Accès par volet
Navigation

Aller au contenu. | Aller à la navigation

    Suivez-nous sur
  • icone-facebook
  • icone-twitter

Outils personnels

Vous êtes ici : Accueil / Agenda / Manifestations scientifiques / Exil et migration au féminin depuis et vers l’Espagne – XXe-XXIe s.

Exil et migration au féminin depuis et vers l’Espagne – XXe-XXIe s.

Publié par Elodie Pietriga le 12/01/2023
Colloque international
Quand ? Du 09/02/2023 à 08:45 au 10/02/2023 à 12:00
Où ? Université de Lorraine, campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy.

Les 9 et 10 février 2023, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de Nancy, aura lieu un colloque international sur le thème de l’exil et de la migration au féminin depuis et vers l’Espagne aux XXe et XXIe siècles. L’événement est organisé par Christelle Di Cesare-Schreiber (MCF - LIS, EA 7305), Laurence Denooz (Professeure - CREM, UR 3476), Emilie Delafosse (MCF - LIS, EA 7305) et Maria Elisa Alonsa Garcia (MCF - LIS, EA 7305).

Les médias et les politiques de tendance conservatrice clament que les migrants « déferlant » actuellement sur l’Europe sont très majoritairement des hommes, qui arrivent seuls. Ces affirmations, erronées, connaissent cependant un large écho, à tel point qu’en juin 2018, la Croix Rouge Espagnole décida de publier un démenti concernant les 629 rescapés d’un naufrage recueillis à bord du navire L’Aquarius, afin de témoigner que l’embarcation ne contenait pas que des hommes mais également des femmes, pour certaines enceintes, et des jeunes filles. Le Haut Commissariat aux Réfugiés indiquait alors que les femmes représentaient 51% des flux migratoires de la planète et, selon le rapport établi en avril 2021 par l’Observatoire Espagnol de l’Immigration, dépendant du Ministère de l’Inclusion, si 48% des migrants en Espagne sont des femmes, ce pourcentage peut atteindre 56% pour les vénézuéliennes, 57% pour les ukrainiennes, 61% pour les russes et même 70% pour les paraguayennes. L’histoire de l’Espagne est une histoire de migrations : du XVe siècle aux années 2000, il s’est surtout agi d’émigration ; vers les colonies, vers l’Afrique du Nord, puis vers les autres pays d’Europe tels que la France, la Belgique ou encore l’Allemagne. Inversement, depuis les années 1990, avec une forte accélération au début du XXIe siècle, à la faveur de sa prospérité économique et pour pallier un taux de natalité catastrophique, l’Espagne est devenue un pays d’accueil pour les populations étrangères. L’Observatoire de l’Immigration comptabilisait ainsi 5,8 millions de résidents étrangers en Espagne en avril 2021, pour une population totale de 47,3 millions d’habitants.

Quelle a été, et quelle est actuellement la place des femmes dans ces mouvements migratoires, parfois choisis et de durée très variable, et dans le phénomène de l’exil, défini comme une migration internationale effectuée sous la contrainte ? « Les catégorisations raciales, les identités de classe et les statuts conférés par les Etats d’accueil pèsent sur les parcours et les expériences des individus », écrit Philippe Rygiel. L’exil et l’émigration prennent donc des formes diverses selon le genre, car les possibilités d’emploi, le respect des droits et les perspectives d’avenir ne sont pas les mêmes partout pour les hommes et pour les femmes.

Plus d'information sur cet événement…