Vous êtes ici : Accueil / par_theme

Recherche multi-critères

Liste des résultats

Il y a 815 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Analysing front pages par Clifford Armion, publié le 20/01/2015
A front page tells you a lot about the contents of a newspaper and its attitude towards the news. Even if the traditional format difference between broadsheet newspapers and the more compact tabloids is disappearing – most papers are now printed in the same size – you can still easily recognize serious newspapers from tabloids. Tabloids usually have a large red masthead, very bold typeface and eye-catching pictures. The more serious papers have more text on the front-page and a plainer layout. Contrary to tabloids, broadsheets have no puns or jokes in the headlines and use a more formal language. Here are the main features you will find in any front-page…
article.png
End of Story par Avital Ronell, publié le 19/01/2015
"For my part, I practice affirmative dissociation. Prompted mostly by a Nietzschean will to fiction and love of masks, I “fake it ‘til I make it,” assuming shrewd yet fragile identities, rotating signatures, reappropriating for myself syntactical maneuvers and rhetorical feints."
article.png
Bill Douglas Trilogy / La trilogie Bill Douglas My Childhood - My Ain Folk - My Way Home (Bill Douglas 1972 -1973 -1978) par Lionel Gerin, publié le 15/01/2015
Écosse. Un village minier près d'Édimbourg. 1945. Un enfant, son frère, leur grand-mère maternelle. Un prisonnier allemand.Mort de la grand-mère. Orphelinat. Grand mère paternelle. Un oncle. L'orphelinat encore. L'adolescence. La mine. Service militaire en Égypte. Rencontre de Robert. Ouverture. Les dialogues? Presque aucun. La musique? Aucune. L'action? Survivre. Le résultat? Au-delà des mots. Saisissement total. Comment en effet parler d'une telle œuvre? C'est un coup à l'estomac, un vent du Nord, une nuit charbonneuse.
type-video.png article.png
Analysing press images par Clifford Armion, publié le 13/01/2015
Newspapers and press websites NEED to illustrate their pages with a variety of images. Illustration, along with headlines, is what draws the attention of the reader/buyer/visitor. When looking at a press image, one has to wonder why that particular picture has been chosen and how it contributes to the news. Here are a few examples showing how those images function.
type-image.png article.png
Pluralism and Tolerance: Philosophers, Mystics and Religions par Souleymane Bachir Diagne, publié le 12/01/2015
The belief in certain supernatural realities is an essential dimension of faith. And, by definition, they are that because we do not comprehend them in the same way as we comprehend objects and beings which we are capable of experiencing with our senses or those mathematic idealities that we understand. Faith therefore allows us to perceive the realities of God, His attributes, His angels and other entities and qualities of the same kind. It equally convinces us that, as human beings, we have the capacity for reaching these truths of a different kind than those of our senses or of our reason in the conventional sense within ourselves, and therefore posses an aptitude for the supernatural or the absolutely comprehensible.
article.png
Secularity in Indian History par Sudipta Kaviraj, publié le 12/01/2015
A peculiar feature of the modern world is the asymmetry in the knowledge of the other between the West and the non-West. Nonwestern societies know a great deal more about Western history than Western societies know about theirs. Religious principles clearly possess a peculiar quality: because they are held with particular reverence by religious individuals who see them as principles created, or at least sanctioned by God rather than men. Their denial by others consequently can cause unusually intense offense. Not observing a principle of a particular religion is considered by strict adherents of that religion as sacrilege. This is why conflict of religious principles gives rise to conflict of particular intensity and severity: it can also give rise to spectacular cruelty, because the object of one’s attack are entirely dehumanized, and considered enemies not of man or king or nation but of God himself.
article.png
Outline for a Discussion on Toleration par Karen Barkey, publié le 09/01/2015
"There are a few ways of thinking about toleration: I define toleration as more or less absence of persecution; the acceptance of a plurality of religions, but not necessarily their acceptance into society as full and welcomed members/communities. Toleration can mean the acceptance of “difference” and a lack of interest beyond the instrumentality to maintain a coherent polity."
article.png
The Politics of Fear par Corey Robin, publié le 19/12/2014
In my 2004 book Fear: The History of a Political Idea, I argued that “one day, the war on terrorism will come to an end. All wars do. And when it does, we will find ourselves still living in fear: not of terrorism or radical Islam, but of the domestic rulers that fear has left behind.” When I wrote “one day,” I was thinking decades, not years. I figured that the war on terror—less the invasions, wars, torture, drone attacks, and assassinations than the broader atmosphere of pervasive and militarized dread, what Hobbes called “a tract of time, wherein the will to contend by battle is sufficiently known” and an enemy is perceived as permanent and irrepressible—would continue at least into the 2010s, if not the '20s. Yet even before Osama bin Laden was killed and negotiations with the Taliban had begun, it was clear that the war on terror, understood in those terms, had come to an end.
