Vous êtes ici : Accueil / par_theme

Recherche multi-critères

Liste des résultats

Il y a 25 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Question d'actualité - Le réchauffement climatique par Marion Coste, publié le 27/06/2019
Cette page propose une série de ressources (vidéos, articles, textes littéraires) en anglais afin de traiter du réchauffement climatique en classe. Les ressources peuvent également être exploitées pour la DNL.
type-video.png texte.png lienversunautresite.png question.png
SHALL et WILL : le fortement probable par Jean-Pierre Gabilan, publié le 02/04/2012
Cette partie du précis de grammaire anglaise aborde les verbes modaux "shall" et "will".
article.png
Peter Ainsworth on degrowth par Peter Ainsworth, publié le 28/09/2010
Peter Ainsworth, a former MP and shadow minister of environment, came to Lyon in September 2010 to take part in a debate on the question of degrowth. He expressed his views on the need to promote sustainable energy without asking democracies, companies and individuals to forsake economic growth.
article.png
An interview with Peter Ainsworth par Peter Ainsworth, Clifford Armion, publié le 28/09/2010
Peter Ainsworth is a former Member of Parliament and Shadow Minister of Environment. He was invited by Libération to take part in a debate on degrowth. He was kind enough to answers our questions on the energy policy of the United Kingdom.
entretien.png type-video.png texte.png
The Political Future of Religion and Secularism par Craig Calhoun, publié le 08/02/2013
Secularism has long been seen as a solution to problems of religion. Yet today, secularism (laïcité) itself is a political problem alongside religion. In some versions, secularism has become an obstacle to political and social projects potentially shared among members of different religions and the non-religious. It has been politicized in relation to migration, insurgency, and religious renewal. As ideology, it is sometimes the basis for new forms of intolerance. Both secularism and religion are sometimes made the bases for prescriptive demands on others as well as self-understandings. A central issue is the transformation of secularism and laïcité – in some versions – from formulations focused on freedom to ideologies mobilized to impose cultural values. Yet this need not be so. The problems are not with religion and secularism as such, but with how “fundamentalist” versions of each are deployed.
article.png
Power – which powers? par Mathieu Potte-Bonneville, publié le 21/01/2013
To read, thirty-five years later, the essay that Jean Baudrillard published on Michel Foucault’s The Will to Knowledge is an odd experience : not only because many aspects of this intellectual fight are now litteraly archeological, in the usual sense of this word (if we haven’t forgotten Foucault, we hardly remember that time, when sexual liberation was a motto so important that interpreting it was a path to understand the whole society) ; but also because the two authors were talking and thinking in the name of a future that is now our past, or at least the shadow of our present.
article.png
The Neurosciences and Literature: an “exquisite corpse” or a “meeting of the minds”? par Lionel Naccache, publié le 16/02/2012
In the context of the Walls and Bridges project in New York, a meeting has been organized for October between an American novelist - Siri Hustvedt - and a French neuroscientist on the topic of "fiction," both mental and literary. This will obviously be the time to ask ourselves: can we imagine a promising future for meetings between the neurosciences of cognition and the world of literary creation? Is this merely the random juxtaposition of two terms to which we are attached, or the genuine dialectical culmination of self-consciousness? An amusing, trendy quid pro quo, or a key moment in our knowledge of ourselves as tale tellers?
article.png
Narration in the Human Mind par Siri Hustvedt, publié le 16/02/2012
"Human beings are forever explaining themselves to themselves. This is the nature of our self-consciousness. We are not only awake and aware of the world around us, but are able to reflect on ourselves as actors in that world. We reason and we tell stories. Unlike our mammalian relatives who do not narrate their own lives, we become characters in our own tales, both when we recollect ourselves in the past and imagine ourselves in the future. Our ability to represent our experience in language - in those sounds and signs of our essential intersubjectivity - allows us the necessary symbolic alienation required for mental time travel..."
article.png
De The Adventures of Master F. J., à The Pleasant Fable de George Gascoigne, ou de l’art d’échapper à la censure par Anne Geoffroy, publié le 22/11/2011
George Gascoigne (1542-1577) est probablement l’un des premiers auteurs élisabéthains à s’être engagé dans la voie de l’expérimentation radicale avec la publication, en 1573, de son recueil intitulé A Hundred Sundrie Flowers, florilège mêlant poésie, récit en prose et théâtre. Cependant, après la décision de la Haute Commission de rejeter le recueil, Gascoigne se vit contraint de réviser son projet littéraire et plus spécifiquement son récit en prose, A Discourse of The Adventures of Master F. J., dont l’intrigue semblait s’inspirer de certaines histoires scandaleuses à la cour. Un nouvel horizon semble toutefois se profiler lorsque l’auteur choisit de métamorphoser sa narration en pseudo-traduction dans une seconde version (The Pleasant Fable of Ferdinando Jeronimi and Leonora Valasco, translated out of the Italian Riding Tales of Bartello). De fait, la translation générique s’accompagne d’un travail de repentir...
