Vous êtes ici : Accueil / par_theme

Recherche multi-critères

Liste des résultats

Il y a 32 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Les mots du droit, les choses de la politique : Machiavel et le travail de la langue par Giorgio Bottini, publié le 30/11/2017
Cette communication a pour ambition d’éclairer la nature du concept d’amitié politique dont Machiavel se sert dans son système d’écriture. Le but est de retracer la trajectoire de pensée et d’expérience qui mène progressivement Machiavel à laisser de côté l’idée d’amitié politique héritée de la tradition précédente au profit du développement d’une catégorie tout à fait inédite. Au modèle d’amitié forgé par Aristote et les Stoïciens, qui se fondait sur le respect des pactes et sur la gratitude pour les bénéfices reçus, Machiavel oppose une notion d’amitié qui repose sur la seule supériorité des armes et sur l’impuissance de l’ami. À contre-courant d’une culture raffinée, que l’ensemble du personnel politique employé par les États italiens du Quattrocento partage, Machiavel propose une nouvelle configuration de l’amitié permettant de penser et d’agir dans la conjoncture brûlante du nouveau siècle : celle de l’amitié en temps de guerre.
type-video.png conference.png
Gli slogan nei romanzi dei Wu Ming par Letizia Giugliarelli, publié le 12/10/2017
L'emploi de slogans dans les romans du collectif d’écrivains italiens Wu Ming se fonde sur une réflexion théorique constante, d’autant plus importante qu’il ne s’agit pas simplement d’un élément linguistique de la narration, mais d'un "outil" que l’on peut utiliser dans différentes situations de la vie réelle, ayant trait aussi bien à la politique qu’aux problématiques sociétales et culturelles. Dans le cadre de la narration, le slogan devient alors l’un des éléments textuels qui concourent à créer des pistes de réflexion utiles à la communauté vaste et variée telle que la modernité l’a créée. Le slogan est un moyen de s’opposer à la banalisation du langage et des idées. Dans notre intervention, nous examinons l’usage de ces slogans ; parallèlement, nous proposons des approfondissements sur la réflexion théorique qui les accompagne. Cette communication a été présentée à l'Université Lyon 3 dans le cadre de la Journée Jeunes Chercheurs de la SIES du 22/06/17.
type-video.png texte.png conference.png
Du socialisme au fascisme : littérature et politique dans les œuvres de Mussolini par Elise Varcin, publié le 05/10/2017
Partant de l’idée que Benito Mussolini a été un intellectuel autodidacte avant d’être la figure politique que l’on connaît, cette intervention se propose d’ouvrir des pistes de réflexion sur le rapport du « duce » à la littérature. Après avoir retracé le parcours intellectuel de Mussolini, depuis ses années de formation et jusqu’à son arrivée au pouvoir, il s’agira de dégager certaines des principales lignes directrices de sa conception de la littérature pendant les années du régime. En particulier, la définition du poète comme interprète privilégié de la réalité de son temps – en l’occurrence celui de la révolution fasciste – et donc la fonction fondamentalement politique que le chef du régime attribue à la poésie semblent puiser leur source dans une conception romantique de la littérature, qui était déjà la sienne pendant ses années socialistes.
type-video.png conference.png
Le royaume de Naples et la modernité politique, des révolutions à l'Unité italienne par Pierre-Marie Delpu, publié le 19/11/2015
À partir d'un bilan historiographique, l'intervention illustrera le rapport paradoxal du royaume de Naples, souvent érigé en symbole du mauvais gouvernement par les observateurs étrangers, à la modernité politique qu'entendent construire des acteurs spécifiques, qualifiés d'abord de "patriotti" puis de "liberali". L'attention sera portée aux acteurs et aux stratégies de la politisation libérale, aux révoltes et révolutions politiques, réalité mobile à la chronologie complexe (1820-21 et 1848-49 essentiellement, outre des insurrections plus ponctuelles dans les provinces périphériques du royaume).
