Vous êtes ici : Accueil / par_theme

Recherche multi-critères

Liste des résultats

Il y a 56 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Ressources en ligne sur le Songe d'une Nuit d'Eté par Frédérique Brisset, publié le 27/11/2009
Une sélection de sites web proposant des documents sur la pièce : le texte de la pièce, des ressources sur la mise en scène, des filmographies, des études et analyses, ainsi que des ressources bibliographiques et pédagogiques.
bibliographie.png
“Nay, faith, let not me play a woman. I have a beard coming” (MND. I. ii. 41-42): Dramatic illusion in A Midsummer Night’s Dream par Geneviève Lheureux, publié le 22/03/2010
Les personnages mythologiques ou féériques qui peuplent Le songe d'une nuit d'été occultent parfois la complexité d'une comédie qui examine les fondements mêmes de l'expérience théâtrale. La pièce dans la pièce, laborieusement répétée par une troupe d'acteurs amateurs, contribue certes à désamorcer les éléments potentiellement tragiques mis en scène dans l'intrigue centrée sur les amants athéniens, mais elle interroge aussi de manière radicale l'illusion dramatique, qu'elle finit pourtant par renforcer.
article.png
Musique et théâtre : la scène shakespearienne par Francis Guinle, publié le 27/11/2009
De nombreux ouvrages ont été écrits qui se penchent sur la spécificité du théâtre anglais au XVIe et au début du XVIIe siècle. D'autres, tout aussi nombreux, traitent de la musique élisabéthaine, comme "l'âge d'or" de la musique anglaise. Peu d'ouvrages, en revanche, ont pris en compte les rapports qui s'instaurent entre ces deux formes d'art. Sans vouloir refaire ici un long historique, déjà entrepris dans un travail de recherches précédent, il me faut malgré tout énoncer au moins les grandes étapes de cette collaboration entre musique et théâtre.
article.png
“I, poor monster” (Twelfth Night, II. 2. 33): Monsters as Subjects in A Midsummer Night’s Dream and The Tempest par Manon Turban, publié le 02/10/2018
This paper aims to study how the unusual characterisation of Caliban and Bottom as feeling and thinking subjects in Shakespeare’s A Midsummer Night’s Dream and The Tempest provokes the emergence of compassion, an emotion which monsters seldom inspired in the early modern period and which invites the audience to catch a glimpse of the mutability of human identity in these two monstrous characters.
type-image.png article.png
A Midsummer Night’s Dream ou l’art de la mise en scène par Estelle Rivier, publié le 26/11/2009
Par le biais de son intrigue secondaire, Le Songe d'une nuit d'été propose une partition de théâtre qui nous renseigne tant sur la façon de jouer à l'époque de Shakespeare que sur l'art de la scène dans sa globalité. C'est en partie pour cette raison que cette pièce, parodique, émouvante et onirique tout à la fois constitue un vivier en matière de création scénographique. Elle est aussi un gage d'originalité si l'on considère la mise en scène époustouflante de Peter Brook en 1970-71 qui a tant marqué l'histoire de la mise en scène de cette pièce qu'il est encore actuellement difficile d'innover sans que cela paraisse inadapté voire inconvenant...
article.png
The Night of the Hunter / La nuit du chasseur (Charles Laughton - 1955) par Lionel Gerin, publié le 28/11/2014
Pour inaugurer cette rubrique, je ne pouvais choisir aucun autre film. C'est une œuvre qui m'est chère, unique, dans tous les sens du terme, un diamant noir dans la cinéphilie mondiale, une pierre noire dans la nuit de l'enfance. Charles Laughton, immense acteur (de Mutiny on the Bounty à Quasimodo, de Hobson's Choice à Spartacus, passant de la comédie au drame, du film noir au péplum) réalise là son seul film, qui est depuis une des références absolues des cinéphiles. Les films uniques ont toujours une saveur particulière (que l'on se souvienne de Honeymoon Killers de Leonard Kastle, ou d'Electra Glide in Blue de James William Guercio, par exemple) et cette Nuit du chasseur ne fait pas exception.
