Vous êtes ici : Accueil / Littérature / Moyen-âge / « Les enluminures de l'Enfer au XIVe siècle"

« Les enluminures de l'Enfer au XIVe siècle"

Par Giulia Puma
Publié par Alison Carton-Vincent le 30/01/2015

divinecomedyfresco_1378477004408-jpg


Giulia Puma, Université de Nice, CEPAM, UMR 6130 UNS -CNRS Nice

Après une présentation générale de la tradition d’illustration de la Divine Comédie telle qu’elle s’établit puis se développe dans l’enluminure italienne du Trecento, il s’agira de se pencher plus spécifiquement sur un cycle de l’Enfer, à savoir celui du manuscrit Egerton 943 (Londres, British Museum), datant de 1325-1350 environ. Au sein des nombreuses illustrations des chants qui composent la première cantica, on s’attardera en particulier sur deux enluminures, celle de la rencontre avec les luxurieux emportés par l’ouragan infernal (fol. 10v) et celle avec les traîtres pris dans la glace, Bocca degli Abbati au premier chef (fol. 58r). Ces deux rencontres adviennent juste avant deux autres rencontres encore plus célèbres, respectivement Paolo et Francesca au chant V et Ugolino au chant XXXII, et leur étude permettra de s’interroger sur les choix opérés par l’enlumineur, pour illustrer des chants qui contiennent toujours bien plus qu’un seul épisode, mais dont la traduction figurative implique, si ce n’est une censure ou des oublis, du moins une sélection, forcément partiale vis-à-vis du texte dantesque.

 

Pour citer cette ressource :

Giulia Puma, "« Les enluminures de l'Enfer au XIVe siècle"", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), janvier 2015. Consulté le 20/05/2018. URL: http://cle.ens-lyon.fr/italien/litterature/moyen-age/les-enluminures-de-l-enfer-au-xive-siecle-