type-video.png article.png
Fiona Lejosne. Le Navigationi et viaggi de Ramusio : écrire le monde à Venise au XVIe siècle par Fiona Lejosne, publié le 27/04/2015
Fiona Lejosne présente les recherches qu’elle effectue dans le cadre de son travail de thèse. Celles-ci portent sur le géographe vénitien de la Renaissance Giovanni Battista Ramusio, auteur du recueil des Navigationi et viaggi publié en trois volumes entre 1550 et 1559. Ramusio ayant également été secrétaire de Chancellerie de la République de Venise pendant plus de cinquante ans, elle s’attache à identifier les liens entre ses fonctions professionnelles et son activité personnelle de géographe. À travers une étude de la forme et des objectifs de cette compilation géographique, elle défend l’idée que les Navigationi et viaggi présentent des caractéristiques vénitiennes à la fois d’un point de vue méthodologique, épistémologique et politique.
type-video.png conference.png
"O poca nostra nobilità di sangue" : Dante, sa Comédie, ses noblesses par Guido Castelnuovo, publié le 26/09/2014
Comment, pourquoi, où et quand Dante a-t-il parlé de la noblesse ? Multiforme et éclectique, l’œuvre dantesque permet une réflexion à 360 degrés sur l’état et les enjeux de la problématique nobiliaire dans l’Italie communale à l’aube du XIVe siècle et bien plus encore. Poésie et théologie, ars dictandi et disputes universitaires, latin et langue vernaculaire, vers et prose, philosophie et politique, conseils juridiques et idéologie courtoise, auctoritates antiques et références contemporaines, communes populaires, cités princières et seigneuries rurales : tous les lexiques et les protagonistes de la question nobiliaire se retrouvent sous sa plume, la seule qui soit alors en mesure de traiter – tour à tour, en parallèle, de concert – la noblesse philosophique et les nobles héritiers, la noblesse spirituelle et les nobles chevaliers, la noblesse seigneuriale et les nobles vertueux. Qui plus est, ces profils nobiliaires sont ancrés dans un environnement géopolitique bien défini, celui d’une très concrète Italie des cités entre la dernière décennie du Duecento et les environs de 1320.
type-video.png conference.png
Les sources de l'Italie savante : Lodovico Antonio Muratori et les manuscrits du XVIe siècle par Manuela Bragagnolo, publié le 16/05/2014
Cette séance est consacrée à la pensée politique et juridique de Lodovico Antonio Muratori. Dans une première partie, Manuela Bragagnolo esquisse rapidement un portait de l’auteur dans le cadre des premières Lumières italiennes. Puis elle rentre dans le laboratoire de l’historien, pour analyser l’usage des sources dans sa production politique et juridique, notamment des sources du XVIe siècle.
conference.png type-video.png
Franca Rame à l'oeuvre : conclusion par Brigitte Poitrenaud-Lamesi, publié le 11/04/2014
À l'occasion de cette conclusion de la journée d'étude "Franca Rame à l'oeuvre", Brigitte Poitrenaud-Lamesi nous propose une synthèse des récations et commentaires consacrés à la disparition de Franca Rame dans la presse italienne. Cette revue de presse nous montre combien, même à l'oaccsion de ces hommages, nombre d'articles se contentent de n'en faire (au mieux) que la compagne de son mari prix Nobel laissant de côté ses nombreux combats féministes, politiques et artistiques.
conference.png type-video.png
Franca Rame militante : l’engagement au sein du Soccorso Rosso par Guillaume Guidon, publié le 28/02/2014
Dans le cadre de la journée d'étude "Franca Rame à l'oeuvre", Guillaume Guidon expose un des nombreux engagements de Franca Rame, celui du Soccorso Rosso : organisme destiné à venir en aide aux militants de gauche détenus dans les prisons italiennes à partir du début des années 70. Il s’agit à la fois pour elle de dénoncer les conditions de vie des détenus que de soutenir, hors des prisons, l’engagement des militants à travers la promotion de ses propres idéaux politiques.