type-video.png article.png
Bill Douglas Trilogy / La trilogie Bill Douglas My Childhood - My Ain Folk - My Way Home (Bill Douglas 1972 -1973 -1978) par Lionel Gerin, publié le 15/01/2015
Écosse. Un village minier près d'Édimbourg. 1945. Un enfant, son frère, leur grand-mère maternelle. Un prisonnier allemand.Mort de la grand-mère. Orphelinat. Grand mère paternelle. Un oncle. L'orphelinat encore. L'adolescence. La mine. Service militaire en Égypte. Rencontre de Robert. Ouverture. Les dialogues? Presque aucun. La musique? Aucune. L'action? Survivre. Le résultat? Au-delà des mots. Saisissement total. Comment en effet parler d'une telle œuvre? C'est un coup à l'estomac, un vent du Nord, une nuit charbonneuse.
type-video.png article.png
Miss Brill (1920) par Katherine Mansfield, publié le 28/06/2011
Texte de la nouvelle accompagné de l'enregistrement d'une lecture de ce texte.
article.png son.png
The Legacy (1944) par Virginia Woolf, publié le 28/06/2011
Texte de la nouvelle accompagné de l'enregistrement d'une lecture de ce texte.
article.png son.png
The Searchlight (1944) par Virginia Woolf, publié le 28/06/2011
Texte de la nouvelle accompagné de l'enregistrement d'une lecture de ce texte.
texte.png son.png
Conservatism in American Political Culture: the Example of Irving Kristol par Aurélie Godet , publié le 04/05/2007
Aurélie Godet s'interroge ici sur le statut de l'idéologie conservatrice aux Etats-Unis, remettant en cause l'idée d'une tradition conservatrice ancrée dans le pays au profit d'une idéologie qui se développe en réaction à une conjoncture sociale ou économique particulière.
type-video.png conference.png
Beverley Naidoo: A conversation with students par Beverley Naidoo, Lycée Jean-Baptiste de la Salle, Rouen, publié le 03/06/2010
La transcription d'une visioconférence entre Beverley Naidoo et les élèves du Lycée Jean-Baptiste de la Salle (Rouen).
article.png
L’art de représenter King Lear : analyse textuelle et picturale par Estelle Rivier, publié le 25/01/2010
King Lear a inspiré nombre de peintres si l'on songe à Edwin Austin Abbey, John Singleton Copley, John Rogers Herbert, Ford Madox Brown, pour ne nommer que certains d'entre eux. Le regard que ces derniers portent sur l'œuvre de Shakespeare nous invite à modifier le nôtre et nous guident dans une relecture de la pièce. Y apparaît alors de façon encore plus frappante le réseau sémantique de la vue. Les personnages souffrant de cécité physique et morale ont peine à y voir clair autour d'eux et en eux. Et pour nous qui les observons, les images se dédoublent quand par exemple le roi est aussi un fou et que son Fou gouverne l'entendement des choses. La duplicité, les double-sens, les visions polymorphes se multiplient. Tous ces aperçus de la scène du Roi Lear, qu'ils soient picturaux ou sémantiques sont à l'étude dans ce propos, par touches, comme chez les Impressionnistes.
article.png
“How does art come out of common clay?”: The Ordinary and the Extraordinary in Alice Munro’s Dance of the Happy Shades par Cécile Fouache, publié le 12/03/2016
Cet article a été rédigé dans le cadre d'une journée d'étude consacrée aux thématiques de l'agrégation (session 2017), qui a eu lieu à l'Université de Caen-Normandie.
article.png
Imitation of Life / Mirage de la vie (Douglas Sirk - 1959) par Lionel Gerin, publié le 07/10/2016
Le film raconte l'ascension et le succès de Lora (Lana Turner) qui, partie de rien, sacrifie sa vie amoureuse pour sa carrière d'actrice. Elle est aidée par Annie, une femme noire qu'elle héberge, et qui est tout à la fois femme de ménage, nounou, secrétaire, dame de compagnie. Toutes deux sont veuves et ont une fille. Il s'agit donc, entre autres, d'une histoire de réussite, mais c'est d'une self-made woman dont il est véritablement question ici, d'une incarnation féminine du rêve américain et des problèmes spécifiques que cela pose. Le film joue sur des couples: mère/fille, noire/blanche, riche/pauvre.
type-video.png article.png
The 9/11 memorial, an ambitious renunciation par Clifford Chanin, ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 15/01/2013
A partir d'une interview de Clifford Chanin, directeur de l'éducation et des programmes au 9/11 museum de New York, sur le mémorial du 11 septembre 2001, cette page propose des exercices de compréhension générale et détaillée, ainsi qu'un exercice de phonétique.
exercice.png type-video.png son.png
Net dangers par ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 19/06/2012
Cette page propose un document issu d'une campagne nationale avertissant les parents australiens des dangers cachés de l'Internet. Le document est accompagné de questions de compréhension générale et d'analyse.