article.png
Heaven's Gate / La porte du paradis (Michael Cimino -1980) par Lionel Gerin, publié le 12/12/2014
1978. Deer Hunter / Voyage au bout de l'enfer. Bien qu'avare du mot, je l'ose ici: chef d'œuvre absolu. N'en déplaise aux détracteurs, à ceux qui y voient, à grand tort, un film (de plus) sur le Vietnam. Deer Hunter est un immense film, profondément américain. Faut-il être aveugle pour y lire un message impérialiste, malgré cette dernière scène poignante, si souvent incomprise. Chef d'oeuvre, donc. Presque trois ans plus tard, sort Heaven's Gate, le plus grand désastre financier du cinéma américain, mais qu'importe! Combien de tableaux Van Gogh a-t-il vendu? Combien d'exemplaires Rimbaud a-t-il écoulé?
type-video.png article.png
La photographie de Julie de Waroquier par Julie de Waroquier, publié le 05/12/2014
Julie de Waroquier, normalienne en philosophie, a participé au parcours de formation écriture et photographie proposé par l’ENS de Lyon et l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles. A l’invitation du chargé des affaires culturelles de l'ENS, David Gauthier, elle a exposé dans la galerie "La Librairie" une sélection de photos issues de la série Rêvalités (du 15 octobre au 12 décembre 2014). Nous avons ici le plaisir de vous faire découvrir le travail de cette jeune photographe au travers de cinq photos sur les thèmes de l’eau, de la rencontre et de la tension entre rêve et réalité.
type-image.png texte.png
The Night of the Hunter / La nuit du chasseur (Charles Laughton - 1955) par Lionel Gerin, publié le 28/11/2014
Pour inaugurer cette rubrique, je ne pouvais choisir aucun autre film. C'est une œuvre qui m'est chère, unique, dans tous les sens du terme, un diamant noir dans la cinéphilie mondiale, une pierre noire dans la nuit de l'enfance. Charles Laughton, immense acteur (de Mutiny on the Bounty à Quasimodo, de Hobson's Choice à Spartacus, passant de la comédie au drame, du film noir au péplum) réalise là son seul film, qui est depuis une des références absolues des cinéphiles. Les films uniques ont toujours une saveur particulière (que l'on se souvienne de Honeymoon Killers de Leonard Kastle, ou d'Electra Glide in Blue de James William Guercio, par exemple) et cette Nuit du chasseur ne fait pas exception.
type-video.png article.png
The Great Mouse Plot (Roald Dahl) par ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 25/11/2014
In Boy: Tales of Childhood, Roald Dahl tells us about his youth, focusing on some of his most remarkable childhood memories. A lot of irony is introduced by the first person narrator who describes these scenes with the hindsight of age.
exercice.png texte.png
Gulliver's Travels (Jonathan Swift) par ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 21/11/2014
Travel books were very fashionable in the eighteenth century. Real travelers sometimes included elements of fiction in their accounts of their wanderings to make them sound more exotic and interesting. In Gulliver's Travels, Jonathan Swift makes fun of this literary genre by introducing a fictitious traveler, Gulliver, who tells us about his encounters with strange creatures and countries. Gulliver's first person narrative is introduced by a fake publisher's note which is also written in the first person...
type-image.png exercice.png texte.png
L’Afrique du Sud sous les projecteurs du cinéma par Annael Le Poullennec, publié le 19/11/2014
Vous trouverez sur cette page les textes et images réunis à l’occasion de l’Exposition Afrique du Sud, réalisée par la bibliothèque de l’Université d’Evry dans le cadre du colloque SCRIPT. Annael Le Poullennec évoque ici les grandes étapes et les grands films qui jalonnent l’histoire du cinéma sud-africain.
article.png
L’espace post-apartheid dans les longs métrages de fiction sud-africains, une étude panoramique par Annael Le Poullennec, publié le 19/11/2014
Annael Le Poullennec propose une étude de l'espace sud-africain post-apartheid par l’intermédiaire des films. Après quelques rappels sur l’histoire de la ségrégation en Afrique du Sud et une brève introduction au cinéma sud-africain, elle évoque la problématique de l’espace, à l’échelle nationale et urbaine, dans la réinvention de la nation sud-africaine après la fin de l’Apartheid. Elle s’arrête notamment sur les dichotomies ville/campagne, township/suburb, cloisonnement/ouverture, en insistant sur l’image du déplacement, de l’évolution. Par l’analyse de films tels que Hijack Stories (Oliver Schmitz, 2001), The Wooden Camera (Ntshaveni WaLuruli, 2003), Tsotsi (Gavin Hood, 2005) et White Wedding (Jann Turner, 2009), elle pose les bases de ce qui constitue l’espace post-apartheid cinématographique dans le cinéma de fiction.
texte.png conference.png
Mémoires sud-africaines ; une courte histoire de l'Afrique du Sud par Grégory Gauthier, publié le 18/11/2014
Vous trouverez sur cette page les textes et images réunis à l’occasion de l’Exposition Afrique du Sud, réalisée par la bibliothèque de l’Université d’Evry dans le cadre du colloque SCRIPT. Grégory Gauthier évoque ici les grandes dates et les grandes figures de l’Afrique du Sud, dressant une chronologie synthétique et illustrée de la Nation arc-en-ciel.
