'un cas : les promesses de mémoire adressées aux morts du 11/9 par Béatrice Fraenkel, publié le 29/01/2015
Dans le cadre de la construction d'une anthropologie pragmatique de l'écriture, Béatrice Fraenkel, anthropologue et directrice d'étude à l'EHESS, interrogera cette notion, à partir d'une analyse de cas : celui des "promesses de mémoire" (ex. "we will never forget you") recueillies à New York après le 11/9. Il s'agira à la fois de proposer une analyse des énoncés comme actes de langage (Austin), comme acte d'écriture, en prenant appui sur leur matérialité (affichage, autographie, signature etc) et la situation dans laquelle ils sont produits, et de proposer une interprétation concernant la mémoire promise par ces actes d'écriture, en prenant appui sur les travaux d'Arendt, d'Halbwachs et de Ricoeur.
type-video.png conference.png
Brigitte Gauthier : Pina Bausch et la mémoire corporelle par Brigitte Gauthier, publié le 07/12/2015
Brigitte Gauthier envisage la mémoire corporelle comme un outil pour repenser la fabrication d’un spectacle, au-delà de l’analyse universitaire. Elle l’applique aux spectacles de Pina Bausch, qui se fait l’ambassadrice des cultures à travers ses chorégraphies, et dont la contemporanéité se situe dans la création d’outils d’écriture et de procédés dramatiques.
type-video.png conference.png
William Finnegan on Memory and Non-Fiction par William Finnegan, publié le 09/10/2017
A l'occasion des Assises Internationales du Roman (2017), William Finnegan a écrit un texte sur la mémoire et la non-fiction.
texte.png monographie.png
Sens de quelques petits riens dans le roman d’Arundhati Roy, The God of Small Things par Fabienne Labaune, publié le 30/05/2011
Cet article se propose d'analyser le sens des petits riens qui donnent leur titre au roman. Ils seront vus comme un système de signes qui renvoient d'abord à la société et sont au service de la satire. Mais le déchiffrage de ces signes invite à voir le roman comme un palimpseste et les petits riens comme les signes de l'expérience traumatique ou de ses traces, donc comme les signes de l'exercice de la mémoire. Enfin, on montrera que les petits riens valent pour eux-mêmes, dans leur fragilité, et qu'ils renvoient à une conception de l'enfance et plus largement de l'écriture.
article.png
Rencontre avec Paul Auster et Siri Hustvedt par Paul Auster, Siri Hustvedt, Clifford Armion, publié le 13/02/2018
Le 17 janvier 2018, la Villa Gillet a permis à 9 classes de lycée de rencontrer les auteurs Paul Auster et Siri Hustvedt. Les questions portaient principalement sur les nombreux écrits de Siri Hustvedt ainsi que le dernier roman de Paul Auster, 4, 3, 2, 1.
son.png texte.png entretien.png
Ghost Dog: The Way of the Samourai / Ghost dog : la voie du samouraï (Jim Jarmusch – 1999) par Lionel Gerin, publié le 15/03/2017
Avec Ghost Dog, Jarmusch s'attaque à un autre genre, le film noir, pour lequel il revient paradoxalement à la couleur. Un tueur à gages, Forest Whitaker, adepte du code d'honneur des samouraïs de l'époque médiévale, vit simplement, connu seulement sous le nom de Ghost Dog. Il considère comme son maître un mafieux qui lui a autrefois sauvé la vie. À cause d'un témoin gênant, au cours de l'exécution d'un contrat, il devient lui-même la cible de la mafia. Film sur la transmission, sur la confrontation des anciens et des modernes, sur la conscience de l'histoire, cette œuvre ravira les cinéphiles et enchantera les autres.
type-video.png article.png
To Kill a Mockingbird / Du silence et des ombres (Robert Mulligan - 1962) par Lionel Gerin, publié le 06/03/2017
La voix d'un enfant chantonne pendant que sa main ouvre une boîte. Contre-plongée. Nous découvrons un crayon, des fusains, des pastels, des billes, une clé, des pièces, un petit couteau, une montre, et deux figurines de bois. Puis la main se saisit d'un fusain, commence à écrire, à dessiner. Le titre et les noms défilent, toujours sur fond de chansonnette insouciante, bientôt couverte par une belle musique. La montre, pourtant sans aiguilles, laisse entendre un tictac imaginaire. Le temps, l'histoire peut commencer.
type-video.png article.png
Remembering 9/11 - Politics of Memory par Marita Sturken, Claire Richard, publié le 31/03/2014
One of the reasons I was interested in trying to unpack the meanings of kitsch memory culture, say for instance in relationship to 9/11, is precisely the ways in which it creates this culture of comfort, that allows us to feel reassured. And that allows us to not confront the larger questions, about the project of American empire, about the project of national identity, about our priorities and our values as a nation, and about the kind of sacrifices that we have demanded on those serving in the armed forces, and all of the ways in which many families and many communities were really devastated by the wars in Iraq and Afghanistan...
type-video.png texte.png entretien.png
Family Histories par Ian Buruma, publié le 16/12/2013
When I was at primary school in the Netherlands in the late 1950s and early 1960s, history was still taught as a story of great men, kings, generals, national heroes, and of course great villains, mostly foreigners. In our case, this meant a succession of Williams of Orange, Admiral Tromp, Philip II, the Duke of Alva, Napoleon, Hitler, and so on. As a reaction to this kind of thing, historians of the left began to focus on systems: fascist, late capitalist, communist, totalitarian. Hannah Arendt’s take on the Eichmann trial, though not the work of a typical leftist, contributed to this tendency, as did the work of Adorno. I have often suspected that they favored systemic analyses, because they couldn’t bring themselves to face what had gone so badly wrong specifically in their beloved Germany. The responsibility of Germans, such as Heidegger, was not the issue; it had to be a systemic failure.
article.png
Kate O'Riordan: Visions of Ireland - A writer's view par Kate O'Riordan, publié le 17/09/2013
A Londoner by adoption, Kate O’Riordan grew up in the small city of Bantry on the west coast of Ireland. With Le Garçon dans la lune, published in 2008 and Pierres de mémoire, in 2009, O’Riordan signed two new remarkable opuses in which she questions family relationships. A novelist and short-story writer, Kate O’Riordan also writes for the cinema and continues to confirm her legitimate place among Irish authors who count. She came to the Villa Gillet to take part in a discussion on 'Ireland by Irish writers'.
article.png
Distant Voices, Still Lives (Terence Davis - 1988) par Lionel Gerin, publié le 18/06/2015
Voix distantes parce que lointaines. Et vies bien vivantes (à l'opposé des natures mortes que suggérerait une traduction littérale). Instantanés plutôt, qui prennent/reprennent vie. Photos. Photos de famille. Mariages, baptêmes, décès. Liverpool, années 40 et 50. Une famille ouvrière. Un père violent. Une mère aimante. Premier long-métrage de Terence Davis, Distant Voices, Still Lives est un coup d'essai de maître. L'enfance, l'adolescence revisitées, on connaît. Pourtant ici une magie opère. Travellings avants pour rapprocher le temps retrouvé, un temps désarticulé par la mémoire. La chronologie est cahotique. Qu'importe! Voici une fresque intime et modeste, des lumières chaudes, des intérieurs, des visages.
type-video.png article.png