exercice.png
What can we do to avert climate change? par Environmental Protection Agency, ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 16/09/2011
A partir d'une courte vidéo de l'agence américaine Environmental Protection Agency, traitant du changement climatique et des solutions pour y remédier, cette page propose des exercices de compréhension générale et détaillée, ainsi que de phonétique.
exercice.png type-video.png telechargement.png
Oil consumption in the US par Kevin Kallaugher, ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 15/09/2011
A partir d'une caricature de Kal (Kevin Kallaugher), dessinateur à The Economist, traitant de la consommation excessive de pétrole aux Etats-Unis, cette page propose des exercices de compréhension générale et d'analyse.
exercice.png type-image.png telechargement.png
Wayne Koestenbaum - Notes on Affinity par Wayne Koestenbaum, publié le 18/04/2011
Wayne Koestenbaum (États-Unis), poète, romancier et essayiste, est l'auteur d'une œuvre protéiforme et subversive qui explore les multiples facettes de l'identité américaine à travers de nombreux thèmes (les arts, la célébrité, les gender studies...) et où se mêlent les cultures littéraire, artistique, musicale et populaire. Dans Hotel Theory, il met en regard une enquête philosophique sur les hôtels et le récit d'une rencontre improbable entre deux icônes de la culture américaine : l'actrice mythique Lana Turner et la star du music-hall Liberace.
article.png
L’envers du Rêve Américain à travers « La Littérature » par Morgane Jourdren , publié le 26/03/2010
Toutes les versions du Rêve américain constituent la trame d'un discours que l'Amérique n'a jamais cessé de se tenir et de tenir sur elle-même. Ce Rêve d'une terre de tous les possibles, d'une terre idyllique, ancré dans l'inconscient collectif, c'est tout d'abord la presse qui le remet en question, à l'époque du muckraking notamment. Toute une génération de journalistes et d'écrivains met ainsi en lumière l'envers d'un rêve américain que les images de photographes et de cinéastes engagés ne démentiront pas.
article.png
Disruptive Kinship par Judith Butler, Hélène Cixous, Avital Ronell, publié le 20/01/2012
Que se passe-t-il lorsque les relations et les communautés ne dépendent plus, pour se développer, d'une formation naturelle ou de certains réseaux préexistants, mais créent leurs propres mouvements, souvent difficilement contrôlables ? Les affinités ont peu à voir avec les liens familiaux et les structures codifiées socialement. Elles ne jaillissent pas d'une source commune, ni d'une quelconque communauté. Au contraire, elles conduisent à des assemblages inattendus, à des agrégats de personnes et d'êtres qui défient les arrangements prétendument naturels. What happens when relations and community do not depend on natural formations or grids for their unfolding but create their own, often untrackable movements? Affinities have little to do with family ties or socially codified structures. They do not well up from a common spring or identified community. Rather, they lead to unexpected pairings and conglomerates of people and beings that defy supposedly natural arrangements.
conference.png type-video.png
Qu'est-ce qu'un acte d'écriture ? Analyse d'un cas : les promesses de mémoire adressées aux morts du 11/9 par Béatrice Fraenkel, publié le 29/01/2015
Dans le cadre de la construction d'une anthropologie pragmatique de l'écriture, Béatrice Fraenkel, anthropologue et directrice d'étude à l'EHESS, interrogera cette notion, à partir d'une analyse de cas : celui des "promesses de mémoire" (ex. "we will never forget you") recueillies à New York après le 11/9. Il s'agira à la fois de proposer une analyse des énoncés comme actes de langage (Austin), comme acte d'écriture, en prenant appui sur leur matérialité (affichage, autographie, signature etc) et la situation dans laquelle ils sont produits, et de proposer une interprétation concernant la mémoire promise par ces actes d'écriture, en prenant appui sur les travaux d'Arendt, d'Halbwachs et de Ricoeur.
type-video.png conference.png
Rêves d’horizon dans Julius Caesar par Laurence Crohem, publié le 10/11/2011
Dans la pièce, l'assassinat de Caesar semble être non seulement l'indice d'un trouble politique, mais aussi d'une temporalité problématique. L'assassinat paraît toujours être un horizon qui se dérobe, un événement qui n'a jamais lieu au présent, et semble offrir un changement de paradigme éphémère, chaque Romain, Brutus comme tous les autres, devenant un temps souverain potentiel et interchangeable. Se dessine alors l'idée d'une crise du self solidaire du trouble politique et temporel : hanté par d'autres, Brutus semble développer une étrange modalité du self. Quel horizon du soi l'assassinat de Caesar dessine-t-il ?