article.png
Writing on the self par ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 14/11/2014
Critics and academics tend to draw a line between autobiography and fiction. However, it is sometimes difficult to make such a clear distinction between what is made up and what is not. Here are some short texts written by authors who reflect on their use of the first person.
exercice.png texte.png
Self-portraits par ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 13/11/2014
A self-portrait is a drawn, engraved, painted, photographed or sculpted representation of an artist by himself. Self-portraits have been a common art form since the Renaissance, a period when artists had a prominent part in society and when a distinct interest in the individual as a subject arose.
type-image.png exercice.png texte.png
First person narratives par ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 10/11/2014
Ce dossier sur le thème des auteurs écrivant à la première personne regroupe trois ressources accompagnées d'exercices de compréhension et de production orales et écrites, ainsi que d'analyse d'image.
dossier.png exercice.png
The educational system in the United States: an overview par Daniel Wright, publié le 10/11/2014
In general, we have what is called a federal system, where there is a lot of power that States have, and then cities within states and even smaller municipalities within cities can make their own rules. And education is a good example of where it can really depend on where you are. The requirements can be very different from place to place and the type of schools that are offered can vary very much from state to state...
type-video.png texte.png entretien.png
Jeux vidéo et cinéma à rebours du mouvement transhumaniste : le cas de District 9 par Julien Buseyne, publié le 07/11/2014
District 9 de Neil Blomkamp (2009) projette la structure de l’Apartheid dans un univers de science-fiction où les extraterrestres dont le vaisseau s’est échoué au dessus de Johannesburg sont victimes d’une forme de ségrégation. En marge de son thème principal, c’est à dire la projection de la mécanique d’oppression entre humains sur le canevas de la science-fiction, District 9 illustre aussi un procédé technique qui constitue le ressort principal du jeu vidéo : la projection des sens et du corps dans un système technique. Cinéma, télévision et jeux vidéo partageant les mêmes schèmes de la pratique audiovisuelle, les convergences entre ces domaines ne sont pas rares. Par la mise en scène de la technologie extra-terrestre, Disctrict 9 expose une grammaire de la captation de l’être sensible dans un système technique qui étend ses sens et ses potentialités, trait qu’il partage avec le jeu vidéo. Il s’agit là d’un acte politique qui s’oppose à la pensée transhumaniste, et affiche une convergence frappante avec les systèmes d’immersion dans les univers numériques actuellement à l’étude. Cette prise de position est cohérente avec le discours humaniste déroulé par cette œuvre, et s’inscrit dans la continuité de celles qui explorent la relation entre l’humain et la machine.
type-video.png conference.png
Fractions et infractions dans The Heart of Whiteness de Rehad Desai : les stigmates de l’apartheid par Stéphane Sitayeb, publié le 06/11/2014
Stéphane Sitayeb propose une analyse de The Heart of Whiteness (2005), un road movie documentaire de Rehad Desai qui interroge l’identité des blancs en Afrique du Sud. L’Afrikaner est-il un étranger en Afrique ou un autochtone ? Desai étudie les stigmates de l’Apartheid sur la société sud-africaine contemporaine en observant les clivages qui opposent encore aujourd’hui les noirs et les blancs dont certains s’estiment victimes d’une ségrégation inversée, une vengeance de la population noire. Le réalisateur cultive une double stratégie de camouflage et d’exposition, ainsi que la technique du contrepoint : c’est uniquement dans la superposition entre discours et image, dans la lecture connexe du monologue en voix-off et de l’esthétique audio-visuelle que se révèle la corrélation entre fractions raciales et infractions juridiques.
type-video.png conference.png
La Princesse et la Grenouille, une vision de l'Afrique en Amérique par Ethel Montagnani, publié le 06/11/2014
Spécialiste de Walt Disney et de la langue produite par Disney pour ses films d’animation, Ethel Montagnani nous parle de la vision de la communauté noire par Disney et particulièrement dans La Princesse et la Grenouille. Au fil des années, les studios Disney, fidèles à leur idéologie, et se présentant comme les heureux promoteurs des civilisations du monde, nous ont entraîné partout autour du globe. Ou plus exactement, partout, tout autour de leur vision du globe. On peut ainsi penser que la Chine, vue par les Studios, se résume à Mulan. L'Afrique a plus de chance puisqu'elle est représentée dans plusieurs films comme Le Roi Lion ou encore Tarzan. Toutefois, si ces deux films montrent des images saisissantes de la beauté des paysages africains, ils ne montrent rien de la complexité des rapports humains qui ont prévalu en Afrique du Sud pendant l'Apartheid. Pour s'en faire une idée, il faudra attendre la première princesse noire de l'histoire des Studios Disney, Tiana et son film La Princesse et la Grenouille, qui lui se déroule... en Louisiane, Mississippi, aux Etats-Unis.