article.png
Rêves d’horizon dans Julius Caesar par Laurence Crohem, publié le 10/11/2011
Dans la pièce, l'assassinat de Caesar semble être non seulement l'indice d'un trouble politique, mais aussi d'une temporalité problématique. L'assassinat paraît toujours être un horizon qui se dérobe, un événement qui n'a jamais lieu au présent, et semble offrir un changement de paradigme éphémère, chaque Romain, Brutus comme tous les autres, devenant un temps souverain potentiel et interchangeable. Se dessine alors l'idée d'une crise du self solidaire du trouble politique et temporel : hanté par d'autres, Brutus semble développer une étrange modalité du self. Quel horizon du soi l'assassinat de Caesar dessine-t-il ?
article.png
Shakespeare, Robert Greene et la théorie du plagiat : Nouveaux horizons par Jean-François Chappuit, publié le 10/11/2011
Quelques jours avant de mourir, Robert Greene compose un pamphlet dans lequel il assimile Shakespeare à « un corbeau arriviste paré de nos plumes ». Les « Désintégrateurs » ont vu dans cette invective une accusation de plagiat en référence à Horace et à la fable du Choucas paré des plumes d’autres oiseaux. Mais plusieurs difficultés demeurent dont le type d’oiseau en question, la trame narrative, le rôle des citations incluses dans la fable, le sens général de la fable. Dans les traditions grecque et latine, le thème commun de cette fable est la vanité de vouloir se faire autre que l’on est par nature, non l’accusation de plagiat. A la Renaissance, ces deux traditions fusionnent dans les collections humanistes. Je souhaite démontrer que la théorie du plagiat ne semble pas valide mais qu’en revanche le pamphlet de Robert Greene a une portée plus essentielle concernant Shakespeare, portée qui fonde son véritable intérêt.
article.png
Entre requête et chant d’espérance : l’horizon de la prière chez Thomas Becon par Christian Jérémie, publié le 08/11/2011
Thomas Becon, (1512-1567) Réformateur anglais de l'Eglise d'Angleterre, persécuté par Henri VIII, emprisonné puis exilé sous Marie, était réputé à son époque comme prédicateur, catéchète, et auteur de prières. Ses textes recèlent une grande maîtrise rhétorique et un certain art du bien dire, sa prose étant quasi poétique. Il déclare qu'on ne s'adresse pas à Dieu n'importe comment, et qu'il faut user d'un langage choisi. C'est pourquoi ses prières peuvent paraître d'authentiques camées littéraires, témoignant d'une foi inébranlable dans le salut gratuit offert par Dieu à ses élus par les souffrances, la mort, et la résurrection de Jésus Christ.
article.png
L’horizon interprétatif de The Taming of the Shrew par Natalie Roulon, publié le 04/11/2011
En montrant Katherina sous un jour plus favorable que la mégère de la tradition, The Taming of the Shrew déjoue l'attente du public de l'époque et tire la farce du côté de la comédie sentimentale. D'autre part, cette pièce contient des outils de distanciation qui ouvrent des perspectives ironiques quant au statut de la mégère et constituent une invitation à élargir l'horizon interprétatif de l'œuvre. Or, certaines pratiques critiques ou scéniques ont pour effet de restreindre ou de brouiller cet horizon.
article.png
Horizons nouveaux, Souli (Alexander Abela) et Stage Beauty (Richard Eyre) : deux versions d’Othello en marge, à l’horizon du texte par Anne-Marie Costantini-Cornède, publié le 21/10/2011
Le paradoxe de l'essai cinématographique, de l'adaptation « librement inspirée de William Shakespeare », nous est désormais familier. La réécriture hybridité, modernisation ou parodie post-moderne, qui inscrit l'espace du texte filmique dans d'autres horizons, créant nouveauté et surprise, relève d'une imitation différentielle, à la fois proche et différente du modèle. Alexander Abela et Richard Eyre bousculent les conventions dans leur version d'Othello, (2004) Alors qu'il explore les ressorts archétypaux de l'humeur jalouse, le cinéaste - auteur prend des libertés avec l'histoire, le contexte, ou les conventions d'un genre. La démarche interprétative, indirecte, est cependant de nature différente dans les deux films.