article.png
Voir à travers la chair : lecture et mise en perspective du corps blessé dans King Lear par Clifford Armion, publié le 12/02/2010
Les corps blessés, ainsi que les cadavres, occupent une place centrale dans le Roi Lear. Les spectateurs de la tragédie sont amenés à scruter les corps des personnages dans l'espoir d'une révélation, d'une découverte de leur nature profonde, de leur âme. Les blessures peuvent être lues comme des inscriptions à même la chair dont le sens, bien qu'associé au corps même des personnages, peut être trompeur. Cette communication vise à étudier de quelle manière et dans quel but les cadavres sont exposés, mis en perspective et mis en scène dans King Lear. Pour cela, il sera nécessaire de replacer la pièce dans le contexte de l'Angleterre élisabéthaine, de sa culture et ses croyances.
article.png
The Battle of the Somme (1916) par ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 30/09/2013
Cette page aborde l'épisode de la bataille de la Somme, vu par des historiens, mais aussi par des témoignages de soldats, par la presse de l'époque et par le ministère de la guerre. Les différents documents présentés font l'objet d'une tâche à réaliser par les apprenants.
type-image.png texte.png exercice.png type-video.png
Sharing Information: A Day in Your Life par Federal Trade Commission, ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 19/06/2012
Cette page propose, à partir d'une courte animation réalisée par la Federal Trade Commission, des exercices de compréhension générale et détaillée, des questions pour aller plus loin sur le thème de la diffusion des informations personnelles sur Internet, ainsi qu'un point de phonétique.
type-video.png exercice.png telechargement.png
Sally Morgan, Citizenship (1988) par Sally Morgan, ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 03/01/2012
Sally Morgan est une auteure et une artiste australienne aborigène. Ses travaux traitent des relations troublées entre aborigènes et population blanche en Australie au cours du XXème siècle. A partir d'une oeuvre de cette artiste, cette page propose plusieurs exercices d'analyse d'image.
exercice.png type-image.png telechargement.png
Mr Brainwash's wall painting par ENS Lyon La Clé des Langues, publié le 04/02/2011
Cette page propose une photo d'une peinture murale de l'artiste Mr Brainwash, qui représente trois des grands noms du mouvement pour les droits civiques (Rosa Parks, Martin Luther King, Barack Obama). Ce document est accompagné de plusieurs exercices permettant une analyse de l'image.
type-image.png exercice.png
Beverley Naidoo, The Other Side of Truth, 2000 par Beverley Naidoo, Lycée Jean-Baptiste de la Salle, Rouen, publié le 17/05/2010
Deux extraits d'une pièce inspirée du roman "The Other Side of Truth" de Beverley Naidoo, adaptée par David Stevens, et jouée au Musée des Beaux-Arts de Rouen par les élèves de Madame Bertholle, professeur d'anglais au Lycée J. B. de la Salle.
type-video.png
Culture du marché, culture du capitalisme, culture étatsunienne ? par Pierre Gervais , publié le 18/06/2007
Spécialiste de l'histoire économique, Pierre Gervais focalise son intervention sur la distinction entre capitalisme, économie marchande et économie de marché. D'une part, l'économie de marché américaine contemporaine ne peut être assimilée à l'économie marchande de l'époque coloniale, d'autre part, la liberté économique qui s'est développée aux Etats-Unis ne recouvre pas la même réalité que ce que nous nommons capitalisme en Europe.
type-video.png conference.png
The Paradoxes and Crisis of Contemporary Conservatism par David O'Brien , publié le 24/04/2007
A partir d'une définition de 5 piliers du conservatisme américain, David O'Brien nous explique comment l'action des élites conservatrices américaines au cours des 25 dernières années a conduit à un renversement de ces valeurs menant à la crise qui s'est révélée dans l'échec électoral des républicains en novembre 2006.
type-video.png conference.png
The Man Who Shot Liberty Valance / L'Homme qui tua Liberty Valance (John Ford -1962) par Lionel Gerin, publié le 26/02/2015
John Ford est l'un des plus grands, sans contestation possible. Citons Orson Welles, interviewé sur les cinéastes importants à ses yeux, qui répondait:"Les vieux maîtres, c'est à dire John Ford, John Ford et John Ford." L'Homme qui tua Liberty Valance est l'avant-dernier western de John Ford est l'un de ses derniers films. Ford a contribué, et comment!, à forger la légende de l'ouest, il en est l'un des "inventeurs". Il est donc passionnant de voir son regard vieillissant sur le genre et les thèmes qu'il affectionne: la loi et son avènement, opposée au "wild west", la vieillesse, la fidélité, la vérité et la légende, la "naissance d'une nation", d'une communauté, la violence et son usage.