conference.png type-video.png
Les familles et la cité : vie et mort du guelfisme (Florence, XIVe-XVe siècle) par Elise Leclerc, publié le 14/02/2014
Au cours de cette séance, Élise Leclerc analyse la notion de «guelfisme», telle qu’elle se présente dans les livres de famille florentins des XIVe et XVe siècles. De par sa fréquence et ses usages, ce terme apparaît en effet comme l’une des clefs de lecture employées par les Florentins pour interpréter la vie de leur cité. Comment expliquer son succès, particulièrement remarquable durant le dernier quart du XIVe siècle (alors que les conflits entre Guelfes et Gibelins n’étaient théoriquement plus d’actualité depuis longtemps), puis son déclin à partir des années 1420 ? Il semble que cela ait à voir avec l’évolution de la définition de l’identité politique de la cité, mais aussi et surtout avec celle des familles qui composaient sa classe dirigeante.
conference.png type-video.png
Franca Rame à l'oeuvre : introduction par Eva Susenna, publié le 07/02/2014
Dans le cadre de la jounrée d'étude "Franca Rame à l'oeuvre", Eva Susenna présente la figure de Franca Rame, femme de théâtre milanaise à l'engagement politique permanent.
conference.png type-video.png
Le palimpseste révolutionnaire et la révolution napolitaine de 1647-1648 par Alain Hugon, publié le 10/05/2013
Dans le cadre du séminaire d'études italiennes organisé par l'ENS de Lyon et l'Université Lyon 3, Alain Hugon vient parler des 9 mois de révolution napolitaine entre 1647-1648 souvent associés à un des protagonistes de ses tout débuts, Masaniello. Son analyse permet de remettre en perpective certaines interprétations téléologiques souvent fondées au moment du Risorgimento tendant à présenter cette révolution comme une révolte anti-espagnole. Il montre plutôt comment ces mois insurrectionnels ont été l'occasion de poser la question de la représentation politique du popolo face à l'aristocratie.
conference.png type-video.png
Entre vie privée et vie publique : les "fanciulle" dans les sermons de Savonarole par Cécile Terreaux-Scotto, publié le 19/04/2013
Dans le cadre du séminaire d'études italiennes organisé par l'ENS de Lyon et l'Université Lyon 3, Cécile Terreaux-Scotto nous parle de la place et du rôle confié aux "fanciulle" par Savonarole dans ses sermons. À la différence des "fanciulli", ce groupe marginal de la cité florentine semble ignoré par la critique probablement à cause de son statut doublement subalterne (les "fanciulle" sont à la fois femmes et enfants). Cependant, il s'avère bel et bien que Savonarole leur confie un rôle car tous sont utiles pour la réalisation du projet du prédicateur qui ne s'articule pas seulement autour de la répression mais qui propose également une réforme politique fondée sur la simplicité dont les "fanciulles" sont peut-être les représentantes.
conference.png type-video.png
Formes de l'utopie chez Elio Vittorini et Italo Calvino. Un parcours historique par Marie Fabre, publié le 14/12/2012
Cette page propose une conférence de Marie Fabre sur le sujet de sa thèse qu'elle s'apprêtait alors à soutenir. Elle explore les rapports entre utopie et littérature chez Elio Vittorini et Italo Calvino. À travers ce parcours, c’est une petite parabole de l’utopisme littéraire dans le second XXe siècle italien qu'elle cherche à tracer, en partant des années quarante, où le travail littéraire était fonction d’un engagement politique externe, pour arriver, à travers une série de déconvenues politiques et de transformations sociales, à une tentative de redéfinition des fonctions politiques de la littérature qui nous mène jusqu’aux années soixante-dix. La trentaine d’années est, en effet, riche en évolutions : du détachement des écrivains du Parti communiste, au passage à une nouvelle phase néocapitaliste dont l’Italie sort considérablement transformée. Nous nous trouvons donc à l’articulation entre deux périodes, moderne et postmoderne, dans une transition qui correspond aussi à une crise et à une remise en question de l’utopie, à travers les notions de progrès, de perfectibilité, de téléologie et de totalité qui lui étaient liées.