type-video.png texte.png conference.png
Présentation de Come Back Africa (Lionel Rogosin, 1959, US 82 minutes) par Monique Peyriere, publié le 05/11/2014
Après avoir réalisé un film sur les sans-abris aux Etats-Unis, Lionel Rogosin part avec une équipe de tournage en Afrique du Sud en déclarant aux autorités locales qu’il veut produire un documentaire sur la musique. Filmé clandestinement par un réalisateur américain blanc dans Sophiatown, un township noir de Johannesburg, Come Back Africa nous montre la vie des communautés noires sous l’apartheid. Entres brimades et défiance, le film de Lionel Rogosin expose les relations blancs/noirs dans l’Afrique du Sud des années 50. Les militants y jouent leur propre rôle dans un scénario de fiction qui nous invite à découvrir le ghetto au travers du regard d’un nouvel arrivant, Zacharia. Les images ont pu sortir d'Afrique du Sud pour être montées aux Etats-Unis puis diffusées dans le monde entier ; c’est un film politique, le premier à dénoncer l’Apartheid.
type-video.png texte.png entretien.png
Bertrand Tavernier sur le cinéma américain par Bertrand Tavernier, Clifford Armion, publié le 20/10/2014
Dans le cadre du Festival Lumière 2014, Bertrand Tavernier évoque certaines grandes étapes de l’histoire du cinéma américain depuis les années 20 jusqu’aux années 60. Ancien critique, celui que l’on connait surtout pour ses films (L'Horloger de Saint-Paul, Un Dimanche à la campagne, Dans la brume électrique…) est aussi l’auteur de plusieurs livres sur le cinéma, notamment Amis Américains, un important ouvrage d’entretiens avec les grands auteurs d’Hollywood (Institut Lumière/Actes Sud, 2008).
type-video.png texte.png entretien.png
Scotland’s No par Alistair Cole, publié le 29/09/2014
Shortly before the Scottish referendum on independence, I visited the impressive city of Glasgow, Scotland’s largest city. Though the Scottish referendum eventually produced a No of over 55%, the once second largest city in the Empire was one of only four districts to vote Yes (just over 53%). I had correctly judged the atmosphere in this city, but elsewhere the story was rather different. In 28 of the remaining 32 districts, the No vote carried the day, including in SNP stronghold areas such as Angus and Perthshire...
article.png
David Treuer: Forgotten World / Forgotten Words par David Treuer, publié le 18/09/2014
We speak confidently and playfully about the “death of the author” but not one wants to seriously consider the death of literature. But this is precisely what we risk when we treat literature as ethnography, or worse, as the last living remnants of what seem to be vanishing cultures. We don’t read novels, at any rate, to educate ourselves. Or if we do we shouldn’t. And if we do commit this soul error we don’t enjoy novels because of the information they contain. Rather, we enjoy them, we clutch novels to our very souls because they move us, surprise us, transport us, entertain us, shock us, and (ultimately) trick us into caring about people and places that don’t exist and never existed.
article.png
L’autobiographie et les nouveaux outils de communication par Philippe Lejeune, publié le 18/09/2014
Conférence prononcée à la Journée de rencontre régionale Rhône-Alpes de la XVIIe Semaine de la langue française et de la francophonie, Lyon, 6 octobre 2012. Ce texte publié sur Autopacte est reproduit ici avec l'aimable autorisation de Philippe Lejeune.
conference.png texte.png
L'exposition Tagore à Evry par Azarie Aroulandom, publié le 16/09/2014
Azarie Aroulandom est consultant international auprès d’institutions publiques et d’entreprises privées françaises et étrangères : Ministères des Affaires étrangères et de la Coopération, Chambre de Commerce, Organisations internationales (UNESCO, BIRD, FAO, BIT, CNUCED, ONG….). Il enseigne le Management-et la négociation interculturelle, le Transfert de Technologie, la culture et civilisation indienne et africaine à l’Université d’Evry.
type-video.png conference.png
Qui est Tagore ? par Azarie Aroulandom, publié le 16/09/2014
Au vingtième siècle, la culture fut dominée par un immense génie Rabindranath Tagore, l’un des plus grands philosophes et poètes de l’histoire du monde. On a dit de Rabindranath Tagore (7 mai 1861-7 août 1941) qu’il fut le Léonard de Vinci de la Renaissance bengali. Tagore naît le 7 mai 1861 au Bengale, à Calcutta, la plus importante ville de l’Inde à cette époque. Il est le quatorzième enfant d’une famille aisée, il grandit dans l’ombre d’un père savant et réformateur religieux. Dans une vision prophétique, son père lui donna le prénom « Robindra » qui signifie le soleil « car plus tard comme lui, il ira par le monde et le monde sera éclairé ».