type-video.png article.png
La narrativité des 'progresses' : Marriage à-la-mode par Clifford Armion, publié le 11/04/2011
La série la plus célèbre de Hogarth est une satire du mariage arrangé entre l'héritier d'une famille noble désargentée et la fille d'un riche bourgeois de Londres. Les tableaux, peints par Hogarth entre 1743 et 1745, se vendirent mal ; cent vingt Guinées alors que l'encadrement à lui seul en avait coûté vingt-quatre. Ces toiles qui font aujourd'hui partie des collections de la national Gallery sont peintes à l'envers du sens voulu pour les gravures, cela pour éviter le travail fastidieux d'une copie au miroir. Hogarth avait pour visée principale la série de gravures. Elle sera réalisée par des français (G. Scotin, B. Baron, S. F. Ravenet), à l'exception des visages que Hogarth prétend avoir gravés lui-même.
article.png
Masterclass de Guillermo del Toro - Festival Lumière 2017 par Guillermo del Toro, Didier Allouch, publié le 06/03/2018
À l'occasion du Festival Lumière de 2017, Guillermo del Toro est venu à Lyon présenter en avant-première son dernier film, The Shape of Water, qui vient de remporter l'Oscar du Meilleur Film. Il a rencontré le journaliste Didier Allouch lors d'une Masterclass donnée à la Comédie Odéon, dans laquelle il évoque l'impact que son éducation catholique a eu sur son art et la relation qu'entretient notre société avec le cinéma et les images. Ce texte est une retranscription éditée de l'entretien.
texte.png conference.png
La présidence Obama ou la confirmation d’un renforcement institutionnel transpartisan de l’exécutif américain par Hamed Jendoubi, publié le 29/05/2017
La présidence américaine, dirigée par celui que l'on présente volontiers comme le « leader du monde libre », est aujourd'hui une institution bien plus puissante que lors de sa création en 1787. Cet article partira d'une analyse de la présidence de Barack Obama pour insister sur le caractère transpartisan de ce renforcement institutionnel, qui est aussi bien le fait de présidents démocrates que de leurs homologues républicains.
article.png
President Obama's Farewell Address - January 2017 par Marion Coste, publié le 12/01/2017
Obama a profité de son discours d'adieux pour faire le bilan de ses deux mandats et rendre hommage à sa femme et ses filles, ainsi qu'à son Vice-Président, Joe Biden. "Yes We Did", a-t-il conclu. La Clé anglaise vous propose une transcription de ce discours d'adieux, ainsi qu'une retransmission de son allocution. Cette retranscription, qui provient du site officiel de la Maison Blanche, a été divisée en plusieurs parties afin de faciliter la recherche d'extraits pouvant faire l'objet d'une étude en classe.
type-video.png article.png
Élections présidentielles américaines 2016 - Les primaires par Fabien Poète, publié le 19/02/2016
La Clé des langues vous propose un article sur les primaires américaines permettant de faire le point sur les candidats encore en lice (Hillary Clinton et Bernie Sanders pour les démocrates, John Kasich, Ted Cruz, Marco Rubio et Donald Trump pour les républicains), de résumer les grandes lignes de leurs programmes et de retracer les moments importants de leurs campagnes. L'article renvoie vers de nombreux liens (articles de journaux, extraits vidéos) pouvant faire l'objet d'une étude en classe.
article.png
Questions d'urbanisme à New York par Michel Lussault, Clifford Armion, publié le 29/11/2012
Michel Lussault, professeur de géographie et directeur de l'Istitut Français d'Education, répond aux questions de Clifford Armion, responsable de La Clé des langues, dans le cadre d'une rencontre organisée par la Villa Gillet dans les locaux newyorkais du Guardian, le 13 octobre 2012. Il évoque les changements opérés dans le paysage urbain de New York ces dernières années aux travers d'exemples comme la reconfiguration de Time Square, la transformation de la High Line en promenade ou bien encore le mémorial du 11 septembre.