conference.png type-video.png
La personificazione di Roma : tra fasti e decadenze par Juan Carlos D'Amico, publié le 27/11/2012
Dans le cadre du séminaire d'études italiennes organisé par l'ENS de Lyon et l'Université Lyon 3, Juan Carlos D'Amico propose une conférence sur la personnification de Rome entre le IVe et le XVIe siècle. Il évoque comment ces représentations sont le support d'un discours politique pour cette ville capitale : la Rome antique, la capitale de la chrétienté, les rapports complexes qu'elle entretient avec le Saint Empire Romain Germanique, son évocation chez Dante, Cola di Rienzo, Pétrarque...
conference.png type-video.png
Rire de spectateur, rire d'électeur : Dario Fo vs Silvio Berlusconi par Laetitia Dumont-Lewi, publié le 02/03/2012
Cette intervention est consacrée au pouvoir politique du comique et du rire, idée défendue, dans le champ théâtral, par Dario Fo qui voit dans le comique une force intrinsèquement subversive, voire révolutionnaire, et lui donne un pouvoir d'opposition au pouvoir ; idée expérimentée, sur le terrain politique, par Silvio Berlusconi, qui fait de sa bonne humeur l'instrument d'un consensus qui sert justement à asseoir son pouvoir, avec un rire qui s'adresse à de potentiels électeurs.
conference.png texte.png type-video.png
Les deux fins de "Morte accidentale" et leur signification politique par Jean-Claude Zancarini, publié le 06/02/2012
Au cours de son intervention, Jean-Claude Zancarini prend tout d'abord soin de démontrer en quoi cette pièce va au-delà de la simple dénonciation du scandale Pinelli : elle aurait davantage pour but de montrer la vraie nature de cet État qui lutte contre la classe ouvrière. Il analyse ensuite les différentes fins qui ont pu exister et leurs significations en fonction du contexte politique dans lequel elles ont été rédigées. De la révolution à la justice plus juste.
conference.png type-video.png
Les choix scéniques de Dario Fo : une esthétique minimaliste au service d'une exigence éthique par Brigitte Poitrenaud, publié le 06/02/2012
Au cours de cette communication, Brigitte Poitrenaud-Lamesi insiste sur le fort contraste qui semble caractériser le travail de mise en scène de Dario Fo : outrance langagière, intentions caricaturales, recours au grotesque donnant davantage de relief à la sobriété du décor des lieux et parfois de la mise en scène. Cette volonté minimaliste - caractéristique d'une période - trouve des échos dans les formes d'art contemporaines de Fo (années 60 70) - théâtre pauvre, théâtre alternatif, Art pauvre, etc. - et pourrait correspondre à une forme d'exigence éthique. Des coïncidences sur lesquelles elle interroge le théâtre de Dario Fo et le travail critique de Fo sur sa propre création.
conference.png type-video.png
Texte de théâtre : mode d'emploi par Eva Susenna, publié le 06/02/2012
Au cours de cette communication, Eva Susenna pose quelques bases qui lui semblent nécessaires à la lecture de l'œuvre dramaturgique de Dario Fo, en s'appuyant sur ses pièces, sur ses textes théoriques et sur son expérience d'homme de théâtre. L'écriture est en effet un processus complexe, pour l'attautore Dario Fo : elle est une retranscription du spectacle, et elle ne constitue pas le but ultime de l'auteur. Dans quelle mesure, alors, pouvons-nous lire ses textes sans les insérer dans une plus large réflexion sur le théâtre ? L'écriture de Fo naît sur scène, et elle est donc une retranscription du spectacle, avant toute chose. Mais elle est aussi réfléchie en dehors de la salle théâtrale, et elle finit par bouleverser les codes de l'intérieur même du code dramaturgique.
