Accès direct au contenu

 

Accueil  >  Anglais > A&L > Cinema

Recherche
Retour rapide vers l'accueil

Cinema and photography

Cinema

Screening Identities - Danny Glover in conversation with M. Diawara

Discussion (Danny Glover, Avital Ronell, Manthia Diawara)
Manthia Diawara et Danny Glover exploreront, d'un point de vue thématique et existentiel, comment les relations se forment et s'exportent au cinéma. Comment les relations sont-elles représentées et selon quels codes d'acquiescement ou de révolte, de désir ou de dégoût, de nécessité ou de chance les rencontres sont-elles thématisées dans les films africains ou africains américains ?  Quels sont les dessous de l'histoire et les affinités secrètes qui ont encouragé ou freiné l'émergence de l'art cinématographique noir africain et américain ?

Reunion / L'ami retrouvé (1989) Jerry Schatzberg

Lire la transcription d'une intervention de Jerry Schatzberg
I wanted to have a British writer and the producers came back to me saying Harold Pinter was interested. The idea of having Harold Pinter was wonderful but also very intimidating to me and I wasn’t sure that he was right for the story. I said I would like to talk to him and after talking to him on the telephone I knew he was just what I wanted and we started to collaborate. He was very open-minded. When he wrote the first draft I was very intimidated about telling him what changes I wanted. But I felt I had to and he was very much open to changes...

Ré-adaptation et création dans le mythe de Frankenstein

Lire l'article de Laurent Mellet
Un article publié aux Presses Universitaires de Rennes, dans les Actes du colloque "De la page blanche aux salles obscures : l'adaptation cinématographique dans le monde anglophone".

De Sholem Aleichem à Charlie Chaplin, de Menahem Mendl au personnage de Charlot...

Lire l'article de Morgane Jourdren
Quel rapport peut-il bien y avoir entre Chaplin, père de Charlot et Sholem Aleikhem, écrivain yiddish mort au début du vingtième siècle? A priori aucun, si ce n'est que ce dernier appréciait tout particulièrement les films du cinéaste. Pourtant, une lecture plus approfondie des pages écrites par Sholem Aleikhem où ces infatigables voyageurs que sont Menahem Mendl et Motl partent à la découverte de l'Amérique, nous permet de mieux comprendre ce que pouvait éprouver l'écrivain devant le spectacle du petit homme chaplinien aux prises avec un Nouveau-Monde qui lui est étranger.

La voix de Lolita dans "Lolita", le roman de Vladimir Nabokov et le film de Stanley Kubrick

Lire l'article de Michaël Roy
La critique nabokovienne s'est beaucoup interrogée sur les modalités de la voix de Humbert Humbert, ses inflexions, ses excentricités, ses stratégies de séduction. C'est en effet par la voix du nympholepte, confesseur omnipotent, que nous parvient toute l'histoire de Humbert et Lolita. Il semble, à première lecture, que la jeune fille n'ait pas son mot à dire dans cette histoire ; objet de Humbert-personnage, elle devient objet du discours manipulateur de Humbert-narrateur. On peut malgré tout se demander si la voix de Lolita est véritablement engloutie par la parole de Humbert, ou bien si elle parvient au contraire à défier les assignations au silence de ce dernier. On tentera ici de « récupérer » la voix de Lolita dans le roman de Vladimir Nabokov (1955), tout en analysant la façon dont Stanley Kubrick s'accommode de cette problématique complexe de la voix et du silence dans son adaptation cinématographique (1962).

Le Rêve Imposé ou la Machine Hollywoodienne au Service de l'Idéologie Dominante

Lire l'article de Morgane Jourdren
Hollywood, en particulier, dès les années 1930-1940, joue le premier rôle dans une véritable entreprise de conditionnement des esprits' menée par la société dominante auprès des populations, notamment auprès de ces couches populaires que l'on juge potentiellement dangereuses. Comment la Mecque du cinéma a-t-elle progressivement mais sûrement imposé le rêve américain à l'écran ? Quelles images, ancrées dans l'inconscient collectif, a-t-elle projetées pour fédérer tout un peuple autour de l'American Way of Life ?

Frederick Wiseman on Reality and film

Le grand Frederick Wiseman nous fait partager sa conception du cinéma et du genre documentaire. Il évoque notamment le rapport du cinéaste à la réalité : “The editing of the material is similar in some ways to writing except the relation of fact to imagination is different. The writer of a novel, a poem or a play is only limited by the scope of his imagination in relation to his experience. I am limited by the way my imagination can play with the 90 to 250 hours of rushes I have accumulated.”

Aux origines de 'Twelve Years a Slave' (Steve McQueen, 2013) : le récit d’esclave de Solomon Northup

Lire l'article de Michaël Roy
Aux origines du film de Steve McQueen, Twelve Years a Slave (2013), il y a le récit de l’esclave américain Solomon Northup (1853). Cet article présente d’abord le récit d’esclave et situe cette forme littéraire dans le paysage idéologique de l’Amérique d’avant la guerre de Sécession ; il détaille ensuite l’histoire éditoriale de Twelve Years a Slave ; il donne enfin quelques repères dans l’œuvre et évoque son devenir critique.

Much Ado About Nothing (Joss Whedon)

Lire le billet cinéma (+ dossier pédagogique)
En adaptant cette comédie de Shakespeare, Joss Whedon marche dans les pas de l’illustre Kenneth Branagh qui avait fait de Much Ado un film remarqué en 1993. Le pari pouvait sembler ambitieux, même prétentieux, et pourtant le résultat est une comédie de mœurs toute en finesse qui respecte et met en valeur l’œuvre du dramaturge élisabéthain...

Swim Little Fish Swim (Lola Bessis et Ruben Amar)

Lire le billet cinéma
Après Frances Ha (Noah Baumbach, 2013), voici une nouvelle comédie New Yorkaise rafraîchissante. Production franco-américaine de Ruben Amar et Lola Bessis, Swim Little Fish Swim nous plonge dans l’univers de la collocation assumée. Une jeune artiste française, Lilas, squatte le canapé d’un couple que tout semble séparer. Leeward, musicien qui n’a jamais enregistré un disque, croit en l’idéologie contestataire des années 60 et refuse de compromettre son ‘intégrité artistique’ pour gagner de l’argent. Mary, infirmière fatiguée, rêve d’une petite maison de banlieue avec des meubles IKEA et un arbre devant... (Sortie en salle le 4 juin)

Photography

Jerry Schatzberg on photography and film

Watch the interview and read the transcript
Jerry Schatzberg started his career as a photographer and made his debut as a film director with Puzzle of a Downfall Child in 1970. Three years later he won the Cannes Film Festival Grand Prix for Scarecrow with Gene Hackman and Al Pacino. He was invited by the Festival Lumière to present a restored copy of his first film and was kind enough to answer a few questions on his work as a photographer and director.

Martin Parr - Life is a Beach

Dans le cadres de l'exposition Life's a Beach à la Bibliothèque municipale de Lyon et du festival "Rencontres 2012 de la photographie Lyon sur la Méditerranée", Martin Parr s'est rendu à l'ENS à l'invitation de David Gauthier, chargé de Mission Images et responsable des Affaires culturelles de l'école. Nous avons le plaisir de mettre en ligne plusieurs ressources liées à la visite de ce grand photographe britannique.
Dans notre bibliothèque
 
 
mise à jour le 13 mai 2014
Créé le 10 janvier 2008
ISSN 2107-7029
DGESCO Clé des Langues