type-video.png entretien.png
Le récit de voyage à l’épreuve des langues : le cas des récits de voyage de Jacques Cartier (1534-1545) par Susan Baddeley, publié le 30/09/2011
Cet article analyse, à partir d'une série de textes du XVIe siècle relatant les voyages du capitaine Jacques Cartier vers le Canada, les enjeux politiques des initiatives d'exploration du Nouveau Monde à partir des années 1530, et la façon dont les traductions et éditions de ces récits de voyage, soumis à des aléas linguistiques et matériels, ont contribué à la fois à justifier ces voyages auprès de leurs commanditaires et à agir sur l'opinion publique des pays en présence.
article.png
Le retour dans The God of Small Things d’Arundhati Roy par Elsa Sacksick, publié le 02/05/2011
The God of Small Things, est une œuvre sous le signe du retour. Celui-ci s'inscrit dans le rapport à l'espace, au temps, dans la construction narrative et se révèle affecter la langue elle-même. Nous verrons, après avoir étudié les différentes modalités du retour en tant que réitération, que s'il prend à première vue la forme d'un ressassement, d'une régression ou d'un bégaiement, il apparaît également à l'origine d'un rythme puissant qui scande l'écriture et lui insuffle une qualité éminemment poétique.
article.png
Antonio A. Casilli - Bums, Bridges, and Primates: Some Elements for a Sociology of Online Interactions par Antonio A. Casilli, publié le 24/02/2011
Antonio A. Casilli, sociologue, est chercheur au Centre Edgar-Morin de l'EHESS (Paris), où il enseigne la socio-anthropologie des usages numériques. Il vient de publier Les Liaisons numériques, ouvrage riche et surprenant qui met à mal le mythe de la réalité virtuelle désincarnée et désocialisante et montre qu'Internet offre des modalités neuves et fécondes du lien social. Ce texte a été écrit à l'occasion d'une rencontre organisée par la Villa Gillet autour de la "Web culture : nouveaux modes de connaissance, nouvelles sociabilités".
article.png
Dominique Cardon - Production de soi, distance à soi. Recompositions identitaires à l’heure d’Internet par Dominique Cardon, publié le 24/02/2011
Dominique Cardon, sociologue, est chercheur à Orange Labs et au Centre d'études des mouvements sociaux (EHESS). Dans La Démocratie Internet, ce spécialiste des usages des nouvelles technologies s'intéresse à la fonction politique du web, véritable laboratoire d'expériences démocratiques qui élargit formidablement l'espace public et renouvelle les possibilités de critique et d'action. Ce texte a été écrit à l'occasion d'une rencontre organisée par la Villa Gillet autour de la "webculture : nouveaux modes de connaissance, nouvelles sociabilités".
article.png
Virginia Heffernan - The Digital Revolution par Virginia Heffernan, publié le 21/02/2011
Virginia Heffernan, journaliste, tient la rubrique « The Medium », consacrée à la web culture, dans le New York Times Magazine. Dans son prochain livre, The Pleasures of the Internet, elle porte un regard d'esthète sur le web qu'elle considère comme une œuvre d'art collective, véhicule d'expériences sensorielles fortes. Son approche unique nous permet de mieux appréhender le potentiel culturel des nouvelles technologies. Ce texte a été écrit à l'occasion d'une rencontre organisée par la Villa Gillet autour de la "webculture : nouveaux modes de connaissance, nouvelles sociabilités".
article.png
Langston Hughes : poète jazz, poète blues par Frédéric Sylvanise, publié le 21/02/2011
Langston Hughes (1902-1967) fait partie de ces poètes qui ont nourri leur travail de l'exploration d'autres arts, en l'occurrence de la musique et des arts plastiques. Omniprésente dans des pans entiers de sa carrière, la musique n'a pas fait office chez lui de simple source d'inspiration, mais d'une sorte de matrice à un travail d'alchimie : déplacer les rythmes du jazz ou du blues vers le territoire poétique, c'est-à-dire « adapter » le langage musical au langage poétique.
article.png
Rêve américain, Rêve d’Amérique : une introduction par Morgane Jourdren , publié le 08/03/2010
« J'avoue que dans l'Amérique, j'ai vu plus que l'Amérique ». Cette célèbre formule d'Alexis de Tocqueville ne résume-t-elle pas à elle seule l'histoire d'une terre qui, dès l'aube de l'Humanité, a habité les esprits, enflammé les imaginations et délié tant la plume que les langues ? Comment définir le rêve américain ? Comment l'Amérique, au sens métaphorique du terme, se manifeste-t-elle en terre américaine et à Hollywood en particulier ?