type-video.png conference.png
Charulata (la femme solitaire) : Tagore / Ray par Giovanni Robbiano, publié le 16/09/2014
Charulata (1964) est également connu sous son titre anglais : The Lonely Wife (La femme solitaire). Ce film est une adaptation du roman Nastanirh (Le nid brisé) de Rabindranath Tagore, publié en 1901. Les acteurs principaux sont Madhabi Mukherjee, Sailen Mukjerjee et Soumitra Chatterjee dans les rôles principaux de Chârulatâ, son mari Bhupati et son cousin Amal. Comme la plupart des films de Ray, ce film est en noir et blanc et dure 117 minutes. Il en a également composé la musique. Il a été produit par R. D. Banshai, et le directeur de la photo était Subrata Mitra. Celui-ci a fait la photo de la plupart des films de Ray et en particulier de ses premiers chefs-d'œuvre : la Trilogie d'Apu : Pather Panchali (La complainte du sentier, 1955), Apu Sansar (Le monde d’Apu, 1959) et Aparajito (L’Invaincu, 1956).
type-video.png conference.png
Satyajit Ray, ambassadeur de Tagore par Brigitte Gauthier, publié le 15/09/2014
Il y a quelque chose de délicat, subtil, dans l’œuvre du cinéaste Satyajit Ray. Il nous prend par la main et nous invite à pénétrer une culture autre en douceur. On est immédiatement happé par son univers même si la langue et la culture sont distantes. Comment parvient-il à se faire l’ambassadeur de l’Inde en pleine mutation ? On suit ses films de l’intérieur. On est invité à placer notre regard au centre du film et non à l’extérieur, sans pour autant à aucun moment nous identifier aux personnages qui sont totalement autres. On se glisse derrière la caméra, et la lenteur des plans nous permet de nous imprégner de la vie qui se déroule. Les villageois passent le long d’un chemin, les personnages entrent et sortent des plans. Partout, qu’il tourne des scènes d’intérieur ou d’extérieur, le flux de la vie anime l’image...
article.png
Nikolai Grozni: The Whispers of Music Lost par Nikolai Grozni, publié le 10/09/2014
“Only the words break the silence, all other sounds have ceased,” writes Beckett in his Texts for Nothing. Or does he sing it? If words were the only sounds, then a sentence would be the only melody. We might never understand which came first—the words or the melody. Perhaps the first humans knew how to sing long before they knew how to talk. In this Dionysian vision of antiquity, all mortals were originally musicians. Music was the only thing that mattered. People understood each other by inventing mimetic melodies and singing together in tune. They appeared, loved, suffered, worshipped the gods and died like opera singers on stage.
article.png
American Indians - A conversation with David Treuer par David Treuer, Clifford Armion, publié le 08/09/2014
David Treuer took part in the eighth edition of the Assises Internationales du Roman, organised by the Villa Gillet and Le Monde. He answered our questions on his involvement in the protection of Indian culture.
type-video.png texte.png entretien.png
Kirsty Gunn: Sound and Writing par Kirsty Gunn, publié le 08/09/2014
That sound you hear, as though coming off the lonely Scottish hills, through the fine Highland air, passing across straths and glens, along rivers and to the sea... Is the sound of the piobaireachd, the classical music of the great Highland bagpipe, a music made for Gatherings, Salutes and Laments, a grand and grave and complicated music - Ceol Mor it is in Gaelic - The Big Music. The Big Music, too, is the title of my latest work of fiction - not a novel, but an elegy, as Virginia Woolf described all her work - a story that sounds as much as it says... An experience of words, of a story of people and a landscape, of a love story played across generations, that nevertheless sounds in the mind...
article.png
Lorna Goodison: a short story par Lorna Goodison, publié le 05/09/2014
Dans le cadre de notre partenariat avec la Villa Gillet, nous avons le plaisir de publier cette délicieuse historiette de Lorna Goodison sur les rapports conjugaux…
article.png
Rachel Cusk: Love narratives par Rachel Cusk, publié le 28/08/2014
If it’s true that we use narrative as a frame to make sense of the randomness of our human experience, then the story of romantic love might be seen as reflecting our profoundest anxieties about who and what we are, about what happens to us and why. The love narrative is ostensibly a story of progress, yet its true goal is to achieve an ending, a place of finality where nothing further needs to happen and the tension between fantasy and reality can cease. At the wedding of man and woman a veil is drawn, an ending arrived at: the reader closes the book, for marriage as it is lived represents the re-assertion of reality over narrative. Having committed this public act of participation and belief in the notion of life as a story, man and woman are left to order and confer meaning on their private experiences as best they can...
article.png
Living, Thinking, Looking - A conversation with Siri Hustvedt par Siri Hustvedt, Clifford Armion, publié le 26/08/2014
Siri Hustvedt took part in the eighth edition of the Assises Internationales du Roman, organised by the Villa Gillet and Le Monde. She answered our questions on her collection of essays, Living, Thinking, Looking.