article.png
De l’engendrement littéraire et artistique chez Montaigne (Essais II,8) et Shakespeare (The Winter’s Tale) par Armelle Sabatier, publié le 04/10/2011
Cet article propose un début de réflexion sur un point de rencontre entre The Winter’s Tale de Shakespeare (1611) et l’essai sur « l’affection des pères aux enfants » (II, 8) de Montaigne. Le mythe de Pygmalion, cité par Montaigne à la fin de l’essai II, 8 et présent en filigrane dans la pièce de Shakespeare, semble avoir nourri toute une réflexion sur le mystère de la création artistique et littéraire, qu’il s’agisse d’écriture, de sculpture ou encore de mise en scène.
article.png
Le récit de voyage à l’épreuve des langues : le cas des récits de voyage de Jacques Cartier (1534-1545) par Susan Baddeley, publié le 30/09/2011
Cet article analyse, à partir d'une série de textes du XVIe siècle relatant les voyages du capitaine Jacques Cartier vers le Canada, les enjeux politiques des initiatives d'exploration du Nouveau Monde à partir des années 1530, et la façon dont les traductions et éditions de ces récits de voyage, soumis à des aléas linguistiques et matériels, ont contribué à la fois à justifier ces voyages auprès de leurs commanditaires et à agir sur l'opinion publique des pays en présence.
article.png
La correspondance entre Elisabeth I et Jacques VI comme base d’une future unité britannique par Sabrina Juillet Garzon, publié le 29/09/2011
La reine Elisabeth I ne choisit pas son héritier au hasard. Bien qu'elle ne voulût jamais révéler officiellement son choix, celui-ci se porta sur son cousin et filleul, le roi Jacques VI d'Ecosse. La correspondance des deux monarques offre une facette tant politique qu'humaine des liens que tous deux entretenaient tout en mettant en évidence leur stratégie pour maintenir une alliance qui devait garantir la paix et l'harmonie des deux royaumes au moment de leur union dynastique.
article.png
L’horizon de la fin des temps chez les réformateurs de la période Tudor par Monique Vénuat, publié le 27/09/2011
Le sentiment de l'imminence de la fin des temps se manifeste chez de nombreux auteurs dans le contexte des luttes confessionnelles à partir de l'expansion de la Réforme protestante au XVIème siècle. Il est alimenté par l'interprétation des passages prophétiques de la Bible, en particulier l'Apocalypse de Jean. On s'intéresse ici aux textes de trois auteurs protestants anglais, The Image of Both Churches de John Bale (1547), la traduction-adaptation en anglais par George Joye des Conjectures sur la Fin du Monde d'Andréas Osiandre, puis les Actes and Monuments de John Foxe.
article.png
The State and Surveillance: Fear and Control par Didier Bigo, Mireille Delmas-Marty, publié le 20/09/2011
The prevention discourse, which has existed for so long has gone a step further with the belief of scientific capability to predict human behaviour by sophisticated software. It is not enough to assess possible futures, to do simulation and alternative scenarios and to guess what virtual future has the most chance to become actualised, now the professionals of security technologies want to reduce all these possible futures to only one future; often the future of the worst case scenario. And it is this selected future that they read as a future perfect, as a future already fixed, a future they already know...
article.png
La vertu comme horizon : tentation et tentative dans The Faerie Queene (I-III) d’Edmund Spenser par Laetitia Sansonetti, publié le 19/09/2011
Partant de la polysémie du terme tentation, cette étude explore le lien entre tentation et mise à l'épreuve à travers une analyse comparée des différentes scènes de tentation dans les trois premiers livres de The Faerie Queene (1590), afin de mettre en lumière la relation entre séduction et tentative chez Spenser. Il ressort de cette analyse que la victoire sur la tentation, jamais définitive, repousse toujours plus loin l'horizon de la vertu, ce qui en fait un ressort de la narration et induit une structure « révisionnaire » (selon le terme de Harry Berger) dans laquelle, à l'instar des interprétations typologiques des Écritures, l'après vient jeter une lumière rétrospective sur l'avant.