article.png
Observation, affect et point de vue : la mise en mots d'un naturaliste par Aliyah Morgenstern , publié le 15/06/2009
Cet article propose une exploration linguistique originale du "Journal of Researches" publié par Darwin au retour de son expédition sur le Beagle. Aliyah Morgenstern y met en avant les stratégies discursives déployées par Darwin pour, d'une part, mettre en mots l'inconnu auquel il avait été confronté au cours de son voyage et, d'autre part, éviter la controverse au moment d'émettre les premières hypothèses issues de ses observations.
article.png
Poésie, chose publique, prose commune : De Wordsworth à Coleridge par Eric Dayre, publié le 14/03/2008
Avec les Ballades Lyriques, Wordsworth et Coleridge expriment leur rejet de la diction poétique héritée du XVIIIe siècle et prônent un recours au langage simple et authentique du quotidien. Pour ces poètes fortement influencés par la Révolution française, ce projet esthétique se double d'un enjeu politique : la diction poétique est assimilée au despote en place dont l'autorité repose sur une mystification rhétorique à laquelle il convient d'opposer une incroyance critique (« disbelief »). Confrontés, comme tous les romantiques anglais, au rapport entre prose et poésie, ils tentent de reproduire le langage épuré des propriétaires terriens plus ou moins instruits dans une « prose rythmique » qui contient par là-même l'utopie d'une république pastorale. Cet idéal démocratique connaît ensuite une évolution. Si Wordsworth poursuit cet idéal jusqu'au bout, Coleridge, lui, est amené à reconnaître que le style humble de cette prose se distingue profondément du langage des habitants de la campagne. Il abandonne dès lors cette idée et redéfinit la prose moderne comme l'expression d'un « langage figuré de la pensée », faisant référence à l'imagination du poète intellectuel, et par là même réservée à une élite restreinte capable d'une illumination et d'une autonomie conceptuelle dont, dans un second temps, le discours des hommes pourra bénéficier.
article.png
Wild River / Le fleuve sauvage (Elia Kazan - 1960) par Lionel Gerin, publié le 10/11/2016
Une Amérique tiraillée entre deux temps, un monde qui laisse place à un autre, avec son cortège de peur de l'avenir et de l'inconnu, son repli sur soi, tout cela sonne éminemment actuel, en cette période d'élections. C'est, entre autres, de cela que parle Wild River. En 1933, dans l'Amérique du New Deal, l'ingénieur Chuck Glover (Montgomery Cliff) est chargé de convaincre quelques propriétaires d'une petite ville du Tennessee de vendre leurs terres au gouvernement, qui va construire un barrage censé réguler le cours meurtrier de la rivière Tennessee. Parmi les derniers à résister, Ella Garth (Jo Van Fleet), grand mère revêche, refuse et s'accroche à son bien.
type-video.png article.png
Vanishing Point / Point limite zéro (Richard Sarafian - 1971) par Lionel Gerin, publié le 13/09/2016
Quand sort Vanishing Point, en 1971, le Nouvel Hollywood bat son plein. Initié dès les années 60 par des films comme The Graduate (Le lauréat) de Mike Nichols, ou Bonnie and Clyde d'Arthur Penn, ce "nouveau cinéma" a ouvert le champ à une autre Amérique, à ses laissés pour compte, ses losers. Longtemps tus, sinon interdits sur les écrans, beaucoup de problèmes commencent alors à être abordés: la sexualité sous tous ses aspects, les drogues, les violences conjugales et parentales, l'univers carcéral, la maladie mentale, le traitement des minorités, toutes les hypocrisies d'une société bourgeoise polissée, les mensonges de l'American Dream. La guerre même n'est plus héroïque, le Vietnam occupe toute l'actualité.
type-video.png article.png
Entre requête et chant d’espérance : l’horizon de la prière chez Thomas Becon par Christian Jérémie, publié le 08/11/2011
Thomas Becon, (1512-1567) Réformateur anglais de l'Eglise d'Angleterre, persécuté par Henri VIII, emprisonné puis exilé sous Marie, était réputé à son époque comme prédicateur, catéchète, et auteur de prières. Ses textes recèlent une grande maîtrise rhétorique et un certain art du bien dire, sa prose étant quasi poétique. Il déclare qu'on ne s'adresse pas à Dieu n'importe comment, et qu'il faut user d'un langage choisi. C'est pourquoi ses prières peuvent paraître d'authentiques camées littéraires, témoignant d'une foi inébranlable dans le salut gratuit offert par Dieu à ses élus par les souffrances, la mort, et la résurrection de Jésus Christ.
