Accès direct au contenu

 
Recherche
Retour rapide vers l'accueil

Lo Scambio, de Salvo Cuccia (2015)


Par Susanna Longo, MCF à l'Université Lyon 3 Jean Moulin, Dario Marchiori, MCF d'Histoire des formes filmiques à l'Université Lyon 2 et Salvo Cuccia, réalisateur 

Publié par Alison Carton-Vincent
le 11/03/17
 

 

A l'occasion des Rencontres autour du cinéma italien d'aujourd'hui, organisées par l'Université Lyon 3 en collaboration avec le cinéma Le Comoedia de Lyon et avec le soutien de l'Institut Culturel italien de Lyon, Susanna Longo et Dario Marchiori ont présenté le film Lo scambio (2015) de Salvo Cuccia en présence du réalisateur le 2 février 2017.

La projection a été suivie d'un échange avec la salle que nous retranscrivons ici, modifié par endroits pour l'adapter au format écrit.

  
 


 
locandina lo scambio
 



 

 

Susanna Longo
Le film part de deux faits divers. Le premier est le meurtre en pleine rue de trois jeunes dans un marché, qui s’avèrent être des innocents totalement étrangers aux affaires criminelles de la mafia. Le deuxième fait divers, qui a eu beaucoup d’écho dans la presse, est l’enlèvement et l’assassinat deux ans après d’un enfant, le fils d’un repenti. L’enfant est enlevé pour faire pression sur le père pour qu’il retire ses aveux, le père tiendra bon et l’enfant sera tué.
Ces deux faits contribuent à ternir l’image de Cosa Nostra, de son infaillibilité. Dans le premier cas, avec une erreur de cible. Dans le second, en enfreignant le code d’honneur de la mafia, selon lequel on ne touche pas aux femmes et aux enfants. Il s’agit ici d’une vendetta trasversale, qui va se retourner contre l’image encore un peu éthique de l’organisation criminelle. Dans la presse italienne, on verra la photo de ce petit Matteo, ce qui va susciter l’horreur de l’opinion publique.


Dario Marchiori
Salvo Cuccia a commencé à réalisé des films dans les années 90 dans le domaine de l’art vidéo. C’est un plasticien passionné par les images mais aussi par le son. Il a travaillé avec Raùl Ruiz et a réalisé le film Raoul not making. Dans les années 2000, il a fait des documentaires dont celui sur le documentariste De Seta, qui a été découvert par Scorsese à l’international et qui marque le goût de Salvo Cucica pour le réel, ce qui va le conduire vers une série de documentaires et de reportages sur l’histoire italienne, qui vont à leur tour le conduire au film Lo Scambio.


Salvo Cuccia
Il film nasce dal mio incontro con Alfonso Sabella, un magistrato che era nel pool antimafia di Caselli dopo gli attentati a Falcone e Borsellino nel 92. Era molto giovane in quel periodo in cui lavorava a casi molto grossi: è stato protagonista dell’arresto di grandi capi della mafia. Lui aveva appena 30 anni e si occupava dell’arresto di Bagarella, di Brusca, di quelli dell’attentato a Falcone, di Aglieri: lui diceva della “macelleria della mafia”.
L’ho conosciuto mentre giravo uno dei documentari per il programma la Storia siamo noi per la Rai e mi ha colpito subito sia il suo carattere che quello che raccontava e tra i racconti (e poi lui ha scritto pure un libro Il cacciatore di mafiosi) mi colpì una storia che racconto in questo film. Tra le storie m’interessò molto questa storia perché se non una storia morale è una storia di cause ed effetti. 
Era una storia in cui non ritenevo che ci non fosse la possibilità che normalemente si vede nelle fictions televisive o nei film di mafia. È una storia interiore. E quindi una storia che ho voluto realizzare perché è una storia sull’essenza del male e non semplicemente una cronaca del tempo.
Per me era importante fare conoscere questa storia ma ancora più importante quasi estrarla dal contesto che è quello del 1995. I personaggi reali non corrispondono agli attori che ho scelto, non c’è nessuna verosomiglianza ma la cosa importante era che diventasse cinema, che diventasse tragedia, che diventasse una storia in cui la Sicilia è interiorizzata, è tutta dentro. 
È un film che arriva dentro, non è un  film in cui si possono comprendere tutti gli aspetti ma è importante il lato emozionale. È un film in cui non c’è la rappresentazione, la meccanica degli eventi ma è un film di viscere, interiore. È un film che sta dentro ai personaggi. È un film di agghiacciante quotidianità insomma.

 

 

 
Présentation du site et de ses objectifs
Partager sur les réseaux sociaux
Rencontres autour du Cinéma Italien
 
 
Mise à jour le 11 avril 2017
Créé le 6 avril 2017
ISSN 2107-7029
DGESCO Clé des Langues