Vous êtes ici : Accueil / par_theme

Recherche multi-critères

Liste des résultats

Il y a 6 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Éloi Laurent - De la Nature aux ressources naturelles : l’éthique que l’économie révèle par Eloi Laurent, publié le 14/01/2011
Éloi Laurent est économiste et enseigne à Sciences-po, Stanford et au Collège des Hautes Études Européennes. Dans La Nouvelle Écologie politique, il propose un regard neuf et optimiste sur l'avenir de notre planète : le développement humain ne mettrait pas en péril les ressources naturelles à condition que les citoyens élèvent leur niveau d'exigence démocratique.
article.png
Hicham-Stéphane Afeissa - Ethique environnementale par Hicham-Stéphane Afeissa, publié le 14/01/2011
Hicham-Stéphane Afeissa, philosophe, est l'auteur d'un essai personnel sur le thème de l'éthique environnementale anglo-américaine, La Communauté des êtres de nature, dans lequel il propose une approche originale des problèmes environnementaux en marge de l'écologisme français.
article.png
Akeel Bilgrami - Politics, Nature, and Enchantment par Akeel Bilgrami, publié le 14/01/2011
Akeel Bilgrami, directeur du Heyman Center for the Humanities (Columbia), est une figure centrale de la philosophie contemporaine du langage et de l'esprit. Ses ouvrages, Belief and Meaning (Blackwell, 1992) et Self-Knowledge and Resentment, ont connu un grand succès aux États-Unis. Portés par une démarche philosophique originale et singulière, ils proposent un nouveau cadre de pensée. Après s'être intéressé aux questions de la connaissance de soi et l'intentionnalité, Akeel Bilgrami bouscule les manières de penser la nature et les relations que l'homme entretient avec elle.
article.png
An interview with Akeel Bilgrami on environmental ethics par Akeel Bilgrami, Clifford Armion, publié le 14/01/2011
Akeel Bilgrami, directeur du Heyman Center for the Humanities (Columbia), est une figure centrale de la philosophie contemporaine du langage et de l'esprit. Ses ouvrages, Belief and Meaning (Blackwell, 1992) et Self-Knowledge and Resentment, ont connu un grand succès aux États-Unis. Portés par une démarche philosophique originale et singulière, ils proposent un nouveau cadre de pensée. Après s'être intéressé aux questions de la connaissance de soi et l'intentionnalité, il bouscule les manières de penser la nature et les relations que l'homme entretient avec elle.
entretien.png type-video.png texte.png
Le capitalisme comme culture américaine par Jean Heffer , publié le 18/06/2007
Cette troisième séance de l'Atelier Amérique du Nord s'attaque à une idée reçue assez répandue en France associant fortement le capitalisme à la culture américaine. Jean Heffer, spécialiste de l'histoire économique, aborde la question avec prudence, et le soin qu'il prend à définir les termes qu'il emploie nous aide à comprendre comment une simplification abusive ne peut aboutir qu'à des stéréotypes stériles.
type-video.png conference.png texte.png
« The Caretaker of Humanity » : pour une praxis théâtrale par Liza Kharoubi , publié le 21/01/2010
L’étude du texte de Pinter nous dévoile qu’il est utile de faire la distinction entre « la scène » comme espace total, violent et irréel et « le théâtre » qui inclut la relation faciale de la scène à un public de chair et de sang à chaque représentation. Le théâtre y est alors envisagé comme le lieu de partage d’une parole, de dissémination d’une parole écrite et (ré)citée. Par comparaison avec l’école, avec les lieux de prière, ou encore les assemblées politiques qui sont aussi des lieux de partage de la parole, le théâtre a ceci de particulier qu’il offre ce partage comme le sens même de son existence. Le partage de la parole y est vécu pour lui-même, sans autre intérêt que d’en jouir, dans le comique ou dans le tragique. A partir des réflexions de Stanley Cavell et Emmanuel Lévinas, nous avons tenté de proposer une interprétation « poéthique » de la pièce de Pinter The Caretaker, c’est-à-dire une interprétation qui tienne compte de cette relation du partage de la parole.
article.png