article.png
Horizons nouveaux, Souli (Alexander Abela) et Stage Beauty (Richard Eyre) : deux versions d’Othello en marge, à l’horizon du texte par Anne-Marie Costantini-Cornède, publié le 21/10/2011
Le paradoxe de l'essai cinématographique, de l'adaptation « librement inspirée de William Shakespeare », nous est désormais familier. La réécriture hybridité, modernisation ou parodie post-moderne, qui inscrit l'espace du texte filmique dans d'autres horizons, créant nouveauté et surprise, relève d'une imitation différentielle, à la fois proche et différente du modèle. Alexander Abela et Richard Eyre bousculent les conventions dans leur version d'Othello, (2004) Alors qu'il explore les ressorts archétypaux de l'humeur jalouse, le cinéaste - auteur prend des libertés avec l'histoire, le contexte, ou les conventions d'un genre. La démarche interprétative, indirecte, est cependant de nature différente dans les deux films.
article.png
Le rêve américain dans la rhétorique présidentielle américaine moderne (1937-2010) par Aurélie Godet , publié le 30/08/2010
À partir d'une étude statistique des occurrences de l'expression "American dream" dans les discours présidentiels, cet article tente d'expliquer la popularité croissante de l'expression depuis sa première utilisation par Franklin Roosevelt en 1937. Il s'efforce également de voir si le contenu du rêve tel que défini par les présidents est resté le même ou s'il s'est modifié au gré de besoins politiques conjoncturels. Est-il possible, notamment, d'établir une dichotomie pertinente entre « rêve américain démocrate » et « rêve américain républicain » ? Notre conclusion sera que la référence au rêve, si elle a bien une portée délibérative, s'apparente surtout à une ressource rhétorique destinée à accroître l'avantage du président dans le jeu politique.
article.png
Les nouveaux conservateurs et le thatchérisme : l'impossible rupture ? par Valérie Auda-André, publié le 09/04/2010
A la suite de l'élection de David Cameron au poste de leader en 2005, le renouvellement de l'équipe dirigeante, la nouvelle tonalité du discours conservateur et le projet de rénovation du parti ont contribué à alimenter la thèse d'une rupture avec l'héritage thatchérien. Cet article a pour objectif de tenter d'évaluer la pertinence de cette analyse en proposant un examen des principales caractéristiques et sources d'inspiration du "nouveau" conservatisme. Il s'agira également de tenter d'évaluer sa capacité à produire une nouvelle synthèse susceptible d'emporter l'adhésion au-delà du périmètre électoral naturel du parti conservateur et de marginaliser durablement les opposants dans son propre camp.
article.png
Le couple Obama incarnation de l'American Dream ? par Pierre-Marie Loizeau , publié le 29/03/2010
En novembre 2008, Barack Obama a fait un triomphe auprès des minorités et plus particulièrement auprès de la communauté noire. Mais il n'est pas le seul Obama. Son épouse Michelle bénéficie aussi d'une grande popularité, auprès des femmes et chez les Afro-Américains auxquels elle s'identifie pleinement. Figure icônique, elle est modèle et miroir. Mais au-delà des qualités individuelles propres de ces deux personnages hors du commun, c'est bien le couple présidentiel qui fait vibrer l'Amérique. Cette union, par ses différences et ses complémentarités, son exemplarité et l'image du bonheur qu'il inspire, incarne bel et bien le rêve américain.
article.png
Benang, itinéraire d’une reconstruction identitaire : de la dislocation à la renaissance par Isabelle Bénigno, publié le 08/04/2011
L'écrivain aborigène Kim Scott doit indiscutablement sa notoriété à la publication en 1999 de son second roman, Benang. Harley (métis aborigène) tente de retrouver ses racines, de comprendre pourquoi il est aborigène alors qu'il est blanc de peau. A travers l'examen de documents historiques authentiques (des origines de l'Australie coloniale à la mise en œuvre de la politique d'assimilation) et le récit des vies brisées des grands-parents, oncles et tantes du narrateur, ce dernier explore les violences physiques et psychologiques subies par les Aborigènes. L'éclatement de la diégèse accompagne le narrateur dans la découverte progressive d'une généalogie personnelle pour le moins cruelle. Au terme de cette quête, Harley réalise qu'il est le « résultat » de plusieurs générations de métissage imposé par des autorités australiennes déterminées à « blanchir la race » et dont son grand-père, Ern Solomon Scat est l'un des artisans.
article.png