Vous êtes ici : Accueil / par_theme

Recherche multi-critères

Liste des résultats

Il y a 9 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Christa Wolfs "Kindheitsmuster". Der schwierige Umgang mit der Kindheit im Nationalsozialismus als literarischer Gegenstand par Nicolas Batteux, publié le 07/10/2016
Le roman "Kindheitsmuster" de Christa Wolf, publié en 1976, a marqué son époque en prenant à bras-le-corps le problème douloureux de la confrontation de l'individu avec le passé nazi. Dans cette oeuvre, Wolf examine de manière distanciée sa propre existence sous les traits du personnage de Nelly. La nécessité impérieuse de se remémorer le passé débouche sur une structure narrative complexe, dans laquelle Nelly, adulte, se lance dans l'écriture pour revenir à ce passé profondément problématique, qui a entraîné la dislocation de son être. Finalement, Nelly parvient à dire "je" et à réconcilier les différentes strates de son passé. C'est ainsi que coïncident dans le roman la fin de la confrontation avec le passé et la fin du processus thérapeutique que constitue l'écriture pour Nelly, montrant par la même occasion le rôle essentiel que joue la littérature aux yeux de Christa Wolf dans le travail de mémoire.
article.png
Maxim Leo im Interview par Maxim Leo, Mareike Boldt, publié le 31/10/2018
L'auteur berlinois Maxim Leo était l'invité des Assises Internationales du Roman organisées par la Villa Gillet en mai 2017. A cette occasion, il a accepté de répondre à nos questions sur son roman "Haltet euer Herz bereit", dans lequel il dépeint l'histoire de sa famille est-allemande, véritable RDA en miniature.
texte.png entretien.png
Interview mit Abbas Khider par Abbas Khider, Jana Gulyas, publié le 31/03/2017
Le 17 mai 2016, Abbas Khider était invité à Lyon pour parler de son roman "Brief in die Auberginenrepublik" à l'occasion de sa parution en français chez Piranha sous le titre "Lettre à la république des aubergines". La Clé des Langues a eu le plaisir d’interviewer Abbas Khider sur la place Bellecour à la suite de cette soirée d'échanges à la librairie Decitre. Au cours de cet entretien, il évoque notamment ses rituels d’écriture et aborde la question de l’intégration en Allemagne, tout d’abord du point de vue de son parcours personnel puis en relation avec la question actuelle des réfugiés.
type-video.png entretien.png
Théâtre contemporain allemand et autrichien par Sylvie Arlaud , publié le 04/07/2011
Avec les pièces de Roland Schimmelpfennig (Der goldene Drache 2009, Eine arabische Nacht 2006...) et d'Ewald Palmetshofer (Hamlet ist tot 2007; Faust hat hunger 2009; Tier.man wird doch wohl noch unterschicht 2010), j'aimerais évoquer certaines particularités du théâtre contemporain de langue allemande en considérant aussi le dialogue très fructueux qui s'établit entre les auteurs et les metteurs en scène (qui ont créé leurs pièces à Vienne, Dresde ou Hambourg). La notion de crise identitaire, la question du lien entre engagement politique et écriture dramatique entrent en résonance avec les esthétiques particulières liées à l'écriture post-dramatique et serviront de fil rouge à la présentation.
type-video.png conference.png
Jonas Lüscher: "Haben Sie Humor, wenn Sie alleine sind?"... par Jonas Lüscher, publié le 10/05/2019
Ce texte inédit de Jonas Lüscher a été rédigé en avril 2018 dans le cadre des Assises Internationales du Roman (Lyon, mai 2018). Lüscher y évoque l'importance de l'humour et de l'ironie dans son écriture, qu'il voit par ailleurs comme les racines du roman.
article.png
Sepia par Nicolas Brachet , publié le 07/09/2012
Sepia est une BD de Nicolas Brachet traduite en allemand par Maren Butzheinen et Marie-Laure Durand. Découvrez le voyage sous-marin de Mashiro Mori, calligraphe à la recherche de l’encre parfaite. A l’heure où l’écrit est souvent dissocié de son scripteur et de son support original par les rebonds d’internet, le coup de crayon de Nicolas Brachet nous laisse entrevoir l’amour du papier et de l’encre, l’écriture comme forme artistique. Cette page permet de consulter l'intégralité de l'oeuvre.
monographie.png albumimage.png telechargement.png
Andrea Maria Schenkel : "dunkle Geschichten" par Evelyn Wiesinger, publié le 09/04/2009
Andrea Maria Schenkel est déjà un auteur reconnu qui a obtenu à deux reprises le Prix du Polar allemand pour ses « petites histoires sombres », ((Tannöd)) (2006) et ((Kalteis)) (2007). Son dernier roman, Bunker, vient de paraître. Entretien avec Andrea Maria Schenkel autour de l’écriture, du genre policier et de la place des femmes. Andrea Maria Schenkel hat zweimal den Deutschen Krimi Preis erhalten für ihre dunkle Geschichten. Ihr dritter Roman, ((Bunker)), ist gerade erschienen. Eine Diskussion mit Schenkel über das Schreiben, das Genre Krimi, das Frauenbild in Deutschland.
son.png article.png entretien.png
Andrea Maria Schenkel : "dunkle Geschichten" par Evelyn Wiesinger, publié le 09/04/2009
Andrea Maria Schenkel est déjà un auteur reconnu qui a obtenu à deux reprises le Prix du Polar allemand pour ses « petites histoires sombres », ((Tannöd)) (2006) et ((Kalteis)) (2007). Son dernier roman, Bunker, vient de paraître. Entretien avec Andrea Maria Schenkel autour de l’écriture, du genre policier et de la place des femmes. Andrea Maria Schenkel hat zweimal den Deutschen Krimi Preis erhalten für ihre dunkle Geschichten. Ihr dritter Roman, ((Bunker)), ist gerade erschienen. Eine Diskussion mit Schenkel über das Schreiben, das Genre Krimi, das Frauenbild in Deutschland.
son.png article.png entretien.png
Nellja Veremej: "Berlin liegt im Osten" par Nellja Veremej, publié le 29/08/2014
Nellja Veremej était l’invitée du Goethe Institut de Lyon pour une lecture de son premier roman "Berlin liegt im Osten", animée par Anne Lemieux, maître de conférences en littérature allemande à l’ENS de Lyon.Une rencontre en allemand et en français, grâce à la traduction de Romain Becker. La lecture est suivie d’un entretien mené par Anne Lemieux. Dans cette deuxième partie, il est question des parallèles possibles entre "Berlin liegt im Osten" et la peinture magistrale de Berlin faite par Döblin dans "Berlin Alexanderplatz". Nellja Veremej est interrogée par le public sur son rapport à la langue allemande, qui est sa langue d’écriture mais n’est pas sa langue maternelle et reste pour elle une langue qui lui « résiste ». Nellja Veremej ne se reconnaît pas vraiment dans la dite littérature de la migration (Migrationsliteratur), chacun faisant l’expérience du départ et de la migration à plus ou moins grande échelle au cours de son existence.
type-video.png entretien.png