Vous êtes ici : Accueil / par_theme

Recherche multi-critères

Liste des résultats

Il y a 13 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Franzobel: "Das Floβ der Medusa" par Franzobel, Olivier Mannoni, Joachim Umlauf, publié le 29/12/2018
Dans le cadre d’une soirée organisée par l’Institut Goethe de Lyon le 12 octobre 2018, La Clé des Langues a eu le plaisir de filmer un échange entre l’auteur autrichien Franzobel, le traducteur Olivier Mannoni et le directeur de l'institut Joachim Umlauf à l’occasion de la sortie française du roman "A ce point de folie. D'après l'histoire du naufrage de la Méduse" aux éditions Flammarion (titre original : "Das Floß der Medusa"). Ont été abordées des questions aussi diverses que la genèse de l’œuvre, le parallèle avec la question actuelle des naufrages de migrants en Méditerranée, ainsi que la dimension de la satire sociale et du grotesque.
type-video.png entretien.png
Wolfgang Hermann: Der weite Weg nach Frankreich par Roman Kaiser-Mühlecker, publié le 25/10/2017
Le 27 avril 2017, Wolfgang Hermann était invité à l'Institut Goethe de Lyon pour présenter son roman "Abschied ohne Ende" à l'occasion de sa parution en français chez Verdier sous le titre "Adieu sans fin", traduit par Olivier Le Lay. Dans cet article, Roman Kaiser-Mühlecker, lecteur à l'ENS de Lyon, décrit le long chemin parcouru par Wolfgang Hermann avant de rencontrer son public français avec son récit Abschied ohne Ende, qui a remporté un franc succès critique et commercial.
article.png
"Luftkrieg und Literatur" von Sebald - ein Versuch, das deutsche Gedächtnis zu bewegen par Jeanne Yapaudjian, publié le 24/02/2017
Avec "Luftkrieg und Literatur", Sebald suit le projet révolutionnaire d'influencer l'histoire et la mémoire allemandes. Il rappelle les événements de la guerre aérienne de 39-45 et critique l'attitude des écrivains allemands d'après-guerre qui ont volontairement passé sous silence la destruction spectaculaire des villes allemandes. Pour ces écrivains, l'objectif était d'oublier un passé vécu comme traumatisant et d'encourager la reconstruction. Mais, selon Sebald, ce choix du silence a eu de graves conséquences pour les Allemands, en rendant impossible le travail de deuil, pourtant nécessaire, et en contribuant à faire des Allemands un peuple "qui ignore l'Histoire et dénué de toute tradition".
article.png
Pour une approche (un peu) plus systématique du lexique par René Métrich, publié le 06/03/2013
René Métrich propose, dans une communication enregistrée lors de l’AG de l’ADEAF en 2012, une réflexion sur l’apprentissage du lexique. Partant du constat que l’importance de la grammaire dans l’enseignement est souvent bien supérieure à celle accordée au lexique, René Métrich rappelle que le lexique est le pilier de la compétence de communication. René Métrich critique la place trop grande accordée aux expressions idiomatiques et aux synonymes dans l’apprentissage du vocabulaire. En revanche, dans cet apprentissage, la dimension syntagmatique du lexique est délaissée : or un mot doit être appris avec ceux qui l’accompagnent habituellement (relations de valence et collocations telles que ich bin der Meinung, dass). Concernant la méthode à adopter pour l’apprentissage du vocabulaire, les dix commandements de la didactique lexicale proposés par René Métrich constituent un credo que chaque enseignant consultera avec profit.