conference.png type-video.png
Dario Fo, bête de scène, bête en scène par Marie-José Tramuta, publié le 01/02/2012
"La bête de scène, c'est un terme établi et récurrent pour designer le cas échéant celles ou ceux que Jean Cocteau qualifiaient de "monstres sacrés" mais aussi un acteur capable de tenir un public en haleine. Que Dario Fo soit une bête de scène nous paraît évident, "animale da palcoscenico", dans l'acception la plus banale et trivial du terme. Mais qu'il soit aussi bête en scène ou bête sur scène, ce n'est pas seulement un facile jeu de mot mais aussi une évidence." Extrait de la communication de Marie-José Tramuta.
conference.png type-video.png
Transformations du système politique italien et des partis (1992-2011) par Piero Ignazi, publié le 16/12/2011
Au cours de son intervention, Piero Ignazi montre comment les années 90 ont été essentielles dans la vie politique italienne et source de nouveautés. Selon Piero Ignazi, ces années sont le théâtre de la naissance de la droite en Italie et de l'arrivée au pouvoir de personnages réellement nouveaux. Par ailleurs, il explique également pourquoi - au niveau politique plus qu'institutionnel - il est aujourd'hui courant de parler de Deuxième République italienne : les modèles des partis ont complètement changé et les rapports de force se sont déplacés. Pour finir, Piero Ignazi nous offre une analyse fine permettant de mieux comprendre les nouvelles origines des élus et la composition de l'électorat. Une synthèse limpide et instructive des mutations récentes.
type-video.png
Intervista a Paolo Garimberti, Presidente della RAI par Paolo Garimberti, Damien Prévost, Maurizia Morini, publié le 09/12/2011
In occasione del forum Libé di Lione svoltosi dal 25 al 27 novembre 2011, Paolo Garimberti ha accettato di rispondere alle nostre domande.Questa intervista mostra come la sua carriera di giornalista gli permette di formulare un'analisi interessante della coscienza europead degli italiani. Inoltre, come Presidente della Rai analizza il ruolo dei media e lo "stato di salute" della Tv italiana di oggi.
type-video.png
Intervista a Carlo Petrini, fondatore di Slow Food par Carlo Pietrini, Maurizia Morini, publié le 09/12/2011
In occasione del forum Libé di Lione svoltosi dal 25 al 27 novembre 2011, Carlo Petrini ha accettato di rispondere alle nostre domande. Si tratta, ovviamente, di una discussione sulle specificità del movimento Slow Food da lui fondato e sulle questioni relative al gusto e al rapporto della gente all'alimentazione.
type-video.png
Origines des "grands" partis politiques italiens d'aujourd'hui (1992-2009) par Damien Prévost, publié le 03/12/2011
Damien Prévost se propose, dans cette intervention, d'expliquer la formation des grandes structures politiques actuelles à travers les lois électorales de 1946, 1993 (Mattarellum) et de 2005 (Porcellum) ainsi que leur impact dans la tentative de bipolarisation de la vie politique. Il reviendra sur les événements récents pour montrer que la stabilité tant espérée et presque acquise était en réalité encore bien fragile.
type-video.png
Umberto Eco: La culture peut-elle donner un sens à l'Europe ? par Umberto Eco, publié le 02/12/2011
Intervention préliminaire d'Umberto Eco au débat "La culture peut-elle donner un sens à l'Europe?" dans le cadre du Forum Libé de Lyon qui s'est déroulé du 25 au 27 novembre 2011. Dans cette présentation, Umberto Eco évoquera ce qu'il appelle cette "culture impalpable" qui dépasse le cadre de la variation linguistique au sein de l'Europe...
type-video.png conference.png
Teatro di narrazione (théâtre-récit) entre art et engagement par Giampollo Gotti, publié le 04/07/2011
Depuis quelques années on assiste en Italie à un courant de théâtre nommé teatro di narrazione (théâtre-récit) qui est né en réaction à la crise profonde des idéologies, crise politique à laquelle s'est ajoutée en ce pays une crise morale, matérielle et culturelle. Il s'agit d'une forme dramaturgique simple, portée par un acteur-auteur venu raconter une histoire. Ce théâtre est-il capable de trouver son public ? Son efficacité militante peut-elle lui faire perdre de vue sa finalité artistique ? Ou au contraire peut-elle en renouveler les formes? Va-t-il rester indépendant ou se donner les moyens de l'institution (quitte à se rendre prisonnier de compromissions qu'elle entraîne) ?