type-video.png texte.png entretien.png
The Salvation (Kristian Levring) par Clifford Armion, publié le 25/08/2014
Nous sommes dans les années 1870, quelque part dans le Far West américain. Jon (Mads Mikkelsen), un pionnier danois, vient de retrouver sa famille fraîchement immigrée après plusieurs années de séparation. Mais le fermier, qui se trouve être un ancien soldat, est brutalement tiré de sa vie laborieuse et tranquille par le frère d’un violent chef de gang… Avec Mads Mikkelsen, Eva Green, Jeffrey Dean Morgan, Mikael Persbrandt et les participations d'Eric Cantona et Jonathan Pryce.
type-video.png article.png
Ambiguity (Siri Hustvedt) par Siri Hustvedt, publié le 03/07/2014
Chaque année les invités anglophones des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix. Les traductions françaises de ces textes ainsi que les mots-clés des auteurs de langue française des sept premières saisons des AIRs sont éditées par Christian Bourgois dans un volume intitulé le Lexique Nomade.
article.png
Superstition (John Burnside) par John Burnside, publié le 03/07/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "superstition", défini par l'écrivain écossais John Burnside.
article.png
Nonsense (Alfred Brendel) par Alfred Brendel, publié le 03/07/2014
Chaque année les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "nonsense", défini par le musicien et écrivain autrichien Alfred Brendel.
article.png
"a" (Stewart O’Nan) par Stewart O’Nan, publié le 03/07/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "a", défini par l'auteur américain Stewart O’Nan.
article.png
Notebooks (Toby Litt) par Toby Litt, publié le 03/07/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "notebooks", défini par l'auteur anglais Toby Litt.
article.png
Rythm (Kirsty Gunn) par Kirsty Gunn, publié le 01/07/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "rythm", défini par l'auteure néo-zélandaise Kirsty Gunn.
article.png
Sofi Oksanen: They fooled you - Greetings from the countries bordering Russia par Sofi Oksanen, publié le 01/07/2014
When I was a kid, my Estonian family never watched TV. Not because they disliked TV-shows, but because Soviet-TV was pure zombie-propaganda. Finland was my other homeland and when we got back to Finland, after visiting my Estonian family, switching on the television was one of the first things we did. It was like opening a window. I can still smell that moment, when my lungs were filled with free air, though I wouldn't have used that word at the time – free.
article.png
Circle (Nikolai Grozni) par Nikolai Grozni, publié le 01/07/2014
Chaque année les invités anglophones des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix. Les traductions françaises de ces textes ainsi que les mots-clés des auteurs de langue française des sept premières saisons des AIRs sont éditées par Christian Bourgois dans un volume intitulé le Lexique Nomade.
article.png
The Yellow Birds - A conversation with Kevin Powers par Kevin Powers, Clifford Armion, publié le 30/06/2014
Kevin Powers took part in the eighth edition of the Assises Internationales du Roman, organised by the Villa Gillet and Le Monde. He answered our questions on his first novel, The Yellow Birds.
type-video.png texte.png entretien.png
The Last Hundred Days - A conversation with Patrick MacGuinness par Patrick MacGuinness, Clifford Armion, publié le 24/06/2014
Patrick MacGuinness took part in the eighth edition of the Assises Internationales du Roman, organised by the Villa Gillet and Le Monde. He answered our questions on his first novel, The Last Hundred Days.
type-video.png texte.png entretien.png
Laughter (Tariq Ali) par Tariq Ali, publié le 13/06/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "laugter", défini par l'auteur britannique d'origine pakistanaise Tariq Ali.
article.png
Mariquita (James Cañón) par James Cañón, publié le 13/06/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "mariquita", défini par l'auteur colombien James Cañón.
article.png
Evolution (Karen Connelly) par Karen Connelly, publié le 13/06/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "evolution", défini par l'auteure canadienne Karen Connelly.
article.png
Zorby (James Flint) par James Flint, publié le 13/06/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "zorby", défini par l'auteur anglais James Flint.
article.png
Yusuf (Suhayl Saadi) par Suhayl Saadi, publié le 13/06/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "Yusuf", défini par l'auteur écossais Suhayl Saadi.
article.png
Novel/Life (James Meek) par James Meek, publié le 13/06/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici des mots "novel/life", définis par l'auteur anglais James Meek.
article.png
Balagan (Etgar Keret) par Etgar Keret, publié le 13/06/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "balagan", défini par l'auteur israélien Etgar Keret.
article.png
Creature (Alissa York) par Alissa York, publié le 13/06/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "creature", défini par l'auteure canadienne Alissa York.
article.png
Hedonism (Adam Thirlwell) par Adam Thirlwell, publié le 13/06/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "hedonism", défini par l'auteur anglais Adam Thirlwell.
article.png
Adumbrated (Rick Moody) par Rick Moody, publié le 13/06/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "adumbrated", défini par l'écrivain américain Rick Moody.
article.png
Unfurling (Kirsty Gunn) par Kirsty Gunn, publié le 13/06/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "unfurling", défini par l'auteure néo-zélandaise Kirsty Gunn.
article.png
Cunnilingus (Rikki Ducornet) par Rikki Ducornet, publié le 13/06/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "cunnilingus", défini par l'auteure américaine Rikki Ducornet.