conference.png type-video.png texte.png
Le journal "Neue Bahnen" (1866-1870) de Louise Otto-Peters par Alice Primi, publié le 16/03/2012
Dans la presse de la fin du XIXe siècle qui est alors un bastion masculin, le journal Neue Bahnen fondé par Louise Otto-Peters fait figure d’exception parce qu’il est fait uniquement par des femmes qui décident de s’emparer de la parole publique : organe de l’association des femmes allemandes (Allgemeine Deutsche Frauenverein), il encourage les femmes à participer aux « grands travaux du siècle ». Le journal est l’expression d’un regard critique sur la société mais sa ligne générale reste modérée. Il entretient aussi le sentiment d’appartenance nationale en présentant la femme comme le pilier de la nation allemande. L’exemple du journal Neue Bahnen permet de mesurer les contraintes qu’ont à affronter les femmes dans la conquête de la sphère publique à l’aube du XXe siècle. En particulier, la stratégie d’alliance avec le mouvement ouvrier échoue face au refus de ceux-ci de remettre en question les rapports homme-femme.
type-video.png
Entretiens avec Alfred Grosser par ENS Lyon La Clé des langues, Alfred Grosser, Gérard Wormser, publié le 29/10/2010
Alfred Grosser commente sa vision de l'Europe et de ses valeurs humanistes portées par Robert Schuman. Il critique l'euroscepticisme des politiques et des médias. Le rapprochement franco-allemand inspire le rapprochement entre Allemagne et Pologne. Grosser kommentiert die aktuelle Gesamtlage Deutschlands, die Krisenpolitik, die schrumpfenden Geburtsrate, die Integrationspolitik, die Mondialisierung der deutschen Wirtschaft und die Vor- und Nachteile des Schulsystems.
type-video.png
Julia Schoch: "Mit der Geschwindigkeit des Sommers" par Teresa Hiergeist, publié le 06/02/2010
Julia Schochs "Mit der Geschwindigkeit des Sommers" ist der melancholische, gefühlvolle Nachruf einer namenlosen Ich-Erzählerin auf ihre Schwester, welche sich in einem Hotelzimmer in New York das Leben genommen hat. Rückblickend werden die Erlebnisse heraufbeschworen, die zu ihrer Daseinsmüdigkeit geführt haben könnten. Es handelt sich dabei um einzelne Episoden, die um eine Liebesgeschichte herum angeordnet sind. Der Roman ist der Versuch einer Rekonstruktion der Gefühlswelt einer Schwester, die aufgrund der familiären Bande ganz nah, in ihrem Handeln jedoch unverständlich und fremd wirkt. Die Erzählung wird zum verzweifelten Versuch, das Unverständliche zu verstehen, das Ungreifbare fassbar zu machen.
article.png
Julia Schoch par ENS Lyon La Clé des Langues, Julia Schoch, Teresa Hiergeist, publié le 06/02/2010
Ce dossier sur l'auteur est-allemande Julia Schoch est composé de deux ressources : une analyse littéraire de son roman "Mit der Geschwindigkeit des Sommers", et la lecture de deux extraits de ce même roman accompagnée de questions posées à l'écrivain.
dossier.png
Art et politique dans l’œuvre de Franz Radziwill par Claire Aslangul, publié le 07/09/2009
Claire Aslangul démontre précisément comment la réception de l'œuvre de Radziwill a varié, lui dont les peintures furent un temps estampillées « art dégénéré » par le régime national-socialiste puis dont des études récentes révèlent l'ambiguïté fondamentale et la polysémie de certains motifs et mises en scène : critique ou apologie de la guerre ? traumatisme ou fascination du champ de bataille ? artiste persécuté ou peintre nazi ? Les retouches mises à jour dans les tableaux et dans la biographie du peintre soulèvent la controverse.