type-video.png conference.png
Nouvelles stratégies de la mafia par Marcelle Padovani, publié le 20/05/2011
Au cours de cette conférence donnée à Lyon le 06 avril 2010, Marcelle Padovani fait le point sur la mafia ou plutôt sur "les mafias". En effet, si les mafias italiennes ont de nombreux points communs, elles ont aussi de grandes différences et leur diffusion dans et hors de la péninsule italienne est inégale selon qu'il s'agisse de la Camorra, de la 'Ndrangheta ou de Cosa Nostra. Marcelle Padovani explique aussi comment fonctionnent ces différentes organisations criminelles et comment la volonté politique a pu - un temps - trouver les moyens de lutter efficacement contre elles.
type-video.png conference.png
Intervista a Alberto Toscano par Alberto Toscano, Damien Prevost, publié le 25/03/2011
Alberto Toscano, in occasione dell'uscita del suo libro Vive l'Italie! ha accettato di rispondere alle nostre domande relative al 150° anniversario dell'Unità d'Italia. Ci offre la sua opinione sul processo di unificazione italiana e sui suoi rapporti con la Francia e ragiona sulla sua problematica odierna.
type-video.png
Une petite histoire des partis politiques italiens par Damien Prévost, publié le 25/02/2011
Comment réussir à comprendre la vie politique italienne d'aujourd'hui? Pour bien répondre à cette question, il faut d'abord comprendre ce qu'a été la vie politique italienne de la deuxième moitié du XXème siècle, comprendre comment elle s'est construite et pourquoi l'on parle aujourd'hui de Seconda Repubblica alors même que constitutionnellement l'Italie vit encore sous la Prima Repubblica. En effet, le champ politique a subi de profondes transformations ces vingt dernières années avec de nouveaux hommes qui ont fait leur entrée dans l'arène politique, avec la naissance de nouveaux partis, avec un nouveau système électoral qui ont comme but de bipolariser la vie politique italienne. C'est une vie riche et mouvementée qui a ses règles et son histoire qu'il faut comprendre pour bien l'appréhender.
type-video.png
Conclusion de la journée "Le memorie dei figli" par Jean-Claude Zancarini, Boris Gobille, publié le 26/11/2010
Jean-Claude Zancarini et Boris Gobille concluent cette journée en synthétisant les différences et les points de convergence des trois expériences retenues. Il apparaît donc, qu'il n'y a pas un héritage mais bien des héritages de ces années-là. Par ailleurs, Boris Gobille tient à insister sur le caractère particulier du registre de l'intime qui est souvent l'élément central de ces narrations : un intime souvent dépolitisé, désociologisé et déshistoricisé. Jean-Claude Zancarini finira en évoquant les vertus de la fusion de l'histoire et de la littérature.
type-video.png
Intervista a Walter Veltroni par Walter Veltroni, Damien Prévost, publié le 26/11/2010
In occasione del Forum Libé svoltosi a Lione tra il 24 e il 26 settembre a Lione, la Clé des Langues ha intervistato Walter Veltroni, parlamentare, esponente del PD ed ex sindaco di Roma. Risponde alle nostre domande sul ruolo della politica nello sviluppo sostenibile e sul ricorrente problema dell'emergenza rifiuti a Napoli.
type-video.png entretien.png
Perché è difficile raccontare gli anni '70 in Italia par Luca Pes, publié le 08/10/2010
Luca Pes ci spiega nel suo intervento le difficoltà della trasmissione della memoria di quegli anni. L'analisi è ampia e dimostra che non c'è un'unica risposta a questo problema. Infatti, le ragioni sono varie: dal ruolo della classe politica, alla giutificazione della violenza come dai cosiddetti "silenzi" alla colpa che grava sui "figli" (in senso largo).
type-video.png