article.png
« A boldness of free speech » : le “discourse”, une réponse anglaise aux enjeux des guerres de religion en France ? par Marie-Céline Daniel, publié le 19/09/2011
De nombreux pamphlets traduits du français et publiés en Angleterre témoignent de l'intérêt croissant des Anglais pour l'actualité française à la fin des années 1580, au moment où l'accession d'Henri de Navarre sur le trône de France paraît de plus en plus probable. À la fois narration des faits et mise en garde face à une possible contagion du mal français à sa voisine d'outre-Manche, ces textes entretiennent des relations ambigües avec le pouvoir anglais. Progressivement, leur forme de pamphlet évolue pour donner naissance à un nouveau genre, le « discourse », qui cherche à dépasser la confrontation de thèses antagonistes pour réconcilier la nation.
article.png
La peinture de la vertu royale comme horizon du recueil d’emblèmes de Henry Peacham, Minerva Britanna (1612) par Julie Corre, publié le 16/09/2011
Dans son recueil d'emblèmes intitulé Minerva Britanna (1612) et dédié au jeune Henri, fils du roi Jacques, Henry Peacham esquisse un portrait de la vertu royale. Nous nous concentrerons sur l'apport iconographique des emblèmes de Minerva Britanna afin de montrer la portée didactique du recueil qui vise bien à éduquer le jeune prince. Nous ne négligerons pas le rapport texte/image, fondamental dans le processus de dévoilement du sens lorsqu'il s'agit d'emblématique. Cette étude nous amènera donc à entrevoir, dans un jeu habile de déchiffrage mêlant images et mots, ce qui constitue l'horizon de Peacham lorsqu'il compose Minerva Britanna : la succession au trône d'Angleterre.
article.png type-image.png
De Saxo à Axel, de Hamlet au Prince de Jutland : du texte source au cinéma, réécritures et résurgences de l’Histoire par Anne-Marie Costantini-Cornède, publié le 12/09/2011
Le Prince de Jutland réalisé par le cinéaste danois Gabriel Axel en 1994 transpose à l'écran les Gesta Danorum, la chronique transcrite par le clerc Saxo Grammaticus vers 1200. Cet article étudie les enjeux culturels et esthétiques de cette fidèle transposition de la source de la tragédie de Shakespeare selon une approche contrastive entre le texte source, les dérivés et le film. Il envisage les écarts avec le héros tragique au travers du récit des exploits du prince Amled, la question de la transformation générique, le refus du tragique et le retour vers le genre épique, et le passage du mode verbal à un mode visuel dépouillé.
article.png
La difficile résurgence de la figure de la reine-consort dans les chroniques écossaises (1371-1655) par Armel Dubois-Nayt, publié le 05/09/2011
Cet article étudie en deux temps l'émergence de la figure de l'épouse royale dans l'historiographie écossaise de la fin du Moyen-âge au début de la période moderne. La première partie consacrée aux reines écossaises du VIIe au XIVe siècle met en relief le peu d'originalité de ces figures féminines qui déclinent la royauté au féminin presque exclusivement sur le mode de la criminalité (qu'elles soient meurtrières ou victimes) et de la sainteté. Elle fait parallèlement état de la lente reconnaissance du maillon féminin dans la chaine successorale jusqu'à la première tentative de régence féminine en Écosse par Jeanne Beaufort. La seconde partie est entièrement dévolue à cette dernière et s'intéresse au traitement du rôle politique de l'épouse de Jacques Ier au travers de quatre événements majeurs pour établir l'anxiété masculine à l'idée qu'une femme puisse exercer le magistère suprême, ne serait-ce que de manière transitoire.
article.png
Across the ‘Wide Sargasso Sea’: Jean Rhys’s Revision of Charlotte Brontë’s Eurocentric Gothic par Sylvie Maurel, publié le 20/03/2008
In this article, Sylvie Maurel analyses the Gothic destabilizing machinery at work in Jean Rhys’s "Wide Sargasso Sea". The first Gothic element the author looks at is the demonic agency that haunts the novel. Colonial history lingers in Rhys’s world and accounts for some of the strange and unexpected phenomena that occur on the island. Actually, the narrative is under the double influence of a past set in an actual history of slavery and a future already written in the story of "Jane Eyre". Rhys’s characters have an uncanny prescience of what lies ahead and a sense that they cannot evade repetition. The motif of witchcraft is another element that links "WSS" to the Gothic. The motif goes beyond a picturesque reference to the West Indian context and functions as a metaphor of the relationship between language and power. Christophine’s witchcraft and Rochester’s Eurocentric discourse are two similar attempts at transforming the world through language. The power of language is also reflected in the way the novel constantly brings together multiple voices and conflicting views which seem to hide a secret rather than reveal a final truth. Rochester can only feel the presence of such a secret and risks delirium as he tries to get a grip on something that constantly eludes him.
article.png