Accès direct au contenu

 
Recherche
Retour rapide vers l'accueil

« Der Untertan », tableau critique de son temps

Alain Muzelle (Professeur de germanistique, Université de Nancy II)
Publié le : 3 février 2009
Le projet de Heinrich Mann de dresser dans son roman Der Untertan un tableau de l'Allemagne contemporaine ne le conduit pas à vouloir rendre compte de la totalité du réel, mais à concentrer son étude et son travail de représentation épique sur la bourgeoisie wilhelminienne dont il estime qu'elle condense en elle l'essentiel des traits spécifiques de l'époque. Ce choix d'une représentation limitée se retrouve dans sa décision de placer prioritairement l'action romanesque dans une petite ville de province. Ainsi son analyse du comportement de ses personnages en devient-elle plus lisible et sa volonté de les critiquer en dévoilant leur médiocrité s'en trouve-t-elle facilitée. Cette critique porte d'abord sur le matérialisme de ces bourgeois qui se retrouve dans leur culte de l'argent et leur intérêt exclusif pour l'industrie et la technique au détriment des activités artistiques, poétiques et intellectuelles. Elle dénonce ensuite leur fascination pour une classe aristocratique qui pourtant les méprise et les écrase, fascination servile qui trouve son expression la plus évidente dans le personnage central, ce sujet de l'empereur, qui n'hésite pas dans le même temps à écraser à son tour ceux qu'il considère comme ses inférieurs. Cette critique trouve à s'exprimer tant dans le détournement ironique du genre romanesque du roman d'éducation que dans l'usage de la satire et le choix d'une écriture complexe qui, en diversifiant les perspectives narratives, vise à rendre impossible une identification du lecteur avec les différents protagonistes de l'histoire.

 
 
mise à jour le 10 février 2009
Créé le 3 février 2009
ISSN 2107-7029
DGESCO Clé des Langues