Vous êtes ici : Accueil / Langue(s) / L'italien, langue étrangère / L’interprétation intersémiotique autour de la morphologie évaluative ou altérative de l’italien LE à partir d’une image 5.2

L’interprétation intersémiotique autour de la morphologie évaluative ou altérative de l’italien LE à partir d’une image 5.2

Publié par Damien Prévost le 12/08/2009

Omar Colombo, Laboratoire Lidilem, Université Stendhal-Grenoble 3 Schéma général de l'article

L'hyperonyme le plus lointain de la construction évaluée dans le continuum (machin, chose ou objet), représente sans doute une perte totale vis-à-vis de la construction altérative. Ni la forme ni la substance n'a été retenue par le traducteur. Le sujet a choisi un niveau du texte source sans cependant l'interpréter et sans le décrire en profondeur. De ce fait, l'ekphrasisne garantie pas l'hypotypose par rapport aux images. Tandis que l'option pour l'hyperonyme le moins proche au MA (frutta, vestiti),peut être considérée comme une perte, mais une perte particulière:c'est certain, la perte est absolue vis-à-vis de la construction altérative, en revanche le sujet a décidé d'interpréter les référents dans l'un des mondes possibles représentés dans les vignettes. C'est le résultat de la négociation subjective d'un niveau du texte, choisi au préalable, qui est tout à fait concevable : l'étudiant interprète subjectivement les vignettes,sans devoir, de ce fait, utiliser les altérés. Remarquons que dans le choix pour l'hyperonyme le plus proche au MA, les sujets sauvegardent seulement très partiellement le sens profond du texte, étant donné que le référent dénommé équivaut à une variété de quelque chose : dans la transmutation, par exemple, un palloncino devient une variété de pallone. Mais en italien, le pallone n'est pas un palloncino et l'effet interlinguistique probable du français ballon peut être considéré comme une interférence. Parfois il s'agit d'un reflet de la non correspondance directe LM/LC, un mot altéré spécifique pour désigner le référent n'existant pas en français. Nous en concluons que la dérivation altérative s'avère être importante dans l'apprentissage lexicale des étudiants d'italien LE au moins en ce qui concerne les constructions évaluatives désormais lexicalisées ; l'altération en synchronie ne semble pas indispensable pour permettre la réversibilité du sens profond d'un texte source, pouvant être remplacée par la juxtaposition d'un adjectif au nom.
 
 

Le script et la sauvegarde de l'intentionnalité du texte source

Dans les ekphrasis des étudiants nous avons observé des différences quant aux priorités des tâches à accomplir : si les apprenants de CONT donnent la priorité à la tâche narrative, ceux de LEA apportent leur attention également à la tâche descriptive, ce qui peut s'expliquer de nouveau par leur compétence lexicale plus grande. En revanche, les représentations du script sont très similaires parmi les rédacteurs qui ont proposé la même structure narrative, notamment pour ce qui intéresse les constituants prioritaires et la chronologie des actions. Les apprenants ont porté leur attention cognitive sur les informations pertinentes, en éliminant les non pertinentes.

« En fonction des variables contextuelles et/ou situationnelles [...], le sujet doit [...] diriger son attention sur tel ou tel aspect du message, [et] définir des priorités dans le choix des opérations à mettre en œuvre à différents moments du traitement » (Coirier v. d., 1996 : 275).

D'après le script le plus répandu, les sujets ont ciblé les relations de cause à effet les plus fonctionnels à une narration simplifiée mais essentielle, c'est-à-dire à une histoire qui contient des topics (ou arguments prioritaires du discours) tels que, (1) les actions et les faits les plus importants ; (2) les traits sémantiques les plus évidents concernant le physique des personnages (leur dimension) et leurs vêtements ; (3) les objets les plus saliens (vélo et ballons). Un certain nombre de facteurs peuvent justifier la simplification du script, comme les consignes et le temps à disposition pour la rédaction. Si l'évaluation quantitative est prioritaire, c'est probablement par son objectivité et, de ce fait, sa stabilité cognitive, ce qui l'oppose à l'altération qualitative. De plus, le contexte favorise la perception des référents en opposition dimensionnelle entre eux (Grandi, 2002 : 36-44), en mettant au premier plan l'opposition des référents immédiats et prioritaires qui occupent l'espace le plus important et qui sont dessinés selon une symétrie presque parfaite. D'ailleurs, l'amorce dirige elle aussi l'attention sélective vers ces référents. D'après nous, en compréhension, la perception des référents stimule l'analyse du contexte, permet l'élimination des informations non pertinentes et la construction du sens initial à exprimer, ce qui donne vie au sens terminal de dire quelque chose en production au moyen des MA ou des stratégies de contournement de celles-ci. Les niveaux de sens sélectionnés sont ceux que Jakobson définissait comme la dominante d'un texte, c'est-à-dire l'ensemble des éléments prioritaires. L'emboîtement de propositions, ou l'hyperproposition (Eco, 2006 : 60) privilégié(e) a exclu d'autres propositions possibles, d'autres mondes possibles. Ainsi, souvent, plusieurs détails présents dans les vignettes n'ont pas été pris en compte dans la rédaction du texte et dans sa fabula, c'est-à-dire dans « la séquence chronologique des événements que le texte peut montrer selon une intrigue différente » (Eco, 2006 : 59). Notamment, les objets estimés comme étant les moins saliens (par exemple, le bracelet) ou l'opposition dimensionnelle de certains traits physiques des personnages (comme les nez ou les moustaches) et de certains objets (comme les fruits). En conclusion, au-delà du fait que les apprenants accèdent ou non au lexique altératif, les sujets, dans leur dialogue avec le document source, dégagent le sens profond de l'histoire et l'intentionnalité du texte. L'interprétation (par négociation) permet à la traduction de rendre partiellement réversible le contenu de l'histoire même si, souvent, en dépit de la réversibilité lexicale.

Le contributeur

Pour en savoir plus sur l'auteur, Omar Colombo

Schéma de l'article

Pour citer cette ressource :

"L’interprétation intersémiotique autour de la morphologie évaluative ou altérative de l’italien LE à partir d’une image 5.2", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), août 2009. Consulté le 13/11/2018. URL: http://cle.ens-lyon.fr/italien/langue/la-traduction-1/l-interpretation-intersemiotique-autour-de-la-morphologie-evaluative-ou-alterative-de-l-italien-le-a-partir-d-une-image-5-2