Vous êtes ici : Accueil / Histoire et société / Histoire / Le nazisme / Art nazi et "art dégénéré"

Art nazi et "art dégénéré"

Publié par MDURAN02 le 23/09/2008
Comparaison de l'oeuvre "Die vier Elemente" ("Les quatre éléments") d'Adolf Ziegler (1892-1959) et des oeuvres "Knabe vor zwei stehenden und einem sitzenden Mädchen" ("Garçon devant deux jeunes filles debout et l'une assise"), "Drei Akte in einer Landschaft" ("Trois Nus") et "Zigeuner vor dem Zelt" ("Tsiganes devant la tente") d'Otto Müller (1874-1930)


Comparaison de l'oeuvre Die vier Elemente (Les quatre éléments) d'Adolf Ziegler (1892-1959) et des oeuvres Knabe vor zwei stehenden und einem sitzenden Mädchen (Garçon devant deux jeunes filles debout et l'une assise), Drei Akte in einer Landschaft (Trois Nus) et Zigeuner vor dem Zelt (Tsiganes devant la tente) d'Otto Müller (1874-1930)

– – – – – – –  

 Ivanoff Hélène
Professeur agrégée d'histoire au lycée Jules Ferry de Coulommiers (77)
Doctorante à l'EHESS

Art nazi

Oeuvre d'Adolf Ziegler (1892-1959) exposée dans la Maison de l'Art allemand, lors de la  « grande exposition de l'art allemand » :
Die vier Elemente (Les quatre éléments)

Art dégénéré

Oeuvres d'Otto Müller (1874-1930) exposées à l'Institut archéologique, lors de l'exposition d'« art dégénéré » :
Knabe vor zwei stehenden und einem sitzenden Mädchen (Garçon devant deux jeunes filles debout et l'une assise), 1918/19
Huile sur toile, 120,5 x 88 cm
Acquise en 1936 par la Nationalgalerie de Berlin Salle 3 de l'exposition d'« art dégénéré »
Kunsthalle Emden, Stiftung Henri Nannen, 1979


Zigeuner vor dem Zelt (Tsiganes devant la tente), 1925
Huile sur toile, 105 x 145 cm
Acquise en 1921 par la Nationalgalerie de Berlin Salle 3 de l'exposition d'« art dégénéré »
The Detroit Institute of Arts, 1957
Drei Akte in einer Landschaft (Trois nus dans un paysage), 1922
Huile sur toile, 119,5 x 88,5 cm
Salle 3 de l'exposition d'« art dégénéré »
Kaiser-Wilhelm-Museum de Krefeld
Brücke-Museum, Berlin, 1989

Contexte

Ces œuvres sont présentées lors de la double exposition de Munich de 1937. Les quatre éléments d'Adolf Ziegler sont mis en valeur dans la Maison de l'Art allemand, lors de la « grande exposition d'art allemand ». Cette œuvre occupe le pan d'un mur entier dans une pièce lumineuse et spacieuse.  
Dans la salle 3 de l'exposition d' « art dégénéré » sont exposées trois œuvres d'Otto Müller, de gauche à droite sous les titres suivants : Akte (Nus), Zelt (Tente), 3 Akte (3 Nus). Sont indiqués les prix d'acquisition de ces œuvres et les musées allemands les ayant achetées, respectivement : Nationalgalerie Berlin, 5000 M Nationalgalerie Berlin 1921, Krefeld Kaiser-Wilhelm-Museum. Une sculpture d'Ernst Ludwig Kirchner se trouve au premier plan. Sur le mur, ce commentaire accompagne les tableaux : « Der Neger wird in Deutschland zum Rassenideal einer entarteten Kunst ».

Quelques pistes d'étude

Adolf Ziegler (1892-1959) fut président de la Chambre des Beaux-Arts du Reich à partir de 1936. Etudiant à l'Académie des arts de Munich en 1933, il dirigea la commission chargée de réquisitionner les œuvres pour l'exposition d'art dégénéré.
Les quatre éléments est l'une des œuvres emblématiques de l'art nazi. Hitler l'avait accrochée dans le salon de la chancellerie et Ziegler était devenu son peintre favori.
Il s'agit d'un triptyque représentant quatre femmes pudiquement dénudées, correspondant aux canons esthétiques de la beauté aryenne. Ce sont des allégories des quatre éléments : le feu évoqué par la torche, la terre par la gerbe de blé, l'eau par l'écuelle, le vent par le souffle dans les cheveux.
La composition est très classique : ces femmes se trouvent au centre de chacun des panneaux et la construction est symétrique. La perspective est évidente avec l'utilisation du dallage des carrelages et l'arrière-plan sur fond bleu. Les couleurs sont harmonieuses, notamment avec l'utilisation des drapés rouge, vert, blanc et jaune. Cette œuvre fait référence par sa composition, ses couleurs et son décor aux tableaux de la Renaissance.  
Otto Müller (1874-1930) participa aux expositions de Die Brücke à partir de l'automne 1910 et devint membre de ce groupe en 1911. Atteint d'une pneumonie, il quitta le front en 1916. Il s'engagea dans diverses associations artistiques aux tendances révolutionnaires à la sortie de la guerre, sans pour autant défendre de véritables positions politiques. Professeur à Breslau à partir de 1919, il voyagea en Bulgarie, Hongrie, Roumanie pendant les années 1920 où il se passionna pour la vie des tsiganes.
Les œuvres d'Otto Müller représentent souvent les mêmes thèmes : des nus dans des paysages de forêt ou aux abords des lacs, évocation d'une harmonie originelle entre l'homme et la nature.
La composition de ses tableaux est asymétrique : plusieurs personnages, assis et debout, sont représentés de face ou tournés, le visage le plus souvent de profil. Les traits des figures restent simples mais les contours sont affirmés. Müller utilise la technique de la détrempe à la colle sur toile de jute pour rappeler les effets de la peinture murale.
La posture des personnages, tout comme la technique utilisée, rappellent l'influence du style égyptien sur Otto Müller. Les couleurs dominantes (l'ocre, le vert et le noir), tout comme le thème, évoquent le primitivisme. –
Les œuvres d'Otto Müller ont été choisies pour l'exposition d'« art dégénéré » car elles incarnent un art perverti par l'étranger : elles donnent au « nègre » ou au « tsigane » le statut de modèle, alors que les nazis les considéraient comme des sous-hommes.
La femme s'y expose simplement, en pleine nature, libérée de toutes conventions sociales. A l'opposé, si les femmes de Ziegler sont représentées nues, dans une pièce au décor sobre et froid, c'est uniquement dans le but d'évoquer des déesses païennes.

Pour citer cette ressource :

"Art nazi et "art dégénéré"", La Clé des Langues [en ligne], Lyon, ENS de LYON/DGESCO (ISSN 2107-7029), septembre 2008. Consulté le 20/10/2018. URL: http://cle.ens-lyon.fr/allemand/civilisation/histoire/le-nazisme/art-nazi-et-art-degenere