article.png
Friedrich Nietzsche et la musique par Dorian Astor , publié le 06/07/2009
La méfiance de Nietzsche pour l'abstraction du langage l'amène à se tourner vers la musique qui joue dans sa vie et sa philosophie un rôle exceptionnel. Nietzsche entend interroger l’art dans son rapport à la vie et à la connaissance. Interprétant la musique comme le reflet des valeurs de son temps, sa critique de Wagner en qui il crut voir un temps l’artiste capable de réconcilier l’apollinien et le dionysiaque avant de reconnaître et de rejeter avec virulence les relents nihilistes et destructeurs de vie de la musique wagnérienne, n’est pas un simple jugement esthétique ; elle a un fondement philosophique. Nietzsche misstraut der Sprache. Die Musik spielt eine wichtige Rolle in seinem Leben und in seiner Philosophie. Die Musik widerspiegelt die Werte seiner Zeit: nachdem er Wagners Oper lobgepriesen hat, die das Apollonische mit dem Dionysischen in Einklang bringen, wendet er sich von ihm ab, weil er darin Nihilismus und Zerstörung des Willen zur Kraft sieht.
article.png
"Der Untertan", tableau critique de son temps par Alain Muzelle, publié le 03/02/2009
Heinrich Mann dans "Der Untertan" critique la bourgeoisie wilhelminienne, son matérialisme, son culte de l'argent. Il dénonce sa fascination pour une classe aristocratique qui pourtant les méprise, fascination servile incarnée par Diederich Heßling, ce sujet de l'empereur. Cette critique s'exprime tant dans le détournement ironique du genre romanesque du roman d'éducation que dans l'usage de la satire et la multiplication des perspectives narratives, qui empêchent l’identification du lecteur. Heinrich Mann in Der Untertan hat vor, die wilhelminische Gesellschaft satirisch darzustellen. Er kritisiert den Materialismus des Bürgertums, die Verehrung des Geldes. Er denunziert die Faszination der kleinen Bürger für die Aristokratie, die sie verachtet, die unterwürfige Faszination von Diederich Heßling. Diese Kritik drückt sich durch die parodistische Benutzung des Bildungsromans aus, die durch die Satire und den Wechsel der Erzählperspektive jegliche Identifizierung mit den Romanfiguren verhindert.
article.png
"Der Untertan" d’Heinrich Mann et la tradition du "Bildungsroman" : éléments de réflexion par Frédéric Teinturier, publié le 02/02/2009
Le roman Der Untertan entretient avec la tradition du Bildungsroman de langue allemande un rapport à la fois évident et complexe : Heinrich Mann reprend les éléments constitutifs du genre mais présente une négation stratégique de ce type de roman. En outre, la parodie ou le retournement du roman d'éducation hérité du XVIIIe siècle ne sont pas la seule allusion à l'histoire littéraire dans ce roman parfois contradictoire. Heinrich Manns Roman steht mit der Tradition des deutschen Bildungsromans in einem zugleich deutlichen und komplexen Verhältnis. Heinrich Mann nimmt die Elemente des Bildungsromans wieder auf, stellt aber eine strategische Negierung dieses Genres vor. Die Parodie des Bildungsromans aus dem 18. Jahrhundert sind nicht die einzigen Anspielungen auf die Literaturgeschichte.
article.png
Brecht et son théâtre de part et d’autre du rideau : l’œuvre du dramaturge dans le conflit interallemand par Anne-Claire Paillard, publié le 11/06/2008
De 1949 à 1961, le dramaturge Brecht est l'enjeu d'un véritable conflit entre les deux Etats allemands nouvellement créés. Citoyen de la RDA, Brecht a une relation complexe avec les dirigeants est-allemands partagés entre la critique d'une œuvre non conforme aux canons de l'art socialiste, et la promotion d'un artiste de plus en plus reconnu et qui suscite, partout où il est joué, un véritable engouement. Les Allemands de l'Ouest ont, eux aussi, un rapport à son œuvre très ambivalent, car s'ils sont fiers que l'Allemagne ait fait naître un nouveau grand dramaturge reconnu dans le monde entier, ils rejettent l'engagement politique de Brecht. L'objet de cet article est d'aborder la complexité des rapports entre Brecht et les Allemands entre 1949 et 1961 et, dans une perspective plus large, de montrer à travers cet exemple comment la culture est pensée comme une arme pendant la Guerre Froide.
article.png