article.png
Redemption Song (Lorna Goodison) par Lorna Goodison, publié le 02/06/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici de "redemption song", défini par l'écrivaine jamaïquaine Lorna Goodison.
article.png type-video.png
Rebellion (Rachel Cusk) par Rachel Cusk, publié le 30/05/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "rebellion", défini par l'écrivaine anglaise Rachel Cusk.
article.png type-video.png
Variable (Kevin Powers) par Kevin Powers, publié le 26/05/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "variable", défini par l'auteur américain Kevin Powers.
type-video.png
La Pensee Sauvage (David Treuer) par David Treuer, publié le 21/05/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici de "la pensée sauvage", définie par l'auteur américain David Treuer.
article.png type-video.png
Parallax (Richard Powers) par Richard Powers, publié le 16/05/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "parallax", défini par l'auteur américain Richard Powers.
article.png
Dislocation (Rabih Alameddine) par Rabih Alameddine, publié le 16/05/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "dislocation", défini par l'écrivain libano-américain Rabih Alameddine.
article.png
Riddle (Laura Kasischke) par Laura Kasischke, publié le 16/05/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "riddle", défini par l'auteure américaine Laura Kasischke.
article.png
Slash (Percival Everett) par Percival Everett, publié le 16/05/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "slash", défini par l'écrivain américain Percival Everett.
article.png
Move (James Frey) par James Frey, publié le 16/05/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "move", défini par l'auteur américain James Frey.
article.png
Island (Ivan Vladislavić) par Ivan Vladislavic, publié le 16/05/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "island", défini par l'auteur sud-africain Ivan Vladislavic.
article.png
Hidden (Richard Russo) par Richard Russo, publié le 16/05/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "hidden", défini par l'auteur américain Richard Russo.
article.png
Commemorate (Sefi Atta) par Sefi Atta, publié le 16/05/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "commemorate", défini par l'auteure nigériane Sefi Atta.
article.png
Co-auteur (Eric Overmyer) par Eric Overmyer, publié le 16/05/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "co-auteur", défini par l'auteur américain Eric Overmyer.
article.png
Anxiety (Sarah Treem) par Sarah Treem, publié le 16/05/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "anxiety", défini par l'auteure américaine Sarah Treem.
article.png
Swim Little Fish Swim (Lola Bessis et Ruben Amar) par Clifford Armion, publié le 13/05/2014
Après Frances Ha (Noah Baumbach, 2013), voici une nouvelle comédie New Yorkaise rafraîchissante. Production franco-américaine de Ruben Amar et Lola Bessis, Swim Little Fish Swim nous plonge dans l’univers de la colocation assumée. Une jeune artiste française, Lilas, squatte le canapé d’un couple que tout semble séparer. Leeward, musicien qui n’a jamais enregistré un disque, croit en l’idéologie contestataire des années 60 et refuse de compromettre son ‘intégrité artistique’ pour gagner de l’argent. Mary, infirmière fatiguée, rêve d’une petite maison de banlieue avec des meubles IKEA et un arbre devant...
type-video.png article.png
Blessure du corps et blessure du langage chez Shakespeare par Clifford Armion, publié le 25/04/2014
Cet article se propose d’étudier les rapports dialectiques qui unissent la violence représentée à la parole dans le théâtre de Shakespeare. Nous verrons que le langage immédiat de la blessure physique peut prendre le pas sur le texte prononcé par les acteurs. La crainte de la mort et de la dissolution du corps, exprimée par la blessure, est associée dans le texte shakespearien à l’économie et à l’extinction du langage. Le silence, corrélat de la mort, peut ainsi être lu comme une griffure à la surface du texte théâtral. Il apparaîtra que la violence physique entre en écho avec les silences, les incohérences du langage, mais aussi les ruptures de genre, constituant une forme de blessure du langage.
article.png
Home (Hugo Hamilton) par Hugo Hamilton, publié le 15/04/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "home", défini par l'auteur irlandais Hugo Hamilton.
article.png
Presentism (Craig Bourne) par Craig Bourne, publié le 15/04/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "presentism", défini par l'auteur anglais Craig Bourne.
article.png
Wave (Kate O’Riordan) par Kate O'Riordan, publié le 15/04/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "wave", défini par l'auteure irlandaise Kate O'Riordan.
article.png
Ghosts (Keith Scribner) par Keith Scribner, publié le 15/04/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "ghosts", défini par l'auteur américain Keith Scribner.
article.png
Absence (Goldie Goldbloom) par Goldie Goldbloom, publié le 15/04/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "absence", défini par l'auteure australienne Goldie Goldbloom.
article.png
The gun control debate in the US par James B. Jacobs, Claire Richard, publié le 08/04/2014
I consider myself a gun control skeptic. I do not believe, at this point in our history, with 300 millions firearms in private hands, and a constitutional right to keep and bear arms, and a political situation in which there is a very very small number of politicians who are willing to take a strong position on firearms, that there is a serious potential for regulatory controls. I don’t think that will happen. There is no magic bullet, if you can excuse the phrase, that will change American violence, but the good news is that it has been reduced substantially over the last 25 years....
type-video.png texte.png entretien.png
Word (Nick Flynn) par Nick Flynn, publié le 08/04/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "word", défini par l'auteur américain Nick Flynn.
article.png
Embrace (Nicholson Baker) par Nicholson Baker, publié le 08/04/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "embrace", défini par l'auteur américain Nicholson Baker.
article.png
Aura (Francisco Goldman) par Francisco Goldman, publié le 08/04/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "aura", défini par l'auteur américain Francisco Goldman.
article.png
Why? (Kate Colquhoun) par Kate Colquhoun, publié le 08/04/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "why", défini par l'auteure anglaise Kate Colquhoun.
article.png
Book (R.J. Ellory) par R.J. Ellory, publié le 08/04/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "book", défini par l'auteur anglais R.J. Ellory.
article.png
Story (Zoyâ Pirzâd) par Zoya Pirzad, publié le 04/04/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "story", défini par l'auteure iranienne Zoyâ Pirzâd.
article.png
Landscape (David Vann) par David Vann, publié le 04/04/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "landscape", défini par l'auteur américain David Vann.
article.png
Judgement (Jonathan Dee) par Jonathan Dee, publié le 04/04/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "judgement", défini par l'auteur américain Jonathan Dee.
article.png
Empathy (William T. Vollman) par William T. Vollman, publié le 04/04/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "empathy", défini par l'auteur américain William T. Vollman.
article.png
Unruhe (Helen Oyeyemi) par Helen Oyeyemi, publié le 04/04/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "Unruhe", défini par l'auteure anglaise Helen Oyeyemi.
article.png
What's a hero? par Susan Neiman, publié le 01/04/2014
When talking about heroes I’ve often been asked if I could please drop the problematic term ‘hero’ in favor of the term ‘role model’. I cannot, since the word role model is part of the problem: a sterile term that social scientists invented in 1957, which simply doesn’t work the way the word heroes does: to inspire, to challenge, to light fires for (and under) people of whatever age who need to be reminded that there is more to their lives than they are told to be resigned to. When attempting to use the word hero in a BBC discussion I was attacked by an interlocutor who justified her refusal to use the old-fashioned word ‘hero’ because “Hitler and Stalin were heroes.”
article.png
Remembering 9/11 - Politics of Memory par Marita Sturken, Claire Richard, publié le 31/03/2014
One of the reasons I was interested in trying to unpack the meanings of kitsch memory culture, say for instance in relationship to 9/11, is precisely the ways in which it creates this culture of comfort, that allows us to feel reassured. And that allows us to not confront the larger questions, about the project of American empire, about the project of national identity, about our priorities and our values as a nation, and about the kind of sacrifices that we have demanded on those serving in the armed forces, and all of the ways in which many families and many communities were really devastated by the wars in Iraq and Afghanistan...
type-video.png texte.png entretien.png
On verra (Douglas Kennedy) par Douglas Kennedy, publié le 25/03/2014
Chaque année, les invités des Assises Internationales du Roman rédigent la définition d'un mot de leur choix : il s'agit ici du mot "on verra", défini par l'auteur américain Douglas Kennedy.
article.png
Angela Davis: becoming an icon par Clifford Armion, publié le 24/03/2014
Séquence pédagogique en trois parties, autour de la militante américaine des droits de l'homme Angela Davis : 1. Angela Davis posters (Free Angela posters; Shepard Fairey artworks) / 2. Free Angela and All Political Prisoners (Free Angela trailer; Phonetics, the nuclear stress) / 3. Negotiating the Transformations of History (Extract from Angela Davis's The Meaning of Freedom; Grammar, the genitive)
dossier.png exercice.png
Finding the Way par Gunnar Olsson, publié le 17/03/2014
Gunnar Olsson explore l'influence du vocabulaire et des méthodes des géographes sur la pensée, la création littéraire, la religion et les arts. How do I find my way in the power-filled world of hopes and fears, truths and lies, love and hate, freedom and repression? By approaching it as if it was made of sticks and stones, mountains and rivers, as if it could be captured in a coordinate net of up and down, front and back, left and right..
article.png
Free Angela and All Political Prisoners par Clifford Armion, publié le 28/02/2014
Free Angela and All Political Prisoners is a documentary that chronicles the events surrounding the trial of Angela Davis in 1971. It was directed by Shola Lynch and released in 2012 (US).
type-video.png texte.png exercice.png
The Truth of Pussy Riot par Masha Gessen, publié le 21/02/2014
A great work of art is also often not immediately recognizable. Five young women entered the enormous Cathedral of Christ the Savior early in the morning on February 21, 2012, took off their overcoats to expose differently colored dresses and neon-colored tights, pulled on similarly neon-colored balaclavas, climbed up on the soleas (having lost one of their number in the process—she had been grabbed by a security guard), and proceeded to dance, play air guitar, and sing a song they called a “punk prayer,” beseeching Mother of God to “get rid of Putin.”
article.png